Il est relativement plaisant de temps en temps d’entendre quelque chose de différent. Alerté sur les réseaux sociaux de l’intégration de Betov (ADX) au sein d’un projet éloigné de ses obsessions purement métalliques habituelles, je jetais donc un regard attentif à l’évolution du concept PARAD1GM, sans savoir que j’allais bientôt en recevoir les fruits par voie postale. J’ai donc pu constater de facto que le groupe en question n’avait rien à voir avec le Metal mélodique et épique du gang de notre sympathique bassiste, et qu’il versait plutôt dans une sorte de Proto Electro-Metal aux riffs lourds mais aux rythmiques élastiques. Formé en 2015 sous l'impulsion de trois anciens membres de SPIRITED, AlukardX (guitare), Julien (batterie) et Farès (chant), PARAD1GM se présente aujourd’hui sous la forme d’un quintet, puisqu’en sus de Betov à la basse nous retrouvons Matthieu Marchand aux synthés et à la programmation, ce qui permet enfin aux musiciens de présenter leur premier longue-durée, qui ma foi a fière allure sous cette pochette imaginée par Fabien Jacques. Eponyme, comme pour bien asseoir une identité qui ne va pas tarder à s’affirmer, Parad1gm est de ces disques étranges, qu’on sent clairement sous influence multiple, mais qui parvient à tirer son épingle du jeu de ses ambitions et de ses envies d’ailleurs. Si évidemment, l’ambiance générale se veut légèrement sci-fi pour coller au thème choisi, le tout n’est pas sans une âpreté si chère au Metal électronique des années 90, qui combinait alors la souplesse de rythmiques distendues, à des guitares agressives, mais suffisamment traitées pour ne pas rebuter un public réfractaire aux sonorités trop viriles. En résulte un joli mélange, bien équilibré, qui se repaît d’Ambient, de Heavy classique détourné, mais aussi de Progressif, pour un trip aux confins d’une galaxie très personnelle.

Ce qui n’a pas échappé à Season of Mist qui assure la distribution de ce premier long. Enregistré et mixé par Alexandre Beucler et masterisé par Brett Caldas-Lima, Parad1gm est un OVNI qui traverse la production actuelle avec une indéniable grandiloquence, assumant ses atouts comme autant de différences sur la concurrence. Si l’on pense parfois à une version plus épurée et modeste des travaux les moins abscons de Devin Townsend, on pense aussi à la vague des CROSSBREED, à SENSER, en version moins rap, mais aussi à cette génération de groupes progressifs qui commençaient à concevoir le genre comme autre chose qu’un simple écrin à des égos démesurés. Ici, c’est bien la cohésion globale qui prime, et entre des samples intelligemment agencés, des couleurs travaillées, et des morceaux qui osent se distancier les uns des autres, le résultat est probant, même si pas forcément totalement maitrisé. On sent que le groupe a encore du boulot pour peaufiner les détails, mais des morceaux de la trempe d’un « Black Feather » prouvent qu’ils ont la carrure pour faire partie des valeurs sûres. Une puissance dramatique et presque lyrique qui donne à cet album la patine d’un conte post-ap avec espoir livré clefs en main, puisqu’au-delà de ce glaçage sombre, on sent la lumière pointer dans les interstices, notamment par l’entremise de fenêtres ouvertes sur des mélodies un peu nostalgiques, mais clairement positives. Dès lors, on pourrait presque parler d’un Electro-Metal progressif, si l’on ne sentait pas en filigrane ce background purement Metal qui nous laisse à penser que tout ça n’est pas grand-chose d’autre qu’un gros Heavy évolutif déguisé en musique électronique par l’adjonction de quelques effets de manche. Ceci dit sans aucune condescendance.

