Encore trois frappés qui veulent nous broyer l’âme et les tympans par la même occasion. Sont-ils lucides ? Savent-ils que des milliers d’autres avant eux ont essayé de nous corrompre et nous pervertir au son d’un Metal torride et agressif ? Je le pense, ou l’espère plutôt, mais à l’écoute de ce premier EP, je ne peux m’empêcher de penser qu’ils ont quand même les moyens de nous faire plier et ployer sous les coups d’un Metal fort en gueule, qui hésite encore entre Power bien tassé et Thrash bridé. Trois nouveaux venus sur la scène américaine, qui doit commencer à déborder, trois barbares de Portland, Oregon, formés en 2016, et qui n’ont guère attendu pour nous narrer leurs vues sur une musique sans concession, mais pas dénuée d’émotion. Alex Avery (guitare), April Dimmick (chant et basse) et Kevin Ross (batterie) réunis sous le même son sont donc les SOUL GRINDER, et font tout ce qu’ils peuvent pour nous convaincre de la puissance de feu de leur hargne qui n’est pas facilement classable, et c’est tant mieux.

Visuellement, le spectacle est assurée par la frontwomen April, qui se son maquillage hostile et de ses grimaces puériles tente de nous convaincre de sa vilénie, mais à vrai dire, la musicienne n’a pas besoin d’atours mad maxesques pour nous foutre les miquettes, puisqu’il lui suffit de laisser son gosier s’exprimer pour nous glacer sur place. La demoiselle a un coffre assez impressionnant, mais ne gueule pas pour autant à tout bout de champ, et module ses intonations pour leur faire épouser les contours mélodiques de quelques interventions. Le mélange est donc probant, et nous ramène directement vers des eighties endiablées, celles des METAL CHURCH, de DETENTE, de HEXX et autres ICED EARTH, en version plus venimeuse, tout en évoquant évidemment les ARCH ENEMY, et autres dérivations Death qui accompagnent leur Heavy Thrash comme promis.

Avec ce premier EP, Terraflesh, SOUL GRINDER frappe suffisamment fort pour qu’on retienne leur nom, même si leur compos ont parfois le même son, trituré aux Alex Avery Audio. Les riffs sont épais et classiques, et piochent parfois sans vergogne dans le répertoire national d’il y a quelques décennies, tandis que les placements solo sonnent parfois un peu trop mièvres et noyés dans l’écho, tandis que le chant de miss Dimmick est clairement placé en avant, pour que les crocs tailladent hors des sillons. Pour autant, pas de sortie physique prévue pour le moment, ces cinq morceaux n’étant dispo que sur le Bandcamp du groupe en version dématérialisée, ce qui est largement suffisant pour se faire une idée. L’idée est assez claire, et même présentée indirectement sur leur page Facebook, par l’entremise d’une photo de vestes en jean flanquées de patchs KREATOR, BOLT THROWER, DEATH et autres EMPEROR. Point de BM à l’horizon, je vous rassure, quelques inflexions Death pour garder la mesure, et principalement, un mid tempo qui a du mal à décoller, et qu’on aimerait bien voir exploser pour nous entrainer dans un souffle épique propre à nous échauffer. C’est ce que je reprocherai à ce premier EP qui n’ose pas trop encore tâter de l’extrême débridé, et qui se contente de tasser, de compresser, mais jamais de laisser filer la pression par les extrémités.

Certes, le groupe joue carré, mais un peu trop justement, et lorsque le timing se desserre, le temps paraît un peu long, notamment sur le titre le plus ample « Terraflesh », qui laisse traîner les débats sans les recentrer autour d’un thème porteur plus efficace sur la durée. On se demande d’ailleurs dans ces moments-là si l’on a affaire à un pur combo de Heavy ou à un gang Thrash un peu indécis, tant la guitare s’obstine à rester en terrain balisé. Mais heureusement, « Iron Crown », le final, se permet enfin une accélération somme toute brève, mais cathartique, et dose bien sa vénéneuse haine pour nous prendre à la gorge.

Mais il serait injuste de résumer l’histoire à son prologue, « Dark Apostle », même s’il représente à mon humble avis le meilleur du propos de cet EP. Chant qui ondule entre grognements rauques et envolées harmoniques, guitare redondante dans l’esprit d’un FORBIDDEN précis, rythmique bondissante et trépidante, c’est quand même un très bon résumé des capacités des SOUL GRINDER, qui gagneraient quand même à diluer leur Heavy Thrash dans un bouillon un peu plus carton et moins épais pour espérer nous faire transpirer. Une musique qui évoque pourtant d’éventuelles prestations live carton, mais qui en studio reste encore un peu trop timorée dans son approche de la violence instrumentale figée.

Mais que mes propos ne vous égarent pas, ces cinq morceaux, bien que trop formels valent leur pesant d’hydromel, et secoueront votre tignasse de rebelle. On exigera pour la prochaine fois une inspiration un poil plus variée, et des attaques un peu plus préparées. Mais on suivra les aventures de ces originaires de Portland pour savoir jusqu’où ils peuvent aller, puisqu’on les sent quand même méchamment déterminés. En attendant, ce ballet entre Thrash trop contrôlé et Heavy encore un peu trop mâché reste trop inégal pour fédérer. Mais Portland, comme Rome ne s’est pas faite en un jour ni en un cri. Alors soyons patient. Tout vient à point à qui sait thrasher.


Titres de l'album:

  1. Dark Apostle
  2. Bone Chapel
  3. Hound Of Doom
  4. Terraflesh
  5. Iron Crown

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2017 à 14:24
68 %    344

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)