Je serais tenté de dire ce soir, « ça tombe bien, puisque j’avais envie d’écouter quelque chose de différent ».

Oui, après tout, le Metal, c’est bien, très bien même, et la raison d’être de ce site. Mais un peu d’ouverture d’esprit n’ayant jamais fait de mal à personne, il n’est pas interdit non plus de légèrement franchir les limites et de s’écarter du plus-si-droit chemin. Le Grind, le Sludge, le old-school, le Thrash, le vintage, l’AOR, le Heavy, oui, mais le plus nuancé, le plus coloré, le plus rythmé et volontiers engageant, c’est aussi alléchant. Et pour ce faire, quoi de mieux que de se diriger vers l’un des labels étrangers les plus audacieux de l’underground, et d’aller faire un tour chez les norvégiens d’Indie Recordings, jamais avares de trouvailles un peu excentrées. En cette rentrée, la maison de disques indépendante nous propose donc le premier album des nationaux de VÖÖDÖÖ, presque prophètes en leur pays, puisqu’ils peuvent se targuer d’avoir vu leurs trois premiers single honorés d’un matraquage sur la station Radio Rock. Généralement, et dans ces pays à la culture aussi ouverte que la Norvège, ce genre de petit détail est plutôt bon signe, et l’écoute d’Ashes confirme ce sentiment assez rapidement, puisqu’on y découvre des morceaux faussement simples mais réellement riches, et surtout, utilisant la distorsion et le Rock pour arriver à des fins autres qu’un simple Hard bas du front ou un vulgaire Rock au bourbon. De la délicatesse donc, mais aussi beaucoup d’énergie pour un disque qui s’écoute autant qu’il ne se chante, et qui se danse autant qu’il ne se ressent. Pas mal de modernité donc, dans le traitement, mais aussi le rendu, et une petite demi-heure en très bonne compagnie. Laquelle ?

Celle de Giuliano Antonio Lomonaco, Gøran Stavang Skage, Sveinung Fossan Bukve et Stian Brungot. A eux quatre, ils forment donc l’entité VÖÖDÖÖ, et loin d’utiliser des recettes un peu occultes venant d’Haïti se contentent de jouer leur va-tout, à base d’alternatif, d’électronique, d’électrique, et d’exubérance instrumentale, le tout mis au service de compositions qui tiennent méchamment la route, et qui mélangent tellement d’influences qu’on en vient à perdre les essentielles en route. Le néophyte pensera reconnaître au détour des sillons du MUSE, pour cette théâtralité de chant et cette ambition d’arrangements, alors qu’un autre jurera son RADIOHEAD qu’on l’y prendra encore, tandis que certains, plus pointus évoqueront de loin le spectre des DIABLO SWING ORCHESTRA croisant le fer avec les THE HARDKISS, en version moins endiablée et moins fardée. Autrement dit, un concept pas forcément facile à situer, qui navigue entre Rock, Pop, culture junk et instincts mélodiques, pour un résultat qui s’il reste encore perfectible, donne parfois lieu à des épiphanies de mystère et de questionnements à venir. A l’écoute d’un morceau au dramatisme aussi prononcé que « King And Clown », on pense évidemment à Matthew James Bellamy, à cause évidemment du chant de Gøran, mais on se dit finalement que les impayables TOKYO TABOO n’ont pas dû non plus tomber dans l’oreille de sourds. Evidemment, les deux groupes partagent la même liberté de ton, mais si la joie suinte parfois des parois numériques d’Ashes, la tonalité globale est beaucoup moins potache, et beaucoup plus concentrée sur des thèmes plus sombres, comme le démontre le final presque introspectif « The Rope ».

D’ailleurs, la façon qu’à Sveinung Fossan Bukve de triturer sa guitare en truffant ses interventions d’effets est tout à fait personnelle. Désireux, à l’instar des BEATLES de 66 de faire sonner son instrument de toutes les façons possibles, sauf l’initiale, l’impétueux et créatif instrumentiste confère donc aux chansons une aura toute particulière, à mi-chemin entre la guitare synthé des années 80 et le clavier midi qui se prend pour une Stratocaster. On peut ne pas apprécier la roublardise de cette technique, mais force est de reconnaître qu’elle est parfaitement adaptée à la musique pratiquée, qui dès le morceau d’intro éponyme nous saisit de son décalage, alors même que la mélodie se traduit d’une manière totalement classique. Le chant aux délicats accents féminins est tout aussi surprenant, acidulant le propos sans atténuer sa gravité de fond, et le mélange produit, sucré-salé, doux-acide est délicieux et savoureux, et nous permet de détacher ce premier LP d’une production pléthorique un peu trop standardisée. D’autant plus que les quelques soli qui parsèment les titres sont tout à fait honorables, et rattachent de fait le projet à la locomotive Rock, sans l’alourdir de ses travers les plus clichés. Les pistes s’enchaînent donc avec variété, en gardant la cohérence sous le pied, et le travail rythmique accompli sur « Lay Me To Rest » est profond, et met admirablement bien en valeur les astuces sonores de Sveinung qui s’en donne à cœur joie, passant sans transition d’un lick mutin et ludique à un énorme riff sombre digne d’un Doom macabre ou d’un Sludge surpuissant.

Cette trajectoire sinusoïdale est constante sur Ashes, et se travestit parfois en fausse ligne droite, qui permet à « The Secret » de sonner aussi Pop sexy qu’un hybride entre BLONDIE et Britney SPEARS, ou à « Dots » de tirer en pointillé la ligne invisible séparant Pink des THE KILLS. Sensuel mais abrupt, stratégique mais lucide, ce LP est un piège à hits qui pourra contenter tout le monde, même lorsque le formalisme cède aux sirènes d’un tube taillé sur mesure pour les radios (« Shine On », le plus volontiers Hard sur les couplets, mais le plus souplement Pop sur le refrain). S’il est évident que les « vrais » metalleux se perdront en conjectures et resteront dubitatifs, ne se sentant pas concernés, les fans de Blues pourront apprécier la moiteur de « Broken Cage », qui juxtapose des lignes de chant vénéneuses et plaintives à un rythme lourd et une guitare en lamentations. L’ombre de MUSE est évident toujours présente, mais sans assombrir la lumière des VÖÖDÖÖ, qui ne perdent jamais leur personnalité en route. D’ailleurs « Let It Burn », le prouve immédiatement, de son beat sautillant et de sa teen attitude, pétillant comme une pyjama party, mais solide comme une entrée dans l’âge adulte qu’on ne refuse pas, même dans la Californie hédoniste des années 90. Alors, comme vous le constatez, à boire, à manger, à savourer, mais surtout, une envie de faire autre chose sans faire n’importe quoi. Avec encore quelques interrogations qui planent quant à  leur avenir, les VÖÖDÖÖ intriguent méchamment, et donnent vraiment envie de lever le voile sur un futur qu’on pressent terriblement créatif et affranchi. Une histoire norvégienne, mais qui peut marcher dans tous les pays où les fans de musique se moquent des étiquettes.  

      

Titres de l'album :

                             1.Ashes

                             2.Lay Me To Rest

                             3.The Secret

                             4.Dots

                             5.Shine On

                             6.Broken Cage

                             7.Let It Burn

                             8.King And Clown

                             9.The Rope

Site Officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 18/09/2018 à 16:31
78 %    230

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.