Mais la sensation est loin d’être désagréable, d’autant que les musiciens impliqués se sont donné à fond pour que ça fonctionne à plusieurs niveaux. Et si les deux premiers morceaux, parmi les plus longs, inquiètent de leur similitude d’agencement, « Qalbik » nous rassure rapidement, en choisissant de s’éloigner de ce schéma trop bien établi. Plaçant alors les sonorités les plus synthétiques au premier plan, et imposant un texte écrit en arabe, ce titre est le premier à vraiment marquer les mémoires, sombre comme une nuit sans les mille autres, mais dansant comme une centaine de Tombak frappés à l’unisson. Et ces trois minutes et quelques permettent aux PARAD1GM de s’imposer dans le paysage actuel, sans singer les groupes typés orientaux comme MYRATH, grâce à des claviers qui n’hésitent pas à bousculer les guitares sans bouffer leur espace. Farès se révèle sous un jour très flatteur, laissant son timbre grave et rauque s’envoler au-dessus de l’instrumental sans lâcher son emprise, et l’orient de nous enflammer de sa culture sans renier les fondements européens Electro-Metal les plus évidents. Véritable hit de l’impossible, ce morceau n’est pas le seul à se montrer compétitif dans le lot, bien au contraire, ce que démontre avec emphase le très lourd et compact « Buried », au riff presque Néo-Thrash, mais au background pur comme de la Pop détournée de ses obsessions les plus triviales. C’est dans ces instants plus modulés que le groupe se montre sous son jour le plus flatteur, lorsqu’il accepte de tamiser la violence sous un abat-jour d’harmonies acides, et qu’il démontre sa plus grande cohésion globale. Chacun connaît son boulot, et c’est avec plaisir que l’on constate que Betov s’est admirablement bien intégré à son nouveau projet, osant même une basse slappée sur le processionnel et déjà abordé « Black Feather ».

En tablant sur des progressions assez fascinantes de redondance, le groupe a pris des risques, mais ils s’avèrent presque tous payants. Ainsi, « Haunted » s’obstine pendant presque huit minutes à mériter son titre spectral, et nous envoute de ses itérations, préférant une fausse linéarité à une surabondance d’idées qui aurait pu mener à l’impasse. Sans en faire trop, mais en amenant les éléments petit à petit, PARAD1GM fait preuve d’une grande intelligence de composition, et pratique l’art du mantra, répété à l’envi pour atteindre un niveau de perception supérieur, et ainsi nous mener à un état contemplatif que la basse souple de Betov souligne de ses circonvolutions (« Haven », presque Pop sur les couplets, et encore plus sur le refrain, malgré une énorme guitare). Mais on pourrait dire bien des choses en analysant en profondeur ce premier album d’une très grande maturité, puisque les astuces fines et souvent discrètes permettent une lecture à plusieurs niveaux. Ainsi, impossible d’étiqueter les français avec un label trop catégorique, et de les cantonner à un Metal électronique trop restrictif. Il est même parfois pertinent de se dire que l’ensemble porte un costume Post-Grunge taillé sur mesure, spécialement lorsque les harmonies riches louchent vers des nineties qui décidément ne veulent pas se laisser enterrer (« Burden », qui semble toucher du doigt la frontière séparant de l’hyper-espace de sa guitare à la Satriani). De fil en aiguille, et sous une épaisse couche de cohérence, Parad1gm défie donc les fausses certitudes acquises après une première écoute un peu trop confiante, et déroule un tapis de compositions plus complexes qu’il n’y parait. Bien sûr, tout n’est pas encore parfait, certaines tentatives un peu gauches, mais l’ensemble est de grande qualité, et largement assez intrigant pour se faire une place dans les playlists les plus pointues. Un disque à réserver aux amoureux d’une musique plurielle, et non aux simples amateurs de Metal, et un succès artistique mérité.   


Titres de l'album :

                          1.Scars of Life

                          2.Reason

                          3.Qalbik

                          4.Buried

                          5.From the Other Side

                          6.Black Feather

                          7.Host

                          8.Haunted

                          9.Haven

                         10.Burden

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/04/2019 à 16:56
82 %    257

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.