Jadjow

Void

07/12/2023

Brucia Records

Il semblerait que les anglais de VOID aient trouvé leur vitesse de croisière, et en tout cas, leur style. Depuis la fin des années 90, les londoniens ont tergiversé au point de muter à chaque apparition, débutant leurs efforts par un Black Industriel avant de bifurquer il y a quelques temps vers une avant-garde agressive, dissonante et disons-le, dérangeante.

Si leurs trois premiers albums ont tous été espacés d’une dizaine d’années, les deux derniers se suivent et se ressemblent un peu. The Hollow Man nous avait gentiment surpris de son audace, entre expérimentation sauvage et expression froide digne du BAUHAUS, mais toujours avec ce sens de l’humour qui caractérise ceux qui ne sont pas dupes. VOID enfonce donc le clou avec l’éthéré et étrange Jadjow, inaugurant un partenariat avec le label italien Brucia Records, très satisfait de cette association.

Matt Jarman (membre fondateur) et Camille Giraudeau (DREAMS OF THE DROWNED, DOEDSMAGHIRD), Lars Emil Måløy (DØDHEIMSGARD, IF NOTHING IS) et Tariq Zulficar (ATRAMENTUM) donnent donc corps à cette vision née en 2019 lorsque Matt et Camille jouaient live pour l’institution DØDHEIMSGARD. Cette vision trouve donc corps aujourd’hui, par l’entremise de plans tous plus biscornus les uns que les autres, s’épanouissant dans les dissonances les plus irritantes, mais aussi les mélodies les plus pures. Le mélange est donc étrange, mais la musicalité magnifique, chacun donnant clairement de sa personne pour faire de ce disque l’évènement qu’il est vraiment.

Ainsi, « Only for You », troisième de couverture donne lieu à des joutes instrumentales inouïes, durant lesquelles Lars Emil Måløy lâche des boucles inventives, sensuelles et pourtant cruelles. Le propos n’est donc pas de calmer le jeu pour devenir consensuel, mais bien de s’éloigner de plus en plus d’une certaine norme en vogue dans le Black Metal. La brutalité est donc biaisée, comme l’interprétation est libre, et le résultat obtenu donne le vertige tant les idées se succèdent comme des nécrologies dans un journal de province.

VOID tient à sa singularité, mais ne fera jamais n’importe quoi pour la garder intacte. Comme la virginité d’une jeune fille qui ne sera consommée qu’en un acte d’une sincérité indéniable, l’unicité de VOID prend son essence dans cette relation qu’entretient le groupe avec sa fanbase, dévouée, fidèle, et presque aveugle tant les repères sont là depuis longtemps.

DØDHEIMSGARD, ENSLAVED, VED BUENS ENDE.

Les références sont posées, pour autant, ne vous attendez pas à une gentille réunion de famille de freaks instrumentaux. Si les accointances sont plus ou moins évidentes, l’art consommé du contrepied de VOID lui permet de prendre ses distances avec ces institutions, lui qui en est devenue une avec le temps. On s’en rend facilement compte lorsqu’on tombe sur l’intro dramatico-tragique de « When Lucifer Dies », nécrologie diabolique nous renvoyant aux intonations littéraires d’un Poe en plein délire métaphysique.

La violence, de la partie évidemment, se veut toujours aussi poétique ou abrupte, selon les thématiques. La nostalgie, l’amertume, font aussi partie de l’éventail des émotions, émotions guidées par des guitares versatiles, et par ce chant théâtralisé à outrance, symptomatique de l’école gothique des CHRISTIAN DEATH et autres SOPOR AETERNUS. Les cordes, les arrangements luxuriants, les ambitions dramatiques font de ce nouvel album un Evangile apocryphe déterré quelque part dans les rues de Londres, par accident, un soir de nuit profonde et romantique.

Les chapitres, qui se suivent et se ressemblent un peu, forment une ossature libre aux mouvements erratiques. En acceptant le legs du BM norvégien inamovible dans les livres d’histoire, Jadjow lie donc la tradition à l’expérimentation, et se souvient même de la vague Death expérimentale autrichienne de la fin des années 80. Quelque chose de bancal, tour de Pise sombre et donc l’inclinaison commence sérieusement à inquiéter les touristes, et puis quelques psaumes en l’honneur du malin pour rester dans le ton (« Self Isolation »).

VOID a donc, contrairement à ce que son nom indique, peur du vide. Non dans le sens d’un vertige traumatique, mais plutôt comme des espaces à remplir coûte que coûte. Par une ligne de basse proéminente, par deux guitares acides qui conversent dans leur coin, par des attaques rythmiques incessantes.          

Louvoyant mais gardant bizarrement le cap sur sa destination première, ce quatrième album est une mine de surprises et d’effets choc. Il est de ces travaux qu’on redécouvre à intervalles réguliers, et qui révèlent toujours de nouveaux éléments avec le temps. Si l’ombre de DØDHEIMSGARD assombrit un peu la lumière de l’individualité, c’est pour mieux assumer ses penchants, parfaitement décrits dans le final « Iniquitous Owl ».

Il semblerait que les anglais de VOID aient trouvé leur vitesse de croisière, et en tout cas, leur style     

Après avoir relu cette phrase d’introduction, je m’interroge…

…les VOID ont-ils vraiment trouvé leur style ou comptent-ils en changer dans un avenir proche ?

  

      

Titres de l’album:

01. Fables from a Post-Truth Era

02. Interdaementional

03. Only for You

04. Oduduwa's Chain

05. When Lucifer Dies

06. Self Isolation

07. Swamp Dog

08. Interlude

09. Iniquitous Owl


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/02/2024 à 16:57
88 %    134

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52