Si vous êtes un habitué de mes chroniques, vous savez que la méchanceté gratuite n'est pas mon fort. D'ailleurs, par principe, je me refuse à parler d'un album qui ne m'inspire que l'indifférence ou l'aversion, préférant consacrer mon temps à dire du bien d'artistes qui selon moi le méritent. C'est un point de vue qui n'est pas partagé par tout le monde, et qui n'est malheureusement pas adaptable aux journalistes œuvrant contre rémunération, qui eux doivent rédiger des pamphlets anti et pro à longueur d'année...Je les plains quelque part, ayant toujours eu du mal à trouver les mots pour descendre un groupe...C'est ainsi qu'une de mes dernières notule musicale négative date d'il y a maintenant quelques années, lorsque j'avais abordé le cas désespéré du Dark Passion Play des NIGHTWISH, auquel j'avais accordé un cruel 4/20...Face à la réaction des fans, j'avais alors définitivement compris qu'il était inutile de gaspiller du temps et de l'espace pour des disques ne m'attirant pas, préférant défendre des œuvres plus consensuelles ou au contraire plus risquées, histoire de faire découvrir à notre lectorat des travaux bien plus conséquents...Alors vous imaginez bien que la pause annoncée par les finlandais l'année dernière n'avait pas suscité une grande tristesse dans mon cœur de Thrasheur...Pourtant, j'avais suivi leur parcours depuis leurs débuts, trouvant même quelques qualités à Wishmaster, avant de définitivement jeter l'éponge suite à l'intégration d'Anette Olzon, et la tournée Imaginaerum qui m'avait semblé plus proche du barnum Folk à échelle symphonico-opérette que du réel concert de Metal...Pourquoi parler de NIGHTWISH me direz-vous très justement, alors que le combo avait décidé de se mettre en stand-by jusqu'au prochain retour que Floor Jensen avait annoncé à priori tonitruant ? Justement parce que Floor, la vocaliste a profité de cette pause forcée pour mettre la touche finale à un projet qui avait vu le jour en 2007, après une rencontre avec Jørn Viggo Lofstad au ProgPower américain. Les deux musiciens s'étaient retrouvés sur scène pour entonner quelques reprises de bon aloi, et trouvant chacun la collaboration viable, s'étaient engagés à enregistrer quelque chose ensemble, sans savoir que leur emploi du temps respectif allait les en empêcher pendant plus de dix ans...

Et donc, l'année dernière, disposant d'une réserve de temps conséquente, les deux musiciens se sont retrouvés, toujours partant pour finaliser cette collaboration plus qu'alléchante sur le papier, et finalement, terriblement viable musicalement. Et ceux qui espéraient une sorte de crossover entre NIGHTWISH et PAGAN’S MIND en seront méchamment pour leurs frais, puisque le premier album éponyme du projet NORTHWARD en est aussi éloigné qu'un featuring de Dave Grohl au sein des QOTSA de l'univers de NIRVANA. Point de symphonique ici, encore moins de Folk, pas de bijoux de pacotille pour une soirée à l'opéra qui brille, mais une grosse rasade de Hard Rock moderne, louchant sévèrement sur l'Alternatif des années 90, sans pour autant sonner passéiste. Il faut dire que le duo d'origine a enrôlé une sacrée équipe pour mener sa barque à terre, en engageant des noms connus de la scène Metal mondiale, à commencer par leur backing-band, aussi homogène que disparate. On retrouve donc outre Floor au chant et Jørn à la guitare, Morty Black de TNT à la basse, et un siège de batteur occupé conjointement par deux frappeurs de PAGAN’S MIND, Django Nilsen et Stian Kristoffersen, ainsi que quelques featurings fameux, dont celui de la sœur Jensen, Irene, venu pousser quelques vocalises sur le morceau « Drifting Islands ». Ajoutez à ça une production signée Jacob Hansen de VOLBEAT, et un artwork à quatre mains de Hannes Van Dahl et Chris Rörland, et vous obtenez la dernière surprise en date de l'écurie Nuclear Blast, qui peut se frotter les mains d'avoir soutenu cette sortie qui n'est rien de moins qu'un des meilleurs albums de 2018, sans prétention, mais avec quelques ambitions. Et osons le jugement à l'emporte-pièce, Northward est sans doute le travail le plus accompli de Floor, qui trouve ici un écrin formidable à sa voix versatile, et qui peut enfin se pencher du côté Rock où elle devrait tomber plus souvent, loin des frasques de son groupe d'adoption. Si l'ensemble est évidemment de facture très classique, à mi-chemin entre le Rock alternatif dopé aux amphétamines et le Hard Rock contemporain assez fier de sa modernité, l'album dégage une fraîcheur et une puissance qui font plaisir à entendre, et qui permettra au moins aux fans de NIGHTWISH de retrouver leur chanteuse favorite dans une robe un peu moins engoncée que d'ordinaire.

