Boogie with Satan

Pekla

17/06/2020

Autoproduction

Après la Lettonie hier, la Lituanie aujourd’hui, j’échange donc Riga contre Vilnius, mais le combat est le même. Du Metal, toujours du Metal, et celui de nos amis du jour est fameux, sans compromis, joué par des têtes brûlées qui ne connaissent que le pouvoir des watts et de la sueur qui coule des aisselles. Formé en 2010, ce collectif de Šiauliai a déjà publié pas moins de trois LPs, ce qui en dit long sur son inspiration et sa détermination. Carrière entamée par une première démo sans nom en 2011, et couronné par un premier long deux ans plus tard, Degsit!. Mais la philosophie du groupe a certainement été résumée avec beaucoup d’acuité par le second effort, très justement baptisé Speed'n'Roll. Et alors que nous étions sans nouvelles de la bande depuis trois ans et le fameux The Witch-Bitch of Hexenville, les voilà qui s’en reviennent avec un nouveau chapitre sous le bras, qui ne trahit aucunement l’histoire globale. Chanté en anglais et composé de morceaux courts, ce quatrième album se situe donc dans la continuité logique du précédent, et offre son lot de hits de l’enfer, qu’on peut toujours aussi facilement situer en convergence de MOTORHEAD, TANK, VENOM, BULLZODER, WARFARE, et toutes ces brutes épaisses qui n’ont jamais envisagé leur Rock n’Roll autrement que joué avec les tripes et s’adressant à une bande de greasers méprisant l’usage du savon et accumulant les jurons. Evidemment, la recette est connue depuis les premiers albums de BLUE CHEER, et surtout, les pamphlets les plus virulents de la bande à Lemmy, mais on déguste toujours avec plaisir ce cocktail composé d’un tiers de whisky, d’un tiers de gasoil et d’un tiers d’acide, de ceux qui donnent envie de partir en vrille sur la route en ne respectant surtout pas les limites de vitesse.

Evitant très intelligemment l’écueil pénible du Blackened Roll, les PEKLA restent fidèles à un Heavy Rock n’Roll joué très speed, mais qui sait se montrer mélodique et créatif. Pas question pour eux d’oser nous faire perdre notre temps avec une énième resucée de « Overkill » ou « Ace of Spades », et si leur approche franche n’est pas sans rappeler nos VULCAIN des premières années, on sent aussi en arrière-plan une fascination pour les premières années du Speed, avant qu’il ne dégénère en Thrash pour adolescent hyperactif. Dix titres pour à peine trente minutes de musique, Boogie with Satan vous propose donc un pas de deux avec le grand cornu, qui a la politesse de ne pas vous écraser les pieds de ses sabots, et qui vous invite même à sa table privée dans les backrooms de l’enfer. Un boogie plutôt chaud, qui accélère souvent pour donner le tournis, mais qui parfois marque le pas pour rappeler à la faune terrestre que c’est bien le diable qui a inventé le véritable Heavy Metal (« The Game »). Et si le quintet aime à se faire passer pour un groupuscule de rustres incapables d’ouvrir une porte à la dame qui passe (Markusas G & Rokas G - guitares, Justinas J. - batterie, Mindaugas J - chant et Gytis Š - basse), il peine à cacher sa classe naturelle pour composer des hymnes à reprendre en cœur, et pas seulement en intro pour attirer le pervers en manque de stupre. Certes, « #rapidez » est le genre d’ouverture qui donne des envie de quadrille à deux heures du matin, avec sa rythmique nucléaire, ses chœurs fédérateurs et son riff cyclique, mais parvenir à fixer un hit pareil n’est pas donné à tout le monde, spécialement dans le dosage entre épaisseur et fluidité. Oui, le Heavy Rock n’Speed c’est comme la cuisine, il faut avoir du talent et connaître les bonnes proportions, ce qui est immanquablement le cas de nos lituaniens préférés.

Tourbillon de guitares, soli propres et exécutés avec doigté, chant bien rocailleux, mais ambiance festive, tel est le programme de ce quatrième album qui dès le départ, place la barre très haute. Doté en sus d’une production béton, aux graves clairs et aux médiums sans saturation, Boogie with Satan n’est certes pas un exercice de boogie à l’usage des cavaliers de danse, et ressemble plus à la BO d’une party entre motards de l’est, mais il sait faire preuve de finesse quand les circonstances l’exigent. Assurément le meilleur effort de la bande, et le plus maîtrisé dans la folie, ce quatrième LP aiguisé aux entournures choque, mais gentiment, et propose à l’auditeur d’assumer sa nature profonde. « Goddamn Suicide Zombies » est plus qu’une simple chanson, c’est une invitation à la luxure Heavy Rock, mais un Heavy Rock solide, un Heavy Rock furieux, qui ne manque jamais une occasion d’accélérer le tempo pour se rapprocher des vagues Speed anglaise et allemande. Ne tombant jamais dans les travers de la musique de brutes pour brutes, PEKLA invente le concept de polka dansée sur des Harley, et provoque la nostalgie sans se caler bêtement sur la ligne du parti old-school. Le Metal des lituaniens est tout sauf générique et emprunté, et dispose d’arguments solides pour séduire les fans de MOTORHEAD bien sûr, mais aussi les nostalgiques d’EXCITER, et répand une folie palpable dans l’atmosphère, grâce à l’adjonction de chœurs complétement possédés. Difficile ainsi de résister à l’exubérance d’un « The Tube Is Red », ou à la tornade boogie de « Boogie with Satan », qui convie les SLADE, ZZ TOP et WHITE ZOMBIE à une gigantesque fête dans le désert.

