Sein

Welk

08/06/2017

Bharal Tapes

Qu’en est-il de l’état des lieux des forces Post Black/Screamo/Blackgaze en Allemagne ? Une liste de noms bien évidemment, les industries nationales tournant à plein régime sur tous les fronts extrêmes, mais si nous pouvons résolument en citer quelques-uns, dont FORLATT, CIRCSENA, ARKUUM, WUNSCH ou TRAUTONIST, il semblerait que la nouvelle génération ne s’en laisse pas compter, et exprime ses points de vue avec force et pertinence.

Inutile pour cela de se livrer à une enquête trop poussée en terrain germain, puisque le sort a voulu que je tombe sur un exemple fort probant de jeune combo aux dents longues, qui cultive l’art du mystère et de l’esthétisme avec un parti pris assez admirable.

WELK est donc un groupe nous venant de Leipzig, qui se plait à mettre la musique en avant par rapport à ses individualités, ce qui est toujours une attitude noble, et qui suggère une volonté artistique assez intéressante. Les musiciens tiennent d’ailleurs à garder un certain hermétisme par rapport à leur image, que ce soit sur leur site officiel ou leur page Facebook, assez avares en renseignements.

A en juger par les quelques photos promo, il semblerait que la formation en quintette soit l’option la plus fiable, mais si l’on se concentre sur leur seule musique récente (absente d’ailleurs de leur Bandcamp, étrangement), il est évident que leur second EP, Sein, fera bientôt partie du peloton de tête de la vague de Néo Post Black allemand, flirtant d’ailleurs sévèrement avec le Blackgaze et le Post Screamo.

Mais peu importent les étiquettes, seules les sensations comptent. D’ailleurs, les WELK se gardent bien de citer des influences, et se contentent de parler de leur approche de façon poétique, en se préservant de toute précision trop ciblée.

On apprend donc avant même d’avoir posé les oreilles sur la moindre des pistes du successeur à My Heart Has No Home (publié en 2013) qu’ils proposent une musique rapide, lente, sombre et adorable, dans un jeu de contradictions mettant en exergue leurs multiples facettes, aussi antinomiques que complémentaires.

On connaît la règle du jeu en usage dans le Post Black et le Post Metal, cette alternance de violence abrupte et de mélancolie débordant de spleen, mais autant avouer que les allemands poussent cette dualité à son paroxysme via Sein. En six morceaux et un peu moins d’une demi-heure, les musiciens utilisent toute la palette monochrome pour nous suggérer des humeurs, sans toutefois tomber dans les pièges tenaces des figures imposées. Certes, le propos n’est pas foncièrement novateur, les accès de puissance assez fulgurants sont toutefois gardés sous maîtrise, et les mélodies ne se montrent pas toujours audacieuses, mais le bel équilibre entre les courants reste séduisant, d’autant plus qu’ils n’ont pas trop fragmenté ou compartimenté leur vision.     

Ne vous attendez donc pas à des séquences différentes au gré du tracklisting, les éléments ont été amalgamés avant d’être redistribués en chansons, ce qui aboutit à une homogénéité globale appréciable, assez éloignée de certains canons du style.  

Pas vraiment de morceau délibérément Ambient, jouant la rixe avec des titres ouvertement BM, mais plutôt une moyenne d’attaque qui consiste à tempérer les ardeurs tout en les laissant s’exprimer au travers de breaks soudains ou plutôt bien amenés.

Bien sûr, l’ouverture cruelle de « Urne » se porte presque en faux de cette théorie, et attaque les sens sans attente, d’un flot de blasts affolants, soutenant un riff norvégien ténu et un chant écorché fourbu.

La vitesse ne s’impose que sur quelques secondes, avant que le groupe ne sacrifie l’affolement à l’intensité, et la mélodie principale se taille un chemin au premier plan, pour finir par provoquer le silence d’arpèges délicats égrenés avec résignation.

Pas de variation entre hurlements et chant clair, et quelques dissonances s’invitent même à la non fête via « Sonne », qui loin d’apporter le confort du soleil, nous brûle de son Post Hardcore propre à donner des rougeurs à UNSANE.

Mais les WELK se montrent surtout à l’aise avec les constructions mouvantes et évolutives, comme le démontre le surprenant « Statue », qui fait le chemin à l’envers et commence dans la douceur pour progresser vers le malheur.

Entame en crescendo qui explose d’une rage BM irradiante, avant une belle transition en Chaotic Core suintant de perversion harmonique et rythmique, nous menant directement à un final d’ambiance qui finit lui aussi par déborder sur le Black abrasif et puriste.

Seule exception à cette règle, l’interlude « Asche », qui ose la décalque d’un NEUROSIS d’intro, mais qui offre une accalmie bienvenue dans ce déluge de haine et de rancœur.

« Ruhe », dans son genre casse aussi le moule et évite la lancinance d’un cheminement trop évident, et évite toute affiliation BM trop marquée pour oser un Post Metal à la ALCEST/DEAFHEAVEN en version moins typée, avant que le long final « Schlaf » ne faille à sa mission pour nous réveiller au lieu de nous endormir.

On tombe à ce moment-là dans un état cataleptique digne d’un Sludge/Doom aux proportions dantesques, qui se permet même de toiser les meilleures références du genre, à peine perturbé par quelques clignements des yeux durant des breaks tentant une rythmique moins pesante.

Le chant n’a pas dévié d’un iota de sa trajectoire crépusculaire, les guitares se sont livrées à une véritable récitation de toutes les philosophies Post possibles, tandis que le duo basse/batterie s’est réjoui de cette bipolarité générale.

Une belle démonstration en format court, qui nous laisse espérer de tristes mais heureux lendemains pour la scène Post BM/Post Hardcore/Post Metal allemande, qui nous envoie donc un de ses meilleurs représentants défendre la cause.

A noter que l’EP est disponible dans une superbe version CDr, avec pochette en sérigraphie reproduisant une sublime photo parfaitement en adéquation avec son contenu. Version physique disponible via Bharal Tapes, sur Facebook ou leur site officiel.


Titres de l'album:

  1. Urne
  2. Sonne
  3. Statue
  4. Asche
  5. Ruhe
  6. Schalf

Site officiel


par mortne2001 le 06/07/2017 à 14:05
75 %    765

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52