Le type même de groupe qui a tout compris au Thrash, mais aussi à l’abnégation. Formé en 2007 du côté d’Athènes, VIOLENT DEFINITION a du faire preuve d’une patience infinie pour enfin sortir aujourd’hui son premier LP, qui aurait logiquement dû rester dans les tiroirs de la commode du temps. En deux ans, les musiciens ont commencé à roder un répertoire qui s’est finalement concrétisé sous la forme d’une première démo en 2010, avant de se murer dans un silence inquiétant pour des raisons diverses. Désaffection de certains de ses membres, motivation en berne, et ce sont donc huit longues années de silence qui ont interrompu leur parcours pourtant bien entamé, jusqu’à ce que le noyau central (George B « Iron Beast » - chant et Nick P - guitare) parvienne enfin à trouver de nouveau partners in crime en les personnes de John "Maelstrom" à la batterie (EMBRACE OF THORNS, MENTALLY DEFILED, FADOM) et George "Wolf" à la basse (ECTOPLASMA, VULTUR). Dès lors, le quintette nouvellement formé a pu se plonger dans la composition, et étirer ses possibilités pour signer l’un des longue-durée les plus crédibles et entraînant de ce presque début d’été. Certes, Life Sentence est disponible depuis le mois de mars, édité alors en tape (depuis largement épuisée), mais les aléas des emplois du temps étant ce qu’ils sont, c’est aujourd’hui que je suis tombé sur ce gros pavé, qui nous ramène directement aux plus grandes heures du crossover et du Thrash typiquement US des années 80. Vous avez dit nostalgie, once again ? Vous n’avez pas complètement tort, même si ces quatre grecs ne font pas que capitaliser sur un passé glorieux pour rester affutés et furieux. Car on trouve dans leur musique bien plus qu’un simple hommage old-school à rajouter à une liste déjà fort encombrée, et proposent quelques idées qui pourraient faire avancer une cause promise à un statisme gênant et éhonté.

Sans vraiment nommer leurs influences, ces rebelles hellènes y font de larges allusions, et nous rappellent sans vraiment être franc les ACROPHET, les CRUMBSUCKERS, les D.R.I et autres NUCLEAR ASSAULT, tout en prenant soin de se rapprocher discrètement des HAVOK, de POWER TRIP et autres références actuelles imparables. En choisissant de se caler sur la ligne d’un parti classique, les VIOLENT DEFINITION signent donc un véritable manifeste de violence heureuse, dont les riffs font partie des plus pertinents de leur époque. De fait, sans chercher la petite bête dans les baskets, Life Sentence se pose en synthèse quasi parfaite de trente et quelques années de saccades et autres embardées enfumées, et réconcilie les LUDICHRIST et WARBRINGER, dans un désir constant de relier les différentes générations. Si individuellement, chaque instrumentiste est parfaitement conscient de son rôle, c’est cette homogénéité globale qui attire les regards et captive les ouïes, et même si les morceaux semblent souvent bâtis sur le même moule, celui-ci est tellement parfait que la production prend des airs de festival de qualité, d’intégrité, de passion et de férocité gracile. Flirtant parfois avec les excès délicieux du Speedcore, les grecs se rapprochent dans les faits de la puissance des WARFECT, leur conférant une street credibility pour les assimiler à la culture skate, et nous faire dévaler les routes bitumées du souvenir à vive allure. Sans vraiment plagier, mais en empruntant à droite et à gauche leurs idées, ces originaires d’Athènes jouent la carte de la franchise totale, et thrashent sans discontinuer, un peu comme si leur vie en dépendait. Les esthètes leur reprocheront sans doute un manque de variété, mais le côté compact de leur première réalisation à le charme indicible des grandes œuvres des 80’s, celles-là mêmes qui fonçaient sans se poser de question et qui dévalaient les trottoirs en faisant valser les cartons. De là, le trip est intégral, et de l’instrumental d’introduction « Lethal Presence » au final/conclusion « Consumed », la vitesse prédomine, les riffs dominent, la rythmique cavale et le chant ravale, pour un voyage en pays Crossover qui va remettre bien des pendules à l’heure. Difficile de faire son choix parmi cet éventail de compositions toutes aussi carrées que béton, et on assiste médusé à un spectacle de grande qualité, ou la folie et la précision disputent un combat permanent avec la furie et la raison, pour mesurer les plans au millimètre près, et offrir au fan une tuerie en règle, qui laisse au tapis, mais ne fait pas gicler le sang sur les murs.

Emballé dans une superbe pochette dessinée et colorisée par Jonathan Brandt, Life Sentence est le type même de LP qui mériterait d’être honoré d’une sortie vinyle, tant il évoque ceux de notre adolescence. Si quelques erreurs de jeunesse le constellent, notamment dans le manque de variété et l’absence quasi-totale de plans Heavy capables de relancer la machine bien huilée, il est globalement une réussite indéniable qui se transforme en soulagement après des années de silence pesant. Pas vraiment européen dans son approche, et plutôt totalement ricain, ce premier longue-durée a le mérite de ne pas s’éterniser, mais de ne pas non plus résumer l’affaire en une poignée de minutes bien tassées. Car en trente-sept de ces unités de mesure, les VIOLENT DEFINITION ont largement le temps de nous faire headbanguer, et même d’accélérer la cadence en certaines occasions, lorsque le batteur semble oublier la modération au profit d’une hystérie de ton (« Violent Strain », avec ses patterns un peu bancals et son énergie de tous les diables). Soli torchés dans la plus pure tradition, avec abus de vibrato et envie se substituant au solfège, chant incroyablement saccadé qui invective l’auditeur et ne renonce jamais, parties d’ensemble qui suggèrent que le line-up nouveau est des plus cohérents et costauds, et association de malfaiteurs entre Thrash et Hardcore, fonctionnant à plein régime, et nous faisant oublier le nôtre. Aussi fluet que redondant, aussi épais que virevoltant, ce premier témoignage longue-durée se place de lui-même en avant-scène, et nous convainc sans peine de son énorme potentiel. On souhaitera juste une plus grande aération à l’avenir, qui permettra de rallonger certains morceaux, et de leur apporter un souffle plus chaud. Temporiser n’est pas trahir, mais en choisissant de courir, les VIOLENT DEFINITION rattrapent le temps perdu et nous offrent une violence joyeuse, mais tendue. Pas de quoi prendre perpète, mais de quoi déguster pendant quelques années.                        

   

Titres de l'album:

                        1.Lethal Presence

                        2.Workaholik

                        3.Distorted Life

                        4.Slaves of Obsession

                        5.Uncertain Justice

                        6.M.D.S. (Modern Day Society)

                        7.Life Sentence

                        8.Ravenous Revenge

                        9.Violent Strain

                        10.Insane

                        11.So Many Lies

                        12.Consumed

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/06/2018 à 18:19
78 %    377

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)