Je serais tenté de dire ce soir, « ça tombe bien, puisque j’avais envie d’écouter quelque chose de différent ».

Oui, après tout, le Metal, c’est bien, très bien même, et la raison d’être de ce site. Mais un peu d’ouverture d’esprit n’ayant jamais fait de mal à personne, il n’est pas interdit non plus de légèrement franchir les limites et de s’écarter du plus-si-droit chemin. Le Grind, le Sludge, le old-school, le Thrash, le vintage, l’AOR, le Heavy, oui, mais le plus nuancé, le plus coloré, le plus rythmé et volontiers engageant, c’est aussi alléchant. Et pour ce faire, quoi de mieux que de se diriger vers l’un des labels étrangers les plus audacieux de l’underground, et d’aller faire un tour chez les norvégiens d’Indie Recordings, jamais avares de trouvailles un peu excentrées. En cette rentrée, la maison de disques indépendante nous propose donc le premier album des nationaux de VÖÖDÖÖ, presque prophètes en leur pays, puisqu’ils peuvent se targuer d’avoir vu leurs trois premiers single honorés d’un matraquage sur la station Radio Rock. Généralement, et dans ces pays à la culture aussi ouverte que la Norvège, ce genre de petit détail est plutôt bon signe, et l’écoute d’Ashes confirme ce sentiment assez rapidement, puisqu’on y découvre des morceaux faussement simples mais réellement riches, et surtout, utilisant la distorsion et le Rock pour arriver à des fins autres qu’un simple Hard bas du front ou un vulgaire Rock au bourbon. De la délicatesse donc, mais aussi beaucoup d’énergie pour un disque qui s’écoute autant qu’il ne se chante, et qui se danse autant qu’il ne se ressent. Pas mal de modernité donc, dans le traitement, mais aussi le rendu, et une petite demi-heure en très bonne compagnie. Laquelle ?

Celle de Giuliano Antonio Lomonaco, Gøran Stavang Skage, Sveinung Fossan Bukve et Stian Brungot. A eux quatre, ils forment donc l’entité VÖÖDÖÖ, et loin d’utiliser des recettes un peu occultes venant d’Haïti se contentent de jouer leur va-tout, à base d’alternatif, d’électronique, d’électrique, et d’exubérance instrumentale, le tout mis au service de compositions qui tiennent méchamment la route, et qui mélangent tellement d’influences qu’on en vient à perdre les essentielles en route. Le néophyte pensera reconnaître au détour des sillons du MUSE, pour cette théâtralité de chant et cette ambition d’arrangements, alors qu’un autre jurera son RADIOHEAD qu’on l’y prendra encore, tandis que certains, plus pointus évoqueront de loin le spectre des DIABLO SWING ORCHESTRA croisant le fer avec les THE HARDKISS, en version moins endiablée et moins fardée. Autrement dit, un concept pas forcément facile à situer, qui navigue entre Rock, Pop, culture junk et instincts mélodiques, pour un résultat qui s’il reste encore perfectible, donne parfois lieu à des épiphanies de mystère et de questionnements à venir. A l’écoute d’un morceau au dramatisme aussi prononcé que « King And Clown », on pense évidemment à Matthew James Bellamy, à cause évidemment du chant de Gøran, mais on se dit finalement que les impayables TOKYO TABOO n’ont pas dû non plus tomber dans l’oreille de sourds. Evidemment, les deux groupes partagent la même liberté de ton, mais si la joie suinte parfois des parois numériques d’Ashes, la tonalité globale est beaucoup moins potache, et beaucoup plus concentrée sur des thèmes plus sombres, comme le démontre le final presque introspectif « The Rope ».

D’ailleurs, la façon qu’à Sveinung Fossan Bukve de triturer sa guitare en truffant ses interventions d’effets est tout à fait personnelle. Désireux, à l’instar des BEATLES de 66 de faire sonner son instrument de toutes les façons possibles, sauf l’initiale, l’impétueux et créatif instrumentiste confère donc aux chansons une aura toute particulière, à mi-chemin entre la guitare synthé des années 80 et le clavier midi qui se prend pour une Stratocaster. On peut ne pas apprécier la roublardise de cette technique, mais force est de reconnaître qu’elle est parfaitement adaptée à la musique pratiquée, qui dès le morceau d’intro éponyme nous saisit de son décalage, alors même que la mélodie se traduit d’une manière totalement classique. Le chant aux délicats accents féminins est tout aussi surprenant, acidulant le propos sans atténuer sa gravité de fond, et le mélange produit, sucré-salé, doux-acide est délicieux et savoureux, et nous permet de détacher ce premier LP d’une production pléthorique un peu trop standardisée. D’autant plus que les quelques soli qui parsèment les titres sont tout à fait honorables, et rattachent de fait le projet à la locomotive Rock, sans l’alourdir de ses travers les plus clichés. Les pistes s’enchaînent donc avec variété, en gardant la cohérence sous le pied, et le travail rythmique accompli sur « Lay Me To Rest » est profond, et met admirablement bien en valeur les astuces sonores de Sveinung qui s’en donne à cœur joie, passant sans transition d’un lick mutin et ludique à un énorme riff sombre digne d’un Doom macabre ou d’un Sludge surpuissant.

Cette trajectoire sinusoïdale est constante sur Ashes, et se travestit parfois en fausse ligne droite, qui permet à « The Secret » de sonner aussi Pop sexy qu’un hybride entre BLONDIE et Britney SPEARS, ou à « Dots » de tirer en pointillé la ligne invisible séparant Pink des THE KILLS. Sensuel mais abrupt, stratégique mais lucide, ce LP est un piège à hits qui pourra contenter tout le monde, même lorsque le formalisme cède aux sirènes d’un tube taillé sur mesure pour les radios (« Shine On », le plus volontiers Hard sur les couplets, mais le plus souplement Pop sur le refrain). S’il est évident que les « vrais » metalleux se perdront en conjectures et resteront dubitatifs, ne se sentant pas concernés, les fans de Blues pourront apprécier la moiteur de « Broken Cage », qui juxtapose des lignes de chant vénéneuses et plaintives à un rythme lourd et une guitare en lamentations. L’ombre de MUSE est évident toujours présente, mais sans assombrir la lumière des VÖÖDÖÖ, qui ne perdent jamais leur personnalité en route. D’ailleurs « Let It Burn », le prouve immédiatement, de son beat sautillant et de sa teen attitude, pétillant comme une pyjama party, mais solide comme une entrée dans l’âge adulte qu’on ne refuse pas, même dans la Californie hédoniste des années 90. Alors, comme vous le constatez, à boire, à manger, à savourer, mais surtout, une envie de faire autre chose sans faire n’importe quoi. Avec encore quelques interrogations qui planent quant à  leur avenir, les VÖÖDÖÖ intriguent méchamment, et donnent vraiment envie de lever le voile sur un futur qu’on pressent terriblement créatif et affranchi. Une histoire norvégienne, mais qui peut marcher dans tous les pays où les fans de musique se moquent des étiquettes.  

      

Titres de l'album :

                             1.Ashes

                             2.Lay Me To Rest

                             3.The Secret

                             4.Dots

                             5.Shine On

                             6.Broken Cage

                             7.Let It Burn

                             8.King And Clown

                             9.The Rope

Site Officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 18/09/2018 à 16:31
78 %    79

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".