Je commençais sérieusement à me demander s’il était encore possible d’écouter un véritable album de Black Metal. Après tout, entre les dérives Post, les velléités expérimentales, les dilutions bruitistes et les accommodations mélodiques, il devenait problématique de se replonger dans les racines les plus pures du genre, celles qui prônaient la brutalité outrancière et la franchise de ton. Mais lorsqu’on groupe opte pour un patronyme aussi ambivalent qu’AGATHOS (bon, l’homme bon, l’homme de bien, selon le contexte latin), on peut s’attendre à tout, et surtout au meilleur. Formé à Valence en 2017, ce quatuor nouveau (Siles: guitare/chant, Bëor: guitare, Ed Hellsaw: basse et Voor: batterie) a donc opté pour un formalisme de fond parfaitement en adéquation avec les attentes de fans n’en pouvant plus de voir leur genre plié, muté pour adopter les contours d’exigences modernes. Maniaques de l’évolution, passez donc votre chemin, puisque ce premier EP des espagnols n’offre que peu de tolérance à l’ouverture ambiante, et préfère se focaliser sur les sonorités de la deuxième vague de BM européen, titillant même la corde sensible des combos US les plus crus. Qu’attendre donc d’un classicisme revendiqué et d’une cruauté assumée ? Rien d’autre que ce qui vient d’être énoncé, et si les noms de MARDUK, de BEHEMOTH, de 1349 ou de DISSECTION peuvent être cités sans paraître usurpés ou hors contexte, les ibères possèdent aussi une identité propre que le son massif de leur première œuvre vient confirmer de sa superbe.

Les anciens membres de [IN MUTE], NOCTEM, PESTKRAFT ou AETHYR ont donc fait le bon choix en se fixant sur des rythmiques éprouvées, des riffs francs et/ou dissonants, et sur une brutalité exacerbée qui leur permet de catapulter leur BM formel vers les cimes les plus élevées du genre. Sans vraiment chercher à faire preuve d’imagination, mais en prenant la violence à bras le corps, les quatre musiciens signent donc un manifeste haineux de premier plan, et replacent le nihilisme au cœur des débats. Mais ce nihilisme n’entraîne pas une facilité d’inspiration, puisque le niveau instrumental des musiciens est largement assez élevé pour garantir un confort d’écoute maximal. Si la vélocité de la rythmique constitue l’un des points forts de cette réalisation, les motifs de guitare, sombres, englués et pourtant effilés permettent à des compositions ambitieuses de franchir un cap dans le professionnalisme, d’autant plus que les mélodies, loin d’être occultées, s’inscrivent en filigrane d’une brutalité permanente. Sans vraiment dévier d’une ligne de conduite bien tracée, les AGATHOS jouent le jeu de la modulation discrète, et truffent leurs morceaux d’idées et d’arrangements très intelligents, insufflant à leur travail une puissance hors du commun qui réconcilie le MAYHEM de légende et le DISSECTION de la même lignée (« Pale », qu’on aurait pu trouver en bonus-track du mythique Hellfire des 1349). Sans se brider, mais sans non plus développer au-delà de limites raisonnables, les cinq psaumes démoniaques de cette première réalisation taillent dans le gras, et expurgent le style de tous ses tics les plus modernes et irritants, tout en acceptant l’enrobage d’une production performante aux graves ronds et aux médiums tranchants.

Sans pouvoir vraiment revendiquer une étiquette progressive un peu trop redondante, le quatuor de Valence se permet quelques audaces bienvenues, en incluant des intros en arpèges classiques, pour mieux amplifier une entrée en matière aussi lourde qu’oppressante (« Revelations », à la dissonance et aux stridences sadiques et impudiques). S’il est évident que la cadence générale frise l’irrespect le plus total, le groupe ne se prive pas pour utiliser un mid-tempo vraiment imposant, aérant ses parties les plus apocalyptiques d’un air vicié savoureux. Le chant atypique de Siles permet de conférer une aura mystique à l’ensemble, de son grain grossier et de ses intonations scandées plus qu’hurlées, mais la complémentarité de deux guitaristes qui semblent anticiper les désirs de l’autre catapulte ce premier projet dans la galaxie des œuvres complexes et franches à la fois, dualité se faisant plutôt rare de nos jours. Il conviendra évidemment de saluer le boulot gigantesque abattu par Voor à la batterie, qui semble prendre beaucoup de plaisir à s’approprier les délires tentaculaires de Hellhammer, et qui frappe ses toms avec une aisance et une puissance qui une fois combinées, jouent le jeu de l’accroche et de la force. Et si certains riffs semblent parfois céder à la facilité du bis repetita en règle des fondements même du genre, on pardonnera aisément ces menues facilités qui ne plombent pas les morceaux de leurs emprunts. Illuminations catchy qui rapprochent parfois le groupe d’un Black N’Roll expurgé de ses aspects les plus putassiers (« Thanatos »), entrée en matière grandiose qui ouvre les portes d’une cathédrale sonore érigée en l’honneur de l’horreur (« Void »), pour une litanie de crudité sophistiquée, qui autorise même quelques fioritures de basse flirtant avec le Pagan.

C’est évidemment classique dans tous les sens du terme, mais tellement imposant qu’on se prend au jeu sans hésiter, et plus révélateur d’un respect des codes que d’une facilité de pratique. Et en tant que signal déclencheur d’une carrière naissante, Nihil Est est plutôt tout que rien, tout du moins partie d’un tout, et attire l’attention sur un groupe qui n’a pas inventé un style, mais qui contribue à lui redonner ses lettres de noblesses. Ab origine fidelis. Et il n’y a aucune honte à ça.                 

Titres de l’album:

                 1.Void           

                 2.Nihil

                 3.Pale 

                 4.Revelations 

                 5.Thanatos

Bandcamp officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 10/06/2018 à 14:35
80 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?