Le premier album de DRAGUNOV a clairement retenu mes oreilles, ambiance glaciale, rythme rampant, dynamique très bien construite, utilisation intelligente des samples, le groupe bâtis autour de deux potes batteur impose une esthétique, une ambiance en lien avec la Russie comme Sébastien nous l'a expliqué à travers une interview disponible ci-dessous.

L'une des deux têtes pensante nous explique notamment que la Russie ce n'est pas seulement le communisme rouge mais c'est aussi une épopée spatiale et c'est justement ce qui aliment la créativité du duo. 

Metalnews : Pouvez-vous nous expliquer comment est né DRAGUNOV ? Qu’est-ce qui vous a mené à appeler ce groupe ainsi ? 

DRAGUNOV, c'est avant tout 2 potes batteurs de longue date qui voulaient monter un groupe pour se faire plaisir tout simplement. Ensuite c'est devenu plus sérieux ! Pour ce qui est du nom, c'est suite à un délire d’air-soft et une affinité pour l'univers russe que nous avons choisi Dragunov. 

Enregistrez-vous tous les 2 des pistes de batterie ou y a-t-il un poste de batteur attitré ? As-tu développé ton jeu de guitare pour l’occasion ou était-ce également une envie de longue date ? 

C'est bien Tristan le batteur attitré, cependant on discute beaucoup ensemble sur des idées de batterie. C'est comme quand il y a 2 guitaristes qui fouinent des riffs ensemble, et bien là pour une fois il y a 2 batteurs. 

J'ai déjà expérimenté la guitare dans divers petits groupes. Dans un premier temps c'était pour triper et apprendre l'instrument. Désormais avec DRAGUNOV c'est du sérieux ! 

Etait-il établi dès le départ que DRAGUNOV serait un duo ? 

Oui tout à fait, le groupe sans prise de tête. Vu que nous sommes que deux entités à réfléchir cela amenait une certaine facilité pour composer, répéter et délirer avec des idées de batteurs.  

Votre univers semble très proche de la Russie et de son histoire, qu’exprimez-vous à travers cette musique à l’ambiance bien froide ? 

On souhaitait surtout faire voyager les gens à travers un univers sombre, crasseux mais aussi spatial. Sachant que nous n'avons pas de chant, cela permettait de s'appuyer sur quelque-chose et créer ainsi une ambiance aux yeux des gens. 

La première piste de l’album semblent être les coordonnées de la Russie, c’est bien cela ? 

En Russie, ouais, dans la mer du Japon. Les coordonnées sont en rapport avec les samples du début du morceau à vous de chercher ce qui s’est passé par là-bas ;-) 

L’artwork très soigné vous montre en habit militaire sur un aéroport qui semble désert, est-ce simplement esthétique ou faut-il y voir un message plus géopolitique ? 

Il ne faut en aucun voir des messages géopolitiques, et on a rien à revendiquer par rapport à la Russie. Il faut plutôt voir une histoire, celle de 2 soldats qui partent à la découverte de l'espace. 

Concernant l'artwork, c'est une collaboration entre les photographes de Monsieur et Madame Shoes et moi même étant graphiste (sous le nom Hades Design ndlr.)

Pouvez-vous nous en dire plus sur la signification des morceaux ? 

Chaque morceau est en rapport avec la conquête spatiale et l’histoire aéronautique soviétique. 

Le premier morceau est lié à l’événement qui s’est passé là où les coordonnées vous amènent. Le deuxième titre, "Kosmonavt", est plutôt explicite. 

Le troisième, "Semïorka", est le nom d’un lanceur de missiles Russe. 

"Krasny Marsch" signifie la marche rouge en russe, toujours en lien avec le sample du morceau. 

"Belka y Sterlka" est le nom d’un couple de chien qui ont été envoyé dans l’espace. Et "24IV67" est la date d’un événement marquant de l’histoire Spatiale Soviétique, en lien toujours avec les samples présent dans ce morceau.   

Vous avez donné quelques dates en avril dernier, comment retranscrivez-vous cette musique à deux sur scène ? 

Tout d'abord nous portons nos masques à gaz ce qui donne clairement le ton, ensuite nous avons nos propres lumières rouges pour appuyer la connotation russe. Nous continuons à développer tout cela pour amener encore davantage le public dans notre univers. 

Quels sont vos projets de concert pour les prochains mois ? 

Nous avons une date au festival la Bergerie #2 le 26 Août à Mareuil-sur-Cher (41), mais nous bossons actuellement sur de nouvelles dates. 

Avez-vous déjà commencé à travailler sur la suite ? Comment travaillez-vous ? Est-ce un travail en répétition ou à distance ? 

On attaque tout juste de nouvelles compostions ! On travaille tout en répétition, dans le feeling de jams et ensuite on peaufine sur ce qui nous fait kiffer ! Mais le but c'est de bosser ensemble. On commence à être un peu plus exigent sur des détails qu'auparavant mais le but principal est toujours le même, se faire plaisir et envoyer du lourd. 

Votre musique tisse des liens avec beaucoup de styles différents pourtant il se dégage une unité et fluidité de ce premier album, avez-vous fait attention à cela en composant ces morceaux ? 

Nous sommes aller un peu partout lors de notre premier EP, on se cherchait d'une certaine manière, mais dans ce premier album on a vraiment essayer de créer un bloc cohérent, plus travaillé et plus aboutis. Nous avions vraiment cette volonté de créer une grande histoire avec des musiques qui se suivent d'un point A à un point Z. 

D’un simple plaisir entre potes, DRAGUNOV est donc devenu une entité plus sérieuse, avez-vous des objectifs en tête pour le groupe ? 

On veut clairement faire avancé le groupe, dans un premier temps nous allons continuer à trouver de nouvelles dates et faire vivre le groupe sur scène pour défendre cet album. On va aussi se pencher sur un clip, commencer à composer un nouvel album... 

Pour finir, peux-tu nous donner quelques news d’ABYSSE ? 

Haha ! Et bien Abysse est toujours en cours de composition pour un nouvel album (peut être une sortie l'année prochaine qui sait). Sinon concernant des dates, il va falloir attendre l'été 2018, car nous préférons nous concentrer sur la compostion. Et ça va être du bien lourd avec pas mal de surprises ! 

par Simony le 03/08/2017 à 22:41
   443

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !