Le premier album de DRAGUNOV a clairement retenu mes oreilles, ambiance glaciale, rythme rampant, dynamique très bien construite, utilisation intelligente des samples, le groupe bâtis autour de deux potes batteur impose une esthétique, une ambiance en lien avec la Russie comme Sébastien nous l'a expliqué à travers une interview disponible ci-dessous.

L'une des deux têtes pensante nous explique notamment que la Russie ce n'est pas seulement le communisme rouge mais c'est aussi une épopée spatiale et c'est justement ce qui aliment la créativité du duo. 

Metalnews : Pouvez-vous nous expliquer comment est né DRAGUNOV ? Qu’est-ce qui vous a mené à appeler ce groupe ainsi ? 

DRAGUNOV, c'est avant tout 2 potes batteurs de longue date qui voulaient monter un groupe pour se faire plaisir tout simplement. Ensuite c'est devenu plus sérieux ! Pour ce qui est du nom, c'est suite à un délire d’air-soft et une affinité pour l'univers russe que nous avons choisi Dragunov. 

Enregistrez-vous tous les 2 des pistes de batterie ou y a-t-il un poste de batteur attitré ? As-tu développé ton jeu de guitare pour l’occasion ou était-ce également une envie de longue date ? 

C'est bien Tristan le batteur attitré, cependant on discute beaucoup ensemble sur des idées de batterie. C'est comme quand il y a 2 guitaristes qui fouinent des riffs ensemble, et bien là pour une fois il y a 2 batteurs. 

J'ai déjà expérimenté la guitare dans divers petits groupes. Dans un premier temps c'était pour triper et apprendre l'instrument. Désormais avec DRAGUNOV c'est du sérieux ! 

Etait-il établi dès le départ que DRAGUNOV serait un duo ? 

Oui tout à fait, le groupe sans prise de tête. Vu que nous sommes que deux entités à réfléchir cela amenait une certaine facilité pour composer, répéter et délirer avec des idées de batteurs.  

Votre univers semble très proche de la Russie et de son histoire, qu’exprimez-vous à travers cette musique à l’ambiance bien froide ? 

On souhaitait surtout faire voyager les gens à travers un univers sombre, crasseux mais aussi spatial. Sachant que nous n'avons pas de chant, cela permettait de s'appuyer sur quelque-chose et créer ainsi une ambiance aux yeux des gens. 

La première piste de l’album semblent être les coordonnées de la Russie, c’est bien cela ? 

En Russie, ouais, dans la mer du Japon. Les coordonnées sont en rapport avec les samples du début du morceau à vous de chercher ce qui s’est passé par là-bas ;-) 

L’artwork très soigné vous montre en habit militaire sur un aéroport qui semble désert, est-ce simplement esthétique ou faut-il y voir un message plus géopolitique ? 

Il ne faut en aucun voir des messages géopolitiques, et on a rien à revendiquer par rapport à la Russie. Il faut plutôt voir une histoire, celle de 2 soldats qui partent à la découverte de l'espace. 

Concernant l'artwork, c'est une collaboration entre les photographes de Monsieur et Madame Shoes et moi même étant graphiste (sous le nom Hades Design ndlr.)

Pouvez-vous nous en dire plus sur la signification des morceaux ? 

Chaque morceau est en rapport avec la conquête spatiale et l’histoire aéronautique soviétique. 

Le premier morceau est lié à l’événement qui s’est passé là où les coordonnées vous amènent. Le deuxième titre, "Kosmonavt", est plutôt explicite. 

Le troisième, "Semïorka", est le nom d’un lanceur de missiles Russe. 

"Krasny Marsch" signifie la marche rouge en russe, toujours en lien avec le sample du morceau. 

"Belka y Sterlka" est le nom d’un couple de chien qui ont été envoyé dans l’espace. Et "24IV67" est la date d’un événement marquant de l’histoire Spatiale Soviétique, en lien toujours avec les samples présent dans ce morceau.   

Vous avez donné quelques dates en avril dernier, comment retranscrivez-vous cette musique à deux sur scène ? 

Tout d'abord nous portons nos masques à gaz ce qui donne clairement le ton, ensuite nous avons nos propres lumières rouges pour appuyer la connotation russe. Nous continuons à développer tout cela pour amener encore davantage le public dans notre univers. 

Quels sont vos projets de concert pour les prochains mois ? 

