Je serais tenté de dire ce soir, « ça tombe bien, puisque j’avais envie d’écouter quelque chose de différent ».

Oui, après tout, le Metal, c’est bien, très bien même, et la raison d’être de ce site. Mais un peu d’ouverture d’esprit n’ayant jamais fait de mal à personne, il n’est pas interdit non plus de légèrement franchir les limites et de s’écarter du plus-si-droit chemin. Le Grind, le Sludge, le old-school, le Thrash, le vintage, l’AOR, le Heavy, oui, mais le plus nuancé, le plus coloré, le plus rythmé et volontiers engageant, c’est aussi alléchant. Et pour ce faire, quoi de mieux que de se diriger vers l’un des labels étrangers les plus audacieux de l’underground, et d’aller faire un tour chez les norvégiens d’Indie Recordings, jamais avares de trouvailles un peu excentrées. En cette rentrée, la maison de disques indépendante nous propose donc le premier album des nationaux de VÖÖDÖÖ, presque prophètes en leur pays, puisqu’ils peuvent se targuer d’avoir vu leurs trois premiers single honorés d’un matraquage sur la station Radio Rock. Généralement, et dans ces pays à la culture aussi ouverte que la Norvège, ce genre de petit détail est plutôt bon signe, et l’écoute d’Ashes confirme ce sentiment assez rapidement, puisqu’on y découvre des morceaux faussement simples mais réellement riches, et surtout, utilisant la distorsion et le Rock pour arriver à des fins autres qu’un simple Hard bas du front ou un vulgaire Rock au bourbon. De la délicatesse donc, mais aussi beaucoup d’énergie pour un disque qui s’écoute autant qu’il ne se chante, et qui se danse autant qu’il ne se ressent. Pas mal de modernité donc, dans le traitement, mais aussi le rendu, et une petite demi-heure en très bonne compagnie. Laquelle ?

Celle de Giuliano Antonio Lomonaco, Gøran Stavang Skage, Sveinung Fossan Bukve et Stian Brungot. A eux quatre, ils forment donc l’entité VÖÖDÖÖ, et loin d’utiliser des recettes un peu occultes venant d’Haïti se contentent de jouer leur va-tout, à base d’alternatif, d’électronique, d’électrique, et d’exubérance instrumentale, le tout mis au service de compositions qui tiennent méchamment la route, et qui mélangent tellement d’influences qu’on en vient à perdre les essentielles en route. Le néophyte pensera reconnaître au détour des sillons du MUSE, pour cette théâtralité de chant et cette ambition d’arrangements, alors qu’un autre jurera son RADIOHEAD qu’on l’y prendra encore, tandis que certains, plus pointus évoqueront de loin le spectre des DIABLO SWING ORCHESTRA croisant le fer avec les THE HARDKISS, en version moins endiablée et moins fardée. Autrement dit, un concept pas forcément facile à situer, qui navigue entre Rock, Pop, culture junk et instincts mélodiques, pour un résultat qui s’il reste encore perfectible, donne parfois lieu à des épiphanies de mystère et de questionnements à venir. A l’écoute d’un morceau au dramatisme aussi prononcé que « King And Clown », on pense évidemment à Matthew James Bellamy, à cause évidemment du chant de Gøran, mais on se dit finalement que les impayables TOKYO TABOO n’ont pas dû non plus tomber dans l’oreille de sourds. Evidemment, les deux groupes partagent la même liberté de ton, mais si la joie suinte parfois des parois numériques d’Ashes, la tonalité globale est beaucoup moins potache, et beaucoup plus concentrée sur des thèmes plus sombres, comme le démontre le final presque introspectif « The Rope ».

D’ailleurs, la façon qu’à Sveinung Fossan Bukve de triturer sa guitare en truffant ses interventions d’effets est tout à fait personnelle. Désireux, à l’instar des BEATLES de 66 de faire sonner son instrument de toutes les façons possibles, sauf l’initiale, l’impétueux et créatif instrumentiste confère donc aux chansons une aura toute particulière, à mi-chemin entre la guitare synthé des années 80 et le clavier midi qui se prend pour une Stratocaster. On peut ne pas apprécier la roublardise de cette technique, mais force est de reconnaître qu’elle est parfaitement adaptée à la musique pratiquée, qui dès le morceau d’intro éponyme nous saisit de son décalage, alors même que la mélodie se traduit d’une manière totalement classique. Le chant aux délicats accents féminins est tout aussi surprenant, acidulant le propos sans atténuer sa gravité de fond, et le mélange produit, sucré-salé, doux-acide est délicieux et savoureux, et nous permet de détacher ce premier LP d’une production pléthorique un peu trop standardisée. D’autant plus que les quelques soli qui parsèment les titres sont tout à fait honorables, et rattachent de fait le projet à la locomotive Rock, sans l’alourdir de ses travers les plus clichés. Les pistes s’enchaînent donc avec variété, en gardant la cohérence sous le pied, et le travail rythmique accompli sur « Lay Me To Rest » est profond, et met admirablement bien en valeur les astuces sonores de Sveinung qui s’en donne à cœur joie, passant sans transition d’un lick mutin et ludique à un énorme riff sombre digne d’un Doom macabre ou d’un Sludge surpuissant.

Cette trajectoire sinusoïdale est constante sur Ashes, et se travestit parfois en fausse ligne droite, qui permet à « The Secret » de sonner aussi Pop sexy qu’un hybride entre BLONDIE et Britney SPEARS, ou à « Dots » de tirer en pointillé la ligne invisible séparant Pink des THE KILLS. Sensuel mais abrupt, stratégique mais lucide, ce LP est un piège à hits qui pourra contenter tout le monde, même lorsque le formalisme cède aux sirènes d’un tube taillé sur mesure pour les radios (« Shine On », le plus volontiers Hard sur les couplets, mais le plus souplement Pop sur le refrain). S’il est évident que les « vrais » metalleux se perdront en conjectures et resteront dubitatifs, ne se sentant pas concernés, les fans de Blues pourront apprécier la moiteur de « Broken Cage », qui juxtapose des lignes de chant vénéneuses et plaintives à un rythme lourd et une guitare en lamentations. L’ombre de MUSE est évident toujours présente, mais sans assombrir la lumière des VÖÖDÖÖ, qui ne perdent jamais leur personnalité en route. D’ailleurs « Let It Burn », le prouve immédiatement, de son beat sautillant et de sa teen attitude, pétillant comme une pyjama party, mais solide comme une entrée dans l’âge adulte qu’on ne refuse pas, même dans la Californie hédoniste des années 90. Alors, comme vous le constatez, à boire, à manger, à savourer, mais surtout, une envie de faire autre chose sans faire n’importe quoi. Avec encore quelques interrogations qui planent quant à  leur avenir, les VÖÖDÖÖ intriguent méchamment, et donnent vraiment envie de lever le voile sur un futur qu’on pressent terriblement créatif et affranchi. Une histoire norvégienne, mais qui peut marcher dans tous les pays où les fans de musique se moquent des étiquettes.  

      

Titres de l'album :

                             1.Ashes

                             2.Lay Me To Rest

                             3.The Secret

                             4.Dots

                             5.Shine On

                             6.Broken Cage

                             7.Let It Burn

                             8.King And Clown

                             9.The Rope

Site Officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 18/09/2018 à 16:31
78 %    162

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent