Vous prenez une légende allemande en exil volontaire en Sardaigne, un gentleman anglais en tournée avec lui, vous les faites s’entendre comme larrons en foire, puis vous les mettez sur le chemin d’un russe et d’une poignée d’autres allemands, et vous obtenez un projet qui tient sur le papier, mais aussi sur partitions. En version très résumée, c’est peu ou prou l’histoire qui a mené à la création du projet PENDULUM OF FORTUNE, qui nous a offert en mars dernier un album de très haute volée. Plus précisément, PENDULUM OF FORTUNE est le bébé du batteur mythique Bodo Schopf, qui a agité ses baguettes au sein de combos et en compagnie d’artistes prestigieux, dont THE MICHAEL SCHENKER GROUP, Eric BURDON, Udo LINDENBERG et Jack BRUCE, mais surtout ELOY et SWEET, ce qui lui permet d’afficher un CV plus que fourni et une crédibilité indéniable. En 2012, Bodo taille la route avec David Readman (PINK CREAM 69, VOODOO CIRCLE), lui fait écouter quelques chansons, et le vocaliste s’empresse de s’imposer comme chanteur d’un éventuel side-project qui commence à prendre forme en dehors de l’imagination des deux hommes. Quelques recrutements plus tard, dont ceux du guitariste moscovite Vladimir Shevyakov, du vieux pote germain Franky R (RONNIE JAMES DIO, KINGDOM COME ou VANDEN PLAS), et Matze Ehrhardt (CRIME, mais aussi le tribute band THE JACK), et Searching For The God Inside le premier LP du groupe vit enfin le jour, permettant de mettre une musique sur le concept. La presse underground ou pas salua unanimement ce premier jet, empreint de classicisme 70’s adapté aux exigences du nouveau siècle, et les six compères aux résidences séparées purent alors envisager l’avenir sous un jour plus personnel et en adéquation avec leurs envies.

Et c’est donc très légitimement que Return To Eden, signé sur le label allemand El Puerto Records a pu voir le jour, histoire de confirmer toutes les bonnes impressions éprouvées à l’écoute de son prédécesseur, dont il reprend peu ou prou les mêmes recettes, en y ajoutant pas mal de mélodies catchy et de hits en puissance. Profitant de la cohésion apportée par les années, ce second effort ne ménage pas les siens pour prouver que PENDULUM OF FORTUNE est plus qu’un petit caprice ou qu’une banale récréation, et se pose en album d’une indéniable sincérité, qui ne cherche en rien à bousculer la hiérarchie mondiale, mais qui ose assurer une jonction entre les époques. Il est certain que le parcours hétéroclite de Bodo Schopf a grandement du contribuer à la versatilité d’une musique qui refuse de se fixer sur un style particulier, se sentant plus à l’aise dans un créneau généraliste Classic Rock que les musiciens défendent bec et ongles. Classic Rock, mais à tendance Hard, puisqu’avec des guitaristes de la trempe de Vladimir Shevykakov, Laki Ragazas et Matze Ehrhardt, la distorsion refuse de se laisser enfermer au placard de la douceur, et les morceaux atteignent souvent des pics d’intensité que les hard-rockeurs les plus agressifs sauront apprécier. Mais on ne joue pas au sein d’ELOY par hasard, et c’est donc sans surprise qu’on sent que les accointances progressives ne sont jamais loin, même si elles s’inscrivent plus en filigrane des compositions qu’en réelle volonté de démonstration. Non, ici, c’est l’efficacité qui prime, qu’elle serve l’émotion ou la colère, l’enthousiasme ou la nostalgie. C’est ainsi que Return To Eden offre un joli panaché de morceaux qui valsent entre douceur et virilité, offrant ainsi une complétude appréciable qui transforme l’ensemble en visite guidée des manies Rock de ces trente ou quarante dernières années. Le jeu de batterie du leader est toujours aussi fluide et solide, et c’est bien sûr la voix puissante et lyrique de David Readman qui retient l’attention, lui qui parvient toujours à transcender des harmonies simples de son timbre chaud et de son vibrato assuré. Mais la cohésion que dégagent les six musiciens est aussi flagrante que leur talent, et c’est particulièrement frappant sur des morceaux à l’intimisme sincère comme « Don’t Make a Fool out of Me ».

Intimisme, mais pas mièvrerie. Les arrangements et la précision d’interprétation font souvent penser à une version très simplifiée de RUSH, ou à une adaptation des standards Hard-Rock des seventies, lorsque les DEEP PURPLE, CACTUS et autres régnaient sur la scène mondiale (« Broken Universe »). Il est tout à fait raisonnable de voir en PENDULUM OF FORTUNE une fusion des capacités naturelles de Bodo Schopf et David Readman, un peu comme si PINK CREAM 69 et ELOY se proposaient une trêve de genre pour avancer ensemble, et c’est en tout cas ce que semble suggérer l’entame « Diamond in the Rough », au riffs acérés et au rythme enlevé, dans la plus grande tradition du « Ballroom Blitz » des SWEET, l’esprit festif en moins, mais la folie Rock en commun. Solide, ce second LP propose une redoutable variété de tempi et d’accroches mélodiques, permettant de distinguer chaque morceau du précédent sans avoir à tendre l’oreille pour en saisir les nuances, et « We Stand for Rock n’Roll » d’accentuer encore cette allégeance au Rock le plus sincère, au beat plombé, mais à l’ambiance légère comme une jam d’été. Sans tomber dans les travers d’un Blues Rock adulte mais rebattu, le sextet prend les choses avec fun, et donne beaucoup de plaisir, stimulant même sur ce morceau notre fibre artistique californienne, sans se départir de ses origines européennes. On sent très bien que les musiciens ne cherchent pas à prouver quoi que ce soit, et c’est sans doute pour ça qu’ils bifurquent acoustique dès le troisième morceau, pour nous offrir un tapis de velours « Lucky Man » aux cordes délicates et aux arrangements vocaux doux comme de la soie. Et cette dualité électricité/acoustique est présente sur tout l’album, comme si le groupe souhaitait appuyer sur l’ambivalence entre les sentiments les plus opposés, mais sans formaliser cette sensation en sombrant dans le sentimentalisme dégoulinant. Les titres les plus calmes sont des modèles de beauté en épure, et les voix prennent le relais de l’instrumentation, avant que celle-ci ne revienne via des imbrications sophistiquées (« Wings of a Dove »).

Difficile de pointer du doigt une quelconque baisse de régime, la pluralité ambiante nous l’empêchant formellement. Certes, tout n’est pas parfait, mais lorsque la machine s’emballe, on est prêt à pardonner quelques fautes de facilité, et « Rockanini » de plaisanter avec sérieux sur la technique impeccable de musiciens suffisamment rodés pour ne pas se sentir pousser l’ego. Mais cette technique, même effacée derrière l’envie de partager est toujours tangible (« One of a Kind » et son harmonica ludique), et confère à Return To Eden une aura particulière, humaine mais très mystique à la fois, comme un regard porté sur le paradis de musiciens qui ont suffisamment travaillé toute leur vie pour mériter un repos de créativité personnelle.        

   

Titres de l'album :

                        1.Diamond in the Rough

                        2.We Stand for Rock N Roll

                        3.Lucky Man

                        4.Skin and Bones

                        5.Return to Eden

                        6.Wishing Well

                        7.Never Be

                        8.Don't Make a Fool Out of Me

                        9.Broken Universe

                       10.Wings of a Dove

                       11.Gravy Train

                       12.Rockanini

                       13.One of a Kind

                       14.Bitter End

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/07/2019 à 17:46
82 %    178

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.