Au jugé de cette pochette au trait légèrement grossier, je l’avoue, je m’attendais à l’énième saillie old-school du mois, genre NWOBHM revisitée pour la millième fois, avec plus ou moins de bonheur. Mais après écoute, je suis rassuré de constater que ce groupe ne se vautre pas dans la hype du moment, mais trempe plutôt son Metal bouillant dans un Thrash fusionnant, à la lisière d’un Heavy progressif ne crachant pas sur un brin de Hard plein d’entrain. Je savourais donc les six morceaux proposés, avant d’infos me rassasier, pour prendre acte de la provenance de nos amis du jour. Les RISER nous en viennent donc d’Estonie, de Tallinn plus précisément, ville qui les a vus naître en 2015, et qui a pu se sevrer de leurs sonorités multiples, puisque ces chevaliers en armure d’acier se sont déjà exprimé via deux démos, avant de passer le stade plus pro du mini LP. Quatuor bien décidé à respecter les codes d’un Heavy féroce (Andres Uuspõld - basse/chœurs, Karl Hannes Veskus    - batterie, Taavi Lass     Guitars - guitare lead/chœurs, et Sten Lindmets - guitare rythmique/chant), RISER nous envoie donc une carte postale de l’Europe du Nord, évoquant la Baltique et le golfe de Finlande, pour un voyage au long cours, traditionnel dans les faits mais assez frais dans le fond. Il est d’ailleurs appréciable de constater que le combo joue la carte de l’honnêteté dans sa bio, sans évoquer un potentiel fantasmagorique et des élans créatifs surnaturels, mais en accentuant son envie d’en découdre live pour propager sa musique hors de ses frontières. Ils n’ont d’ailleurs pas plus l’intention dans ces lignes de présentation de nous mâcher le boulot, restant dans un flou artistique assez pertinent, évoquant le Thrash d’antan et le Heavy d’avant, arguant même de légères traces de Hard-Rock de ci de là, ce qui correspond parfaitement à la vision exposée sur ce Temple of Addiction.

Difficile donc de les relier à une scène particulière, et tout au plus est-il possible d’évoquer les NEVERMORE, METAL CHURCH, ICED EARTH, et autres défenseurs d’une pluralité agressive sans balises. Mais loin de se borner à reproduire des schémas préétablis, les RISER se permettent aussi quelques accents étranges, à la croisée des chemins du Stoner et de la vague NOLA, semblant parfois unir dans un même songe les volutes de fumigènes des CORROSION OF CONFORMITY dernière époque, les délires patauds des KYUSS, avant de nous envoyer balader d’une accélération humant bon l’éternellement juvénile Kill Em’All. C’est ainsi qu’on pourrait résumer le morceau « Temple of Addiction », véritable modèle de construction et d’ouverture, qui pourtant ne dépasse pas le timing d’un tube Pop, et qui aligne les plans en crescendo avec une maîtrise parfaite. Mais cette accumulation de parallèles incongrus est semble-t-il le modus operandi d’un album qui réfute toute théorie d’ancrage, et qui se permet de mixer ses influences dans un même creuset. A tel point qu’on en vient parfois à penser à une forme très larvée de Southern Thrash, ce que la voix traînante et graineuse de Sten Lindmets confirme de son timbre épais et chaud. C’est d’ailleurs manifeste sur le long « Silent Anger », qui joue l’émotion de ses arpèges en son clair, avant de nous assommer d’un coup de distorsion assassin. DOWN, C.O.C, mais aussi une bonne rasade de Bay Area, avec quelques clins d’œil appuyés au TESTAMENT de milieu de carrière, soit un Crossover assez malin et une puissance indéniable, pour des morceaux qui ne se contentent pas d’aligner des gimmicks, et qui proposent des thèmes vraiment profonds et humains.

