En faisant un petit effort de mémoire (ou en remontant gravement le fil d’actualité des chroniques…), vous vous souviendrez qu’en novembre dernier, j’avais devisé sur le phénoménal Blowing Chunks des PIZZATRAMP (qu’à l’époque j’avais benoitement appelés les PIZZA TRAMP…), et dont j’avais d’ailleurs dit le plus grand bien. Il faut dire que leur Punk Hardcore de sales gosses méchamment teinté de Crossover m’avait vraiment séduit, et les choses n’ont pas vraiment changé aujourd’hui…Quelques mois plus tard donc, je me retrouve une fois encore derrière mon clavier, près des toilettes où ils risquent de venir jouer, pour vous entretenir de leur nouvel EP, Revenge Of The Bangertronic Dan, qui fait mieux que rééditer la performance déjà soulignée.

Depuis, ces branleurs venus du Pays de Galles ne se sont pas du tout calmés, bien au contraire, et reviennent donc nous balancer la sauce sur une dizaine de titres, pour un gros quart d’heure de fun outrancier à base de rythmiques saupoudrées de moutarde et de riffs de gros bâtards. Et, je le précise une fois de plus, la magie opère comme à chaque fois, et je vous assure que taper en headbanguant comme un frappé n’est pas chose aisée…

PIZZATRAMP, ce sont toujours trois amigos un peu locos, qui jouent plus vite que leur ombre, mais mieux que leurs voisins. On retrouve donc avec une joie non feinte Sammy Two Cabs (basse et grognements), Jimmy No Whammy (guitare et hululements), et Danny Bang Bang (batteur rapide et cohérent) pour une nouvelle fête pas forcément improvisée, mais qui balance salement la purée. Les influences n’ont toujours pas changé, et autant admettre que les bougres se rapprochent toujours plus de la scène de Venice des SUICIDAL en skate que de celles des MUNICIPAL WASTE en goguette. Ils n’ont pas non plus rallongé leur inspiration, puisque celle-ci s’épanouit toujours autour des une ou deux minutes règlementaires, et c’est justement ce qui fait la force d’une musique fédératrice qui ne s’embarrasse pas de longueurs inutiles. Leur leitmotiv ? Jouer partout où ils le peuvent pour répandre les effluves de leur Hardcore Thrash ludique et pratique, mais méfiez-vous, comme ils vous le disent, plus vous les payez, moins ils font d’efforts, et plus ils picolent leurs morts. Alors, pas de risque, donnez-leur une ou deux bières pour qu’ils puissent se chauffer, et leur enthousiasme fera le reste. Niveau hymnes à reprendre en chœur, les salopiauds ne se sont pas foutu de notre gueule, et Revenge Of The Bangertronic Dan, malgré sa brièveté en déborde par tous les pores, et s’adresse plus aux frappés du slam qu’aux fans de riffs gras pour gros porcs. Ici, le riff est véloce mais féroce, et survole des parties rythmiques qui cavalent comme des shoplifters en rade, et gageons qu’en Galles du sud, l’ambiance est aussi chaude qu’en Californie, malgré les kilomètres à parcourir.

Alors, autant commencer sans dératés, et surtout, sans intro à rallonge, via « Duvet Mover », introduit à la RAMONES, pour une minute et trente-quatre secondes de Punk Hardcore médium qui soudain s’affole pour tomber dans la rigole. « Rag And Bone » se prend pour les SLAYER qui reprennent du MINOR THREAT, ou pour les STUPIDS qui se coltinent Mike Muir sur le siège arrière. Ça mule comme un samedi après-midi sur le bitume, et les roues commencent à chauffer devant tant de vitesse incontrôlée. Ruptures, basse grondante et vibrante, hommage à peine déguisé aux sacro-saintes 80’s révérées, doublement de chant pour montrer que les deux singes connaissent la grimace, et en moins de cinq minutes, nous sommes déjà conquis face à tant de bruit.

Bruit certes, mais hautement accrocheur et mélodique, parfois servi sur un plateau de mid (« Beast », le genre de hit qu’on entend une demie fois et qu’on chante presque en patois), parfois accommodé à la sauce D.R.I. (« My Back’s Fucking Fucked »), tout en gardant du coin de l’œil la tendance actuelle au métissage bordélique et mutuel.

Impossible de résister à la bonne humeur affichée, tant celle-ci se transforme rapidement en exubérance affirmée, et il est plaisant de constater que les années n’ont pas de prise sur l’inventivité de ces adorateurs de bière et de pizza réchauffée. Ils jouent toujours aussi cohérent et serré, même s’ils ne crachent pas sur un bon calembour en musique (« The Idiot’s Guide To The Internet »). Ce qui fait la recette magique de cette équipe ? Un don certain pour décocher le plan idoine tout en passant pour des crétins, alimenter la gégène en breaks simples mais efficace, et surtout, partager le chant pour basculer en avant. Et les mecs y mettent du leur, vitupérant et crachant comme de beaux diables, ressuscitant de fait l’esprit Hardcore initial qui postillonnait ses slogans pour éclabousser les premiers rangs.

Mais ne cherchez pas d’explication, ni d’expiation, et appréciez cet EP sans modération. Car c’est ainsi qu’il a été conçu, et régurgité bien velu (« Dominate, Destroy », le plus dru et ventru de la gratte sur l’avenue,  bienvenue). Et comme pour bien montrer qu’ils sont là pour s’amuser et dévaler, les trois olibrius terminent leur nouvel effort sur trois pépites en format court, qui vous font dévaler le trottoir la tronche hilare (« Social Chlamedia », dans vos gueules les accros de Facebook, « Gipping In The Parsley », qui frise le Thrashcore sur les bords, et « Dead Nan P's », une fois encore one-two-three-fourisé, et qui nous laisse sur le cul le sourire figé).

Et voilà, le compte est bon et le vôtre réglé. Mais je ne vais pas vous cacher que croiser la route des PIZZATRAMP à intervalles réguliers est un plaisir qui se partage et qu’il est sain de célébrer. Avec une chronique évidemment, mais aussi en vous incitant à les écouter pour faire de ce Revenge Of The Bangertronic Dan votre nouveau disque de chevet. Il le deviendra à coup sûr, chez tous les nostalgiques d’un Crossover bien mur, mais pas encore assez pour tomber de l’arbre Hardcore et s’écraser. Allez, laissez-vous aller et prêtez-leur vos toilettes. Après toutes ces bières, ils l’ont bien mérité.      


Titres de l'album:   

  1. Duvet Mover
  2. Rag And Bone
  3. Beast
  4. My Back's Fucking Fucked
  5. The Idiot's Guide To The Internet
  6. Blind Fingers Washington
  7. Dominate, Destroy
  8. Social Chlamedia
  9. Gipping In The Parsley
  10. Dead Nan P's

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/08/2017 à 18:11
85 %    213

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)