Entheognosis

Plasmodium

29/12/2016

Satanath Records

Je vous l’avais dit il y a peu, le Black refuse de se cantonner au simple rôle d’épouvantail du passé planté au milieu d’un champ de désolation musicale pour attirer les corbeaux des ténèbres. C’est un style mouvant, qui refuse les attaches, et qui évolue, au point de se transfigurer, pour parfois perdre ses traits les plus caractéristiques et offrir un visage flou, grotesque, effrayant ou intrigant.

Un nouvel exemple de mutation nous est offert ce matin via les services des Russes de Satanath Records, qui depuis la fin 2016, distribuent le premier album des Australiens de PLASMODIUM.

Je pourrais abuser de métaphores pour décrire cet ensemble, mais le mieux est encore de laisser parler ses membres, qui offrent une description de leur vision très personnelle, et pour le moins absconse. Et en VO je vous prie, pour l’intégrité des propos.

«“PLASMODIUM exists to haunt the thresholds of outer knowledge. By means of our continuing experiments into auditory hallucinations, we have formed a vortex as a Tetrahemihexahedron. From its ghastly blazing eye the sounds of matter and time weep through the untempered schizm. It is by our will and sinew that the corruptive metageometric viral code is granted earthly form »

La traduction vous est libre évidemment, mais une chose se dégage de ce laïus pour le moins hermétique. Il est en mots ce que ce disque est en sons. Libre, complexe, décalé, excentré, et finalement, ouvert à de multiples interprétations.

Pourtant, l’adjonction d’inflexions psychédéliques est devenue chose courante dans les styles extrêmes. On commence à en avoir l’habitude, et des groupes comme PORTAL, GNAW THEIR TONGUES ou KHANATE nous ont déjà entraînés dans les dédales d’un amalgame contre nature entre violence abrasive underground et liberté d’agencement.

Pourtant, les Australiens de PLASMODIUM poussent les choses encore plus loin. A tel point qu’on pourrait les croire venus d’un autre monde, un monde qui ne serait pas régit par des règles musicales établies, par des dogmes de construction de composition agencés et cohérents.

Des quatre pistes de cet initial Entheognosis (Entheus, inspiré par une divinité, Gnosis – la connaissance), aucune ne semble devoir répondre à des critères de logique et d’évolution. Toutes résultent d’une inspiration instantanée, comme une jam infernale destinée à faire émerger des sons provenant d’un état de conscience différent, générant de fait un état altéré de perception. Somme toute, une drogue musicale qui ouvre les portes de votre esprit, et vous permet d’accéder à des niveaux supérieurs de compréhension. Compliqué, bavard, mais il faut bien tenter de percer un peu le mystère de ce Black Metal pas vraiment psychédélique, mais terriblement expérimental, et, osons le terme, « d’avant-garde ».

Le quintette (Fuath – incantations, Demoninacht – limbic chaos, Nocentor – reverberactions, Aretstikapha – conjurations et Yen Pox – warp siphon) n’a pas vraiment cherché la simplicité ni la cohérence, et s’est perdu dans ses propres limbes d’inspiration pour proposer à l’auditeur de faire ses propres choix.

Dès lors, les possibilités sont infinies. Vous pouvez prendre l’album dans son intégralité, en piocher des éléments, les réassembler, ou tout rejeter d’un bloc.

Ce qui serait évidemment dommage.

Le tout justement, peut paraître foutoir, bordel à peine organisé autour de quelques idées motrices. D’ailleurs, dès le premier morceau, « Limbic Disassociation », les dés sont jetés. Enormes riffs Sludge, lourdeur suffocante, accélérations sur tapis de blasts et chant arraché aux enfers personnels, breaks imprévisibles, extensions au-delà du raisonnable, feedback, dissonances, le tout vous conduit sur la piste d’un ad-lib lysergique dont on ne revient pas indemne, et qui laisse des séquelles psychologiques assez marquées. Une sorte de jam sans limitation d’imagination, délire bruitiste qui renvoie GNAW THEIR TONGUES et ABRUPTUM dans leur caveau figé pour mieux exploser les conventions de l’insupportable, de l’insoutenable. Et pourtant, on tient le coup, parce que quelque part, tout ceci est fascinant, et parce qu’on aimerait bien ressentir, à défaut de comprendre.