Musiciens performants, les estoniens délivrent donc une partition presque impeccable, et si l’ouverture « Broken » brise d’entrée le miroir de la facilité, en œuvrant pour un progressif malmené, il place ses billes avec pertinence et insolence, et nous déroule le tapis d’un Thrash ambitieux et d’un Heavy nerveux. Pas vraiment dans une optique Techno-Thrash, les RISER seraient plutôt du genre à jouer la carte évolutive, passant d’une accolade Thrash à une ruade Heavy, caressant le fan de Hard-Rock dans le sens du poil pour mieux lui arracher. Pas avares de riffs qui accrochent l’oreille, les quatre décochent parfois des tirs de rafale qui font mal, et qui attestent d’une expérience live assez conséquente, spécialement lorsque le mid tempo s’impose et que les staccatos se reposent (« Wild Man », à mi-chemin entre MEGADETH et METAL CHURCH). Bien sûr, aussi charmant soit-il, ce premier EP se préfère première carte de visite pro plutôt que constat à chaud, et si tous les titres sont dignes d’intérêt, ils présentent encore en globalité un déséquilibre entre ambition et efficacité, comme en témoignent les trois derniers chapitres, plus succincts et portés sur l’immédiateté. On espère qu’à l’avenir les estoniens sauront faire la part des choses entre digressions évolutives et pulsions émotives, mais même en version instinctive, leur musique reste plus qu’appréciable. Ainsi, « Damage Land » semble s’obstiner à catapulter une thématique à la Lemmy dans un univers Heavy/Thrash dilué, tandis que la conclusion « Strip Queen » se réjouit d’un riff exhibitionniste, pour éclabousser la vitrine d’un Peep Show sudiste un peu crade, mais hautement recommandable passé une certaine heure. Et comme la fin de la manipulation nous offre une nouvelle accélération, on se réjouit de cette soudaine violence qui met les valseuses en transe.

Au rayon production, son un peu erratique parfois, et niveau excellente démo, mais en tant que travail perso, soulignons les efforts consentis pour que chacun trouve sa place sans empiéter sur l’espace du voisin. Les guitares prédominantes n’éclipsent pas une basse gironde et bien ronde, et le chant, parfaitement mixé ne joue pas les vedettes, et sait jouer son rôle de leader tout en laissant les autres à la fête. Le bilan est donc plus que positif pour ce Temple of Addiction qui en rendra deux ou trois accros, mais qui témoigne surtout du potentiel indéniable d’un groupe qui semble encore se chercher stylistiquement, mais qui a déjà trouvé son identité partiellement.      

 

Titres de l'album :

                         1.Broken

                         2.Temple of Addiction

                         3.Silent Anger

                         4.Wild Man

                         5.Damage Land         

                         6.Strip Queen

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/10/2018 à 17:36
75 %    195

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Incantation + Defeated Sanity + Skinned

RBD / 25/03/2019
Brutal Death Metal

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Soirée bien excellente entre potes, c'est débile c'est chro sur PxFx haha, un grand merci en tout cas


Pulmonary Fibrosis je les ai loupés il y a quelques années, j'espère avoir une seconde chance.


Il me semble que je n'avais pas plus accroché que ça à Crimson Slaughter (découvert ici même, évidemment), par contre, Fusion Bomb, ça me parle carrément. Eux et Fabulous Desaster sont mes deux grosses découvertes récentes en thrash metal.


Pas con le pere Flynn, on rappel les gars de Burn My Eyes.


Vu, en effet, merci je connaissais pas du tout les Madrilènes. C'est en effet très bien foutu comme truc. Merci pour la découverte. C'est con, leur histoire de financement participatif, j'aurai bien pris leur CD si c'était déjà sorti. Je note pour plus tard.


Korpse, c'est le genre de truc que je n'écouterais jamais sur album, mais faut avouer que sur scène c'est vraiment ultra bœuf et frontal...


Et bien fonce parce que ça déboite sévère !


MorbidOM :Mais ça ils le comprendront plus tard !


CRIMSON SLAUGHTER, jamais entendu parler.


Vrai que AA se "mélodise" au fil des disques, avec de grosses ficelles à la Maiden les concernant. C'est la tendance des groupes qui commencent par du gros death en ce moment (Deserted Fear, Chapel of Disease...), c'est sans doute eux qui ont d'ailleurs instauré cette mode, avec le succès que l'(...)


Ça sent bon tout ça, entre les clins d’œil à The Key (pochette, titre de morceau - "Paleolithic") et musique qui renvoie aussi à ce premier album mythique, achat en vue.


@Buck Dancer : c'est pas nous qui sommes vieux c'est les jeunes qui sont cons..


J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.