Eight Headed Serpent

Impaled Nazarene

28/05/2021

Osmose Productions

Lorsqu’on aime l’extrême, le vrai, le pur, le dur, on ne peut pas ne pas aimer les finlandais d’IMPALED NAZARENE. Car ils sont un peu le tonton bec-de-lièvre de la famille boucan, le cousin attardé qui fait des blagues de merde, le vieux chien qui pète alors qu’on déguste une part de charlotte aux prunes. Le genre d’invité qu’il aurait fallu ne pas inviter, mais qui est quand même attachant de sa débilité et de son absence totale de principes et de retenue. Depuis l’orée des années 90, le groupe de Mika Luttinen n’a retenu aucune saillie provocante, aucune galéjade de mauvais goût, et a même pris le temps d’enregistrer un recueil de ses meilleurs calembours en 1993 avec le légendaire Ugra Karma, à la superbe pochette et au contenu non moins explosif. Depuis des années, IMPALED NAZARENE prône le ménage humain de printemps, et attend qu’une bombe vienne nous sauver du marasme dans lequel nous sommes plongés ; entre temps, il publie régulièrement des œuvres qu’il souhaite aussi ravageuses que possibles, mais peine depuis quelques années à retrouver la superbe de sa débilité bruitiste des nineties.

Ainsi, Eight Headed Serpent, treizième album studio de la créature fourchue et cornue intervient sept ans après la dernière déflagration, si bien qu’on pensait le monstre étendu pour le compte, mis au tapis par la COVID ou autre pandémie donc nous n’aurions pas eu connaissance. Vigorous and Liberating Death nous avait laissé sur une bonne impression de boucan paillard et joyeux, mais visiblement, les sept années d’absence ont quelque peu rigidifié l’humour de la bande, qui nous livre là l’un de ses efforts les plus sérieux, et l’un de ses discours les moins discutables d’un point de vue artistique. Ne commencez pas à trembler, la recette est toujours la même, on ne changera pas Mika Luttinen avec le temps et la maturité, ni avec des points retraite supplémentaires. Eight Headed Serpent suit toujours la même ligne de conduite, une violence ininterrompue, du tongue-in-cheek velu, et de sacrés hymnes à la fin des temps qui font autant de boucan qu’un rire tonitruant de tonton Jean-Jacques.

Enregistré et mixé au Revolver studio en Finland par Asko Ahonen, masterisé par Mika Jussila au Finnvox studio, et décoré d’un artwork créé par le collaborateur de longue date Ritual de Nucleart Design, Eight Headed Serpent a donc été peaufiné pour répondre aux attentes des fans, qui commençaient à se désespérer de ce silence imposé par le groupe. Epaulé par les mêmes musiciens depuis 2007 (Reima Kellokoski - batterie, Mikael Arnkil - basse et Tomi Ullgrén - guitare), Mika Luttinen continue donc son parcours sans se poser de question, et nous sert encore bouillantes quinze tranches de vie, dont deux en bonus histoire de s’excuser de son absence.

Le résultat ne se fait pas attendre, et le nouveau répertoire est assez similaire à ce que le groupe a pu produire dans les années 2010. A savoir un Black Metal joué Punk par tous les pores, simplissime, brutal, éructé d’une voix de démon sorti de son bunker par Mika, tronçonné en petits segments pour ne pas trop lasser, et assez efficace pour concerner les fans du groupe et les amoureux de la bestialité finlandaise sans compromis. Seulement, malgré sa puissance et son envie d’en découdre, Eight Headed Serpent tourne rapidement en rond, pas encore à vide grâce à une énergie de tous les diables, mais suffisamment en rond pour ne pas forcément passionner la jeune génération, ni fasciner l’ancienne. En choisissant d’approfondir le son et de se concentrer sur un BM formel, le groupe a perdu de son aura légendaire de groupe complètement fou, et capable d’accoucher d’un morceau aussi improbable et barge que « I am the Killer of Trolls ». Comble de l’ironie, on a parfois le sentiment d’écouter une resucée du Panzer Division Marduk de qui-vous-savez, ce qui n’est pas forcément un compliment quand on parle d’IMPALED NAZARENE (« Mutilation Of The Nazarene Whore »).

Alors, certes, l’intro est rigolote, Mika braille comme jamais, le rendement est maximal, et « Foucault Pendulum » copie habilement NAPALM DEATH et ses outro lourdes et expérimentales. Certes, la rythmique formée par Reima Kellokoski et Mikael Arnkil est efficace comme un réacteur nucléaire tournant à plein régime, et certes, le tout menace d’imploser et de répandre ses effluves radioactifs sur un monde préparé à l’apocalypse. Mais on ne peut s’empêcher de penser que Mika a fourni le minimum syndical pour son retour en compétition, et que nous étions en droit d’attendre autre chose que ce BM sourd, grave, ultrarapide et joué comme à la parade. Non que je pense qu’IMPALED ait encore le potentiel pour nous surprendre d’une œuvre conséquente au moins égale à ses réussites les plus flagrantes, mais en écoutant ce treizième album, je suis resté sur ma faim, et sur une impression de déjà entendu ailleurs, en plus efficace, ou ici, mais en plus drôle et récréatif.

Le coche a donc été loupé, mais reste un album brutal, viscéral, et un peu trop stérile pour vraiment donner le sourire.       

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Goat Of Mendes

02. Eight Headed Serpent

03. Shock And Awe

04. The Nonconformists

05. Octagon Order

06. Metastasizing And Changing Threat

07. Debauchery And Decay

08. Human Cesspool

09. Apocalypse Pervertor

10. Triumphant Return Of The Antichrist

11. Unholy Necromancy

12. Mutilation Of The Nazarene Whore

13. Foucault Pendulum

14. Penis Et Circes (bonus track)

15. The Horny And The Horned (bonus track)


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/06/2021 à 15:07
78 %    493

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


NecroKosmos
membre enregistré
28/06/2021, 15:16:27

Je partage le même point de vue. Le fan ultime que je suis est pour la première fois déçu par un album des finlandais. Il manque quelque chose, probablement des hymnes, des refrains imparables. L'album est un peu monotone mais n'est pas non plus une bouse, loin de là. La créativité est en berne et j'espérais mieux de leur part. De plus, le livret est tout de même d'un mauvais goût certain. Les textes sont toujours explosifs. Bref, je reste mitigé.


Humungus
membre enregistré
28/06/2021, 16:49:03

Alors oui cela tourne en rond depuis déjà des lustres, mais moi j'y ai trouvé mon compte sur cette dernière offrande. Bien plus que sur les dernières en tous cas...

Et quoi le livret ?!?!

Justement le livret bon dieu de dieu !!! !!! !!!

Rien que pour ces deux mirifiques photos, l'achat est obligatoire AH AH AH !!!


Ajouter un commentaire


Derniers articles

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

@Jus de Cadavre : ok my bad ;)Moi non plus, je ne demande pas un Focus 2, m'enfin l'une des bases de Cynic (le Death) n'est vraiment plus là.Ici, j'ai l'impression d'écouter une musique planante pour junkies huppés rêvant de s(...)

16/09/2021, 20:39

Wildben

@Chemikill Et ce n'est pas du tout ce que je lui demande !

16/09/2021, 18:52

Chemikill

@widben je ne pense pas que masvidal ait envie de reproduire un focus. 

16/09/2021, 18:21

Jus de cadavre

Je n'ai pas mis Sean Reinert car il n'était plus dans le groupe depuis des années au moment de sa mort (ce n'est pas un oubli

16/09/2021, 18:08

Gargan

5 labels d'un coup, chaque membre du groupe a le sien ? 

16/09/2021, 16:45

Wildben

Je trouve l'extrait dans la lignée de leurs dernières prods : agréable mais malheureusement très loin d'un Focus. Après, comment arriver à reproduire un tel chef d'oeuvre ?

16/09/2021, 16:23

Arioch91

Après avoir vainement tenté de tenir bon en écoutant les 6:25 de l'extrait proposé et m'étant arrêté au bout de 4:29, je confirme : NEXT !

16/09/2021, 16:10

Gargan

Ça s’écoute avec un grand verre de cognac à la main, pour le prétexte d’avoir un grand verre de cognac à la main.

16/09/2021, 13:14

Chemikill

C'est une bonne claque pour ma part. 

16/09/2021, 12:52

K

Dobrze,  jechać  luczyka.

16/09/2021, 11:53

Gerggg

Tout comme arioch pour moi c’est du jazz, pas du death 

16/09/2021, 10:45

Arioch91

Bonjour,tu oublies la disparition du batteur, Sean Reinert, survenue également en 2020.Pour l'album, je sais pas trop. Autant j'avais adoré Focus, autant je m'étais fait chier en écoutant Traced in Air. Donc là, je ne me fais pas tro(...)

16/09/2021, 08:51

Bones

  

15/09/2021, 12:33

Humungus

Et le pire, c'est que j'ai perdu 3 min à vérifier si tout ceci était réellement du polak... ... ...

15/09/2021, 08:42

Bones

Dobra zabawa na placu zabaw. Dzięki chłopaki !   

15/09/2021, 07:32

Jus de cadavre

Alors en anglais à la limite ok, mais en polonais ça va devenir compliqué les gars   !

15/09/2021, 07:03

Blackdeedee

   lubczyk chooj wozi gnoj na gumowych taczkach ...

15/09/2021, 02:00

Zygzak

Straszna kupa

14/09/2021, 22:05

Bones

Pas besoin d'anorak, ça chauffe ici.

14/09/2021, 12:34

Humungus

Et bah dites donc... ... ...

14/09/2021, 09:33