A compter qu’il y ait quelque chose à comprendre…

« Reformoculus » ose le trop plein de violence évacué à grands coups de rythmiques BM impitoyables, mais n’hésite pas non plus à y incorporer des éléments de Drone, de Progressif occulte et à secouer le tout de stridences abusives pour en accentuer la patine abrasive.

On pense à un mélange de rigidité Allemande héritée du Krautrock, d’abstraction avant-gardiste de la No-Wave poussée à son paroxysme, le tout plongé dans un grand bain d’acide Death scandinave underground des années 90.

En fait, un point de convergence déstabilisant entre l’art de perdition spatial des HAWKWIND, la déconstruction bruitiste de GNAW THEIR TONGUES, et un traitement austral très personnel de la douleur auditive sans concessions.

Un genre de voyage astral au plus profond de sa propre douleur, pour tenter d’en extraire l’essence de vie. Inextricable ?

Sans doute, et c’est tant mieux.

Et si « Hermaphrodisiac » semble se contenter d’un Drone bouillant et grouillant sur ses premières minutes, sa structure une fois de plus cède sous les coups de boutoir d’un BM malfaisant et cauchemardesque. Longs intermèdes silencieux striés de lacérations de basse et de guitares à l’agonie, rythmique en totale liberté de frappe, et chant qui s’appréhende comme une couche d’arrangements supplémentaires.

En conclusion, « Deuteromitosis », ne dévie pas de la liberté brutale, et se contente de proposer une porte de sortie fermée à clé pour mieux vous enfermer à jamais dans un monde terriblement effrayant, désoxygéné, vous poussant à faire appel à vos sens les plus primaux pour éviter une asphyxie totale…

A proprement parler, Entheognosis n’est pas un « album ». C’est une suite de sons plus ou moins organisés, un médium d’expression sans retenue, qui utilise les codes du BM, du Death, de l’avant-garde Noisy, du progressif occulte, pour tenter de poser sa philosophie sans imposer un cadre trop strict.

Chaque sensibilité étant unique, il est évident que la plupart d’entre vous rejetteront cet effort dans son ensemble, tandis que d’autres y verront un voyage étrange, chaotique, mais terriblement expressif. Une autre somme de connaissances, libre de droits.

 Ou juste cinq musiciens pas comme les autres, qui manient leurs instruments comme Janov manipulait les cris puériles de ses patients en quête de catharsis.


Titres de l'album:

  1. Limbic Disassociation
  2. Reformoculus
  3. Hermaphrodisiac
  4. Deuteromitosis

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/03/2017 à 09:00
68 %    737

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Black Bomb A + Leng Tch'e + Catalyst 11/12 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Noté pour le 10 décembre et ce premier extrait en écoute ! 

03/12/2021, 14:12

Humungus

J'allais le dire !

03/12/2021, 11:53

Simony

Très bon ce titre... une démo qui promet !

03/12/2021, 09:05

Humungus

Merci Damien.Y'a déjà des noms de groupes prévus ?

03/12/2021, 06:18

Humungus

"On retrouve à la guitare chez CRYSTAL THRONE le Youtubeur français Max Yme"Mon dieu comme cela donne déjà envie... ... ...

02/12/2021, 22:05

Gerggg

Tour à fait d’accord avec grinder92, ras le cul des pisses froid qui pleurent tout le tempset sinon pour les groupes qui se réinventent on peut peut être citer death les Beatles et the Curej’en mets même un 4ème pour énerver les ra(...)

02/12/2021, 17:40

Jus de cadavre

"Malheureusement, il semblerait que le public soit déjà retombé dans ses mauvaises habitudes d'avant COVID, se plaindre sur les réseaux mais manquer de continuité et de logique dans ses actes ! On ne vous le dira jamais assez, si vous ne vous bougez pa(...)

02/12/2021, 15:29

Arioch91

J'adore MaxYme et sa chaîne YouTube.Il égratigne les groupes et musiciens sans vergogne mais avec beaucoup de mauvaise foi.Rien que de lire les commentaires des pisses froid qui prennent tout au 1er degré me fait hurler de rire.En revanche, Crystal Th(...)

02/12/2021, 14:41

Damien

prochaine date le dimanche 20 mars 2022 ;-)

02/12/2021, 14:09

grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11