KOZH DALL DIVISION, ce projet sorti de nulle part et généré par la passion de trois musiciens/potes (Vince - paroles/chœurs, Laurent, ex-ARTSONIC, KRISTENDOM & NO RETURN - guitare/chant et Chris de GRAZED, basse et chœurs), nous avait pris de revers il y a deux ans lors de la parution du premier album du concept. Nous y retrouvions outre les trois comparses, la crème de la scène Metal française de toutes les époques, et surtout, un disque élaboré dans la joie et l’exubérance, qui se proposait de montrer toutes les facettes d’une musique beaucoup plus riche que le grand public ne se plait à le croire…Car KOZH DALL DIVISION, c’est avant tout une implication totale dans un art qui ne supporte ni la tiédeur ni la médiocrité, et qui exige un investissement absolu, mais qui permet aussi à des musiciens qui savent mettre leur ego de côté (et il y en a de moins en moins…) de rejoindre une grande famille qui traite ses membres sur un pied d’égalité. Je ne reviendrai pas dans ces lignes sur le contenu du premier méfait, cas largement abordé dans nos pages via chronique et interview, puisque l’actualité du concept est brûlante. Cette actualité se voit aujourd’hui enfin connue du monde entier, via la parution d’un second volume que les géniteurs nous avaient plus ou moins dévoilé assez vite, second volume à l’ambition proportionnelle au travail fourni, puisque pas moins de vingt-sept titres y sont développés, reprenant le principe du premier tome qui conviait à la fête des faciès bien connus de la scène française, trop heureux de s’impliquer dans l’avancée d’une aventure qui n’a que peu d’équivalent à l’heure actuelle. Nous retrouvons donc sur ce nouvel LP, outre le trio de base, des featurings prestigieux, et des personnages fameux, dont la liste exhaustive est disponible dans l’artwork superbe qui accompagne la galette en question.

Des noms ? Evidemment, je suis là pour ça, et c’est avec un plaisir non feint que nous découvrons les participations de fidèles de l’idée comme Eric Forrest d’E-FORCE, Max Otero (MERCYLESS), Crass (CRUSHER), PHILTOR (ex-NO RETURN), mais aussi de petits nouveaux qui leur ont emboité le pas entre-temps, dont mon pote Tanguy des T.H.I.N.K, l’incontournable Alex Colin-Tocquaine d’AGRESSOR, Klod (LUNATIC POWER), Moreno & Warzy (HATE BEYOND), Sly Berquet de CROWLING, Benoit et Laurent de POWER FUEL, Phil des HATRED DUSK (fraichement reformés et préparant un retour fracassant), Sharky des KILLING GROUND, Damien de DUST IN MIND, et une poignée d’autres qui animent les pistes de ce II - Memories, qui au jugé des publications virtuelles a dû être une sacrée fiesta entre potes. Mais une fête, aussi ludique soit-elle ne doit pas faire oublier le travail de titan qu’il a fallu fournir pour proposer au public un produit fini de qualité, d’autant plus lorsque celui-ci frise les deux heures de musique. Et à l’écoute de ce second chapitre, il est évident que les trois concepteurs du projet ont dû perdre pas mal de sueur en route, tant la créativité est toujours au rendez-vous, même si quelques errances restent à signaler parfois, petites erreurs inévitables lorsqu’on décide de publier un disque aussi méchamment complet…Il convient d’être franc et honnête face à cette somme de musique à ingurgiter, et ne pas prendre ses compositeurs/élaborateurs pour des imbéciles. Il est très difficile d’écouter II - Memories d’une seule traite, mais il est aussi difficile de ne pas l’apprécier en tant que tel. Beaucoup d’informations en émanent, et chacun saura choisir sa façon de l’appréhender, en piochant des titres parmi la quasi trentaine proposée, en fonction de ses goûts et affinités avec les participants impliqués. Mais une fois encore, on ne se sent pas lésé en termes de qualité et de diversité, puisque le projet s’est plus ou moins adapté à la personnalité des amis invités à la table de la productivité. Laurent en a profité pour glisser une fois encore quelques interventions personnelles, qui permettent d’aérer l’ensemble et de lui conférer un aspect moins « compile », mais dans les faits, et en toute raison, ce II est une sacrée réussite, juste un peu trop disert pour parvenir au niveau de concision de son aîné.

