Out Raising Hell

偏執症者 (paranoid)

27/11/2020

Autoproduction

Amusant pour des suédois de baptiser leur groupe 偏執症者 (qu’on traduit toujours par PARANOID pour une lecture plus compréhensive), et de nommer tous leurs morceaux en langue étrangère. Mais après tout pourquoi pas, un brin d’exotisme n’a jamais fait de mal à personne, d’autant plus que c’est la seule trace d’exotisme que vous pourrez trouver dans leur musique. Cette musique, depuis 2012, se fonde en effet sur des bases très nordiques de Punk Hardcore à tendance D-beat, et reste assez traditionnelle dans son approche, mais néanmoins salement joussive. Formé à Frösön, PARANOID est le genre de combo qui déteste rester inactif, et qui produit au gré de sa créativité toujours dense, et j’en veux pour preuve leur lourde discographie recensée sur The Metal Archives. Pas moins de six EP’s, cinq compilations, des splits, les albums en live, une poignée de singles et une démo, en seulement huit ans d’existence, voici qui nous rapproche des débiteurs Grind les plus productifs, ou des grossistes Noise qui n’hésitent jamais à brader leur stock. Mais pour autant, l’optique des suédois est-elle viable et surtout, intéressante d’un point de vue musical ? Oui et non, les musiciens suivant une ligne de conduite très précise dont ils ne s’éloignent jamais, et autant avouer que leurs longue-durée se ressemblent tous. A l’image d’un mix entre TOTALITAR et GBH, les suédois rappellent une version très propre des tarés de GENOCIDE, et proposent une fois encore dix glaviots bien épais et gras, crachés au même rythme, et qui enthousiasmeront les amateurs d’un Hardcore sévère et rapide.

Enregistré au Studio Mangel, de Frösön, entre avril 2019 et février 2020 par Joakim Staaf-Sylsjö, mixé par l’infatigable Joel Grind à Portland, masterisé par Jack Control à l’Enormous Door, et produit par Jocke D-take, décoré d’un superbe artwork signé Anton Atanasov, Out Raising Hell est le type même d’album qui ne se domestique pas, et qu’on adopte brut de chez brut, avec tous les coups de griffe que ça peut impliquer. Mais c’est le prix à payer pour écouter des chansons qui tiennent autant de HELLHAMMER que de THE EXPLOITED, et qui viennent même taquiner le VENOM de légende sur son propre terrain (« Hikari no Yakata »). Doté d’un son tout à fait raisonnable dans la laideur, sec comme un coup de trique, ce troisième chapitre full-lenght des suédois ressemble à s’y méprendre aux deux premiers, se veut aussi méchant, aussi rapide, et se présente comme la synthèse parfaite des versants punk suédois et anglais. Le trio est donc toujours aussi incorruptible et malpoli (Jocke D-takt - chant/basse, Emil Bergslid - batterie et Henrik Låsgårdh - guitare), toujours aussi doué dans les amalgames entre DISCHARGE et HELLHAMMER (« Hakaba no Me »), et toujours aussi enclin à ne balancer que les riffs les plus primaires et instinctifs pour ne rien perdre en spontanéité. Et on savoure leur sauvagerie, car elle nous ramène aux principes les plus élémentaires du Punk/Hardcore de l’orée des années 80, ce Hardcore sombre et méchant que les suédois ont beaucoup écouté pour mettre au point leur propre version en mode Crust et D-Beat.

Alors, évidemment, pour les fans, aucune information ne sera utile, puisqu’ils connaissent déjà les méthodes par cœur. Un morceau sur deux cavale comme un shoplifter pris sur le fait, la lourdeur est souvent effective et oppressante, et le tout nous replonge dans les affres d’une jeunesse passée à explorer les extrêmes pour dénicher le groupe le plus rude et violent. Mais cette violence, aussi sale soit-elle et réaliste n’en reste pas moins accessible aux plus sensibles, le trio ne passant pas son temps à roter sur les parkings des supermarchés pour choquer le bourgeois, mais bien à composer dans sa cave entre deux bières tièdes. En rallongeant la durée de leurs morceaux, les trois lascars ont pris le risque de la redondance d’autant que l’album frise les quarante minutes (une hérésie ou presque pour ce genre de musique immédiate), et pourtant, le timing ne handicape pas ce troisième né qui affiche une forme olympique. Et en encaissant l’enchaînement diabolique de « Kikaijikake no Satsurikusya » et « Mada Minu Yuutopia », on se mange une gigantesque tartine dans la tronche, ce qui est je le rappelle le seul objectif des suédois : nous frapper les tympans avec une jouissance sadique, persuadés que nous trouverons un plaisir masochiste à cette violence tacite. Et ils ont raison les bougres, une fois encore, puisque malgré la linéarité de l’opération, elle fonctionne à plein régime, et nous assistons médusés à un spectacle de mimétisme incroyable, comme si dans un rêve, VENOM et AGNOSTIC FRONT mixaient leur musique pour donner un concert unique.

La fin de l’album fait même montre d’ambitions incroyables pour quatre greasers plein d’huile, avec pas moins de trois morceaux dépassant la barre des quatre minutes. Alors évidemment, le tempo s‘adapte et adopte un pas mid appréciable, d’autant que les riffs semblent toujours piqués au DARKTHRONE le plus minimaliste, celui-là même qui parvenait à garder le Black souillé tout en le tâchant de Rock N’Roll (« Kyoki no Hashi »). Mais n’allez pas croire pour autant que les PARANOID soient capables de garder le cap de la modération, puisque « Minagoroshi » revient vite vers des rivages HELLHAMMER, avant que « Jigoku no Gunzei » ne nous assène le coup de grâce.

Bon, on ne va pas se la jouer, on sait d’avance que le prochain album des trois marsouins sonnera exactement comme celui-ci, mais en l’attendant, on ne va pas bouder notre plaisir. Plus rillettes sur pain de mie que mousse de foie gras sur toast, le Hardcore d’Out Raising Hell n’est pas du luxe, mais calme les faims les plus sauvages. Et même si Noël approche, vous n’allez pas faire la fine bouche.                        

       

                                                                                              

Titres de l’album:

1. 晦冥勢力 (Kaimei Seiryoku)

2. 機械仕掛けの殺戮者 (Kikaijikake no Satsurikusya)

3. まだ見ぬユートピア (Mada Minu Yuutopia)

4. 光の館 (Hikari no Yakata)

5. 墓場の目 (Hakaba no Me)

6. 闇夜の火炎 (Yamiyo no Kaen)

7. 汚れた支配者 (Yogoreta Shihaisya)

8. 狂気の端 (Kyoki no Hashi)

9. 狂気の端 (Minagoroshi)

10. 地獄の軍勢 (Jigoku no Gunzei)


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/05/2022 à 17:21
72 %    67

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32