C’est certes grossier, ça laisse des tâches, mais bon diable que ça fait du bien. Les rythmiques speed, les riffs circulaires et redondants, ce chant barbare, ces arrangements vocaux affolants, le tout s’avale d’une traite comme un verre de bourbon de contrebande, et si la tête finit par tourner un peu, l’enivrement est délicieux. En allégeant leur propos sans le dénaturer par des compromissions commerciales, les PEKLA osent tout, réussissent tout, défient les suédois sur leur propre terrain de l’entertainment passéiste (« School of Rock ‘n’ Roll »), et nous laissent le sourire aux lèvres, content d’être passé au travers d’une telle tornade. Avec quelques moments plus conventionnellement Heavy (« Swype Rite »), et une outro mélodique un peu louche qui nous perd dans le brouillard mélodique (« …and Cut »), Boogie with Satan est un album qui met salement de bonne humeur.                             

                                                             

Titres de l’album:

01. #rapidez

02. Goddamn Suicide Zombies

03. Scrollers

04. The Game

05. The Tube Is Red

06. Boogie with Satan

07. The Stuff

08. School of Rock ‘n’ Roll

09. Swype Rite

10. …and Cut


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/09/2021 à 17:41
80 %    194

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Albatard

Cool le report bien détaillé, ça donne envie d’y retourner!

18/08/2022, 21:09

Seb

j'avais eu de l'espoir avec un morceau qu'il avait mis en ecoute mais le reste, c'est de la merde.Comme d'hab...

18/08/2022, 10:29

Fleur de cannibal

C’était mieux à 3 qu’à 4 ? Sans doute mais Angelripper au fond de lui ne veut pas se l’avouer … 

18/08/2022, 08:27

l\'anonyme

C'est fade et très convenu. Ca surf sur la vague actuelle, comme tous les albums de Machine Head d'ailleurs qui surfaient sur la vague du moment. Et, à force de vouloir faire des albums différents les uns des autres, ils perdent leur identité.Le seul poin(...)

18/08/2022, 08:02

Humungus

Mon dieu, mon dieu... ... ...

18/08/2022, 07:37

Humungus

Idem.(Et cela m'attriste de le dire au vu de ma vénération pour ce groupe...)

18/08/2022, 07:13

Kijgo

Et tout aussi ininteressant

17/08/2022, 21:45

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Arioch91

Pas mieux.

17/08/2022, 20:11

Eliminator

Oui je crois qu on peut dire que c est vraiment pas terrible.Machine head, Fear Factory, Sépultura... Ces groupes de mon adolescence qui aujourd hui disparaissent dans cet océan de chiasse qu est devenue l industrie musicale.Cette prod sans âme avec un son de bat(...)

17/08/2022, 19:26

KaneIsBack

Toujours un bon moment, ces reports de l'OEF, même si je ne suis pour ainsi dire jamais d'accord avec toi. Au passage, merci pour Escuela Grind, dans le genre, c'est franchement chouette. 

17/08/2022, 17:35

KaneIsBack

Pas mal. J'aurai sans doute oublié ce groupe demain, mais en attendant, je suis toujours client pour ce genre de Black/Death suédois à la Dissection. 

17/08/2022, 17:30

Humungus

Bah voilà...Cela ne révolutionne effectivement rien dans le genre, mais quoi qu'il en soit, cela faisait trèèèèèès longtemps qu'un groupe de Black 90s ne m'avait pas autant fait de l'œil.Dommage qu&apo(...)

17/08/2022, 16:00

Humungus

Un fest que je voulais faire quand j'étais encore jeune et plein d'entrain...Plus du tout le cas maintenant donc. Même si l'affiche beaucoup plus éclectique désormais me plait bien plus...PS : A te croire, malgré l'aur(...)

17/08/2022, 15:43

Jus de cadavre

La taille du report   Merci ! Un fest que je rêve de faire !

17/08/2022, 13:42

Gargan

C'est lØve.

17/08/2022, 10:59

Gargan

On dirait un générique de séries 80s US en boucle   

17/08/2022, 10:56

pierre2

On a le droit de dire que c'est pas terrible ?? mmmh....

17/08/2022, 08:37

Simony

Mouais... c'est pas fou fou...

17/08/2022, 08:30