Chronique express pour un EP qui ne l’est pas moins, et qui ose sept compos pour six minutes de Hardcore bien tassé. Les straight-edge de RABID PIGS, et leur nom en forme de clin d’œil aux mythiques INFEST ont les arguments de leur violence, et répandent donc leurs opinions Powerviolence-Hardcore au détour d’un EP distribué par les bons soins de la boite nationale xDispatchx, qui ne s’est visiblement pas fourvoyée au hasard dans cette affaire de violence assumée. On se retrouve donc plongé dans le pit euphorique d’un Core joué à l’envi, qui garde une particularité assez décalée pour le style, puisque derrière ce nom collégial ne se cache qu’un seul homme, responsable de toute l’élaboration de ce Spoiled Heat. Difficile à l’écoute de cet acharnement de croire que Gregg Harrington est solitaire à la barre de sa colère, tant la cohésion d’ensemble suggère plus un effort collectif qu’un caprice individuel, mais la performance n‘en est que plus remarquable, et tout aussi bruyante. Bruyante, mais pas chaotique, puisque l’originaire de Pittsburgh, Pennsylvanie se cale sur la ligne du parti Hardcore traditionnel, symptomatique de la scène 90’s, qui dégénéraient des concepts 80’s pour les faire cadrer à une époque désabusée. Mais la musique présentée ici est plutôt engagée, même si la brièveté empêche de l’apprécier en globalité. On aurait vraiment aimé pouvoir en écouter plus, sans avoir à se plonger dans le passé de la bête, qui nous propose quand même des travaux antérieurs sous la forme d’une anthologie Discography 2012-2016, aux cinquante titres bien frappés. Mais cette sortie accusant déjà le poids des années, j’ai préféré me consacrer à ce dernier jet, qui en reprend peu ou prou les mêmes principes, en version salement synthétique.

Mais les deux objets numériques étant disponibles gratuitement sur le Bandcamp du musicien, je ne saurais que trop vous encourager à les télécharger, en laissant peut-être au passage une obole pour le travail bien fait. Car avec des titres oscillant entre la poignée de secondes et la minute impartie, il est difficile de se lasser d’un EP qu’on se surprend à écouter en boucle, pour profiter un peu plus longtemps de sa violence intelligemment agencée. Agencée certes, mais quand même salement débridée, et même si l’intro martiale et truffée de feedback de « XXX » nous aiguille sur la piste d’un Hardcore fortement métallisé à la basse gonflée, « Fraud » a tôt fait de ses seize secondes de nous entrainer sur la piste d’un Powerviolence étoffé, et « Hypocrite » confirme cette tendance tout en s’accordant un break central à la AGNOSTIC FRONT fatal. Et entre embardées, guitares solides mais enjouées, et chant vociféré, ce premier EP à des allures de carte de visite brillamment tendue d’une main assurée, et se laisse dévorer en moins de temps qu’il n’en faut pour envoyer chier un raciste entêté. « Cram » se rapproche de la scène mythique des clubs épiques d’il y a trente ans, et sonne la charge d’une rythmique toute en roulements. « Don’t You Dare », nous offre la performance la plus longue, mais abuse d’une intro parlée pour gagner du temps et imposer son message, avant qu’une énorme basse ne fasse de la place, et nous emmène sur le chemin d’une rapidité décuplée, sans pour autant sombrer dans le Thrashcore ou le Noise à peine géré. Diatribe vocale, dissonances létales, pour une ronde qui ne tourne pas en rond, et qui appelle des lendemains moins concis. « Oath » et ses vingt-quatre secondes se veut volontiers plus Rock et proche des racines, avec son déhanché de guingois, qui ne dégénère pas, tandis que le final « Chained To The Crypt » évoque Henri ROLLINS et les DI’S, pour un pèlerinage en terre Core.

En définitive, et après avoir attitré votre attention sur le musicien en question, je ne peux que vous inciter à vous emparer de cette fameuse tranche de passé Discography 2012-2016, plus complète, et à la durée plus honnête, pour vous faire une idée précise de l’univers de Gregg Harrington et de sa colère pas du tout larvée. Une sortie estampillée historique, pour un Hardcore de facture classique, qui s’énerve parfois d’embardées Powerviolence, sans vraiment y tremper les deux pieds. Mais le travail accompli par cet instrumentiste/compositeur esseulé vaut le coup d’oreille, et pas seulement pour la performance d’ensemble qui émerveille. Il est donc possible de se la jouer en solo et de rester Hardcore, ce qui n’est pas donné à tout le monde, nous sommes d’accord. Et Spoiled Heat est tout sauf de la chaleur gâchée, et ressemble plutôt à une étuve dont il est difficile de s’extirper, qui fait transpirer, et qui nous abandonne alors que les degrés ne cessent de monter. J’espère simplement que la prochaine intervention made in Pittsburgh sera moins concentrée, et prendra la forme d’un LP complet dont je me délecterai. Car si les cochons sont enragés, il n’y a pas grand-chose pour les calmer, et il devient difficile de les éviter. Si tant est qu’on le souhaite, ce qui n’est pas le cas.


Titres de l'album:

  1. XXX
  2. Fraud
  3. Hypocrite
  4. Cram
  5. Don't You Dare
  6. Oath
  7. Chained To The Crypt

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/02/2018 à 14:06
78 %    198

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !