Terraflesh

Soul Grinder

31/07/2017

Autoproduction

Encore trois frappés qui veulent nous broyer l’âme et les tympans par la même occasion. Sont-ils lucides ? Savent-ils que des milliers d’autres avant eux ont essayé de nous corrompre et nous pervertir au son d’un Metal torride et agressif ? Je le pense, ou l’espère plutôt, mais à l’écoute de ce premier EP, je ne peux m’empêcher de penser qu’ils ont quand même les moyens de nous faire plier et ployer sous les coups d’un Metal fort en gueule, qui hésite encore entre Power bien tassé et Thrash bridé. Trois nouveaux venus sur la scène américaine, qui doit commencer à déborder, trois barbares de Portland, Oregon, formés en 2016, et qui n’ont guère attendu pour nous narrer leurs vues sur une musique sans concession, mais pas dénuée d’émotion. Alex Avery (guitare), April Dimmick (chant et basse) et Kevin Ross (batterie) réunis sous le même son sont donc les SOUL GRINDER, et font tout ce qu’ils peuvent pour nous convaincre de la puissance de feu de leur hargne qui n’est pas facilement classable, et c’est tant mieux.

Visuellement, le spectacle est assurée par la frontwomen April, qui se son maquillage hostile et de ses grimaces puériles tente de nous convaincre de sa vilénie, mais à vrai dire, la musicienne n’a pas besoin d’atours mad maxesques pour nous foutre les miquettes, puisqu’il lui suffit de laisser son gosier s’exprimer pour nous glacer sur place. La demoiselle a un coffre assez impressionnant, mais ne gueule pas pour autant à tout bout de champ, et module ses intonations pour leur faire épouser les contours mélodiques de quelques interventions. Le mélange est donc probant, et nous ramène directement vers des eighties endiablées, celles des METAL CHURCH, de DETENTE, de HEXX et autres ICED EARTH, en version plus venimeuse, tout en évoquant évidemment les ARCH ENEMY, et autres dérivations Death qui accompagnent leur Heavy Thrash comme promis.

Avec ce premier EP, Terraflesh, SOUL GRINDER frappe suffisamment fort pour qu’on retienne leur nom, même si leur compos ont parfois le même son, trituré aux Alex Avery Audio. Les riffs sont épais et classiques, et piochent parfois sans vergogne dans le répertoire national d’il y a quelques décennies, tandis que les placements solo sonnent parfois un peu trop mièvres et noyés dans l’écho, tandis que le chant de miss Dimmick est clairement placé en avant, pour que les crocs tailladent hors des sillons. Pour autant, pas de sortie physique prévue pour le moment, ces cinq morceaux n’étant dispo que sur le Bandcamp du groupe en version dématérialisée, ce qui est largement suffisant pour se faire une idée. L’idée est assez claire, et même présentée indirectement sur leur page Facebook, par l’entremise d’une photo de vestes en jean flanquées de patchs KREATOR, BOLT THROWER, DEATH et autres EMPEROR. Point de BM à l’horizon, je vous rassure, quelques inflexions Death pour garder la mesure, et principalement, un mid tempo qui a du mal à décoller, et qu’on aimerait bien voir exploser pour nous entrainer dans un souffle épique propre à nous échauffer. C’est ce que je reprocherai à ce premier EP qui n’ose pas trop encore tâter de l’extrême débridé, et qui se contente de tasser, de compresser, mais jamais de laisser filer la pression par les extrémités.

Certes, le groupe joue carré, mais un peu trop justement, et lorsque le timing se desserre, le temps paraît un peu long, notamment sur le titre le plus ample « Terraflesh », qui laisse traîner les débats sans les recentrer autour d’un thème porteur plus efficace sur la durée. On se demande d’ailleurs dans ces moments-là si l’on a affaire à un pur combo de Heavy ou à un gang Thrash un peu indécis, tant la guitare s’obstine à rester en terrain balisé. Mais heureusement, « Iron Crown », le final, se permet enfin une accélération somme toute brève, mais cathartique, et dose bien sa vénéneuse haine pour nous prendre à la gorge.

Mais il serait injuste de résumer l’histoire à son prologue, « Dark Apostle », même s’il représente à mon humble avis le meilleur du propos de cet EP. Chant qui ondule entre grognements rauques et envolées harmoniques, guitare redondante dans l’esprit d’un FORBIDDEN précis, rythmique bondissante et trépidante, c’est quand même un très bon résumé des capacités des SOUL GRINDER, qui gagneraient quand même à diluer leur Heavy Thrash dans un bouillon un peu plus carton et moins épais pour espérer nous faire transpirer. Une musique qui évoque pourtant d’éventuelles prestations live carton, mais qui en studio reste encore un peu trop timorée dans son approche de la violence instrumentale figée.

Mais que mes propos ne vous égarent pas, ces cinq morceaux, bien que trop formels valent leur pesant d’hydromel, et secoueront votre tignasse de rebelle. On exigera pour la prochaine fois une inspiration un poil plus variée, et des attaques un peu plus préparées. Mais on suivra les aventures de ces originaires de Portland pour savoir jusqu’où ils peuvent aller, puisqu’on les sent quand même méchamment déterminés. En attendant, ce ballet entre Thrash trop contrôlé et Heavy encore un peu trop mâché reste trop inégal pour fédérer. Mais Portland, comme Rome ne s’est pas faite en un jour ni en un cri. Alors soyons patient. Tout vient à point à qui sait thrasher.


Titres de l'album:

  1. Dark Apostle
  2. Bone Chapel
  3. Hound Of Doom
  4. Terraflesh
  5. Iron Crown

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2017 à 14:24
68 %    572

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42