Comme chacun le sait, il y a deux solstices dans l’année, inversés selon les hémisphères. Le solstice d’été, aux alentours du 20 et 21 juin, et le solstice d’hiver, le 20 ou 21 décembre. Le soleil passe donc au Zénith du tropique du cancer et nous éclaire pendant une durée maximale pour le jour le plus long de l’année symbolisant l’été, alors que le solstice d’hiver indique le jour le plus court de l’année. Dans L’Egypte antique, le solstice d’été marquait le début d’une nouvelle année, alors qu’en Inde et en Asie du Sud-Est, le solstice d’hiver est l’occasion de festivités locales dont le Makar Sankranti. Dans le néopaganisme, les célébrations des solstices correspondent à des fêtes religieuses importantes dans les mouvements druidiques et wiccans : Krampus, Yule, Wren Day, Mummer's Day…Et plus prosaïquement, en France, le solstice d’été correspond plus ou moins à la date de la fête de la musique…Mais plus simplement, ces deux axes temporels sont des signes de changement bien sûr, l’accueil d’une saison nouvelle, et surtout, marquent le cycle de la vie tel que nous la connaissons, une fois couplés aux équinoxes. Ce long laïus pour planter le décor du premier album du projet HEAUME MORTAL, sorti de presque nulle part, et pourtant imaginé par l’un de nos musiciens les plus impliqué dans l’extrême, Guillaume Morlat (EIBON, COWARDS). Un musicien qui connaît bien l’univers de l’underground et ses méandres labyrinthiques, et qui depuis plusieurs années se complaît dans une pluralité qui lui sied admirablement bien. Sans avoir assisté à la scène d’une rencontre qui n’a peut-être eu lieu que virtuellement, j’imagine très bien Guillaume démarcher le label de Gérald avec son album sous le bras. L’homme devait avoir un sourire malicieux sur son visage, certain de surprendre le manager des Acteurs avec cette somme de musique qui sans vraiment correspondre à ses inclinaisons habituelles, leur offrait une extension créative assez logique. D’ailleurs, Gérald lui-même a confié qu’il ne s’attendait à rien de particulier en découvrant cette œuvre. Ce qui en dit long sur l’effet choc que Solstices a dû produire sur lui pour le décider à distribuer ce LP qui échappe à toutes les catégories possibles. Et la seule conclusion viable de s’imposer d’elle-même, HEAUME MORTAL est un groupe/one-man-band échappant à toutes les étiquettes, ce qui arrange bien le label qui justement, conchie toute normalité et vomit le conformisme.

De facto, on sait les Acteurs très attachés à des formes innovantes de Black Metal dont ils ont fait leur spécialité. Ce qui est d’ailleurs le seul point commun de toutes leurs productions, malgré des dissemblances dans l’homogénéité frappantes. Et ce premier album enregistré sur une période de trois ans (2011 à 2014) n’échappe pas à la règle. Il sonne comme une orientation BM sans en être une, s’y affilie par choix en osant une reprise culottée, mais pourtant, n’offre rien de plus ni de moins qu’une idée nouvelle agitant le monde si particulier de son concepteur, qui depuis le début de sa carrière s’ingénie à rester intègre tout en multipliant les possibilités. Enregistré, mixé et masterisé par Francis Caste au studio Sainte-Marthe, Solstices est une progression en lourdeur et pesanteur majeures qui toutefois ne s’intègre pas totalement au Doom le plus formel, dont il utilise pourtant les codes. On y retrouve des traces flagrantes des anciens boulots de Guillaume, cette froideur de ton en cruauté instrumentale qui a transformé les COWARDS en justiciers Noisy sans peur ni reproche, mais aussi cette volonté de s’extirper d’un carcan trop restrictif permettant de jouer avec les frontières de genre, non pour en proposer un nouveau puisque l’artiste est bien trop humble, mais pour en proposer une vision plus personnelle. Pourtant, et c’est assez facile à constater, Solstices doit autant au Doom qu’au Black le plus abrasif, tout en explorant des pistes Post (Metal-Hardcore-BM), et finalement, se fixe sur une forme très étudiée de Metal extrême non générique, mais pluriel. Disposant d’un son transformant chaque riff en cathédrale sonore, chaque coup de caisse claire en tocsin funèbre et chaque hurlement en litanie d’agonie, ce premier longue-durée qui justement la joue se montre aussi fascinant qu’un vieux grimoire d’incantations retrouvé sur les étagères d’une bibliothèque poussiéreuse, grimoire qui revient à la vie sous nos yeux et qui propose recettes, sortilèges, formules pour permettre à l’homme d’accepter le cycle inéluctable de la nature, et de vivre en harmonie avec ses débuts et fins. Il est un cri cathartique, une philosophie artistique absolue, et surtout, une preuve que Guillaume est décidément un musicien bien plus complexe que sa discographie ne le laissait supposer. Car avec ce premier disque en « solo », l’homme assure une trame pénétrante, un mantra hypnotique, allant même jusqu’à défier le BM des origines sur son propre terrain pour en ramener le cadavre froid sur le sien. 

