Dans la série « remettez m’en une tranche, parce que la vie c’est comme le saucisson », je me permets de vous introduire aux charmes bataves des PROJECT PAIN qui depuis 2011 en font tout un foin, tout du moins du côté de leur pays natal, et de leur ville d’Amersfoort, qui doit avoir certainement beaucoup de mal à s’endormir une fois que ces furieux ont fini de la maudire. Groupe Thrash par excellence, ce combo d’Europe centrale à les arguments de sa cohésion, et ne se pose pas d’inutiles questions pour ne pas avoir à y répondre, jouant son Thrash comme au premier jour de passion, et se frottant même de temps à autres aux standards de qualité d’un EXODUS en pleine possession de ses moyens. Gravitant autour d’un noyau de musiciens représentant le fondement d’un line-up fluctuant (Guido den Hoed - guitare et Bauke Goudbeek - chant), auxquels s’adjoignent divers collègues d’infortune selon les années (Niels van Lier - guitare, Kristof Mycka - basse et Frank Ruisch - batterie), PROJECT PAIN franchit donc le cap au long cours assez difficile du troisième album avec la même insouciance qu’à leurs débuts, en proposant en autoproduction ce Brothers in Blood qui représente sans doute le meilleur point de conjonction temporel entre les FORBIDDEN, ANNIHILATOR et EXODUS qui soit, soit la quintessence d’un Speed/Thrash furieux, mais précis dans les vœux, d’une technique affinée mais d’une brutalité revendiquée. Halte là, le propos n’est pas à la course d’écervelés, mais bien au sprint intelligemment préparé, qui incorpore quelques théories de fond pour ne pas tomber en rade de sans plomb en plein milieu de la piste. Ici, les plans sont soigneusement étudiés, mais brutalement restitués pour une efficacité maximale magnifiée par une interprétation habitée. En gros, du Thrash de bourrin, mais joué fin.

Suivant le schéma qui aboutit par le passé à la création d’œuvres aussi indispensables que I Have Sinned (2012) ou l’aveu tout en honnêteté Thrashed To Kill (2015), Brothers in Blood montre un groupe uni dans l’effort, et beaucoup plus exigeant que cette pochette zombiesque ne le laisse paraître. Car sous ces coups de crayon digne d’un Rekpa fripon se cache l’un des meilleurs albums revival Thrash du mois, pourtant pas franchement radin en parutions. Franchise de ton, ornementation riche mais pas trop luxurieuse pour ne pas amoindrir l’impact (qui est éminent, évidemment), orchestration finaude, et inspiration presque progressive par instants, ce troisième LP affiche une bien belle confiance, et de gentils brulots comme « Eternal Flames » font même état d’accointances certaines avec un Power aux allures incertaines, spécialement lorsque les chœurs s’unissent pour nous convaincre de leur message tout sauf fictif. Mais c’est décidément la vitesse qui sied le mieux à nos amis bataves du jour, ce que démontre sans détours l’explosif « Final March » et ses sifflantes de tradition, qui dégénèrent vite en torrent de blasts rappelant les exactions les plus mortelles des NO RETURN. Mais les PROJECT PAIN n’en sont pas pour autant attirés par le ravin Death qui menace sous leurs pieds, et les inserts mélodiques attachés à intervalles réguliers sont là pour le montrer, et surtout, prouver que ces musiciens ne sont pas que de gentils bourrins assoiffés de sang humain. Titres la plupart du temps directs et francs, cohésion globale de tous les instants, pour parfois se frotter aux impératifs les plus urgents du jour, rappelant la vague de méchanceté allemande des 80’s (« Brothers In Blood », qui ramènera à votre mémoire le souvenir ému d’un HOLY MOSES têtu), tout en optant parfois pour une frétillante séduction Thrashcore à l’unisson (« Decay », joli riff tournoyant que Jeff Waters écouterait d’une ouïe bienveillante). En gros, du Thrash dans tout ce qu’il a de plus beau et de plus chaud, pour une confirmation de talent éclatant thrashant tout ce qui bouge pour imposer son séant.      

Phrasé précis et vociférant, riffs qui multiplient les acrobaties, cassures rythmiques galvanisantes, complémentarité des voix, pour un ballet d’une petite demi-heure qui ne fait que confirmer tout le bien que l’underground pense déjà de cette horde battante, qui d’ailleurs ne regrette rien (« Regret Nothing »), et qui se sert de la peur (« Fueled By Fear… », jolie transition), pour inspirer la haine (« …Driven By Hate » compression qui écrase les tympans mais qui les laisse en bon état pour ne pas tomber dans l’oreille d’un sourd), mais qui finalement, avoue ne rien n’en avoir à foutre, et tracer sa route coûte que coûte (« I Don’t Give A Fuck », numéro à la SEPULTURA avec percussions hystériques et guitares atomiques). Alors, il est évident que nous sommes prêts à les suivre sans poser de questions rébarbatives, tant ce troisième album officiel confirme le talent éclatant d’un groupe qui ne prône pas la révolution, mais qui apporte sa pierre à l’édifice de l’action, en malmenant des structures classiques de sa fougue magique. Bénéficiant en outre d’une production incroyablement claire et convaincante, laissant chaque instrument transpirer comme il se doit sans l’empêcher de respirer, Brothers in Blood est un joli témoignage de la vitalité batave en termes de Thrash efficace et plus élaboré qu’il n’y parait, et s’impose sans avoir à forcer, ni étirer sa durée. Cette demi-heure passe d’ailleurs un peu trop vite tant les morceaux fédèrent, et on se prend à regretter que le groupe n’en ai pas rajouté, histoire de prolonger un plaisir pas vraiment coupable, mais qui ne demande qu’à être satisfait. Et nous le sommes, puisque ce petit voyage en arrière suggère une révérence admise envers les cadors d’hier, ANNIHILATOR et EXODUS en tête de ligne, mais beaucoup d’autres, qui ont dû illuminer la jeunesse des PROJECT PAIN, qui cognent sans jamais assommer.

Une tranche de vie épaisse comme un jambon, rassasiante comme un saucisson, mais qui se digère aussi vite qu’un petit bonbon. En forme de parpaing dans la tronche ou de bloc de béton, c’est selon.


Titres de l'album:

  1. Primator
  2. Final March
  3. Silent Invader
  4. Eternal Flames
  5. Decay
  6. Brothers In Blood
  7. Regret Nothing
  8. Fueled By Fear...
  9. ...Driven By Hate
  10. I Don't Give A Fuck

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/01/2018 à 17:38
80 %    367

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)