En même temps, je pourrais comprendre. Mais vous avez la gentillesse en conclusion de tous vos laïus présentatifs de préciser que vous ne blâmez pas ce pauvre Kandinsky. Pourtant par extension et élargissement, il pourrait être à l’origine lointaine de votre passion pour la déconstruction artistique, ce qui ferait de vous ses petits enfants légitimes ou non, incapables d’entrevoir l’art autrement que sous une forme réassemblée.

Mais après tout, on construit une œuvre artistique comme on le sent, sans être obligé de commencer par la fin pour finir par le début.

Développons.

Pour les étourdis ou pour ceux que l’art du vingtième siècle laisse indifférents, ce pauvre Vassily Kandinsky était un artiste Russe né en 1866 à Moscou, et mort en 1944 à Neuilly-sur-Seine, au spectre des capacités assez large.

Principalement artiste pictural et pseudo pionnier de l’art abstrait (selon la légende, prétendument fausse, sa première œuvre daterait de 1910, soit bien avant les Picasso, Matisse et consorts), mais aussi graveur, théoricien de l’art, poète et dramaturge (le genre de mec avec qui on ne s’ennuie jamais mais qui vous fait vous sentir tout petit), il a été une source d’inspiration intarissable pour bon nombre d’autres instigateurs d’une forme d’art réfutant la logique picturale, et se retrouve donc en 2017 avec son nom sur la pochette d’un groupe Grec, visiblement très inspiré de ses travaux, mais aussi de ceux d’autres ensembles beaucoup plus proches de nous en termes de contenu et d’époque.

Les BLAME KANDINSKY nous en viennent donc d’Athènes, Grèce, pays et ville dans lesquels ils ont vu le jour en 2012 pour se livrer corps et rythme à la débauche d’un Hardcore fortement teinté du Mathcore si chers à nos estimés DILLINGER.

Tournant sans relâche depuis leurs débuts, et déjà auteurs d’un EP, Pink Noise Motel, publié il y a trois ans, le quintette (Stratos – chant, Marm et Spyros – guitares, Kostas – basse et Chris – batterie) a travaillé sa partition pour la rendre partiellement illisible, et emprunte d’un charme Noisy découlant des expériences en amont des CONVERGE, DEP, UNSANE, et autres collectifs brisant le schéma trop bien établi du Hardcore en multipliant les cassures, les breaks, la logique harmonique et la bienséance temporelle.

Avec des signatures irrégulières mais poliment progressives, les BLAME KANDINSKY nous proposent donc leurs vues sur un Mathcore raisonnable, un poil moins intense que celui de leurs homologues, mais suffisamment créatif pour retenir notre attention.

Point de chamboulement de l’ordre établi à l’horizon, mais de solides compositions, qui présentent un travail d’arythmie propre sur lui, et une somme de riffs assez impressionnante, le tout recouvert des usuels vocaux écorchés qui toutefois ont le mérite de ne pas trop en faire côté raclage de gosier. Ça joue brutal, mais sans dépasser les limites de la convenance, et finalement, ce Spotting Elegance In Chaos reste dans une moyenne de Hardcore/Math relativement modéré, mais diablement efficace pour peu que l’on ne se montre pas trop exigeant sur les prouesses d’originalité.

Non que ce premier effort en soit complètement exempt, mais en respectant de très près les lettres d’or d’un style qui depuis la fin des années 90 à pratiquement dit tout ce qu’il avait à dire, les Grecs ne prennent pas trop de risques, et finalement, signent un album un peu trop sage, qui se veut funambule à une quinzaine de mètres de hauteur, marchant sur un large câble protégé d’un gros filet aux mailles resserrées.  

  

C’est efficace, à n’en point douter, mais lorsque le chronomètre se laisse un peu aller, la redondance guette et les itérations peuvent devenir pénibles (« Where The Sun Is Silent », sorte de manifeste à l’usage des néophytes du Mathcore, avec toutes les formules récitées avec application), alors que dans les moments les plus troubles et oniriques, les grecs se montent beaucoup plus convaincants (« Goya’s Polaroid », intermède planant et limite Ambient, dévoré par des boucles vocales tournoyant dans un aria fantomatique assez flippant).

Le Mathcore, comme tout style hautement extrême, ne supportant pas la timidité, il convient d’en aborder la mise en pratique de deux façons. En accentuant ses aspects les plus maltraités et en fonçant droit devant (école Calculating Infinity), ou en le modulant de digressions étranges et fertiles au risque de le dénaturer (école Jane Doe, et d’autres)

Avec Spotting Elegance In Chaos, les BLAME KANDINSKY restent encore un peu à mi-chemin. On sent que le potentiel d’affront est là, mais toujours un peu hésitant. Alors en estimant que ce premier album n’est qu’une mise en jambes, il est potentiellement annonciateur d’une suite plus poussée, ce qui nous laisse espérer des lendemains moins timorés.

 

Ce qui ne les empêche nullement de se montrer convaincants et puissants (« Consuming Angels Breeding Demons », avec ce petit lick de guitare syncopé groovy qui relance l’intrigue, « Cowboys Are Devout », entame explosive de la trempe d’un « Sugar Coated Sour » ou « Concubine »), suffisamment décalés et dissonants pour donner envie d’aller de l’avant (« Brenda », accumulation de plans pertinents et de mélodies déviantes), classiques mais remués (« Glasgow Smile », qui se rapproche le plus d’un DEP très inspiré), et finalement concrètement violents et entêtés jusqu’à oser un beat peinard qui lâche une meute de chiens en mid tempo à vos trousses (« Beleave »).

En gros, beaucoup d’application, quelques tentatives plus soulignées, mais encore un peu trop scolaires pour pouvoir surprendre l’amateur acharné.

Mais, une production matte et rêche, une interprétation pleine d’allant, et quelques idées plus nuancées font de ce Spotting Elegance In Chaos un certain modèle d’élégance dans le chaos, qui saura séduire les amateurs de Mathcore solide et un tantinet chatouilleur.

Par contre, pas de souci de paternité de style, les BLAME KANDINSKY arrivant sur le devant de la scène un peu après tout le monde.

 A eux maintenant de prouver qu’ils sont aussi polyvalents que leur modèle patronymique, en publiant un second LP aux lignes moins tracées et à la violence plus travaillée.


Titres de l'album:

  1. Cowboys Are Devout
  2. Motivation
  3. Hope
  4. Beleave
  5. Where The Sun Is Silent
  6. Goya's Polaroid
  7. Consuming Angels Breeding Demons
  8. Brenda
  9. Years Of The Vulture
  10. Glasgow Smile

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/02/2017 à 14:35
70 %    445

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)