Ceremonial Resurrection

Cathartic

29/07/2020

Concreto Records

Du Death Metal pur jus mexicain masterisé par la légende Dan Swanö aux Unisound Studios, voilà qui a de quoi intriguer, d’autant plus que cet EP est la première réalisation du combo. Connaissant les habitudes de Dan, comme celles de Brad Boatright, la curiosité est aussitôt piquée au vif, mais une écoute attentive du produit en question permet de comprendre pourquoi le mythe des consoles s’est intéressé à ce jeune groupe.

Fondé à Guadalajara en 2019, ce jeune combo a donc attendu deux années pour exposer ses vues via ce féroce format court. Vingt-et-une minutes d’agression constante, une facilité déconcertante à jouer avec les tempi, et une puissance à décorner les zombies agressifs de Bruno Mattei. Quatuor solide, CATHARTIC sera certainement une catharsis pour tous les amateurs de Death old-school joué avec les tripes, mais risque d’incarner la Némésis parfaite des adorateurs de Techno-Death ou de Progressif précieux. Basé sur les fondements de l’école européenne des années 90, Ceremonial Resurrection propose une sorte de panaché très cruel entre les exactions sadiques de DISMEMBER et les éructations sauvages de PESTILENCE/ASPHYX, et nous offre donc une épaisse tranche de violence instrumentale.

Jimmy Figueroa (basse), Jimmy Beltrán (guitare), Erick Beltrán (guitare/chant) et Ángel Rosales (batterie et dernier arrivé dans la bande) foncent donc dans le tas comme des fossoyeurs avides de coups de pelle dans la terre, et développent de beaux arguments formels. Avec un son gigantesque qui n’est pas sans évoquer celui des studios Sunlight, une pochette noir et blanc superbe signée Juanjo Castellano, et un tracklisting faisant la part belle à un résumé exhaustif des tendances en vogue dans les nineties, Ceremonial Resurrection célèbre le Death Metal le plus cru et authentique, mais ne rechigne pas non plus à intégrer quelques passages un peu plus fins que la moyenne. Ainsi, après une pression constante de plus de dix minutes, « Where Nothing Prevails » ose le son clair et les harmonies, dans un accès de fourberie pendable. Car une fois passés les arpèges d’introduction, c’est une pluie de blasts qui nous accueille, nous replongeant dans les enfers les plus bouillants du Death hollandais ou suédois.

  

Rien de fondamentalement surprenant, mais une efficacité redoutable. Une intensité noble, une démence à la LIK sans les tics gênant du plagiat ENTOMBED (même si les passages les plus pesants et compressés ne sont pas sans rappeler Clandestine), un Crossover truffé de riffs à la COMECON, soit de multiples clins d’œil à la carrière du géant Martin Van Drunen.

Entre compact raisonnable et véloce (« Bringer of Hate », timing Eurovision pour une boucherie intégrale dominée du brio aux baguettes d’Ángel Rosales), et développements plus conséquents (« Retribution »), les mexicains de CATHARTIC ne nous laissent pas un instant de répit, et écrasent nos tympans avec beaucoup d’intelligence dans la méchanceté. Alternant les vitesses de croisière, s’en remettant au timbre profond d’un vocaliste vraiment grognon, et utilisant toutes les combinaisons de riffs possibles, avec en sus la solidité créative d’un batteur à qui on ne la fait plus, Ceremonial Resurrection est une belle surprise dans l’univers si sclérosé du Death vintage, qui n’en peut plus de recycler ses propres méthodes d’embaumement. Mentions spéciales aux saccades précises, aux petits coups de splash de Rosales, et à la puissance joyeuse de l’épilogue « Drowned in Terror ».

Vous pouvez y aller les yeux fermés, en faisant confiance à Dan Swanö. Il n’est pas du genre à bosser avec n’importe qui, et a trouvé en CATHARTIC une solide base de travail pour exercer ses talents incomparables.     

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Crypt is Hidden Forever      

02. Slowly Rotting    

03. Retribution          

04. Where Nothing Prevails

05. Bringer of Hate     

06. Drowned in Terror


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 06/01/2022 à 18:15
85 %    45

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26