Worlds Beyond

Paralydium

12/06/2020

Frontiers Records

Pas facile de se faire une place dans le monde du Metal progressif depuis les années 90 et 2000 qui ont vu le style exploser et devenir l’un des plus populaires. A tel point que certains groupes ne faisant pas forcément partie du créneau s’y sont vu affiliés, comme TOOL ou Devin TOWNSEND, ce qui place la concurrence éventuelle à des hauteurs stratosphériques. Il faut donc une bonne dose de culot pour oser se lancer, ce qui n’a pas semblé être un problème pour les suédois de PARALYDIUM. Formé en 2015 sous le nom de THE PARALYDIUM PROJECT, et responsable d’un EP éponyme la même année, le combo a subi quelques transformations depuis, dont un raccourcissement de nom. L’optique elle n’a pas vraiment changé, les musiciens non plus d’ailleurs. On trouvait à l’origine du projet le guitariste John Berg, ex-DYNAZTY, justement secondé par deux autres DYNAZTY encore en place dans le groupe, Georg Härnsten Egg (batterie) et Jonathan Olsson (basse), les trois hommes soutenus par le chant de Mikael Sehlin (DEGRADEAD, ex-SEPTIMA, ENGEL, ex-MONOSCREAM) et le clavier de Mikael Blanc. Trois DYNAZTY dans le même groupe, tout ça sentait le fac-similé à plein nez, mais si effectivement la mélodie tient une place prépondérante dans l’optique de PARALYDIUM, les choses sont un peu plus compliquées qu’un simple alignement de tubes de Hard-Rock mélodique. Ici, les harmonies sont reines évidemment, mais enrobées dans un contexte de préciosité extrême, un peu comme si les DYNAZTY justement fondaient leur talent de mélodistes dans la complexité du Metal progressif de DREAM THEATER ou SYMPHONY X. C’est donc un habile compromis qui nous est proposé, mais un compromis moderne qui ne crache pas sur les arrangements synthétiques, et qui assume l’ambition d’un concept album pour première œuvre. Du culot donc dans les tiroirs de ce groupe qui compte bien se démarquer de la concurrence, et qui pour se faire à contracté un deal avec la référence Frontiers, histoire de mettre toutes les chances de son côté.                          

        

John Berg se réjouit d’ailleurs de ce partenariat qu’il n’envisage qu’à long terme, en pleine confiance quant aux capacités de son groupe. Ces capacités renouvelées sont donc étalées sans aucune gêne sur ce premier album d’une maturité étonnante, qui toutefois ne parvient pas vraiment à cacher ses influences sous sa propre personnalité. Les webzines du monde entier se sont donc amusés à recenser les références ayant servi à l’élaboration de Worlds Beyond, et ont listé les groupes les plus évidents, DT et SYMPHONY X évidemment, mais aussi THRESHOLD, H.E.A.T., DGM, CIRCUS MAXIMUS, PAGAN'S MIND et quelques autres, ce qui vous donnera de précieuses indications au moment d’aborder ce premier LP d’une richesse incontestable et à la somme d’informations conséquente. Pourtant, les suédois ont joué la prudence et le mesure, stoppant leur course sous trois raisonnables quarts d’heure, et ne permettant pas aux morceaux de franchir la barre des huit minutes. Pas de longue et bavarde digression à craindre donc, mais plutôt une jolie symbiose entre un Metal progressif modéré et un Hard Rock mélodique tout sauf sirupeux, soit une combinaison fatale qui risque de faire craquer plus d’un public. Si le concept n’est pas la partie la plus intéressante de l’œuvre qui compare le cosmos et son exploration à une introspection plus humble et humaine, la musique elle se veut suffisamment complexe et dense pour attirer l’attention, et « Within The Sphere » d’entamer le périple sous les meilleurs auspices avec son intro grandiloquente et son déroulé précis et puissant. Les riffs bien évidemment sont porteurs, mais la rythmique abat elle aussi un boulot de dingue, ce qui permet à l’excellent vocaliste Mikael Sehlin de dérouler en tout lyrisme, à la suédoise, avec ce mélange de séduction populaire et d’esthétisme technique, qui unit la facilité d’un Metal mélodique classique, et la précision d’un Metal progressif accessible, qui ne renonce toutefois pas à quelques prouesses techniques.

Mais ces prouesses se retrouvent bien souvent au niveau des soli lâchés par John Berg, qui égrène ses sextolets à tout va avec un certain flair. Et si le clavier occupe une place non négligeable au centre des débats (ce qui permet au groupe de sonner parfois comme une version simplifiée de RUSH), c’est bien la six-cordes qui s’impose, et qui permet aux morceaux les plus longs de bénéficier d’une aura particulière, à l’image de l’impérial « Synergy », qui n’est pas sans rappeler le DREAM THEATER de Kevin Moore. Evidemment rien de bien nouveau ne vous attend sur ce premier album, qui souvent se plaît à utiliser les figures les plus imposées du genre (longues intros instrumentales équilibristes, breaks plus soft, accélérations à la limite du Thrash et du Power Metal), à l’image de l’énergique « Finding The Paragon » qui n’aurait pas dépareillé sur le séminal Awake. Mais le panache des musiciens, et leur sincérité qui transpire des compositions permettent d’excuser les facilités d’assemblage, et d’accepter que le projet revêt parfois des atours plus séduisants dans la modération. L’amateur de Hard-Rock mélodique pourra apprécier « Crystal Of Infinity », sorte de fausse power-ballad qui révèle un panache certain au moment de lâcher un refrain totalement fédérateur. La production, évidemment immaculée n’a toutefois pas castré l’agressivité, qui est bien présente et qui se déguise en riffs méchamment aiguisés. Avec la section rythmique de DYNAZTY, le tout roule sur du velours, et les astuces techniques ont souvent la politesse de rester en arrière-plan, pour que le tout ne sombre pas dans la démonstration.

On se retrouve finalement face à un genre de Proto-Hard-Rock mélodique progressif, qui ne crache pas sur le Heavy, bien au contraire, et qui adapte des formules anciennes à son époque. Tout est encore un peu trop convenu pour arracher les fans de Progressif de leur fauteuil de certitudes, mais il est important de souligner le caractère onirique de certains morceaux, comme ce sublime « Into Divinity », sur lequel la voix cristalline de Mikael Sehlin fait merveille. On attendra évidemment de PARALYDIUM qu’il fasse preuve de plus d’audace à l’avenir et qu’il se détache de ses influences les plus évidentes, mais Rome ne s’est pas faite en un jour, Stockholm non plus, et avec Worlds Beyond, le quintet a de quoi voir l’avenir venir avec une certaine sérénité. Encore un peu générique, mais porteur de promesses à tenir, ce premier album est une présentation luxueuse, et s’écoute avec un vrai plaisir non feint.     

                                     

Titres de l’album :

                           01. Enter Paralydium

                           02. Within The Sphere

                           03. Synergy

                           04. Finding The Paragon

                           05. Crystal Of Infinity

                           06. Awakening

                           07. The Source

                           08. Into Divinity

                           09. Seeker Of The Ligh

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/07/2020 à 17:17
82 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29