Novus Ordo Mundi

Stam1na

26/02/2021

Sakara Records

Un nouvel album de STAM1NA, c’est un peu comme un cadeau de Noël en avance, ou en retard selon le point de vue. Après tout, la dernière offrande du groupe accusait il y a encore peu trois ans d’existence, et malgré deux singles lâchés cette année (dont un ayant atteint la cinquième place de streaming sur Spotify), nous étions en droit d’attendre beaucoup plus des magiciens de Lemi. Avec vingt-cinq ans d’expérience au compteur, huit longue-durée dans la discographie, les musiciens finlandais nous faisaient donc languir, d’autant plus que Taival, leur précédent effort avait une fois de plus déchaîné les passions comme les interrogations. D’ailleurs, qui peut se targuer d’avoir trouvé la réponse à l’énigme STAM1NA, même en connaissant leur mystère sur le bout des doigts ? Certainement pas moi, et à l’instar de SHINING, SUBTERRANEAN MASQUERADE et quelques autres, le quintet a toujours joué la versatilité à l’extrême, se frottant à la Pop pour mieux défier le Death sur son propre terrain, sans se salir les mains. Belle performance à souligner, et il est certain que Novus Ordo Mundi ne changera pas la donne et ne rendra pas les détails plus frappants. Les preuves à charge manquent au moment de classer ce neuvième album studio dans un tiroir bien précis, mais les éléments tendant à pointer du doigt le groupe comme l’un des plus novateurs de sa génération s’accumulent avec les années, et deviennent de moins en moins réfutables.

Si l’on en croit le titre de cet album, un nouvel ordre mondial nous attend. Si l’on en croit la musique jouée, ce nouvel ordre mondial sera fait de contrastes entre beauté et violence, empathie et inégalités. D’ailleurs, les musiciens ne prennent pas de gants lorsqu’ils décrivent leur nouvelle œuvre au public. Ils en disent suffisamment pour nous intriguer, mais pas assez pour nous aiguiller :

Il y a une spirale sur la pochette de l'album. Le disque est ainsi soit une plongée dans les profondeurs, soit, au contraire, une explosion de noyades muettes qui éclabousse les yeux du spectateur. Notre longue suite traite des addictions, de la douleur et parfois même d'une transformation à la Kafka. Humour conscient et inconscient. Le neuvième album de STAM1NA est un mouvement de renouveau tout comme un coup de poing dans les dents de devant.

 

C’est ainsi qu’Antti Hyyrynen, porte-parole et guitariste/chanteur du groupe présente le travail accompli. Pour le moins absconse, cette déclaration frappe pourtant au coin du bon sens une fois les oreilles posées sur l’album. Et avec encore trois musiciens de la formation d’origine, STAM1NA peut se targuer d’une stabilité que d’autres groupes expérimentaux pourraient lui envier. Aux côtés d’Antti, on retrouve évidemment les deux autres pivots, le batteur Teppo "Kake" Velin et le guitariste Pekka "Pexi" Olkkonen, soutenus depuis 2006 par la basse de Kai-Pekka "Kaikka" Kangasmäki et depuis 2009 par les claviers d’Emil Lähteenmäki. Douze années de complicité donc entre ces membres, et pas moins de six albums studio, soit la grande majorité de la production finlandaise. Mais pour en revenir à l’album, il est évident que les créateurs ont choisi d’illustrer un présent débouchant sur un avenir possible, et quelque part, inéluctable. C’est pour cette raison que les morceaux sonnent aussi complémentaires que contradictoires, aiguillant dans des directions différentes, utilisant les pratiques du Djent et du Metalcore parfois pour les faire entrer en collision avec le Post Rock et la Pop, histoire de créer un vortex d’énergie avalant tout sur son passage. L’illustration la plus parfaite de cette théorie semble être l’incroyable et sinueux « Metropolio », qui passe par toutes les ambiances, qui alterne les growls avec le chant clair sublime de Hyyrynen, qui une fois encore livre une prestation vocale démente.

On retrouve à la production de Novus Ordo Mundi le fidèle Miitri Aaltonen, qui revient derrière les consoles après une absence de dix ans, et qui pour l’occasion s‘est aussi occupé du mix. Son travail est exemplaire, puisqu’il a conféré à l’album la puissance et la dynamique dont il avait besoin, et qui explosent à l’occasion de l’entame très Townsend de « Henkilökohtainen Helvetti ». Enregistré principalement dans les studios Petrax de Hollola et masterisé par Svante Försback, Novus Ordo Mundi occupe donc l’espace sonore avec beaucoup d‘intelligence et de souffle, et lorsque les claviers d’Emil Lähteenmäki se fraient un chemin sur le devant du spectre sonore, l’ombre du progressif des seventies mais aussi celui du DREAM THEATER de début de carrière se bat avec le soleil du Post Metal moderne du groupe qui immédiatement, inverse la tendance pour ne pas laisser l’auditeur dans un confort d’écoute trop stable.

« Narsisti » insiste donc Hardcore, avec toujours ces mélodies étranges en arrière-plan, et ces chœurs à la suédoise qui densifient encre plus la violence ambiante. En deux morceaux à peine, STAM1NA prouve qu’il n’a pas l’intention de se ranger des voitures, et affirme encore sa singularité sur la scène. A la manière d’un FNM louvoyant entre les genres pour s’en donner un, les musiciens de Lemi tiennent à nous surprendre à chaque intervention, et finalement, le choc des synthés ludiques et enfantins de « Memento Mori (Ateistin Kiitos) » ne nous gêne presque pas, pas plus en tout cas que l’immense riff redondant de reprise à la MUDVAYNE.

Il est une fois encore impossible de ranger le quintet dans une petite case pratique. Mais comment pourrions-nous faire pour faire accepter à cette œuvre des angles droit alors même que sa structure est concentrique, et qu’elle passe par des rondeurs Pop-Punk (« Betelgeuse ») ? Mais depuis longtemps, le classement de STAM1NA est passé dans la colonne des pertes et profits, et en tant que fan, je n’attends rien de moins de ce groupe qu’un voyage vers un ailleurs indescriptible, ce que des morceaux comme « N.P.V.E.M. » (Thrash en diable) ou « Novus Ordo Mundi » (mystique et envoutant à la STRAPPING) m’offrent sans rechigner…

« Sirkkeli » s’affole une fois de plus, mais n’occulte pas de son Punk débridé le soin apporté à ces compositions ciselées et non-calibrées. La liberté de STAM1NA ne sera jamais bradée sur l’autel de la reconnaissance, même si tout le monde sait à quel point ce groupe nous est précieux. Et ce nouvel ordre mondial laisse entrevoir des choses plus optimistes que nous aurions pu le penser. En espérant que les finlandais ne se soient pas trompés.        

 

                                                                                                                                                                                                         

Titres de l’album:

01. Henkilökohtainen Helvetti

02. Narsisti

03. Memento Mori (Ateistin Kiitos)

04. Betelgeuse

05. Metropolio

06. N.P.V.E.M.

07. Kriittinen Massa

08. Tabu

09. Novus Ordo Mundi          

10. Sirkkeli


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/01/2022 à 18:42
88 %    151

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23