Tous les chemins mènent à Rome parait-il…Dans l’antiquité, c’était le cas, dans les années 70, Rome est devenu New-York, puis Los Angeles dans les années 80. Aujourd’hui, Rome n’existe plus que sur la toile, et le réseau global est devenu la mégapole dans laquelle il faut constamment évoluer sous peine de se voir enterrer sous une couche d’oubli. Mais finalement, personne n’a pu oublier l’importance de Los Angeles sur la scène Hard mondiale, ces années de débauche, visuelle, comportementale, cette exubérance qui transformait des clodos d’hier en héros d’aujourd’hui. Sans bouteille de Nightrain, il était possible de survivre en commandant des pizzas juste avant l’heure de la fermeture, et les récupérer dans les poubelles. On piquait dans le sac des copines de quoi s’acheter à boire, et vogue la galère, de salles de répète à la scène du Whiskey ou du Roxy…En France, la donne était légèrement différente. Les assedics, les minima sociaux, ou le travail ponctuel à l’usine vous permettaient de vous retrouver trois ou quatre fois par semaine, ou le weekend pour répéter avec les potes, élaborer un répertoire, et gloser pendant des heures sur votre rêve. Ce rêve d’être l’égal des groupes étrangers que vous admiriez dans les magazines, et dont les chiffres de vente et les tournées pharaoniques vous faisaient tripper plus efficacement qu’un pauvre joint roulé entre deux morceaux. A l’époque, aucun de nos groupes ne pouvait rivaliser avec les pères fondateurs, avec les allumés de L.A, et il fallait souvent se contenter de pauvres concerts organisés à la hâte dans des MJC, en attendant de trouver une première partie potable qui vous faisait presque rentrer dans vos frais. On le sait, Paris, Bordeaux, Le Mans n’ont jamais été la Californie, et un groupe qui faisait mine de s’exporter aux USA était systématiquement et méthodiquement enfoncé par ses petits camarades, qui trouvaient toujours une bonne raison de vous cracher dessus et d’étaler leur mépris dans les interviews. En y repensant, et en mettant l’affaire FISC entre parenthèses, je me demande ce qu’il serait advenu des BLACKRAIN dans les années 80 s’ils avaient osé tenter le hat-trick qu’ils ont réussi dans les années 2000. On les aurait sans doute conspué, argué de connivences familiales, de trahison, et pointé du doigt le fait que leur musique était complètement pompée sur celle des amerloques. Ils auraient sans doute eu plus de mal, beaucoup plus de mal, mais heureusement, leur carrière n’a pas commencé en 85 à Annecy, et leur premier album est sorti en 2006, une époque où la réussite d’un groupe français n’étonnait plus personne.

Excusez à l’auteur de ces lignes une certaine aigreur vis à vis de ses propres souvenirs. J’ai connu tellement de groupes approximatifs mais encensés par la presse parce qu’ils étaient français, et d’autres méritant descendus pour les mêmes raisons que je l’ai un peu amer dans la bouche. Moi, j’ai toujours adoré les BLACKRAIN, depuis leurs débuts, depuis ce fameux éponyme qui avait tout déclenché, et encore plus après avoir découvert l’hédonisme éclatant de License To Thrill. Je les ai interviewés, rencontré des gens charmants qui savaient exactement ce qu’ils voulaient, et qui faisaient tout pour l’avoir. Et quel mal y a-t-il d’afficher ses ambitions tant qu’on a le talent pour les assumer publiquement ? Car oui, je l’affirme, BLACKRAIN n’a jamais eu aucun concurrent dans ce style hautement casse-gueule qu’ils ont choisi, et totalement embrassé de leur look à leurs compositions. Des compositions toujours aussi bonnes, teen juste ce qu’il faut, respectueuses des codes mis en place il y a trente ans, et quelque part, annonciatrices de la vague old-school scandinave des dix dernières années. Pas étonnant dès lors que Swan se soit expatrié dans le pays du froid, puisqu’il y évolue parmi ses pairs, qui l’ont adoubé depuis longtemps. Mais puisqu’il faut coller à l’actualité, parlons-en. Et l’actualité, c’est ce sixième album, petit miracle en soi puisque presque aucun groupe des années 80 n’a réussi à dépasser le troisième ou le quatrième (dans le meilleur des cas), mais les BLACKRAIN, malgré les similitudes et autres images d’Epinal ne sont pas un groupe des années 80, mais bien des années 2000, les seules années capables de les accueillir avec la chaleur qu’ils méritaient. Et comme s’ils étaient conscients de cet état de fait, les boys se sont autorisés un sale regard en arrière avec ce Dying Breed, qui les présente comme une espèce en voie de disparition. Les cheveux longs, le cuir, l’attitude, tout ce barnum qui les rattache à l’histoire et qui semble aujourd’hui définir une personnalité dont personne ne veut, une attitude de rockeur très peu en phase, mais ont-ils vraiment cure du qu’en dira-t-on ? Non, ils ont toujours fait ce qu’ils voulaient, même si les rêves de grandeur semblent avoir été remisés au placard pour privilégier la seule approche possible. L’honnêteté, le fun, et la joie de jouer.

