Life Sentence

Violent Definition

15/06/2018

Autoproduction

Le type même de groupe qui a tout compris au Thrash, mais aussi à l’abnégation. Formé en 2007 du côté d’Athènes, VIOLENT DEFINITION a du faire preuve d’une patience infinie pour enfin sortir aujourd’hui son premier LP, qui aurait logiquement dû rester dans les tiroirs de la commode du temps. En deux ans, les musiciens ont commencé à roder un répertoire qui s’est finalement concrétisé sous la forme d’une première démo en 2010, avant de se murer dans un silence inquiétant pour des raisons diverses. Désaffection de certains de ses membres, motivation en berne, et ce sont donc huit longues années de silence qui ont interrompu leur parcours pourtant bien entamé, jusqu’à ce que le noyau central (George B « Iron Beast » - chant et Nick P - guitare) parvienne enfin à trouver de nouveau partners in crime en les personnes de John "Maelstrom" à la batterie (EMBRACE OF THORNS, MENTALLY DEFILED, FADOM) et George "Wolf" à la basse (ECTOPLASMA, VULTUR). Dès lors, le quintette nouvellement formé a pu se plonger dans la composition, et étirer ses possibilités pour signer l’un des longue-durée les plus crédibles et entraînant de ce presque début d’été. Certes, Life Sentence est disponible depuis le mois de mars, édité alors en tape (depuis largement épuisée), mais les aléas des emplois du temps étant ce qu’ils sont, c’est aujourd’hui que je suis tombé sur ce gros pavé, qui nous ramène directement aux plus grandes heures du crossover et du Thrash typiquement US des années 80. Vous avez dit nostalgie, once again ? Vous n’avez pas complètement tort, même si ces quatre grecs ne font pas que capitaliser sur un passé glorieux pour rester affutés et furieux. Car on trouve dans leur musique bien plus qu’un simple hommage old-school à rajouter à une liste déjà fort encombrée, et proposent quelques idées qui pourraient faire avancer une cause promise à un statisme gênant et éhonté.

Sans vraiment nommer leurs influences, ces rebelles hellènes y font de larges allusions, et nous rappellent sans vraiment être franc les ACROPHET, les CRUMBSUCKERS, les D.R.I et autres NUCLEAR ASSAULT, tout en prenant soin de se rapprocher discrètement des HAVOK, de POWER TRIP et autres références actuelles imparables. En choisissant de se caler sur la ligne d’un parti classique, les VIOLENT DEFINITION signent donc un véritable manifeste de violence heureuse, dont les riffs font partie des plus pertinents de leur époque. De fait, sans chercher la petite bête dans les baskets, Life Sentence se pose en synthèse quasi parfaite de trente et quelques années de saccades et autres embardées enfumées, et réconcilie les LUDICHRIST et WARBRINGER, dans un désir constant de relier les différentes générations. Si individuellement, chaque instrumentiste est parfaitement conscient de son rôle, c’est cette homogénéité globale qui attire les regards et captive les ouïes, et même si les morceaux semblent souvent bâtis sur le même moule, celui-ci est tellement parfait que la production prend des airs de festival de qualité, d’intégrité, de passion et de férocité gracile. Flirtant parfois avec les excès délicieux du Speedcore, les grecs se rapprochent dans les faits de la puissance des WARFECT, leur conférant une street credibility pour les assimiler à la culture skate, et nous faire dévaler les routes bitumées du souvenir à vive allure. Sans vraiment plagier, mais en empruntant à droite et à gauche leurs idées, ces originaires d’Athènes jouent la carte de la franchise totale, et thrashent sans discontinuer, un peu comme si leur vie en dépendait. Les esthètes leur reprocheront sans doute un manque de variété, mais le côté compact de leur première réalisation à le charme indicible des grandes œuvres des 80’s, celles-là mêmes qui fonçaient sans se poser de question et qui dévalaient les trottoirs en faisant valser les cartons. De là, le trip est intégral, et de l’instrumental d’introduction « Lethal Presence » au final/conclusion « Consumed », la vitesse prédomine, les riffs dominent, la rythmique cavale et le chant ravale, pour un voyage en pays Crossover qui va remettre bien des pendules à l’heure. Difficile de faire son choix parmi cet éventail de compositions toutes aussi carrées que béton, et on assiste médusé à un spectacle de grande qualité, ou la folie et la précision disputent un combat permanent avec la furie et la raison, pour mesurer les plans au millimètre près, et offrir au fan une tuerie en règle, qui laisse au tapis, mais ne fait pas gicler le sang sur les murs.

Emballé dans une superbe pochette dessinée et colorisée par Jonathan Brandt, Life Sentence est le type même de LP qui mériterait d’être honoré d’une sortie vinyle, tant il évoque ceux de notre adolescence. Si quelques erreurs de jeunesse le constellent, notamment dans le manque de variété et l’absence quasi-totale de plans Heavy capables de relancer la machine bien huilée, il est globalement une réussite indéniable qui se transforme en soulagement après des années de silence pesant. Pas vraiment européen dans son approche, et plutôt totalement ricain, ce premier longue-durée a le mérite de ne pas s’éterniser, mais de ne pas non plus résumer l’affaire en une poignée de minutes bien tassées. Car en trente-sept de ces unités de mesure, les VIOLENT DEFINITION ont largement le temps de nous faire headbanguer, et même d’accélérer la cadence en certaines occasions, lorsque le batteur semble oublier la modération au profit d’une hystérie de ton (« Violent Strain », avec ses patterns un peu bancals et son énergie de tous les diables). Soli torchés dans la plus pure tradition, avec abus de vibrato et envie se substituant au solfège, chant incroyablement saccadé qui invective l’auditeur et ne renonce jamais, parties d’ensemble qui suggèrent que le line-up nouveau est des plus cohérents et costauds, et association de malfaiteurs entre Thrash et Hardcore, fonctionnant à plein régime, et nous faisant oublier le nôtre. Aussi fluet que redondant, aussi épais que virevoltant, ce premier témoignage longue-durée se place de lui-même en avant-scène, et nous convainc sans peine de son énorme potentiel. On souhaitera juste une plus grande aération à l’avenir, qui permettra de rallonger certains morceaux, et de leur apporter un souffle plus chaud. Temporiser n’est pas trahir, mais en choisissant de courir, les VIOLENT DEFINITION rattrapent le temps perdu et nous offrent une violence joyeuse, mais tendue. Pas de quoi prendre perpète, mais de quoi déguster pendant quelques années.                        

   

Titres de l'album:

                        1.Lethal Presence

                        2.Workaholik

                        3.Distorted Life

                        4.Slaves of Obsession

                        5.Uncertain Justice

                        6.M.D.S. (Modern Day Society)

                        7.Life Sentence

                        8.Ravenous Revenge

                        9.Violent Strain

                        10.Insane

                        11.So Many Lies

                        12.Consumed

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/06/2018 à 18:19
78 %    568

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00