IV

Shotgun Revolution

05/02/2021

Autoproduction

Quatrième album pour les danois de SHOTGUN REVOLUTION, et deuxième seulement à franchir leurs frontières, voici qui les place dans le même cas de figure que DISNEYLAND AFTER DARK dans les années 80. C’est d’ailleurs le seul point commun entre les deux groupes, puisque nos sympathiques résidents du Danemark se placeraient plus volontiers dans une optique Post-Grunge/Alternative que dans un créneau Hard Rock’n’Roll traditionnel. Fondé dans les années 2000, le collectif a déjà cinq longue-durée à son actif, avec un départ assez tonitruant sur Join the Revolution qui en disait long sur leur mouvement d’affiliation. S’en est suivi un autre album réservé au marché national, The Legacy of Childhood Dreams, puis un autre, éponyme en 2013, avant que Mighty Music ne défende le quatuor sur son quatrième chapitre All this Could Be Yours publié il y a cinq ans. Autant dire que pour les fans, ce volume IV se faisait méchamment attendre, mais cette fanbase justement a dû être rassurée par le fait que ce nouvel album n’était que la première partie d’un diptyque dont le second volet verra bientôt le jour.

Après un rapide tour d’horizon des avis sur le net, j’ai constaté que l’album divisait, mais que son approche ne faisait pas l’unanimité dans la nostalgie. Quelques sites référentiels ont même dégainé une timide moyenne à plusieurs reprises, comme si l’album ne répondait pas à leurs attentes, ou se complaisait dans une démarche old-school un peu trop facile. Et après écoute des dix pistes formant cette nouvelle ode à l’énergie 2K, je ne peux que me ranger à l’avis positif des quelques enthousiastes ayant trouvé leur compte dans ces chansons simples et directes, mais bourrées d’arrangements et de références externes.

Aujourd’hui en autoproduction, le groupe propose donc ce qu’il sait faire de mieux depuis ses débuts et capitalise sur son expérience de scène partagée avec des pointures du calibre de SLASH ou BLACK STONE CHERRY. D’ailleurs, le guitariste Martin Frank s’était rendu dans le Kentucky il y a quelques années pour coécrire un single avec ces derniers, ce qui a dû laisser des traces, puisque IV semble empreint de ce formalisme Post-Grunge traité de façon Rock que la nouvelle génération affectionne tant. La recette a donc été reproduite ici, ainsi que l’équipe de production. Nous retrouvons donc en arrière-boutique des noms connus de l’entourage du groupe, avec encore une fois un Flemming Rasmussen en ingé-son magique, et une prod’ maison signée Martin Frank, avant que le mixage et le mastering ne soient confiés à la légende rassurante Jacob Hansen (DIZZY MIZZ LIZZY, VOLBEAT, AMARANTHE). Le résultat est évidemment tonitruant, avec une dynamique incroyable servant admirablement bien le propos éclectique et énergique de ce nouvel album qui révèle le visage le plus séduisant des SHOTGUN REVOLUTION.

L’affaire est certes classique, mais les dix morceaux de ce nouvel album sont autant d’hymnes à cette époque des années 2000, lorsque les groupes proposaient un mi-chemin intéressant entre le Post Grunge et le Metal alternatif pour donner naissance au Néo Hard Rock, moderne et à l’aise dans ses boots et dans les charts. On pense à des institutions comme ALTER BRIDGE, BLACK STONE CHERRY, SHINEDOWN, QUEENSRYCHE, mais aussi à SLASH, aux MAXXWELL, et surtout, à une période de transition dans notre musique favorite qui ouvrait la porte à bien des possibilités.

Reconnaissons-le toutefois, la méthode proposée par les finlandais n’a rien de novatrice, et s’appuie sur des bases solides. Celles de leur carrière, qui depuis dix ans suit une trajectoire ascendante, mais aussi sur celles de cette génération qui prenait du neuf pour faire du vieux, ou l’inverse, et qui aimait plus que tout enchaîner des refrains fédérateurs à des couplets killer. En résulte une efficacité de ton immédiate, et une simplicité de propos enrichie par des arrangements très malins. Le ton est d’ailleurs donné par le premier single « Wormwood », que les auteurs définissent comme « un courant de pensée. Une chanson abstraite sur la vie et la mort, le vide, la solitude et la fragilité de notre existence. Rien n’est ce qu’il semble et la réponse pourrait être entre les lignes. ». En quatre minutes, les musiciens (Ditlev "Dee" Ulriksen -  chant, Martin Frank - guitare, Michael Venneberg "Tex" Carlsen - basse et Kasper "Wallee" Lund - batterie) frappent un grand coup, et développent des arguments solides pour excuser leur longue absence. Tout y est, l’intro grasse comme du STONE TEMPLE PILOTS des années Core, le beat pataud et la basse gironde, le chant un peu sournois, on s’y croirait vraiment, et la sensation, quoique mimétique, est vraiment plaisante.

Le reste du répertoire est à l’image de ce premier hit. Les danois sont toujours aussi à l’aise pour varier le propos sans dénaturer le fond de leur opinion, et les nuances se manifestent la plupart du temps par un allègement du ton et une accélération du tempo, comme le souligne avec entrain « Enter the Fire ». L’ensemble est bien évidemment très formel, et symptomatique de la démarche du nouveau siècle qui cherchait à renouveler un genre sans vraiment le détacher de ses racines (le groupe admet même les influences conjointes d’AEROSMITH, LED ZEPPELIN, AC/DC & GUNS N’ ROSES), et en écoutant des hymnes comme « Under the Surface » ou « Claustrophobia », impossible de ne pas penser à VELVET REVOLVER ou SEETHER.

Beaucoup de pertinence donc sur le premier volet de ce IV, qui s’ouvre de plus en plus au marché international du vintage remis à neuf. Une façon comme une autre de dévier de la trajectoire 80’s qui est devenue une norme depuis une dizaine d’années, mais surtout, une manière de poser les bases d’un style qui emprunte, mais qui rend au centuple. De l’efficacité, de la lucidité, et finalement, plus de bonheur offert que ces albums pondus au kilomètre recyclant des riffs NWOBHM avec moins de bonheur que d’opportunisme.   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Wormwood

02. Enter the Fire

03. Cafe of the Damned

04. Under the Surface

05. Black Angel

06. Claustrophobia

07. The Fall

08. Silent Torture

09. Cold Star Light

10. After the Storm


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/05/2022 à 18:25
78 %    101

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32