Au football, on célèbre souvent le fameux « coup du chapeau », ou hat trick en anglais. Ce qui revient en fait à louer l’adresse d’un joueur capable de planter trois buts dans le même match, d’affilée si possible. Mais le principe vaut pour toute discipline, même artistique, puisque lorsqu’un artiste se lance directement dans la production conséquente et réussit presque à chaque fois à atteindre ses ambitions, on peut aussi saluer ses qualités de dextérité, et lui concéder ce fameux hat trick si recherché par les sportifs. Et sans vouloir être chauvin, puisque la nationalité des groupes n’a que peu d’importance après tout, je soulignerai aujourd’hui la science exacte de musiciens français qui viennent de prouver via leur troisième album qu’ils appartiennent à cette catégorie d’artistes d’exception. AUTOKRATOR, en sortant ce très estimable Hammer Of The Heretics démontre en effet qu’il n’est nul besoin de passer régulièrement par les cases demo, EP ou split pour s’accomplir pleinement, et nous offre une suite parfaitement conséquente au monstrueux The Obedience to Authority, qui m’avait enthousiasmé il y a deux ans passés. En choisissant de rester fidèle à leur éthique, ces instrumentistes ont fait le bon choix, puisqu’on retrouve toutes les composantes de leur art sombre et violent, agrémenté d’un surplus de puissance au niveau des guitares, alors que le fond se veut inamovible et foncièrement bruyant. Certes, le créneau à hauts risques du Death à tendance Doom et Ambient n’autorise pas grande variation de ton, mais le trio (Loïc F - guitare/basse, Kevin Paradis - batterie et David Bailey - chant) parvient toujours à maintenir l’attention par un choix d’arrangements discrets mais patents, et quelques variations de grondements qui apportent une plus-value à leur cacophonie sourde et rampante. 

Si Loïc reste toujours le maître d’œuvre de l’horreur, il a su s’entourer pour ce troisième LP d’une équipe à la hauteur de ses déviances. On trouve donc derrière le micro David Bailey, qui de son infâme voix caverneuse hantera bien des cauchemars à venir, et surtout, Kevin Paradis au kit (BENIGHTED, AGGRESSOR, MITHRIDATIC, ex-SVART CROWN), à la frappe monumentale apportant un écho cryptique à l’ensemble, tout autant qu’une puissance de feu à faire pâlir les flammes de l’enfer. De fait, nous nous retrouvons en pleine dégénérescence artistique, basée sur une déliquescence des sens, fondant ses préceptes sur une brutalité omniprésente, se caractérisant par d’incessantes attaques rythmiques et autres bourbiers de riffs en pleine décomposition. Les parallèles que j’avais dressés à l’occasion de The Obedience to Authority sont toujours aussi valables (GODFLESH, GNAW THEIR TONGUES), mais de nouvelles comparaisons sont possibles, notamment avec l’art cryptique des IN SLAUGHTER NATIVES et autres LUSTMORD, pour cette façon d’utiliser le son et son expression pure comme un instrument à part entière, tout comme des allusions à PORTAL, DEATHSPELL OMEGA, ou P.H.O.B.O.S sont pertinentes à des degrés divers. Mais les déconstructions en gigogne de Loïc, l’investissement total de David et Kevin font d’AUTOKRATOR l’individualité qu’il est, et permettent au projet d’éviter les affiliations directes qui ne seraient que poudre aux yeux pour tenter d’éviter d’admettre la réalité telle qu’elle est. A savoir que cette créature protéiforme est en train de devenir l’une des plus dangereuses de la scène internationale, et qu’elle sert dès à présent de référence ultime dans l’ignominie à bon nombre de combos.

Si vous n’êtes pas rompus à l’exercice, les efforts que demanderont Hammer Of The Heretics risquent d’être difficiles à fournir. Il faut en effet faire preuve d’abstraction, et d’accepter de s’immerger dans un cloaque de gravité, et si le trio ne cherche nullement à séduire les masses (leur démarche seraient plutôt inverse), ils parviendront une fois de plus à attirer vers eux les plus flingués de l’underground, qui trouveront en cette troisième étape un chapitre de plus à ajouter à la grande histoire de l’abomination musicale. Entre des lignes de chant qui sont autant de cris vomis à la face de l’espoir, une guitare qui geint sans cesse pour réclamer un meilleur traitement de ses fréquences médium, et une batterie qui rumine sa rage sur de longs interludes pesants avant de la laisser exploser sur des soudaines embardées de violence, le tableau est complet, et dur à regarder en face. Pourtant, on trouve toujours un motif accrocheur auquel se suspendre, une partie rythmique presque groovy dans l’esprit, et surtout, une atmosphère générale qui nous renvoie à notre propre nature d’animal presque dénué d’empathie, ce que confirment des lyrics qui s’accordent parfaitement à l’ensemble. Le groupe se permet même une citation dans le texte, via celui de « Le Sang Impur », adapté de Claude Joseph Rouget de Lisle, qui leur permet même l’une de leurs exactions les plus néfastes et développées. En presque dix minutes, le trio fait le tour de la question du Death à tendance Indus, Ambient et Drone de la plus efficace des façons, et règle son compte à l’harmonie, la décence, sans suffisance, mais avec la fierté d’avoir le talent nécessaire pour le faire. On y trouve le mutisme des artistes qui refusent tout principe de respiration (même si « Interlude » vient à propos juste après pour nous offrir un peu d’air), l’ascétisme des puristes de la brutalité qui enchaînent les plans douloureux avec les idées écrasantes, et le nihilisme des auteurs fuyant la moyenne d’agression comme la peste. Le mot d’ordre est ici d’aller au fond des choses sans refuser parfois d’aller trop loin et de friser les cimes du chaos, mais sans non plus verser dans l’ad-lib nauséeux et indigeste. Et le tout laisse une sale impression de souillure de l’âme…

En quatre véritables pièces, AUTOKRATOR nous rassasie sans pour autant varier son discours, qui semblera un peu roboratif pour les plus pointilleux. Il est certain que l’on retrouve de segment en segment un nombre conséquent de plans similaires, mais la production extrêmement compacte n’aide pas vraiment à différencier l’indissociable, et la production concoctée par Loïc lui-même se rapproche des travaux les plus difficiles d’approche des THE BODY, sans pour autant leur emprunter leur vocable. En ressort une impression de moiteur insupportable, et d’apnée intellectuelle qui empêche le sang d’accéder à notre cerveau, nous plongeant dans un état de conscience parallèle, propice à l’appréhension de concepts étrangers à la lucidité. Il est évident que mon discours se veut un peu hermétique, voire abscons, mais il est très difficile de décrire cette musique qui n’en est pas vraiment une, mais qui n’appartient pas non plus aux débordements bruitistes les plus incongrus. Disons juste qu’on se demande vraiment où tout cela va finir, et que Hammer Of The Heretics, quoique moins volatile que le conceptuel The Obedience to Authority, se veut tout aussi cohérent, et unique dans sa quête d’absolu.  


Titres de l'album:

  1. Against Flesh and Blood
  2. Le Sang Impur
  3. Interlude
  4. Hammer of the Heretics
  5. Inquisitio-Denunciatio-Exceptio

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/04/2018 à 14:53
80 %    236

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
10/04/2018 à 09:16:07
Quelle chronique mon ami ! Je rejoins ce constat cet album sent le souffre !

Ajouter un commentaire


Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.