Nous avons une date au festival la Bergerie #2 le 26 Août à Mareuil-sur-Cher (41), mais nous bossons actuellement sur de nouvelles dates. 

Avez-vous déjà commencé à travailler sur la suite ? Comment travaillez-vous ? Est-ce un travail en répétition ou à distance ? 

On attaque tout juste de nouvelles compostions ! On travaille tout en répétition, dans le feeling de jams et ensuite on peaufine sur ce qui nous fait kiffer ! Mais le but c'est de bosser ensemble. On commence à être un peu plus exigent sur des détails qu'auparavant mais le but principal est toujours le même, se faire plaisir et envoyer du lourd. 

Votre musique tisse des liens avec beaucoup de styles différents pourtant il se dégage une unité et fluidité de ce premier album, avez-vous fait attention à cela en composant ces morceaux ? 

Nous sommes aller un peu partout lors de notre premier EP, on se cherchait d'une certaine manière, mais dans ce premier album on a vraiment essayer de créer un bloc cohérent, plus travaillé et plus aboutis. Nous avions vraiment cette volonté de créer une grande histoire avec des musiques qui se suivent d'un point A à un point Z. 

D’un simple plaisir entre potes, DRAGUNOV est donc devenu une entité plus sérieuse, avez-vous des objectifs en tête pour le groupe ? 

On veut clairement faire avancé le groupe, dans un premier temps nous allons continuer à trouver de nouvelles dates et faire vivre le groupe sur scène pour défendre cet album. On va aussi se pencher sur un clip, commencer à composer un nouvel album... 

Pour finir, peux-tu nous donner quelques news d’ABYSSE ? 

Haha ! Et bien Abysse est toujours en cours de composition pour un nouvel album (peut être une sortie l'année prochaine qui sait). Sinon concernant des dates, il va falloir attendre l'été 2018, car nous préférons nous concentrer sur la compostion. Et ça va être du bien lourd avec pas mal de surprises ! 

par Simony le 03/08/2017 à 22:41
   361

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Golgothan Remains

Perverse Offerings to the Void

Empress

Reminiscence

Kera

Hysteresis

Morbid Reich

An Endless Heretic Advocacy

Voodoo Circle

Raised on Rock

Ataraxy

Where All Hope Fades

3sixty

Truestories

Xenoblight

Procreation

Doomster Reich

Drug Magick

Kleptocracy

Kleptocracy

Hecate

Une Voix Venue d'Ailleurs

Mind Awake

Pressure

Plague

Plague

Knelt Rote

Alterity

Disastrous Murmur

Skinning Beginning (1989-1991)

Obscene

Sermon to the Snake

Lurker Of Chalice

Lurker of Chalice

Cryptivore

Unseen Divinity

Ossuarium

Calcified Trophies of Violence

Mother Misery

Megalodon

Interview Fabien W. Furter (WHEELFALL)

youpimatin / 13/02/2018
Indus

Interview du groupe BLACK REAPER (Chine)

Jus de cadavre / 01/02/2018
Black Death Metal

Trisomie 21

RBD / 29/01/2018
Electro

Interview Mad et PYM (DeadMen)

youpimatin / 22/01/2018
Post Rock

Concerts à 7 jours

Asenblut + Angantyr + Ereb Altor

23/02 : Le Blogg, Lyon (69)

Asenblut + Lappalainen + Belenos

24/02 : La Ferme Du Buisson, Noisiel ()

+ Atrystos + War Inside

24/02 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Therion + Imperial Age + Null Positiv

28/02 : Espace Julien, Marseille (13)

Photo Stream

Derniers coms

Il fait de la Dark Folk, et il a tellement peur de se voir collée l'étiquette généralement accolée à toute cette scène...


Évolution et prise de risque sensible quelques mois après la tournée européenne.


J'aime pas trop cette attitude, autant je comprends qu'un groupe n'ait pas envie de se retrouver au milieu de ce genre de polémique autant "l'affaire" datant de plus de dix ans je trouve un peu hypocrite de se désolidariser d'un groupe avec lequel on avait accepté de tourner juste parce que des (...)


Ce qui m'étonne surtout c'est d'abord le grand écart sur l'affiche, tant les styles respectifs sont différents mais pas incompatibles dans le fond, c'était osé et intéressant de faire ça. Et j'aurai pensé que King Dude, qui s'est rapidement fait apprécier dans sa scène aux côtés de Chels(...)


Killer album!