Encore trois frappés qui veulent nous broyer l’âme et les tympans par la même occasion. Sont-ils lucides ? Savent-ils que des milliers d’autres avant eux ont essayé de nous corrompre et nous pervertir au son d’un Metal torride et agressif ? Je le pense, ou l’espère plutôt, mais à l’écoute de ce premier EP, je ne peux m’empêcher de penser qu’ils ont quand même les moyens de nous faire plier et ployer sous les coups d’un Metal fort en gueule, qui hésite encore entre Power bien tassé et Thrash bridé. Trois nouveaux venus sur la scène américaine, qui doit commencer à déborder, trois barbares de Portland, Oregon, formés en 2016, et qui n’ont guère attendu pour nous narrer leurs vues sur une musique sans concession, mais pas dénuée d’émotion. Alex Avery (guitare), April Dimmick (chant et basse) et Kevin Ross (batterie) réunis sous le même son sont donc les SOUL GRINDER, et font tout ce qu’ils peuvent pour nous convaincre de la puissance de feu de leur hargne qui n’est pas facilement classable, et c’est tant mieux.

Visuellement, le spectacle est assurée par la frontwomen April, qui se son maquillage hostile et de ses grimaces puériles tente de nous convaincre de sa vilénie, mais à vrai dire, la musicienne n’a pas besoin d’atours mad maxesques pour nous foutre les miquettes, puisqu’il lui suffit de laisser son gosier s’exprimer pour nous glacer sur place. La demoiselle a un coffre assez impressionnant, mais ne gueule pas pour autant à tout bout de champ, et module ses intonations pour leur faire épouser les contours mélodiques de quelques interventions. Le mélange est donc probant, et nous ramène directement vers des eighties endiablées, celles des METAL CHURCH, de DETENTE, de HEXX et autres ICED EARTH, en version plus venimeuse, tout en évoquant évidemment les ARCH ENEMY, et autres dérivations Death qui accompagnent leur Heavy Thrash comme promis.

Avec ce premier EP, Terraflesh, SOUL GRINDER frappe suffisamment fort pour qu’on retienne leur nom, même si leur compos ont parfois le même son, trituré aux Alex Avery Audio. Les riffs sont épais et classiques, et piochent parfois sans vergogne dans le répertoire national d’il y a quelques décennies, tandis que les placements solo sonnent parfois un peu trop mièvres et noyés dans l’écho, tandis que le chant de miss Dimmick est clairement placé en avant, pour que les crocs tailladent hors des sillons. Pour autant, pas de sortie physique prévue pour le moment, ces cinq morceaux n’étant dispo que sur le Bandcamp du groupe en version dématérialisée, ce qui est largement suffisant pour se faire une idée. L’idée est assez claire, et même présentée indirectement sur leur page Facebook, par l’entremise d’une photo de vestes en jean flanquées de patchs KREATOR, BOLT THROWER, DEATH et autres EMPEROR. Point de BM à l’horizon, je vous rassure, quelques inflexions Death pour garder la mesure, et principalement, un mid tempo qui a du mal à décoller, et qu’on aimerait bien voir exploser pour nous entrainer dans un souffle épique propre à nous échauffer. C’est ce que je reprocherai à ce premier EP qui n’ose pas trop encore tâter de l’extrême débridé, et qui se contente de tasser, de compresser, mais jamais de laisser filer la pression par les extrémités.

Certes, le groupe joue carré, mais un peu trop justement, et lorsque le timing se desserre, le temps paraît un peu long, notamment sur le titre le plus ample « Terraflesh », qui laisse traîner les débats sans les recentrer autour d’un thème porteur plus efficace sur la durée. On se demande d’ailleurs dans ces moments-là si l’on a affaire à un pur combo de Heavy ou à un gang Thrash un peu indécis, tant la guitare s’obstine à rester en terrain balisé. Mais heureusement, « Iron Crown », le final, se permet enfin une accélération somme toute brève, mais cathartique, et dose bien sa vénéneuse haine pour nous prendre à la gorge.

Mais il serait injuste de résumer l’histoire à son prologue, « Dark Apostle », même s’il représente à mon humble avis le meilleur du propos de cet EP. Chant qui ondule entre grognements rauques et envolées harmoniques, guitare redondante dans l’esprit d’un FORBIDDEN précis, rythmique bondissante et trépidante, c’est quand même un très bon résumé des capacités des SOUL GRINDER, qui gagneraient quand même à diluer leur Heavy Thrash dans un bouillon un peu plus carton et moins épais pour espérer nous faire transpirer. Une musique qui évoque pourtant d’éventuelles prestations live carton, mais qui en studio reste encore un peu trop timorée dans son approche de la violence instrumentale figée.

Mais que mes propos ne vous égarent pas, ces cinq morceaux, bien que trop formels valent leur pesant d’hydromel, et secoueront votre tignasse de rebelle. On exigera pour la prochaine fois une inspiration un poil plus variée, et des attaques un peu plus préparées. Mais on suivra les aventures de ces originaires de Portland pour savoir jusqu’où ils peuvent aller, puisqu’on les sent quand même méchamment déterminés. En attendant, ce ballet entre Thrash trop contrôlé et Heavy encore un peu trop mâché reste trop inégal pour fédérer. Mais Portland, comme Rome ne s’est pas faite en un jour ni en un cri. Alors soyons patient. Tout vient à point à qui sait thrasher.


Titres de l'album:

  1. Dark Apostle
  2. Bone Chapel
  3. Hound Of Doom
  4. Terraflesh
  5. Iron Crown

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2017 à 14:24
68 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.