ASPHODELE est un duo formé par Spellbound (AORLHAC) et Audrey Sylvain (MALENUIT, ex-AMESOEURS). L’ossature duettiste de base est accompagnée ici par le guitariste Stefan Bayle (AU CHAMP DES MORTS, ex-ANOREXIA NERVOSA), le batteur Sébastien Papot (AU CHAMP DES MORTS) et le bassiste Christian Larsson (GLOSON, ex-APATI et SHINING) et nous offre donc son premier longue-durée, qui formalise selon ses auteurs, « leurs difficultés intérieures ». Avec le passif de Spellbound au sein d’AORLHAC, nous étions en droit d’avoir des attentes précises à l’égard de ce premier album, ce que cette musique étrange et décalée vient immédiatement contredire de ses tonalités mélancoliques et de sa tristesse de fond. Evidemment, le background du musicien/compositeur a servi de base à la conception de ces huit morceaux, mais autant dire que les deux groupes en A ne sont pas des thèmes à prendre en fusion, mais bien en parallèle. Car si ASPHODELE peut s’affilier à un Black Metal à la limite du dépressif parfois, il n’en garde pas moins sa singularité, grâce notamment au chant si particulier d’Audrey qui nous entraîne dans le sillage d’une New Wave/Post Wave française de l’orée des années 80. Ce décalage entre une musique très abrupte et des lignes vocales presque atonales offre un contraste saisissant, qui tient parfois de la narration cinématographique. Ce que les nombreux inserts parlés ne font que confirmer, donnant au tout des allures de film musical, à l’agonie d’une nuit sans fin où les êtres comparent et unissent leurs destins dans une tentative désespérée de rester en vie. Mais pourquoi faire au final ? Pour transformer ces fameuses difficultés intérieures en cicatrices de l’existence, et traduire la douleur dans un langage artistique qui aujourd’hui, trouve des médias d’expression trop figés pour vraiment exister.

Assurément le projet le plus à part de la discographie des Acteurs de l’Ombre, Jours Pâles a dû combler de joie Gérald, CEO très attaché à l’éclectisme, et bien déterminé à prouver si besoin en était que la scène BM actuelle est la plus riche de la frange extrême. Et même si la musique de cette première œuvre ne s’affilie pas complètement au genre (un titre comme « Gueules Crasses » le prouve en navigant dans des eaux Post Rock abrasif que l’on pouvait retrouver chez VIRAGO par exemple), son intensité n’a pas grand-chose à envier aux travaux les plus conséquents du style. En le diluant dans des influences externes, le duo s’ouvre donc des perspectives très intéressantes, s’incarnant inconsciemment comme une sorte d’équivalent sombre des légendaires Elli & Jacno, proposant une musique froide, presque déshumanisée parfois, et qui se veut pourtant le reflet de son époque. Si les années 80 dressaient le portrait blafard d’une société en proie aux affres du chômage, du racisme ambiant, du désespoir d’une jeunesse qui ne se reconnaissait plus depuis longtemps dans les actions de ses gouvernants, le nouveau siècle a conservé cette même colère larvée face aux mêmes problématiques, qui n’ont vu leurs conséquences immédiates que s’aggraver sans que personne ne puisse vraiment y faire quelque chose. Les échos de cette mélancolie de haine se retrouvent tout au long des mélodies et arrangements des morceaux de l’album, qui passe d’une humeur noire à une envie d’en finir, tout en prônant des valeurs de survie essentielles. On retrouve ces impulsions sur le ténébreux mais entêtant « Nitide », qui n’est pas sans évoquer le CURE le plus nostalgique, tout en laissant d’énormes guitares assurer l’arrière-plan. C’est dans ces moments-là que le statisme de la voix d’Audrey prend toute son ampleur, avec ces accents de petite fille élevée dans l’indifférence des adultes, et qui n’offre qu’immobilisme et détachement au monde qui l’entoure. Et la dualité vocale, avec ces hurlements qui viennent déchirer les instants les plus mélodiques est bien sûr l’un des points forts de l’album, qui offre la prestation de deux acteurs musicaux, qui vivent leur rôle plutôt que de l’interpréter.