Et il faut avoir sacrément confiance en soi pour s’attaquer à la légende controversée BURZUM pour en reprendre le « Erblicket Die Tochter des Firmament », que Filosofem proposait dans ses sillons gelés. A l’heure où le monde assiste médusé à la transposition hollywoodienne de l’histoire de la genèse du Black norvégien, il est bon de savoir que certains prennent l’histoire et la mystique pour ce qu’elles sont, sans les réduire à une sombre et triviale histoire de fric. Et la version de HEAUME MORTAL, bien sûr beaucoup plus épaisse et compacte que l’originale sublime la rigueur ascétique de Varg pour la transformer en cheminement de mort et de poésie, sans perdre l’impact de ce chant si écorché qui nous vrillait les tympans il y a quelques décennies. Et si l’ensemble du projet ne s’intègre pas à la sphère BM par essence, cette reprise n’a rien d’incongrue tant elle s’insère avec logique au reste du répertoire, lui aussi consacré à une lourdeur hivernale de circonstance. Mais loin d’en représenter le point de focalisation, elle n’est qu’une étape de plus sur un parcours menant de l’hiver à l’été, ou bien l’inverse selon vos croyances, mais j’ai l’outrecuidance de croire que le final Ambient « Mestreguiral » préfigure un soleil à son Zénith et une chaude journée de juin, même si ses arrangements synthétiques peuvent s’ancrer dans un espace-temps différent. Et en tant que coup de semonce, « Yesteryears » incarne avec plus de véracité qu’une pile d’éphémérides oubliés les années passées, et les cycles renouvelés. Première alerte de l’album, ce long morceau de plus de treize minutes est véritablement l’indication que Guillaume a souhaité œuvrer pour la pluralité sans avoir à se soucier d’une quelconque crédibilité ou d’une éthique un peu trop restrictive. On y sent évidemment le souffle de son passé de musicien, mais aussi des traces de CULT OF LUNA, de Post Metal plus généraliste, des mélodies à la THE GATHERING, de soudaines et brutales reprises de fièvre à la NEUROSIS, des boucles itératives à la MY DYING BRIDE, quelques traces fugaces de VERDUN pour cette crudité de propos sans fard, et finalement, la preuve qu’un LP extrême peut le rester sans être forcément catalogué avec précision pour se ranger plus facilement dans les bacs.

Si le label n’a finalement pu apposer qu’un vague Sceau « Black Doom » sur les discours promotionnels, c’est plus par impossibilité de décrire avec acuité le contenu de Solstices que par réelle envie d’un gimmick accrocheur. Gérald l’avoue, il serait bien incapable de labéliser sa dernière découverte, et une fois encaissés les chocs de « Oldborn » et « Tongueless (part III) », vous ne serez pas plus avancé que lui. Certes, HEAUME MORTAL est lourd, certes, il est abrasif et véhément, et pourtant, en striant de breaks, de mélodies, d’harmonies discrètes, de blasts soudains et de hurlements en arrière-plan ses morceaux, il se situe au-delà de tout, et finalement, incarne avec acuité les caprices de saisons qui n’en sont plus vraiment, et la pluralité des croyances et rites qui s’y rattachent.   


Titres de l'album :

                         1.Yesteryears

                         2.South of No North

                         3.Oldborn

                         4.Erblicket Die Tochter des Firmament (Burzum cover)

                         5.Tongueless (part III)

                         6.Mestreguiral

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/03/2019 à 16:31
88 %    266

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
04/03/2019 à 17:44:01
Excellente chronique Mortne, pour un putain d'album ! Même si comme tu le dis très bien, c'est difficile à classer (et tant mieux), la patte Burzum est très présente ici ! Bon dieu que c'est glacial par moment !

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.