En faisant un petit effort de mémoire (ou en remontant gravement le fil d’actualité des chroniques…), vous vous souviendrez qu’en novembre dernier, j’avais devisé sur le phénoménal Blowing Chunks des PIZZATRAMP (qu’à l’époque j’avais benoitement appelés les PIZZA TRAMP…), et dont j’avais d’ailleurs dit le plus grand bien. Il faut dire que leur Punk Hardcore de sales gosses méchamment teinté de Crossover m’avait vraiment séduit, et les choses n’ont pas vraiment changé aujourd’hui…Quelques mois plus tard donc, je me retrouve une fois encore derrière mon clavier, près des toilettes où ils risquent de venir jouer, pour vous entretenir de leur nouvel EP, Revenge Of The Bangertronic Dan, qui fait mieux que rééditer la performance déjà soulignée.

Depuis, ces branleurs venus du Pays de Galles ne se sont pas du tout calmés, bien au contraire, et reviennent donc nous balancer la sauce sur une dizaine de titres, pour un gros quart d’heure de fun outrancier à base de rythmiques saupoudrées de moutarde et de riffs de gros bâtards. Et, je le précise une fois de plus, la magie opère comme à chaque fois, et je vous assure que taper en headbanguant comme un frappé n’est pas chose aisée…

PIZZATRAMP, ce sont toujours trois amigos un peu locos, qui jouent plus vite que leur ombre, mais mieux que leurs voisins. On retrouve donc avec une joie non feinte Sammy Two Cabs (basse et grognements), Jimmy No Whammy (guitare et hululements), et Danny Bang Bang (batteur rapide et cohérent) pour une nouvelle fête pas forcément improvisée, mais qui balance salement la purée. Les influences n’ont toujours pas changé, et autant admettre que les bougres se rapprochent toujours plus de la scène de Venice des SUICIDAL en skate que de celles des MUNICIPAL WASTE en goguette. Ils n’ont pas non plus rallongé leur inspiration, puisque celle-ci s’épanouit toujours autour des une ou deux minutes règlementaires, et c’est justement ce qui fait la force d’une musique fédératrice qui ne s’embarrasse pas de longueurs inutiles. Leur leitmotiv ? Jouer partout où ils le peuvent pour répandre les effluves de leur Hardcore Thrash ludique et pratique, mais méfiez-vous, comme ils vous le disent, plus vous les payez, moins ils font d’efforts, et plus ils picolent leurs morts. Alors, pas de risque, donnez-leur une ou deux bières pour qu’ils puissent se chauffer, et leur enthousiasme fera le reste. Niveau hymnes à reprendre en chœur, les salopiauds ne se sont pas foutu de notre gueule, et Revenge Of The Bangertronic Dan, malgré sa brièveté en déborde par tous les pores, et s’adresse plus aux frappés du slam qu’aux fans de riffs gras pour gros porcs. Ici, le riff est véloce mais féroce, et survole des parties rythmiques qui cavalent comme des shoplifters en rade, et gageons qu’en Galles du sud, l’ambiance est aussi chaude qu’en Californie, malgré les kilomètres à parcourir.

Alors, autant commencer sans dératés, et surtout, sans intro à rallonge, via « Duvet Mover », introduit à la RAMONES, pour une minute et trente-quatre secondes de Punk Hardcore médium qui soudain s’affole pour tomber dans la rigole. « Rag And Bone » se prend pour les SLAYER qui reprennent du MINOR THREAT, ou pour les STUPIDS qui se coltinent Mike Muir sur le siège arrière. Ça mule comme un samedi après-midi sur le bitume, et les roues commencent à chauffer devant tant de vitesse incontrôlée. Ruptures, basse grondante et vibrante, hommage à peine déguisé aux sacro-saintes 80’s révérées, doublement de chant pour montrer que les deux singes connaissent la grimace, et en moins de cinq minutes, nous sommes déjà conquis face à tant de bruit.

Bruit certes, mais hautement accrocheur et mélodique, parfois servi sur un plateau de mid (« Beast », le genre de hit qu’on entend une demie fois et qu’on chante presque en patois), parfois accommodé à la sauce D.R.I. (« My Back’s Fucking Fucked »), tout en gardant du coin de l’œil la tendance actuelle au métissage bordélique et mutuel.

Impossible de résister à la bonne humeur affichée, tant celle-ci se transforme rapidement en exubérance affirmée, et il est plaisant de constater que les années n’ont pas de prise sur l’inventivité de ces adorateurs de bière et de pizza réchauffée. Ils jouent toujours aussi cohérent et serré, même s’ils ne crachent pas sur un bon calembour en musique (« The Idiot’s Guide To The Internet »). Ce qui fait la recette magique de cette équipe ? Un don certain pour décocher le plan idoine tout en passant pour des crétins, alimenter la gégène en breaks simples mais efficace, et surtout, partager le chant pour basculer en avant. Et les mecs y mettent du leur, vitupérant et crachant comme de beaux diables, ressuscitant de fait l’esprit Hardcore initial qui postillonnait ses slogans pour éclabousser les premiers rangs.

Mais ne cherchez pas d’explication, ni d’expiation, et appréciez cet EP sans modération. Car c’est ainsi qu’il a été conçu, et régurgité bien velu (« Dominate, Destroy », le plus dru et ventru de la gratte sur l’avenue,  bienvenue). Et comme pour bien montrer qu’ils sont là pour s’amuser et dévaler, les trois olibrius terminent leur nouvel effort sur trois pépites en format court, qui vous font dévaler le trottoir la tronche hilare (« Social Chlamedia », dans vos gueules les accros de Facebook, « Gipping In The Parsley », qui frise le Thrashcore sur les bords, et « Dead Nan P's », une fois encore one-two-three-fourisé, et qui nous laisse sur le cul le sourire figé).

Et voilà, le compte est bon et le vôtre réglé. Mais je ne vais pas vous cacher que croiser la route des PIZZATRAMP à intervalles réguliers est un plaisir qui se partage et qu’il est sain de célébrer. Avec une chronique évidemment, mais aussi en vous incitant à les écouter pour faire de ce Revenge Of The Bangertronic Dan votre nouveau disque de chevet. Il le deviendra à coup sûr, chez tous les nostalgiques d’un Crossover bien mur, mais pas encore assez pour tomber de l’arbre Hardcore et s’écraser. Allez, laissez-vous aller et prêtez-leur vos toilettes. Après toutes ces bières, ils l’ont bien mérité.      


Titres de l'album:   

  1. Duvet Mover
  2. Rag And Bone
  3. Beast
  4. My Back's Fucking Fucked
  5. The Idiot's Guide To The Internet
  6. Blind Fingers Washington
  7. Dominate, Destroy
  8. Social Chlamedia
  9. Gipping In The Parsley
  10. Dead Nan P's

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/08/2017 à 18:11
85 %    183

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sargeist

Unbound

Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.