Crossroads

Wings Of Decay

11/05/2019

Autoproduction

Nouveaux venus sur la scène Hard-Rock nationale, les WINGS OF DECAY n’en sont pas pour autant des débutants, loin de là. En effet, ce nouveau groupe est en fait l’extension ou un side-project relié à l’entité LORRAINE CROSS, dont je vous ai déjà parlé en ces colonnes. Plus en détail, cinq des cinq membres de ce nouveau concept sont donc des musiciens faisant partie des deux groupes (Tony Van Hagen - chant, Thomas Feuga - batterie, DK & Stephane Herpoux - guitares, et Renaud Arnould - basse), ce qui ne manquera pas de provoquer des rapprochements au niveau du style. Déduction parfaitement logique, ce que les musiciens eux-mêmes affirment sur leur page Facebook. Néanmoins, et malgré ces similitudes frappantes, ne vous attendez pas à un simple succédané, puisqu’il existe des différences entre les deux approches. En effet, WINGS OF DECAY montre un groupe moins influencé par le Heavy classique, et beaucoup plus perméable au Hard-Rock mélodique tel qu’il était pratiqué dans les eighties, ce qui représente peu ou prou l’influence principale des toulousains. Fondé en 2017, cette nouvelle entité n’est donc pas qu’un simple clone, mais un ensemble à part entière, ce que ce premier et fier album prouve de ses dix morceaux très travaillés. On retrouve bien sûr l’allant et la prestance de LORRAINE CROSS, notamment dans les riffs, toujours aussi tranchants, mais aussi dans la voix unique de Tony Van Hagen, qui n’est ni plus ni moins qu’un talent équivalent aux timbres historiques de Jami Jamison ou Steve Perry. Il n’est d’ailleurs pas interdit de voir en ce Crossroads un pont tendu entre le Heavy harmonique et l’AOR des années 80, une sorte de raccourci entre JOURNEY et BONFIRE, avec quelques petites touches d’ACCEPT, de DIO, et autres références incontournables de l’époque.

Et à vrai dire, tout est dit dans le titre de l’album. Crossroads, ce croisement entre les différents chemins qu’un groupe peut emprunter pour trouver son identité. Celle de LORRAINE CROSS étant bien affirmée, il convenait d’insuffler à ce nouveau projet une personnalité forte, ce que les principaux compositeurs ont bien évidemment fait. En résulte un disque solide, aux chansons pertinentes, souvent accrocheuses, toujours mélodiques, mais sans verser dans la niaiserie ou la mièvrerie. Non, les WINGS OF DECAY tiennent à leur affiliation Heavy Metal, et n’hésitent pas à durcir le ton quand il le faut. Et c’est ce parallèle entre des plans durs et des accents presque Glam qui rend cette dizaine de titres assez fascinants, malgré quelques redites au niveau de la rythmique qui applique souvent le même mid tempo appuyé. Nul n’est parfait, mais dès « Crossroads », on sent l’envie, on se rappelle d’icônes du passé (en l’occurrence HELLOWEEN dont l’intro de « I Want Out » n’est pas tombée dans l’oreille de sourds…), avant de succomber à la flamboyance de ce chant royal sur fond d’instrumental dopé à la testostérone Hard Rock. Belle combinaison qui donne lieu à des couplets enflammés découlant sur des refrains policés, qui jamais ne laissent retomber la pression. Il est évidemment difficile de trouver une quelconque originalité à cette approche, qui se satisfait très bien d’un formalisme de surface, mais ce même formalisme tient plus de la passion avouée que de l’erreur de débutant qui copie sans modifier.

Proposant des développements longs mais aussi des intermèdes plus concis, le quintet joue la carte de la diversité d’idées, et se plait à s’imaginer comme emblème d’un Hard-Rock efficace, suggérant SHARK ISLAND tout comme SURVIVOR (« Roadstar », « Live or Die »), avant de basculer du côté sombre de la force et nous rappeler que leur appartenance à LORRAINE CROSS est tout sauf un hasard (« Out in the Night », méchanceté sombre et Heavy du meilleur goût). Tout n’est pas encore parfait, mais on sent que les instrumentistes ont du bagage, et qu’ils ont suffisamment traîné leurs guêtres sur scène pour savoir de quoi ils parlent. On n’évitera pas quelques itérations qui se sentent, quelques plans qui se répercutent d’un titre à l’autre, mais heureusement, outre le talent vocal indiscutable de Tony Van Hagen, le groupe peut aussi se reposer sur les éclairs de solistes de DK et Stéphane, qui ne se gênent jamais pour illuminer leur musique de passages en solo convaincants et véloces. Toutefois un peu long, Crossroads aurait sans doute gagné à être condensé, et voir ses idées résumées parfois, même si des instants d’émotion nous sauvent de l’uniformité (« Until the End »). Mais grâce à un surplus d’énergie qui se manifeste à intervalles réguliers (« Wanker »), et à des accès de fureur totalement Power Metal (« Full Speed », classique, mais terriblement efficace de son tempo échevelé), le tout passe très bien, et montre que les cinq potes ont de la réserve. Certains trouveront assez étrange de terminer le parcours sur une ballade plutôt connotée et stéréotypée (« Far Away from You », pas indispensable), mais ils pourront toujours se repencher sur le cas des morceaux les plus burnés (« Final Round ») pour rééquilibrer leur jugement.

Avec une production légèrement nostalgique mais bien dans son époque, un investissement personnel et collectif indéniable, et des titres qui tiennent largement la route, entre Hard vraiment dur, mélodique qui assure et Heavy bien mur, WINGS OF DECAY signe un premier effort qui ne vous en demandera aucun pour l’apprécier. Reste à savoir si les mecs assureront toujours pour deux, ou si ce premier jet n’est à considérer que comme une récréation. Si tel est le cas, elle est agréable, et mérite largement votre attention. De quoi faire monter la température toulousaine de quelques degrés avant l’été.

  

Titres de l’album :

                       1.Crossroads

                       2.Roadster

                       3.Metal Zipper

                       4.Live or Die

                       5.Until the End

                       6.Wanker

                       7.Final Round

                       8.Out in the Night

                       9.Full Speed

                      10.Far Away from You

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2019 à 18:38
78 %    454

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29