Bastard Thrash

Goblet

25/09/2020

Autoproduction

Voici donc les héritiers légitimes de TANKARD que l’underground nous présente comme tels depuis quelques années, et si les similitudes sont évidentes entre les deux groupes, affirmons immédiatement que ces américains ont des options un peu plus vastes que leurs modèles allemands. Certes, l’humour est une composante importante chez les deux groupes, et les jeux de mots sont guidés par le même esprit potache qu’on constatait déjà sur des œuvres comme Chemical Invasion ou The Morning After. Néanmoins, ces originaires de Pittsfield, Massachusetts possèdent un avantage de taille sur la bande à Gerre et compagnie : leur sens de la blague potache s’accompagne d’un talent de composition redoutable, qui leur permet de faire passer la plus débile des galéjades pour un spectacle inédit et tendu. Après deux EP’s, les GOBLET passent donc la vitesse supérieure, mais comme tout bon dilettantes qui se respectent ont joué la fourberie facile pour nous refiler d’anciennes chansons sous de nouvelles versions. Au menu donc de Bastard Thrash, ce premier long, du recyclage de leurs deux précédents formats moyens, avec des morceaux empruntés à Spring Thaw et On Tap et remis au goût houblonné du jour, mais comment en vouloir à ces branleurs d’en remettre une couche en offrant un lifting à des hymnes qu’ils ont eux-mêmes composés ? Après tout, un premier LP est une carte de visite qui se doit de marquer les esprits, et il n’y a aucun mal à le remplir de bonnes idées, même si elles viennent du passé.

Pour les néophytes se contentant des sorties majeures, sachez que les GOBLET agitent les bas-fonds du Thrash/Crossover américain depuis 2013, en donnant des concerts incendiaires et en publiant de temps en temps des pamphlets amusants, mais crédibles. Articulé autour de quatre musiciens drôles mais talentueux (Nick Saldarini, Peydon Twing, Nick Sacco et Jesse Pause), GOBLET propose un mélange assez étrange, méchamment corsé, qui se plaît à imposer des rythmiques Thrash à des thèmes parfois Death, Hardcore, pour créer une sorte de mash-up géant, terriblement ludique, mais incroyablement persuasif.

D’ailleurs, certains sites vont jusqu’à parler de Thrash/Death progressif, ce qui en dit long sur le caractère aventureux de la musique de nos amis du jour. Sans aller jusqu’à pousser le bouchon aussi loin, il est certain que le Thrash des américains est loin d’être unidimensionnel, et uniquement calé sur les influences les plus notables du passé. On reconnaît évidemment la patte légère des MUNICIPAL WASTE et de cette nouvelle garde de Thrash paillard, mais le quatuor de Pittsfield a du talent pour recycler à sa sauce, et propose souvent au sein d’un même morceau deux ou trois idées complémentaires, qui une fois mises bout à bout, forme une progression assez intéressante.

De fait, ne vous laissez pas abuser par ces titres aux jeux de mots plus ou moins habiles qui semblent aiguiller sur la piste du Comedy Thrash le plus gras. L’instrumental tricoté par la bande est certes joyeux, mais beaucoup plus fin qu’il n’y parait. D’ailleurs, les prouesses individuelles et collectives sont flagrantes dès l’ouverture tonitruante de « Madman in the Band Van », qui en à peine deux minutes passe par toutes les ambiances, et rappelle un peu musicalement Uncle Peckerhead: The Killer Roadie l’excellent film de Matthew John Lawrence. Des séquences heureuses et humaines, et de soudaines crises de colère Death qui suggèrent bien les fringales de ce pauvre Peckerhead. Nous nageons donc en plein rigolo mais costaud, et si les américains suggèrent parfois un habile croisement entre TANKARD et MUNICIPAL WASTE, ils évoquent aussi le passé des MACABRE, le présent de GAMA BOMB, soit la quintessence d’un Thrash amusant mais crédible. « Souriez autant que vous headbanguez » pourrait donc être le leitmotiv des GOBLET, qui n’hésitent jamais à accentuer le propos de passages sévèrement Death avec blasts raisonnables et voix qui part dans les graves caverneux. Mais les multiples breaks, les figures de style, les fills d’un batteur totalement possédé et les soli qui déménagent nous aiguillent donc sur la piste de musiciens qui connaissent leur boulot, mais qui préfèrent l’envisager sous un jour plus primesautier que la moyenne.

Et les titres passent, l’énergie ne se dément jamais, la fête est folle, mais certainement pas sans alcool. On se laisse séduire par ces titres courts et punchy, et une fois parvenus à « Dragons in Space », hymne parmi les hymnes et digne du « Space Beer » de TANKARD, le temps est vite passé, mais l’impression de qualité est durable. Pas question de proposer un Thrash 8.6 vomi à peine bu, le quatuor tient à la qualité de son produit, et a donc fait attention à tous le processus de distillation. Des couplets solides pour des refrains collégiaux aux chœurs très prononcés, comme tout bon tube Crossover qui se respecte, mais surtout, un survol de toutes les tendances de l’extrême raisonnable pour ne pas se contenter d’un reenactment Thrash de seconde catégorie.

Les saillies sont parfois short n’fast, et « Beer at the Wine Bar » de proposer un Hardcore remanié pour faire plaisir aux amateurs de shots costauds, mais lorsque le quatuor sort ses armes les plus fatales, le Techno-Thrash n’est pas loin, et le fabuleux « Forced Blunt Trauma » de démontrer que ces instrumentistes sont tout sauf des acteurs musicaux ratés se gargarisant de leurs propres blagues. Véritable pamphlet contre le recyclage facile et l’imagination en berne, Bastard Thrash est bien l’enfant bâtard du Thrash et du Death, ce que l’acte de naissance « Wavecrusher » prouve de son Death agressif dégénérant en Thrash démonstratif et fluide. Très à l’aise en format long, GOBLET prouve que ses deux EP’s étaient tout sauf d’heureux accidents, et nous livre avec son premier album un sérieux manifeste de passion et de crédibilité. Les surprises sont nombreuses, les accents Rock n’Thrash fréquents, la vitesse d’abatage conséquente mais raisonnable, et les tubes s’amoncèlent sur le tapis de la caissière qui ne sait même plus quel prix taper. Mais si l’on vendait ce premier LP au réel niveau de sa valeur, il vous faudrait débourser une somme assez conséquente. Alors, marrants et crédibles les mecs ? Exactement, et de sacrés bâtards Thrash. En toute amitié bien évidemment.   

 

                                               

Titres de l’album:

01. Madman in the Band Van

02. Tupperware Extraordinarie

03. Wind Fling

04. Dragons in Space

05. Beer at the Wine Bar

06. Hungover as Fuck

07. Forced Blunt Trauma

08. Wavecrusher

09. Garden of Odin

10. Metrognome with a G

11. Bald Motherfucking Eagle

12. Royal Jelly

13. Hashtronaut


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/08/2021 à 14:48
85 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35