Avec ses accents Post (ce que vous voulez d’ailleurs, Metal, Black, Rock, Wave), Jours Pâles se trouve l’excuse parfaite pour ne pas rester cantonné à une approche trop unique. Car même lorsque la machine s’emballe et que l’intensité monte d’un cran, les références restent multiples, et taquinent le Heavy Metal le plus formel, pour le distordre d’une perspective Rock très prononcée (« Refuge »). Semblant puiser son inspiration dans tout ce que la musique a pu offrir de vrai depuis la fin des années 70, ASPHODELE oppose des harmonies amères et des démonstrations de puissance absolue, ne souhaitant qu’une seule chose. Formaliser des sentiments, concrétiser des états d’esprit, et se vider l’âme dans un océan de musique, quelle que soit sa source. C’est ainsi que des traces de Post-Punk peuvent flotter à la surface des confluents, à l’instar des débris de Post-Wave qui dérivent sur le courant de « Réminiscences », charriés par des guitares énormes qui dispensent de véritables riffs, et non de simples gimmicks. On pourrait même appréhender le projet comme une tentative de faire du progressif sans les ambitions techniques, mais en laissant les idées grandir, prendre forme, se mouvoir et se transformer au gré d’une partie de batterie, d’une mélodie enfantine, et d’une conversation entre un homme et une femme s’avouant leurs fêlures. A ce titre, et malgré une intro plus que tragique empruntée au classique (« Candide »), et une suite immédiate à la lisière d’un Néo-Crust (« De Brèves Etreintes Nocturnes ») se teignant soudainement de tragédie Post-Punk, Jours Pâles n’a de cesse d’évoluer, de changer, de proposer de nouvelles pistes, sans dénaturer son message de base. Message qui n’a rien d’une affiliation à un crédo musical, mais plutôt à une éthique, qui consiste à rester vrai et sincère peu importe le genre assimilé pour être restitué de façon très personnelle.

Il y a donc beaucoup de tristesse dans ce disque, de la résignation aussi, un constat d’échec, et pourtant un triomphe de créativité. Un lien entre les époques avec en trame de fond cette froideur moderne de jeunes gens qui ne veulent plus être polis dans leurs costume rigides, et un exutoire fabuleux à une génération qui n’attend plus rien de l’avenir de la part d’autrui. Une génération qui se construira son propre futur, et peu importe qu’il soit en impasse, peu importe qu’il draine dans son sillage les Punks, les metalleux, les désabusés et les agnostiques, pourvu qu’il laisse les douleurs individuelles se propager comme des virus. Un LP qui fait sombrer l’âme dans des abysses de peine, mais qui agit comme le seul choc dont l’homme ait besoin aujourd’hui. Celui de voir son époque telle qu’elle est, dans toute sa laideur, avec pour seul rayon de soleil le fait d’être encore en vie.                          

 

Titres de l’album :

                         01. Candide

                         02. De Brèves Etreintes Nocturnes

                         03. Jours Pâles

                         04. Gueules Crasses

                         05. Nitide

                         06. Refuge

                         07. Réminiscences

                         08. Décembre

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/11/2019 à 18:15
88 %    295

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


totoro
@91.164.180.131
19/11/2019 à 21:26:12
Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouve aussi un peu de Glaciation et moins étonnant, un peu d'Aux Champs des morts. Mais le disque est singulier, très entraînant et l'envie de le jouer et le rejouer devient vite primordiale !

Ajouter un commentaire


Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.


Juste GENIAL !
Bravo pour ce boulot et merci pour la poilade !!

J'en veux ENCORE !! :-)))))


Ah mais bravo, ces articles sont excellents


Excellent et très bien écrit. Merci pour la poilade!


Magique.
Merci


Enfin du vrai journalisme !


Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !