Summoning the Putrid

Iron Flesh

27/11/2020

Great Dane Records

A la première accélération du premier morceau, j’ai été embarqué et j’ai eu la nuque brisée. C’est ainsi qu’aurait pu commencer et s’achever cette chronique, mais je me dois de revenir un peu sur ce qui m’est arrivé. En acceptant de chroniquer le second long des maniaques d’IRON FLESH, je me pensais la tâche facile. Du Swedish Death dans le texte, de la citation prise à la source, en tant que fidèle de LIK, je ne voyais pas quelle difficulté je pouvais rencontrer. Un groupe assez jeune, un parcours par étapes, un premier long en 2019, des avis visiblement positifs, et des influences patentes, le genre de petit boulot facile pour permettre une interview en background, la mission était simple. Jusqu’à cette foutue première accélération sur « Servants Of Oblivion ». Une accélération que j’aurais dû voir venir en tant que spécialiste du genre depuis les premières démos de NIHILIST, mais qui m’a pris en traitre. Cependant, tout était là pour l’éviter en douceur, l’entame lourde et chargée en menace, le riff classique et morbide, et pourtant, je me suis brisé les cervicales sur la caisse claire de Guilhem, avant que sa double grosse caisse ne me tasse les vertèbres. Oh, alors certes, les bordelais jouent du Death à la suédoise, merci pour l’avertissement en amont, mais personne ne m’avait dit qu’ils le jouaient aussi sauvagement et aussi personnellement. Parce qu’en tant que dealer de la scène Death old-school internationale, je commence à connaître les astuces et les références. Or, celles de ces quatre-là sont inédites sur la scène, et bien loin d’un simple ecstasy à la ENTOMBED un dimanche de décembre. Et à force de vanter les mérites de tracts photocopiés à la hâte, j’en avais presque oublié l’efficacité de slogans personnels et créatifs.

Mais ça aussi je l’ai pigé assez vite, en écoutant le monstrueux « Relinquished Flesh » qui ridiculise à peu près 99% de la concurrence, et même celle venue de Suède d’ailleurs. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’IRON FLESH à l’inverse de ses homologues n’a pas peur de sonner catchy en composant de véritables chansons, et pas de simples citations d’œuvres déjà connues de tous. Là est donc la force d’un second longue-durée qui accepte la loi des emprunts, mais qui les fait fructifier à sa façon, en acceptant de rendre sa musique moins rigide. Pour l’histoire, rappelons que le groupe est né de l’envie de son créateur Julien Helwin de suivre les commandements édictés dans les années 90, seul au départ, mais vite accompagné au vu de la demande de live incessante. C’est ainsi qu’après deux EP initiaux, le groupe s’est étoffé d’un solide line-up, avec Seb à la basse (ex-MY SOVEREIGN, ex-THE GREAT OLD ONES), Guilhem à la batterie (AEQUINOCTIUM SANGUINIS, ALIVE DISSECTION, ALLEGIANCE, ARCHEAN, BLACK MARCH, STRYNN, ex-BLACK STORM), Sylver à la guitare (DEATH LAB, EMPYREAL VAULT, ex-FATE OF FALLACY, RUST IN PEACE, ex-BEMSKIANT, ex-FALL OF SERAPHS, ex-HEBOÏDOPHRENIE, ex-AD PATRES (live), ex-AGRESSOR (live), ex-GOROD (live), ex-DEMENTED), et évidemment Julien à la guitare et au chant (WITHDRAWN, ex-DISKARIAL, SIBERIAN XP, ex-ANNTHENNATH, ex-HORNCROWNED, ex-OTARGOS, ex-AGRESSOR (live), ex-MITHRAS (live), ex-SETH (live), ex-MALEVOLENTIA, ex-MONUMENT OF MISANTHROPY (live), ex-DAWN CHAOS). Soit un quatuor de professionnels de la scène extrême, qui une fois ensemble, ont trouvé l’alchimie parfaite pour recycler des idées sans donner l’impression de les paraphraser.

Evidemment, l’influence scandinave se sent, inutile de le nier. Mais après l’attaque en règle du terrassant Forged Faith Bleeding, qui nous avait gentiment fauchés l’année dernière, le groupe a encore plus appuyé sur son individualité pour signer l’album de Death old-school quasi parfait. Loin du mimétisme des LIK, Summoning the Putrid varie son propos, et cache sous sa superbe pochette signée Skadvaldur & Ars Goetia Design le crescendo le plus créatif de la scène nostalgique mondiale actuelle. D’aucuns se diront d’un esprit chafouin qu’un groupe français signé par une maison de disques française a certainement acheté ces louanges d’un copinage totalement déplacé, mais la remarque est immédiatement hors-contexte. D’une parce que je n’ai aucun intérêt personnel ou financier chez Great Dane, et d’autre part, parce que je ne connais pas les membres d’IRON FLESH, et ensuite, l’argument le plus probant, le chauvinisme n’est pas chez moi un travers naturel. Je me fous se savoir si un groupe vient du Larzac ou d’un bled paumé dans la banlieue de Stockholm, et seule la musique m’intéresse. Et celle de ce quatuor est unique en son genre, et d’une puissance à réveiller la libido de Lars Goran Petrov. Preuve en est donnée lorsque le groupe se permet de s’enfoncer dans le marigot du Death le plus putride, en prônant des valeurs de lenteur bien au-delà de l’oppression. Avec un titre aussi malsain que « Demonic Enn », Summoning the Putrid se permet d’attaquer la montagne Death par son versant le plus caché, et rappelle même les plus belles ascensions du CELTIC FROST de Monotheist. Meilleur compliment ? Je ne vois pas, et certainement pas une énième allusion à ENTOMBED ou DISMEMBER.

Doté d’un son qui fait bien sûr la part belle à la HM-2, ce deuxième album n’a pas oublié une composante essentielle d’un classique du Death de l’âge d’or : la variété. Et c’est sans doute cette volonté qui a poussé Julien à composer un morceau aussi accrocheur et évolutif que « Purify Through Blasphemy », parangon de violence qui utilise tous les tempi disponibles pour sonner encore plus véhément. Et cette ambition ne se dément jamais, reste constante tout au long de l’album, au point que les quatre musiciens osent la durée en lâchant un énorme pavé de plus de huit minutes. « Death And The Reaper's Scythe » est en quelque sorte la quintessence de leur art, et l’acmé d’une œuvre qui ne se contente pas de réflexes conditionnés, et qui retient de la mort son « après », et une façon de se mouvoir tout sauf mécanique. Guitare mélodique, arrangements malins, sens du rythme incroyable, et courage de proposer un crossover terriblement intelligent. Ce qui n’évite évidemment pas les petites saillies instantanées, comme le démontre la boucherie « Incursion Of Evil », ou le massacre immédiat « Thy Power Infinite », mais loin de simples récréations, ces titres plus simples permettent de replacer le contexte sans renier les envies de départ.

Il est vraiment plaisant d’écouter un album qui sait regarder un peu plus loin que le bout de son passé célèbre et révéré. Et il est satisfaisant de constater qu’IRON FLESH n’a pas perdu de son talent pour accommoder des restes fameux, mais qui auraient un goût rance entre les mains de marmitons d’occasion. Peut-être l’album de Death old-school de l’année, je ne sais pas. Mais l’un des meilleurs en tout cas.  

                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Servants Of Oblivion

02. Relinquished Flesh

03. Demonic Enn

04. Purify Through Blasphemy

05. Cursed Beyond Death

06. Death And The Reaper's Scythe

07. Incursion Of Evil

08. Thy Power Infinite

09. Convicted Faith


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/11/2020 à 14:49
90 %    528

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


Gargan
@86.233.96.236
21/11/2020, 16:57:25

Prod de dingue, mais surtout ce qui m'étonne, c'est de voir le sieur Helwin très éloigné de ses 300 bpm avant d'avoir pris sa banane et son café.


LeMoustre
@93.4.16.166
22/11/2020, 10:24:04

Vus live, y'avait un petit côté Dismember pas dégueu, mais c'était il y a 3 ou 4 ans, ils ont bien progressé, si j'en crois ces deux extraits, beaucoup moins scolaires. Achat envisagé, du coup, à la lecture et à l'écoute des ces deux morcifs bien différents et tout aussi enthousiasmants. 


JTDP
membre enregistré
23/11/2020, 01:44:55

"certes, les bordelais jouent du Death à la suédoise, merci pour l’avertissement en amont" : mais de rien, toujours un plaisir !   

En tout cas, content que cet album te plaise et complètement d'accord avec toi pour dire que c'est l'un des albums de Death old-school de l'année. Franchement jouissif !


Jus de cadavre
membre enregistré
23/11/2020, 18:22:33

Y en a des trucs à écouter en cette fin d'année !


Humungus
membre enregistré
24/11/2020, 16:17:12

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :

Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!

J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tout aussi. Peut-être un chouille moins intéressant, mais de grande qualité tout de même.

Bref, hâte donc de me carrer tout cet album...


PS : "« Relinquished Flesh » qui ridiculise à peu près 99% de la concurrence, et même celle venue de Suède d’ailleurs"...

C'est tellement ça.

Re-PS : "D’une puissance à réveiller la libido de Lars Goran Petrov"...

On ne tire pas sur l'ambulance mortne2001. C'est pas bien.


Iron flesh
@90.120.241.125
26/11/2020, 16:14:37

Merci pour les bon retours ! 

Hâte d' envoyer ça en live ! 

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Victime des colibris

16/05/2021, 22:11

Gargan

C'est surtout une belle illustration de géopolitique ce show. les pro et les anti russes (avec l'Ukraine notamment qui souvent raffle pas mal de votes comme son voisin), pro palo ou pas, et la France caliméro "personne ne vote pour mooua" (sauf les arménie(...)

16/05/2021, 20:44

Sebathan

16/05/2021, 19:41

Kerry King

Perso j'ai lâché lors de l'explosion du line up classique.Reste quelques trucs sympa sur les suivants, mais pas indispensable si on a fait les premiers.

16/05/2021, 18:26

Humungus

à voir *

15/05/2021, 22:50

Humungus

"Un album qui se savoure, encore et encore, qui va mettre tout le monde d’accord" : Pas d'accord.Cet album n'a clairement vraiment rien avoir avec la réjouissante et primale brutalité d'un "Solstice".Et la fameuse "basse sl(...)

15/05/2021, 22:50

Humungus

1) C'était juste pour faire chier K-Sauce...2) "Le meilleur vainqueur que je retienne c'est Lordi"Les seuls participants qui n'aient jamais réellement valu le coup à l'Eurovision, c'est PKN...Point barre.

15/05/2021, 22:06

Simony

Parfaitement K-Sauce, de plus en plus j'essaie de mettre en avant la différence entre la musique et l'art musical lorsqu'on me demande ce qui me plait dans la musique que j'écoute et que j'accepte de répondre sans les envoyer chier. Il y a des mus(...)

15/05/2021, 19:15

Simony

@sawae d'accord avec toi, après Obsolete, je lache l'affaire, il y a quelques sursauts mais jamais sur tout un album... Mega déçu de l'évolution de ce groupe qui a tant compté dans mon apprentissage musical...

15/05/2021, 19:02

Kerry King

Ouch je suis scotché ! Franchement je prend une claque !Quelle nullité !

15/05/2021, 14:49

Kerry King

Le meilleur vainqueur que je retienne c'est Lordi.Secret Garden aussi en 1995 dans un autre genre c'état une belle perf, sinon j'ai souvenir de truc vraiment merdique.

15/05/2021, 14:15

K-Sauce

Il y a une différence entre le côté élitiste de la musique et demander un minimum de « personnalité » ou de créativité. Il y beaucoup de chose que je n’aime pas par goût mais qui pour autant ne sont pas dénuées (...)

15/05/2021, 13:20

Buck Dancer

"de plus on parle de groupe 100% masculin tout aussi peu intéressant, si ça c'est pas une preuve !"  Élue meilleure vanne de l'année !! (...)

15/05/2021, 12:58

Humungus

Bon allez...J'avoue...Je fais ici mon Humungus pur jus hein...Vous me connaissais assez bien désormais...Il est bien sûr plus qu'évident que ce "Too mean to die" est loin d'être ultra transcendant.

15/05/2021, 12:40

Humungus

"C'est du Accept sans la moindre surprise, un peu comme un Slayer des mauvais jours"Hé hé hé !Exemple qui corrobore totalement ce que je disais au préalable cher Bones :Cet ACCEPT ou "un SLAYER des mauvais jours" me vont bi(...)

15/05/2021, 12:38

Humungus

1) "Je me suis tjrs opposé au côté élitiste de la musique""De toute les façons l’Eurovision n’a jamais pondu de choses particulièrement intéressantes pour la musique. Donc je ne vois pas l’interêt de ce (...)

15/05/2021, 12:34

K-Sauce

Oui effectivement c’est Oceanborn, dsl. De toute les façons l’Eurovision n’a jamais pondu de choses particulièrement intéressantes pour la musique. Donc je ne vois pas l’interêt de ce divertissement.

15/05/2021, 12:00

Kerry King

Apres meme si je suis pas fan, vaudrait mieux une victoire de eux que la star RNB de Roumanie ou autre machin le boys band de Malte etc.

15/05/2021, 11:36