Le seul leitmotiv à retenir de cette réalisation, est que deux des morceaux résument à eux-seuls tout le crédo de l’entreprise. « We Are Kozh Dall Division », entonné d’une voix rageuse par les HATE BEYOND, mais aussi « We Are Kozh Dall », feat. Crass, Damien et Joel, qui prouvent de leur intensité que ce projet est bien plus qu’un simple collage habille d’une vague photo de famille, mais bien une famille à part entière. Si les têtes pensantes ont bien sur couché sur partition les thématiques génériques, et peaufiné les breaks, soli et autres arrangements, chaque participant apporte sa touche personnelle à l’ensemble, restant fidèle à son éthique tout en s’adaptant très bien au contexte proposé. Et là est la grande intelligence et le talent bluffant de notre trio, qui une fois de plus est parvenu à rester cohésif tout en adoptant la couleur musicale et vocale de chacun des participants. Telle capacité n’est pas chose aisée, et une fois encore, nous naviguons à vue entre Heavy Metal ténu, Thrash velu et Death têtu, en passant par le Hardcore bien chenu, pour une grosse bordée d’hymnes qui ne se contentent pas de marquer le terrain, mais qui y incrustent leur chemin pour que nous le suivions aveuglément. Certes, tout le monde ne pourra encenser chaque piste de cet album aux proportions pharaoniques, mais je ne pense pas que tel fut l’objectif de Vince, Laurent et Chris, certainement conscients que leur public allait faire du tri dans cette somme énorme de données. Si les participants historiques confirment que leur trophée a bien sa place sur le manteau de la cheminée (quelle entrée en matière dantesque d’Eric et Tanguy sur le fatal « Living Parasite », plus Crust qu’un slip de Kelvin "Cal" Morris, et plus efficace qu’une rouste collée par les AGNOSTIC FRONT une fois le soleil couché), les petits nouveaux ne se font pas non plus prier pour hurler, vociférer, soloïser et pérenniser un héritage maintes fois convoité (Alex « AGRESSOR » certainement ravi de tout ratiboiser sur le radical désherbant « Time Shadows », symptomatique de son legs de pionnier du Death/Black français). Et si la couleur musicale tend encore vers un radicalisme assumé, quelques surprises viennent nous extirper de cette violence débridée, dont ce terriblement lyrique et enflammé « Fight Or Die », qui laisse Phil et Olivier de BLASPHEME modérer un peu le propos génériquement écrasant.

Difficile toutefois de ne pas nommer par le talent chaque participant, mais à ce rythme-là, il conviendrait d’écrire un bouquin plutôt qu’une chronique. Je dois tout de même avouer, dans un accès de sincérité, une petite inclinaison personnelle pour l’infernal et bouillonnant « Pseudomonarchia Daemonium », entonné de concert par Benoit et Laurent de POWER FUEL, plus Death qu’un alligator de Floride, l’impulsif et millimétré « Your God », réminiscent des PRONG et autres KILLING JOKE que Phil des HATRED DUSK transcende de ses interventions nuancées, l’hymne dégoulinant « We Are Kozh Dall », perverti par le timbre averti de Crass et Damien, l’entrée en matière sans détour de « Living Parasite », avec mon pote Tanguy dont le gosier n’a toujours pas vieilli, et tant d’autres qu’il deviendrait trop redondant pour moi de tous les citer. Mais je tiens quand même à préciser qu’une fois de plus, le son est à la hauteur des ambitions, et que chaque instrumentiste bénéficie de suffisamment d’espace pour ne pas avoir à écraser les pieds et cordes du voisin (mon Dieu ces graves qui vous compressent le thorax, c’est juste…étouffant !). Mais les aspects positifs de cette entreprise sont si nombreux qu’il est ardu de vouloir rendre tout le monde heureux en n’oubliant personne. Je me contenterai donc de dire qu’une fois encore, la team KOZH DALL DIVISION a fait un carton, et que la passion qui les anime ne saura être remise en question, et comme en sus l’objet de toutes les convoitises est disponible dans une superbe édition digipack avec livret truffé d’illustrations, vous savez quoi faire des pièces qui traînent dans la maison. Mais plus qu’un projet, c’est une photo de famille qu’incarne ce II - Memories, une famille unie, dont on est tous fier et heureux de faire partie. Une famille qui a connu ses malheurs et dissensions, ses coups de gueule et trahisons, mais qui parvient toujours à retrouver l’union pour s’aimer pour de bon.


Titres de l'album:

CD 1 : 

  1. Living Parasite (feat. Eric Forrest & Tanguy Bourgeois)
  2. Narcosis (feat. Tatioushka Linka & Florian Goujon)
  3. Sacrificial Rite (feat. Max Otero)
  4. Fight or Die (feat. Phil Guadagnino & Olivier de Shannon)
  5. Read in Me (feat. Michael Da Silva)
  6. Welcome to Death Land (feat. Sebastien Mockers)
  7. Lose One's Grip (feat. Philippe Ordon)
  8. Time Shadows (feat. Alex Colin-Tocquaine)
  9. Blanc Seing (feat. Claude Thill)
  10. We Are Kozh Dall Division (feat. Moreno Grosso)
  11. Schizophrenia (feat. Sly Berquet)
  12. Fading Light
  13. Confusion

CD 2:

  1. Pseudomonarchia Daemonium (feat. Benoit Laurence & Laurent Hauet)
  2. Life On The Rope
  3. Your God (feat. Phil Dubreuil)
  4. The 5th Element (feat. Eric Barada)
  5. Page Blanche (feat. Pascal Landais)
  6. Imperial March (feat. Jean-François Rey)
  7. We Are Kozh Dall (feat. Michael Da Silva)
  8. Need For Scream
  9. Born in a Massgrave (feat. Sebastien Mockers)
  10. Valley of Lepers (feat. Greg Lambert)
  11. Sauveurs Bourreaux
  12. Bipolaire
  13. Sommeil
  14. Mémoire

Site officiel






par mortne2001 le 01/02/2018 à 17:33
88 %    662

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Crass
@78.250.9.61
01/02/2018 à 23:37:18
Merci bcp et bravo pour cette sublime prose !!!!

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.