Au jugé de cette pochette au trait légèrement grossier, je l’avoue, je m’attendais à l’énième saillie old-school du mois, genre NWOBHM revisitée pour la millième fois, avec plus ou moins de bonheur. Mais après écoute, je suis rassuré de constater que ce groupe ne se vautre pas dans la hype du moment, mais trempe plutôt son Metal bouillant dans un Thrash fusionnant, à la lisière d’un Heavy progressif ne crachant pas sur un brin de Hard plein d’entrain. Je savourais donc les six morceaux proposés, avant d’infos me rassasier, pour prendre acte de la provenance de nos amis du jour. Les RISER nous en viennent donc d’Estonie, de Tallinn plus précisément, ville qui les a vus naître en 2015, et qui a pu se sevrer de leurs sonorités multiples, puisque ces chevaliers en armure d’acier se sont déjà exprimé via deux démos, avant de passer le stade plus pro du mini LP. Quatuor bien décidé à respecter les codes d’un Heavy féroce (Andres Uuspõld - basse/chœurs, Karl Hannes Veskus    - batterie, Taavi Lass     Guitars - guitare lead/chœurs, et Sten Lindmets - guitare rythmique/chant), RISER nous envoie donc une carte postale de l’Europe du Nord, évoquant la Baltique et le golfe de Finlande, pour un voyage au long cours, traditionnel dans les faits mais assez frais dans le fond. Il est d’ailleurs appréciable de constater que le combo joue la carte de l’honnêteté dans sa bio, sans évoquer un potentiel fantasmagorique et des élans créatifs surnaturels, mais en accentuant son envie d’en découdre live pour propager sa musique hors de ses frontières. Ils n’ont d’ailleurs pas plus l’intention dans ces lignes de présentation de nous mâcher le boulot, restant dans un flou artistique assez pertinent, évoquant le Thrash d’antan et le Heavy d’avant, arguant même de légères traces de Hard-Rock de ci de là, ce qui correspond parfaitement à la vision exposée sur ce Temple of Addiction.

Difficile donc de les relier à une scène particulière, et tout au plus est-il possible d’évoquer les NEVERMORE, METAL CHURCH, ICED EARTH, et autres défenseurs d’une pluralité agressive sans balises. Mais loin de se borner à reproduire des schémas préétablis, les RISER se permettent aussi quelques accents étranges, à la croisée des chemins du Stoner et de la vague NOLA, semblant parfois unir dans un même songe les volutes de fumigènes des CORROSION OF CONFORMITY dernière époque, les délires patauds des KYUSS, avant de nous envoyer balader d’une accélération humant bon l’éternellement juvénile Kill Em’All. C’est ainsi qu’on pourrait résumer le morceau « Temple of Addiction », véritable modèle de construction et d’ouverture, qui pourtant ne dépasse pas le timing d’un tube Pop, et qui aligne les plans en crescendo avec une maîtrise parfaite. Mais cette accumulation de parallèles incongrus est semble-t-il le modus operandi d’un album qui réfute toute théorie d’ancrage, et qui se permet de mixer ses influences dans un même creuset. A tel point qu’on en vient parfois à penser à une forme très larvée de Southern Thrash, ce que la voix traînante et graineuse de Sten Lindmets confirme de son timbre épais et chaud. C’est d’ailleurs manifeste sur le long « Silent Anger », qui joue l’émotion de ses arpèges en son clair, avant de nous assommer d’un coup de distorsion assassin. DOWN, C.O.C, mais aussi une bonne rasade de Bay Area, avec quelques clins d’œil appuyés au TESTAMENT de milieu de carrière, soit un Crossover assez malin et une puissance indéniable, pour des morceaux qui ne se contentent pas d’aligner des gimmicks, et qui proposent des thèmes vraiment profonds et humains.

Musiciens performants, les estoniens délivrent donc une partition presque impeccable, et si l’ouverture « Broken » brise d’entrée le miroir de la facilité, en œuvrant pour un progressif malmené, il place ses billes avec pertinence et insolence, et nous déroule le tapis d’un Thrash ambitieux et d’un Heavy nerveux. Pas vraiment dans une optique Techno-Thrash, les RISER seraient plutôt du genre à jouer la carte évolutive, passant d’une accolade Thrash à une ruade Heavy, caressant le fan de Hard-Rock dans le sens du poil pour mieux lui arracher. Pas avares de riffs qui accrochent l’oreille, les quatre décochent parfois des tirs de rafale qui font mal, et qui attestent d’une expérience live assez conséquente, spécialement lorsque le mid tempo s’impose et que les staccatos se reposent (« Wild Man », à mi-chemin entre MEGADETH et METAL CHURCH). Bien sûr, aussi charmant soit-il, ce premier EP se préfère première carte de visite pro plutôt que constat à chaud, et si tous les titres sont dignes d’intérêt, ils présentent encore en globalité un déséquilibre entre ambition et efficacité, comme en témoignent les trois derniers chapitres, plus succincts et portés sur l’immédiateté. On espère qu’à l’avenir les estoniens sauront faire la part des choses entre digressions évolutives et pulsions émotives, mais même en version instinctive, leur musique reste plus qu’appréciable. Ainsi, « Damage Land » semble s’obstiner à catapulter une thématique à la Lemmy dans un univers Heavy/Thrash dilué, tandis que la conclusion « Strip Queen » se réjouit d’un riff exhibitionniste, pour éclabousser la vitrine d’un Peep Show sudiste un peu crade, mais hautement recommandable passé une certaine heure. Et comme la fin de la manipulation nous offre une nouvelle accélération, on se réjouit de cette soudaine violence qui met les valseuses en transe.

Au rayon production, son un peu erratique parfois, et niveau excellente démo, mais en tant que travail perso, soulignons les efforts consentis pour que chacun trouve sa place sans empiéter sur l’espace du voisin. Les guitares prédominantes n’éclipsent pas une basse gironde et bien ronde, et le chant, parfaitement mixé ne joue pas les vedettes, et sait jouer son rôle de leader tout en laissant les autres à la fête. Le bilan est donc plus que positif pour ce Temple of Addiction qui en rendra deux ou trois accros, mais qui témoigne surtout du potentiel indéniable d’un groupe qui semble encore se chercher stylistiquement, mais qui a déjà trouvé son identité partiellement.      

 

Titres de l'album :

                         1.Broken

                         2.Temple of Addiction

                         3.Silent Anger

                         4.Wild Man

                         5.Damage Land         

                         6.Strip Queen

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/10/2018 à 17:36
75 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!