Tout a commencé par un clip à l’esthétique incroyablement léchée, signé par deux cadors de l’exercice d’illustration, déjà adoubés par LADY GAGA herself, Clément Legrand et Damien Laturaze, dans le cadre d’une compétition lancée par la Queen of Pop. Images ambitieuses, colorées, sombres, ambiance empreinte de références lettrées et cinématographiques, pour l’entrée en matière la moins humble qu’une musicienne puisse proposer. Mais tout tombe à pic, puisque Grace MEER sait exactement ce qu’elle veut, et reste consciente de ses moyens artistiques. Ne vous attendez donc pas à la voir faire mine basse et patte blanche, puisque la franco-italienne débauchée par Dooweet assume ses ambitions, et les retranscrit avec une morgue insolente au travers des quatre titres de son premier EP, titré de sa vidéo…

Et si certains d’entre vous commencent à frissonner à la lecture de ce paragraphe, en se disant que l’auteur de ces lignes a dû s’égarer en chemin, rassurez-vous. Votre scribe sait parfaitement ce qu’il écrit, et compte sur votre ouverture d’esprit. Car si Your King ne fait certes pas appel à vos sensations habituelles, il a largement de quoi se frayer un chemin dans votre playlist, puisqu’il passe en revue un nombre assez conséquent de styles. Nous parlons d’Electro-Pop pour faire une jonction logique avec l’univers de cette vocaliste hors-norme, mais pour être sincère, il est très difficile de se faire une opinion précise sur sa musique, qui cite autant BJORK que LACUNA COIL, TRUE MOON que Trent Reznor, Charlotte MARTIN ou Amanda Sommerville, et tant d’autres qu’il m’est impossible de recenser ici sous peine d’exhaustivité pénible et stérile.

« Soyez l’exception qui confirme votre règle. Le monde est grand ouvert, n’abandonnez jamais votre combat ! »

Des années de gestation en introspection ont permis à Grace d’emprunter des chemins escarpés, dont l’ascension aurait certainement privé d’oxygène les plus aventureuses des rockeuses. Mais loin de l’image d’Épinal de femme fatale si facilement accolée à des réputations par des journalistes en mal de sensations, Grace est une visionnaire de son propre monde, qui se décline pour l’instant en quatre chapitres riches, passionnants, envoutants, et si mystérieux qu’on en ressort avec plus de questions qu’on n’a jamais eu de réponses. Avec une voix proche des intonations d’Anneke ou de Cristina, mais mâtinée d’inflexions presque classiques, sans jamais tomber dans la parodie des Castafiore de supermarché, Grace enroule son col de rêve musical autour de votre cou, en une étreinte passionnée. Dès « Your King », dont nous connaissions l’instrumental en même temps que les images, le décor mouvant est planté, et les tableaux de magnificence se succèdent en prenant leur temps, pour mieux nous entraîner dans un univers aussi onirique que cruellement lucide. Arrangements ciselés, compositions à multiples couches, et lignes vocales en arabesque de destin, cette vision d’un Rock épuré de tous ses tics les plus usurpés à des allures de Commedia Dell’arte contemporaine, qui incruste les visions de Dante de l’autre côté du miroir de Lewis Carroll. Base synthétique qui n’empêche nullement les accès de puissance sur « Vortex », qui rappelle les meilleures remixes de BJORK en bande originale de Sucker Punch, pour un relooking de collégienne adulte qui a troqué la jupette et les socquettes pour une robe de gala de velours noir et rouge.

Parfaite en héroïne de Stendhal qui refuserait l’inévitable, Grace nous offre même la guérison via l’éthéré « Heal », qui se satisfait de quelques notes de claviers et de percussions fantomatiques, martelant un leitmotiv de conviction subtil. Volutes vocales qui se lovent dans le creux d’arrangements presque symphoniques, mais trop sincères pour plonger dans le drame, progression en faux crescendo qui ondule sous les arias d’hiver, avant que les cordes vocales ne s’embrasent d’un feu de passion, pour un final épique, digne d’un film pour l’âme qui ne dévoilerait qu’une partie de la vérité, par simple pudeur.

La pudeur est justement le trait le plus caractéristique de cet EP qui se refuse à tomber dans le sensationnel par facilité, et qui se contente de brosser le portrait d’une chanteuse énigmatique, Mona Lisa d’une Pop électronique musclée mais onirique, et si ancrée dans le réel d’un talent indubitable que son analyse en devient trop futile. Loin de moi l’idée de jouer les poètes bon marché, mais les qualificatifs les plus triviaux deviennent effrayants à l’heure de décrire une démarche artistique aussi précise que personnelle. C’est en quelque sorte une naissance à laquelle nous sommes conviés, et qui s’achève dans le cri primal de « Farewell », en forme de faux adieu, mais de réelle accession à la vie.

Il est certes probable que Grace doive saluer en route tous ceux qui jugeront sa création un peu trop sophistiquée pour eux, mais ceux qui resteront savent d’ors et déjà qu’ils ont rencontré une nouvelle diva qui n’en sera que de nom, et qui les gratifiera à chacun de ses passages d’une épiphanie musicale.

Treize minutes seulement, c’est très court, et à l’issue de ces quatre morceaux, on aurait souhaité un rappel amplement justifié par la diversité des genres abordés. Et si nous avons déjà compris que l’image et le son font partie intégrante en même proportions du monde flamboyant et froid de Grace MEER, il est inutile de préciser que les deux sont complémentaires et indissociables. Mais en tant que seul support audio, Your King se suffit à lui-même des images qu’il ne manquera pas d’évoquer à votre subconscient. Qui se laissera happer dans la toile de soie d’araignée que tendent les fils d’un petit quart d’heure passé dans le giron d’une future grande dame de la musique.

Et de l’image, s’entend.


Titres de l'album:

  1. Your King
  2. Vortex
  3. Heal
  4. Farewell

Site officiel


par mortne2001 le 28/09/2017 à 14:13
82 %    293

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Patricia cochet
@92.184.101.10
30/09/2017 à 21:16:10
Très bel article, résumant bien la profondeur, l authenticité et Le professionnalisme de grace , bravo... à suivre

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!