Avec un nom pareil, difficile de savoir que nous avons affaire à de purs metalleux chiliens. On pencherait plus pour le cas de maniaques industriels allemands, et pourtant, il n’en est rien. Les UNAUSSPRECHLICHEN KULTEN sont bien originaires de Santiago du Chili, et naviguent à vue dans l’underground depuis la fin des années 90. Actifs pendant deux ans sous le patronyme de SPAWN, les hordes barbares ont soudainement changé de nom, mais pas d’optique, puisqu’ils nous servent bouillant depuis presque vingt ans le même plat épicé à base de Death sauvage, mais pas forcément primaire. Indubitablement cultes, comme leur nom l’indique, ces frappés du riff mortel et glacé osent donc continuer leur parcours sans changer d’un iota leur discours, que l’on pourrait situer dans un cadre nineties bien resserré, et qui n’a pas grand-chose à envier à tous les ténors du barreau. Ils s’en reviennent donc plaider leur propre cause via ce quatrième longue-durée, qui fait suite à Wake Up in the Night of Walpurgis en 2005, People of the Monolith en 2008 et surtout Baphomet Pan Shub-Niggurath en 2014, dont il se place en directe lignée. On y retrouve tout ce qui a toujours fait la force du combo, cet esprit frondeur, et surtout, cette fascination pour la mythologie qui leur permet donc aujourd’hui de nous proposer un concept album centré autour du thème de la féminité, obsession assez décalée pour un gang de hurleurs Death déchaînés. Mais l’ouverture d’esprit n’a jamais fait de mal à personne, surtout que le concept est en vogue en ce moment, mais pour autant, la tournure des choses est plus ou moins différente puisque les chiliens s’intéressent surtout à la perception mystique de la femme sorcière, mais ce sont sans doute eux qui en parlent le mieux :

« Ce chapitre est inspiré par les femmes, et leur persécution par l’Office Sacré durant l’Inquisition. De leur rôle essentiel dans la légende et le mythe, leur place au sein du sabbat des sorcières, et la peur viscérale qu’elles suscitaient – et qu’elles suscitent toujours – à l’humanité en tant que sorcières »

Salem, la question, le Malleus Maleficarum, la torture, les millions de femmes jetées en pâture à la haine bienpensante durant des siècles sombres, l’obsession est patente et récurrente, et sert donc de point d’ancrage à ce dixième chapitre de la saga UNAUSSPRECHLICHEN KULTEN. Keziah Lilith Medea (Chapter X) est donc le dixième tome de leur abondante aventure, et renoue avec des thèmes chers aux plus puristes des défenseurs d’un Death de tradition, celui-là même prôné par des figures de proue comme IMMOLATION, INCANTATION, MORBID ANGEL, SADISTIC INTENT, mais aussi des formations sud-américaines comme MORTEM, GODLESS, que les critiques aiment comparer à nos historiens du jour. Il est vrai que les similitudes crèvent les tympans, mais pour autant, et après une si longue carrière, les chiliens peuvent s’enorgueillir de posséder leur propre son, identifiable facilement et reconnaissable dès les premiers instants, ce qui n’est pas donné à tout le monde. On le sait, le Death est un genre figé qui fond dans le moule les plus inattentifs, ceux qui n’osent pas briser les codes et voir plus loin que le bout de leur distorsion, mais cette façon qu’à le quatuor (Herbert West – guitare, Joseph Curwen – chant/guitare, Butcher Of Christ – batterie et Namru Impetradorum Mortem – basse) de tremper sa vilénie instrumentale dans des ambiances occultes leur permet de se démarquer, et de sonner assez proche d’un Black Death sans pour autant le céder à la facilité d’une vague qui déferle depuis quelques années. Et en termes d’excellence, ils se posent là, et ce quatrième LP peut se concevoir comme un achèvement en soi tant il flirte dangereusement avec la perfection.

