Nouveaux venus sur la scène Hard-Rock nationale, les WINGS OF DECAY n’en sont pas pour autant des débutants, loin de là. En effet, ce nouveau groupe est en fait l’extension ou un side-project relié à l’entité LORRAINE CROSS, dont je vous ai déjà parlé en ces colonnes. Plus en détail, cinq des cinq membres de ce nouveau concept sont donc des musiciens faisant partie des deux groupes (Tony Van Hagen - chant, Thomas Feuga - batterie, DK & Stephane Herpoux - guitares, et Renaud Arnould - basse), ce qui ne manquera pas de provoquer des rapprochements au niveau du style. Déduction parfaitement logique, ce que les musiciens eux-mêmes affirment sur leur page Facebook. Néanmoins, et malgré ces similitudes frappantes, ne vous attendez pas à un simple succédané, puisqu’il existe des différences entre les deux approches. En effet, WINGS OF DECAY montre un groupe moins influencé par le Heavy classique, et beaucoup plus perméable au Hard-Rock mélodique tel qu’il était pratiqué dans les eighties, ce qui représente peu ou prou l’influence principale des toulousains. Fondé en 2017, cette nouvelle entité n’est donc pas qu’un simple clone, mais un ensemble à part entière, ce que ce premier et fier album prouve de ses dix morceaux très travaillés. On retrouve bien sûr l’allant et la prestance de LORRAINE CROSS, notamment dans les riffs, toujours aussi tranchants, mais aussi dans la voix unique de Tony Van Hagen, qui n’est ni plus ni moins qu’un talent équivalent aux timbres historiques de Jami Jamison ou Steve Perry. Il n’est d’ailleurs pas interdit de voir en ce Crossroads un pont tendu entre le Heavy harmonique et l’AOR des années 80, une sorte de raccourci entre JOURNEY et BONFIRE, avec quelques petites touches d’ACCEPT, de DIO, et autres références incontournables de l’époque.

Et à vrai dire, tout est dit dans le titre de l’album. Crossroads, ce croisement entre les différents chemins qu’un groupe peut emprunter pour trouver son identité. Celle de LORRAINE CROSS étant bien affirmée, il convenait d’insuffler à ce nouveau projet une personnalité forte, ce que les principaux compositeurs ont bien évidemment fait. En résulte un disque solide, aux chansons pertinentes, souvent accrocheuses, toujours mélodiques, mais sans verser dans la niaiserie ou la mièvrerie. Non, les WINGS OF DECAY tiennent à leur affiliation Heavy Metal, et n’hésitent pas à durcir le ton quand il le faut. Et c’est ce parallèle entre des plans durs et des accents presque Glam qui rend cette dizaine de titres assez fascinants, malgré quelques redites au niveau de la rythmique qui applique souvent le même mid tempo appuyé. Nul n’est parfait, mais dès « Crossroads », on sent l’envie, on se rappelle d’icônes du passé (en l’occurrence HELLOWEEN dont l’intro de « I Want Out » n’est pas tombée dans l’oreille de sourds…), avant de succomber à la flamboyance de ce chant royal sur fond d’instrumental dopé à la testostérone Hard Rock. Belle combinaison qui donne lieu à des couplets enflammés découlant sur des refrains policés, qui jamais ne laissent retomber la pression. Il est évidemment difficile de trouver une quelconque originalité à cette approche, qui se satisfait très bien d’un formalisme de surface, mais ce même formalisme tient plus de la passion avouée que de l’erreur de débutant qui copie sans modifier.

Proposant des développements longs mais aussi des intermèdes plus concis, le quintet joue la carte de la diversité d’idées, et se plait à s’imaginer comme emblème d’un Hard-Rock efficace, suggérant SHARK ISLAND tout comme SURVIVOR (« Roadstar », « Live or Die »), avant de basculer du côté sombre de la force et nous rappeler que leur appartenance à LORRAINE CROSS est tout sauf un hasard (« Out in the Night », méchanceté sombre et Heavy du meilleur goût). Tout n’est pas encore parfait, mais on sent que les instrumentistes ont du bagage, et qu’ils ont suffisamment traîné leurs guêtres sur scène pour savoir de quoi ils parlent. On n’évitera pas quelques itérations qui se sentent, quelques plans qui se répercutent d’un titre à l’autre, mais heureusement, outre le talent vocal indiscutable de Tony Van Hagen, le groupe peut aussi se reposer sur les éclairs de solistes de DK et Stéphane, qui ne se gênent jamais pour illuminer leur musique de passages en solo convaincants et véloces. Toutefois un peu long, Crossroads aurait sans doute gagné à être condensé, et voir ses idées résumées parfois, même si des instants d’émotion nous sauvent de l’uniformité (« Until the End »). Mais grâce à un surplus d’énergie qui se manifeste à intervalles réguliers (« Wanker »), et à des accès de fureur totalement Power Metal (« Full Speed », classique, mais terriblement efficace de son tempo échevelé), le tout passe très bien, et montre que les cinq potes ont de la réserve. Certains trouveront assez étrange de terminer le parcours sur une ballade plutôt connotée et stéréotypée (« Far Away from You », pas indispensable), mais ils pourront toujours se repencher sur le cas des morceaux les plus burnés (« Final Round ») pour rééquilibrer leur jugement.

Avec une production légèrement nostalgique mais bien dans son époque, un investissement personnel et collectif indéniable, et des titres qui tiennent largement la route, entre Hard vraiment dur, mélodique qui assure et Heavy bien mur, WINGS OF DECAY signe un premier effort qui ne vous en demandera aucun pour l’apprécier. Reste à savoir si les mecs assureront toujours pour deux, ou si ce premier jet n’est à considérer que comme une récréation. Si tel est le cas, elle est agréable, et mérite largement votre attention. De quoi faire monter la température toulousaine de quelques degrés avant l’été.

  

Titres de l’album :

                       1.Crossroads

                       2.Roadster

                       3.Metal Zipper

                       4.Live or Die

                       5.Until the End

                       6.Wanker

                       7.Final Round

                       8.Out in the Night

                       9.Full Speed

                      10.Far Away from You

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2019 à 18:38
78 %    248

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)