Dans la série « remettez m’en une tranche, parce que la vie c’est comme le saucisson », je me permets de vous introduire aux charmes bataves des PROJECT PAIN qui depuis 2011 en font tout un foin, tout du moins du côté de leur pays natal, et de leur ville d’Amersfoort, qui doit avoir certainement beaucoup de mal à s’endormir une fois que ces furieux ont fini de la maudire. Groupe Thrash par excellence, ce combo d’Europe centrale à les arguments de sa cohésion, et ne se pose pas d’inutiles questions pour ne pas avoir à y répondre, jouant son Thrash comme au premier jour de passion, et se frottant même de temps à autres aux standards de qualité d’un EXODUS en pleine possession de ses moyens. Gravitant autour d’un noyau de musiciens représentant le fondement d’un line-up fluctuant (Guido den Hoed - guitare et Bauke Goudbeek - chant), auxquels s’adjoignent divers collègues d’infortune selon les années (Niels van Lier - guitare, Kristof Mycka - basse et Frank Ruisch - batterie), PROJECT PAIN franchit donc le cap au long cours assez difficile du troisième album avec la même insouciance qu’à leurs débuts, en proposant en autoproduction ce Brothers in Blood qui représente sans doute le meilleur point de conjonction temporel entre les FORBIDDEN, ANNIHILATOR et EXODUS qui soit, soit la quintessence d’un Speed/Thrash furieux, mais précis dans les vœux, d’une technique affinée mais d’une brutalité revendiquée. Halte là, le propos n’est pas à la course d’écervelés, mais bien au sprint intelligemment préparé, qui incorpore quelques théories de fond pour ne pas tomber en rade de sans plomb en plein milieu de la piste. Ici, les plans sont soigneusement étudiés, mais brutalement restitués pour une efficacité maximale magnifiée par une interprétation habitée. En gros, du Thrash de bourrin, mais joué fin.

Suivant le schéma qui aboutit par le passé à la création d’œuvres aussi indispensables que I Have Sinned (2012) ou l’aveu tout en honnêteté Thrashed To Kill (2015), Brothers in Blood montre un groupe uni dans l’effort, et beaucoup plus exigeant que cette pochette zombiesque ne le laisse paraître. Car sous ces coups de crayon digne d’un Rekpa fripon se cache l’un des meilleurs albums revival Thrash du mois, pourtant pas franchement radin en parutions. Franchise de ton, ornementation riche mais pas trop luxurieuse pour ne pas amoindrir l’impact (qui est éminent, évidemment), orchestration finaude, et inspiration presque progressive par instants, ce troisième LP affiche une bien belle confiance, et de gentils brulots comme « Eternal Flames » font même état d’accointances certaines avec un Power aux allures incertaines, spécialement lorsque les chœurs s’unissent pour nous convaincre de leur message tout sauf fictif. Mais c’est décidément la vitesse qui sied le mieux à nos amis bataves du jour, ce que démontre sans détours l’explosif « Final March » et ses sifflantes de tradition, qui dégénèrent vite en torrent de blasts rappelant les exactions les plus mortelles des NO RETURN. Mais les PROJECT PAIN n’en sont pas pour autant attirés par le ravin Death qui menace sous leurs pieds, et les inserts mélodiques attachés à intervalles réguliers sont là pour le montrer, et surtout, prouver que ces musiciens ne sont pas que de gentils bourrins assoiffés de sang humain. Titres la plupart du temps directs et francs, cohésion globale de tous les instants, pour parfois se frotter aux impératifs les plus urgents du jour, rappelant la vague de méchanceté allemande des 80’s (« Brothers In Blood », qui ramènera à votre mémoire le souvenir ému d’un HOLY MOSES têtu), tout en optant parfois pour une frétillante séduction Thrashcore à l’unisson (« Decay », joli riff tournoyant que Jeff Waters écouterait d’une ouïe bienveillante). En gros, du Thrash dans tout ce qu’il a de plus beau et de plus chaud, pour une confirmation de talent éclatant thrashant tout ce qui bouge pour imposer son séant.      

Phrasé précis et vociférant, riffs qui multiplient les acrobaties, cassures rythmiques galvanisantes, complémentarité des voix, pour un ballet d’une petite demi-heure qui ne fait que confirmer tout le bien que l’underground pense déjà de cette horde battante, qui d’ailleurs ne regrette rien (« Regret Nothing »), et qui se sert de la peur (« Fueled By Fear… », jolie transition), pour inspirer la haine (« …Driven By Hate » compression qui écrase les tympans mais qui les laisse en bon état pour ne pas tomber dans l’oreille d’un sourd), mais qui finalement, avoue ne rien n’en avoir à foutre, et tracer sa route coûte que coûte (« I Don’t Give A Fuck », numéro à la SEPULTURA avec percussions hystériques et guitares atomiques). Alors, il est évident que nous sommes prêts à les suivre sans poser de questions rébarbatives, tant ce troisième album officiel confirme le talent éclatant d’un groupe qui ne prône pas la révolution, mais qui apporte sa pierre à l’édifice de l’action, en malmenant des structures classiques de sa fougue magique. Bénéficiant en outre d’une production incroyablement claire et convaincante, laissant chaque instrument transpirer comme il se doit sans l’empêcher de respirer, Brothers in Blood est un joli témoignage de la vitalité batave en termes de Thrash efficace et plus élaboré qu’il n’y parait, et s’impose sans avoir à forcer, ni étirer sa durée. Cette demi-heure passe d’ailleurs un peu trop vite tant les morceaux fédèrent, et on se prend à regretter que le groupe n’en ai pas rajouté, histoire de prolonger un plaisir pas vraiment coupable, mais qui ne demande qu’à être satisfait. Et nous le sommes, puisque ce petit voyage en arrière suggère une révérence admise envers les cadors d’hier, ANNIHILATOR et EXODUS en tête de ligne, mais beaucoup d’autres, qui ont dû illuminer la jeunesse des PROJECT PAIN, qui cognent sans jamais assommer.

Une tranche de vie épaisse comme un jambon, rassasiante comme un saucisson, mais qui se digère aussi vite qu’un petit bonbon. En forme de parpaing dans la tronche ou de bloc de béton, c’est selon.


Titres de l'album:

  1. Primator
  2. Final March
  3. Silent Invader
  4. Eternal Flames
  5. Decay
  6. Brothers In Blood
  7. Regret Nothing
  8. Fueled By Fear...
  9. ...Driven By Hate
  10. I Don't Give A Fuck

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/01/2018 à 17:38
80 %    407

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...