Pour en revenir aux bases, exit les prods de Jack Douglas, et welcome back Chris Laney (CRASHDIET, CRAZY LIXX, PRETTY MAIDS), celui-là même qui avait produit le jouissif  License to Thrill en 2008, la véritable explosion du groupe. Conçu et enregistré en Suède, Dying Breed renoue donc avec la morgue des débuts du groupe, cette façon bravache de regarder le monde de haut sans se prendre pour des divas, de prendre une mode d’hier pour en faire un lifestyle d’aujourd’hui, et sous cet aspect-là, Dying Breed bat le haut du pavé et nous permet de retrouver le groupe que l’on a toujours aimé, expurgé de toute prétention un peu trop marquée. Un groupe capable de composer un hymne toutes les cinq minutes, de piquer un riff à MÖTLEY pour en faire un tube party totalement perso (« Hellfire »), un groupe capable de niquer la concurrence avec un chanteur au timbre si nasillard que même les KIX en sont verts de jalousie, en gros, un groupe parfaitement unique, bien à nous, et pourtant citoyen du monde entier. Pas de méprise s’il vous plaît, It Begins, et Released étaient bons, très bons, mais tellement policés et calibrés qu’on en venait à regretter l’abrasivité des débuts et cette violence de fond. On se disait que sur le chemin de la professionnalisation et de l’acceptation par les hautes sphères, les mecs s’étaient perdu en route, mais avaient crânement tenté leur chance et remporté leur pari. En 2019, le nom de BLACKRAIN est si bien établi qu’ils peuvent se permettent un retour plus roots que la moyenne sans paraître passéistes ou opportunistes, eux qui ont été old-school avant même que le terme ne revienne à la mode. Entendons-nous bien. Ce sixième chapitre ne propose absolument rien que le quatuor ne nous ait offert en dix ans. On y retrouve cette façon trépidante de trousser un couplet roublard pour nous exploser d’un refrain collégial et revanchard, ces breaks qui dynamisent et ces soli qui dynamitent, et des hits à la pelle, qu’ils soient amenés par l’énorme basse de Matthieu (« Blast Me Up »), ou une explosion globale à la Bob Rock (« We Are The Mayhem »). On jugera de la pertinence des instants plus sensibles (« All Angels Have Gone », mignon, mais on a toujours préféré « Love Bomb Baby » à « Heaven » chez les TIGERTAILZ), vite ramenés à proportion congrue par le groove diabolique et le phrasé emphatique (« Public Enemy », l’un des plus Heavy).

L’album, équilibré, se partage toujours entre Rock vraiment dur et Heavy pas vraiment sûr, avec toujours en exergue cette rythmique énorme de Matthieu et Frank F, l’une des plus sous-estimée du circuit mondial. « Like Me », plein d’ambivalence contraste avec la franchise punky de « Nobody Can Change », un aveu implicite qui en dit long sur la conscience que les mecs ont d’eux-mêmes, et en cerise sur le gâteau qui n’en avait pas vraiment besoin, les gars se fendent d’une reprise de la scie radiophonique « Ça Plane pour Moi », avec toutefois moins de brio et de bêtise que les PRESIDENTS OF THE UNITED STATES OF AMERICA. On excusera ce bonus pas vraiment indispensable, pour la bonne raison que tout le reste l’est. Et si tous les chemins mènent à Rome, tous ceux qui vont vers le fun convergent vers les BLACKRAIN. Inutile de tergiverser, de chercher un raccourci, un autre chemin ou une déviation, c’est comme ça, depuis 2006. Et tous les GPS du monde vous diront la même chose. Comme l’auraient indiqué les cartes Michelin du Rock des années 80.          


Titres de l’album :

                        1. Dying Breed

                        2. Hellfire

                        3. Blast Me Up

                        4. Nobody Can Change

                        5. Like Me

                        6. All Angels Have Gone

                        7. We Are The Mayhem

                        8. Rock Radio

                        9. Public Enemy

                       10. A Call From The Inside

                       11. Jenny Jen

                       12. Ça Plane pour Moi

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/10/2019 à 17:01
80 %    120

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Morbid
@78.192.38.132
03/10/2019 à 22:00:08
Risible à s'en taper le cul par terre ! Et c'est déjà ça en ces temps moroses ! Merci Blackrain.

Ajouter un commentaire


Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.