Oui, je suis bien conscient que vous avez à peine digéré le repas des festivités de la natalité, et que vous profitez d’un creux temporel pour vous préparer à l’exhaustivité des ripailles suivantes, destinées à célébrer à grand renfort de bonne chère la nouvelle année. J’aurais pu, dans un désir d’empathie vous proposer un trou normand un peu léger, histoire de ménager votre estomac et caresser subtilement votre inconscient, mais comme je suis un malotru sans éducation, je m’en viens provoquer votre résistance à la douleur sans tenir compte du trop-plein qui fait gonfler votre abdomen de bonheur. La période est propice aux lumières, à la complaisance, à l’appréciation du cocon familial et autres joyeusetés collectives, mais en bon misanthrope rural, je préfère ma solitude à cet amalgame, et mon pessimisme à votre euphorie de surface. C’est dans cet esprit que je viens vous entretenir du premier LP d’un obscur groupe de BM bosniaque, qui depuis quelques années nous titille la corde sensible à grands coups de démos enregistrées avec un appareil sismique endommagé, et faisant partie d’un collectif pas vraiment porté sur les banquets et autres réjouissances de bacchanales gastronomiques programmées. Mais les connaisseurs, à la lecture de son nom sauront immédiatement de quoi je parle, et se remettront à table, certainement pas encore rassasiés par la moisson de décibels pourtant élevée de cette année 2017 agonisant de ses dernières flammées. Alors, préparez vos idées les plus noires, histoire d’affronter un terme qui se veut aussi tonitruant et cacophonique que son entame, et qui laisse présager de mois à venir beaucoup moins euphoriques que prévu…

Le projet bosniaque OBSKURITATEM, soupçonné de n’être qu’un one-man-band habilement dissimulé derrière un nom plus global, anime l’underground de l’underground depuis 2012 au minimum, datation aussi vague que les bios non-existant qui ne traînent pas sur la toile. Difficile d’en savoir un peu plus sur un concept aussi opaque que sa musique n’est abrasive et nihiliste, mais cette aura de mystère convient parfaitement à l’affiliation du groupe au fameux mouvement Black Plague Circle, dont font aussi partie des entités comme NIGRUM IGNIS CIRCULI, DEATHCIRCLE, NITERIS, ou VOID PRAYER. Depuis sept ans, OBSKURITATEM nous assomme et nous assourdit de démos, depuis l’initiale Heic Noenum Pax de 2012, et jusqu’à Vampirska Kakofonija parue en 2016 mais éditée cette année en CD, démos entrecoupées de faces partagées avec les PHANTOM FEEL, BROKEN SPIRIT ou VVLAD, histoire de boucher les trous de l’emploi du temps. Et les esthètes lusophones de Black Gangrene Productions nous offrent donc la primeur de ce premier longue-durée, disponible en tape et CD, qui risque fort de secouer les rangs pourtant resserrés du BM à lourde tendance Raw, ne crachant pas sur un brin de fantaisie Ambient. La fantaisie, c’est justement ce qui fait défaut à cette première œuvre « officielle », puisque le ou les auteurs de la chose ont pris grand soin de ne se focaliser sur les aspects les plus craspecs du BM de tradition, sans pour autant sombrer dans le brouet indigeste difficile à ingurgiter et régurgiter. C’est ainsi que U Kraljevstvu Mrtvih se veut presque transposition d’un Raw Black impitoyable dans une dimension beaucoup plus professionnelle et peaufinée, sans pour autant perdre de vue la sauvagerie des origines. Doté d’une production aussi rêche qu’elle n’est épaisse, ce premier jet suit la voie tracée par les démos précédentes, tout en prolongeant le travail accompli sur Vampirska Kakofonija, sans pour autant en suivre les pas avec mimétisme.

On retrouve donc ce festival de débauche en riffs agonisants, soutenus par quelques harmonies de guitares à la limite de l’agonie, qu’un chant noir et ignoble vient relever de ses interventions toutes plus amples les unes que les autres. Et c’est véritablement le point d’accroche de ce BM beaucoup moins traditionnel qu’il n’en a l’air, même si certaines compositions jouent le jeu du classicisme de par leur rythmique en up qui confère à l’ensemble un aspect véritablement envoutant (« Gdje Tišina Vječno Vlada »). Rester nihiliste sans s’aliéner les fans les plus progressistes du mouvement est la force d’OBSKURITATEM, qui ne sacrifie jamais la mélodie à l’extrémisme, et qui parvient de fait à trouver un équilibre entre les deux, tout en se vautrant dans le stupre bestial d’un Black foncièrement indomptable. En privilégiant les fréquences les plus irritantes, le groupe/projet s’autorise une caution « evil » assez intéressante, mais c’est aussi son aspect évolutif qui le maintient en éveil et nous aussi. Les compositions se veulent longues et développées, mais pas menottées à un thème unique digressé jusqu’à le faire fondre comme neige au soleil d’Abbath. Ainsi, le long pamphlet « U Kraljevstvu Mrtvih... », à l’intro aussi irritante que mystique semble émerger d’un cauchemar horrifique éveillé, avec horde de zombies aux portes d’un château qu’un croyait abandonné, lors d’une nuit sans lune. Hurlements, dégueulis vocal, expirations charriant leur lot de glaires d’outre-tombe, avant l’envolée tant attendue, qui ne verse jamais dans le délire de blasts stériles, pour un retour aux sources du Black le plus vampirique, refusant les atours les plus facilement reconnaissables du genre. Un tour de force que semblent confirmer toutes les pistes, qui flattent nos plus bas instincts sans privilégier la facilité Noise qu’on est en droit de craindre d’une telle aventure. Epique autant qu’il n’est épidermique, ce Metal noir nous plonge dans les abysses de l’inhumanité, et se permet même de nous tenir en haleine jusqu’à un final sadiquement Ambient, bande sonore rêvée pour soirée à se faire sucer la carotide par un empaleur en manque de globules.

C’est certes assez difficile d’aspect, parfois confus dans un élan qui se nourrit d’un Heavy Metal classique joué à l’emporte-pièce d’un combo BM pas vraiment sûr de sa production (« Povratak Vampira »), mais c’est si frondeur et accrocheur dans l’extrême qu’une fascination s’exerce en premier plan, nous hypnotisant de ses aspérités sonores pour mieux nous séduire de ses instincts de mort. Dès lors, la validité d’un tel album devient évidente, et on se laisse pénétrer par ces arcanes insondables d’enfers personnels, à l’image d’une splendide créature aux formes généreuses sortant de sa sépulture sans prendre la peine de se revêtir. Un genre d’ode à la haine et à l’amour vomi d’une voix de démon honni, ou de psaume inversé invoquant des créatures du passé se sentant terriblement bien dans un présent de chaos fumant. La beauté dans la laideur, ou comment terminer l’année par un ultime regard dans le miroir, qui vous confirme avec ironie que les temps à venir ne seront pas plus roses que les regrets passés.


Titres de l'album:

  1. Praskozorje
  2. Gospodar Samoće
  3. U Kraljevstvu Mrtvih...
  4. Oči u Magli (Satan Panonski cover)
  5. Gdje Tišina Vječno Vlada
  6. Povratak Vampira
  7. Posljednji Trzaj Zivota


par mortne2001 le 11/01/2018 à 18:35
80 %    287

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes