Idols Crushed as We Remain

Chaos In Control

08/12/2023

Autoproduction

Du Death efficace, classique, subtilement mélodique mais résolument hargneux, c’est quelque chose qu’on peut rechercher à l’approche des fêtes, qui peuvent très bien s’accompagner d’une bande-son violente plutôt que d’une playlist rapidement ficelée et tournant autour des tubes imputrescibles des années 80. Et comme la Suède reste le plus gros exportateur du genre, autant faire confiance à ce pays qui depuis trente ans nous fait vibrer de ses productions nationales.

Formé en 2022, et donc très jeune groupe, CHAOS IN CONTROL fait honneur à son nom pour développer des arguments chaotiques certes, mais parfaitement maîtrisés. En autoproduction, ces quatre jeunes musiciens originaires de Sundsvall nous offrent en cette fin 2023 des thèmes massifs et massue, tapant pile au bon endroit, en rendant hommage aux plus grandes idoles de leur pays. Mais inutile de remonter jusqu’à l’époque NIHILIST pour dénicher les influences de ces post-adolescents bruyants et entêtés, puisque les années 90 restent leur point d’ancrage.          

SOILWORK, AT THE GATES, avec une pointe de Groove Metal à la CHANNEL ZERO, voici le programme proposé par Adam Bjurström (basse), Hugo Andersson (batterie), Gunnar Dalén (guitare) et Oliver Lidén (chant). Un programme clair, bien rédigé, et qui permet à l’auditeur de se replonger dans les grandes heures de la transition scandinave, reliant les années 90 aux années 2000 avec une pertinence efficiente.

Pas de grosse surprise à attendre donc, mais de l’efficacité, de la concision, et un panache certain pour trousser des plans accrocheurs et entêtants. Et comme tous les arguments ou presque sont développés dès l’entame monstrueuse de « No More », le choix est facile. Rester et savourer un Death Metal moderne mais attaché à ses racines, et se laisser porter par cette collection de riffs tous plus catchy les uns que les autres, et portés par des lignes de chant graves et rauques, dans la plus pure tradition des pays du froid.

Intelligible et intelligent, ce premier album ne déborde pas de son cadre, et se contente de chercher la formule choc, sans sombrer dans l’abus de gimmicks immédiatement reconnaissables. En découlent des chansons efficaces au premier comme au second degré, quelques performances individuelles discrètes mais tangibles, et une cohésion d’ensemble que pourraient envier quelques cadors avec une plus longue carrière derrière eux.

Et c’est ce professionnalisme qui marque, la formation n’accusant qu’une seule année d’existence. Il est incroyable de penser qu’un produit fini aussi imperfectible a été pensé et enregistré par de jeunes musiciens encore libres de tout contrat, et CHAOS IN CONTROL s’est aménagé un point d’entrée incroyablement ouvert qui peut les mener sur le chemin d’une longue et fructueuse carrière.

Nous n’en sommes certes pas encore là, mais nous pouvons d’ores et déjà anticiper une campagne live en boucherie, puisque chaque titre de cet Idols Crushed as We Remain est un cheval de bataille de concert, apte à rendre dingue n’importe quelle audience de gros festival.

En se prenant en pleine face le médium et syncopé « Evolution », on n’a aucune difficulté à se projeter dans la foule, au premier rang, à headbanguer au son d’un classique du Death moderne attaché aux valeurs d’un extrême plus généraliste. Le talent de guitariste de Gunnar Dalén est époustouflant, quelque part entre James Murphy et Anders Björler, et si ses riffs sont persuasifs et remarquables, ses soli ont une empreinte mélodique caractéristique du créneau occupé, avec des harmonies subtiles, des déliés limpides, et des enchaînements magiques.

Et lorsque le groupe s’éprend d’une ambiance plus sombre et violente, le résultat n’est pas moins parfait. Ainsi, « Disconnection » de démarrer sur les chapeaux de roue, avant de fixer son régulateur sur un mid tempo pugnace, prenant notre cœur pour un punching-ball en faisant monter notre tension.

Absolument toutes les nuances sont passées au crible, le panel s’ouvrant jusqu’à un démarquage intelligent de nos défunts PANTERA (« Clarity In Pain », du gros Phil joué par un ENTOMBED guilleret). Propulsé par la rythmique solide d’Adam Bjurström et Hugo Andersson, CHAOS IN CONTROL ne se laisse jamais déborder par ses ambitions, mais laisse passer quelques acrobaties intéressantes, via quelques fills d’une rapidité diabolique et quelques notes graves bien claquées.

Le résultat est donc évident : Idols Crushed as We Remain est une boucherie en mode épicerie fine, et certainement pas la copie calquée d’une quelconque aventure nostalgique de bas étage.

Bien vu messieurs, votre jeune âge et votre arrogance sage sont vos meilleurs atouts.

  


Titres de l’album:

01. No More

02. False Idol

03. Evolution

04. Disconnection

05. Clarity In Pain

06. A Part Of Me

07. R.E.D

08. The New Order

09. Smell The Dirt

10. See The Light


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/02/2024 à 16:37
80 %    91

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52