« Les cultes païens anciens réservaient une place centrale à la femme dans le spirituel. Cependant, dans l’Europe médiévale, l’exagération de la divinité et de la chasteté du féminin, l’exaltation de la virginité et du rôle de la mère en tant que seules options pour les femmes – à l’image de la Vierge Marie – a créé une image miroir, un principe opposé. Et de la répression de la sexualité et du déni du Soror Mystica (défini par les alchimistes comme la complétude homme/femme dans un couple et dans la recherche du sens) ont engendré une image mystérieuse, sombre et diabolique de la femme »

Nous sommes donc bien loin du catalogue de monstruosités qui d’ordinaire peuplent les cauchemars littéraires des maniaques du Death, alors obsédés des éviscérations, énucléations, et autres séances de sodomie avec du barbelé post-mortem, passez votre chemin, nous sommes ici entre gens concernés et fin lettrés, ce qui se ressent à l’écoute des pistes de ce nouvel album, qui toutefois ne sacrifie pas la brutalité à la finesse. Mais une fois encore, les chiliens nous ont réservé leur lot de surprises, en agrémentant leur folie meurtrière d’une multitude de breaks, d’ambiances et d’arrangements finement ciselés, histoire d’apporter une plus-value incroyable à leur musique. Leur Death est toujours aussi mystique, et prolonge les travaux entrepris à l’occasion de Baphomet Pan Shub-Niggurath, mais qui sont ici poussés à leur paroxysme de créativité et de violence, tout en gardant sous le coude de quoi freiner dans les virages les plus serrés. On retrouve donc ces combinaisons imparables de passages tout en bestialité de stupre sanglant, et ces breaks en lourdeur suffocante, qui forment une fois assemblés une symphonie orgiaque stimulant les sens de ceux qui ont connu les débuts du style, et surtout, ses premières avancées. Même en cherchant la petite bête, je ne vois rien à reprocher de tangible au quatuor de Santiago, qui a encore une fois bien relu sa copie avant de la rendre, et qui signe là un des LP les plus terrifiants de cette année en termes de Death intelligent et mystique, soignant des parties de guitare redoutablement précises et soumises à des humeurs harmoniques. Mais lorsque le ton l’exige, les UNAUSSPRECHLICHEN KULTEN n’hésitent pas à fricoter avec les meilleurs réflexes d’un MORBID ANGEL des débuts, sans pour autant réprimer leur fascination pour une version extrême d’IMMOLATION, qui aurait trempé son pal dans un marigot de sang BM (« The Mark of the Devil »).

Comme vous le constatez, le sans-faute est proche, et même touché du doigt. De l’intro « Unholy Abjuration of Faith » et son entame en touches de synthé sobres mais flippantes, jusqu’à « Lujuria Carnal con Incubos » qui en reprend le principe pour boucler la boucle, Keziah Lilith Medea (Chapter X) joue le jeu de l’outrance en substance, pour mieux imposer son contexte pluriel et complexe au sein d’un cadre moins figé que d’ordinaire. De là, peu importe que les frontières entre le BM et le Death soient régulièrement foulées du pied, puisque les musiciens le font en toute conscience, et sans pour autant tourner le dos à leur éthique de base. Doté en sus d’une énorme production qui donne toute son ampleur aux arrangements sans le sacrifier à la véhémence globale, ce quatrième LP est un coup de maître, et une jolie révérence/référence au pouvoir et à l’importance des femmes, sacrifiées sur l’autel du monothéisme global, mais qui retrouvent ici leur position centrale essentielle et fondamentale. Leur pouvoir a toujours fait peur, et la musique des UNAUSSPRECHLICHEN KULTEN retranscrit à merveille la menace qu’il a toujours représenté à la virilité masculine. Un album burné pour un respect féminisé, le paradoxe n’est pas sans saveur.


Titres de l'album:

  1. Unholy Abjuration of Faith
  2. The Woman, the Devil and God's Permit
  3. Dentro del Círculo
  4. Firma el Libro de la Muerte
  5. Sacrificio Infanticida
  6. Sabbatical Offering
  7. The Mark of the Devil
  8. Lujuria Carnal con Incubos

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/12/2017 à 14:52
85 %    254

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.