Car loin de se contenter de capitaliser sur leurs noms fameux, Floor et Jørn se sont décarcassés pour composer de véritables morceaux, à tel point que chaque entrée du projet à de faux airs de tube intemporel, unissant les années 90 et le nouveau siècle dans un élan mélodique imparable. En se basant sur des riffs et structures simples, Jørn a terriblement bien joué son coup, et nous enivre de morceaux à l'efficacité immédiate ne sombrant jamais dans la vulgarité putassière d'une musique cherchant à séduire les masses. Et le plaisir qu'ont dû retirer les deux musiciens de cette aventure est palpable pendant cinquante minutes, multipliant les références et les crises de déférence, et citant dans le texte des artistes aussi variés qu'Anouk, les FOO FIGHTERS, SKUNK ANANSIE, ALTER BRIDGE et autres habitués de la première division Modern Rock, sans abandonner leurs individualités en route. Et le partage des responsabilités a été fort bien divisé, puisque si la guitare du finlandais occupe les avant-postes avec un brio incroyable, la voix de Floor peut enfin s'exprimer dans un contexte moins figé, et nous éblouir de son talent varié. Le grain de la belle hollandaise se veut parfois rugueux, parfois séduisant, et la chanteuse se glisse dans le costume de diva Pop-Rock avec une aisance incroyable...Certes, le tout est calibré pour ne heurter personne, mais lorsque la tragédienne brune se lance dans des hurlements félins à la Rob Halford en final de «Timebomb », ses impulsions nous prennent aux tripes, et la révèle chanteuse la plus douée de sa génération. D'autant que le duo aime sauter du coq à l'âne et enchaîner avec une magnifique ballade hivernale avec « Bridle Passion », qui rappellera tout autant Tori Amos que Maggie Rogers...Vous l'aurez donc compris, la linéarité ne fut pas le maître mot de cette collaboration, qui s'éclate visiblement de sa pluralité, et qui joue sans arrière-pensée et surtout, sans réputation lourde à défendre pour une fois...

Cette liberté fait du bien, et dès l'entame survitaminée « While Love Died », on comprend vite que le Rock sera le vecteur principal de l'aventure. Riff ultra efficace, up tempo martelé, énergie décuplée, pour une adaptation des FOO FIGHTERS dans un vocable ALTER BRIDGE, le tout secoué de performances individuelles habitées. Tout ça surprend au regard du pedigree des parties impliquées, mais « Get What You Give » appuie un peu plus sur la corde sensible, et joue des syncopes pour permettre à Floor d'adapter et d'adopter un phrasé rappé, bien loin de ses arabesques habituelles, et autant dire que ce vent de folie lui fait un bien fou. D'autant plus que les morceaux ne sont pas de simples prétextes, mais bien de véritables chansons, pensées et jouées pour convaincre, ce qu'elles parviennent à faire sans aucun problème. Renforcé par une production qui évite les pièges de la datation 2K trop faciles, Northward enchante de son refus des barrières, qu'il mette en avant les liens familiaux sur fond de Hard Pop bubble-gum via « Drifting Islands », partagé entre Floor et Irène, ou qu'il préfère les volutes acoustiques plus intimes de « Paragon » nous ramenant au temps béni du Alone Together d'Anouk. Dans un registre crise d'adolescence Power-Pop tardive, « Let Me Out » reste un modèle du genre, et évoque même la scène Néo-Hard Rock espagnole, alors que le final épique et éponyme ouvre d'autres horizons, sinon progressifs, plus évolutifs, pour une conclusion à la hauteur d'un déroulé de gagneur. Et sans tomber dans la partialité et les aphorismes lapidaires, NORTHWARD nous démontre que le silence des uns fait l'expression des autres, et que la parenthèse de NIGHTWISH aura permis à Floor de rester sur le devant de la scène, pour d'autres qualités beaucoup plus évidentes à remarquer. Et surtout, une preuve que la simplicité et la fraîcheur sont souvent de biens meilleurs atouts que la complexité et la lourdeur, spécialement lorsque les bijoux commencent à trop peser autour du cou. Ici, la joaillerie est en strass, mais brille pourtant plus que tous les faux diadèmes que l'on aura pu faire porter à cette chanteuse hors-norme, enfin soutenue par la bonne bande-son.         

 

Titres de l'album :

                           01. While Love Died

                           02. Get What You Give

                           03. Storm In A Glass

                           04. Drifting Islands

                           05. Paragon

                           06. Let Me Out

                           07. Big Boy

                           08. Timebomb

                           09. Bridle Passion

                           10. I Need

                           11. Northward

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/11/2018 à 17:25
85 %    205

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.