Bien, et si on faisait semblant de faire du neuf avec du vieux ? C’est semble-t-il le leitmotiv de plus de cinquante pour cent des groupes en activité actuellement, qui de manière cyclique, pillent sans vergogne le répertoire Rock et Metal des années 70 et 80. D’un côté, les fumeurs d’effluves psyché et Heavy, de l’autre, les nostalgiques de la NWOBHM, avec au milieu, les énamourés des mélodies AOR, et les flingués des paillettes Glam…Si avec ça, en tant que chroniqueur vous n’avez pas le sentiment d’être perdu dans des eighties que vous avez pourtant quittées il y a plus de trente ans, c’est à ni rien comprendre. Mais comme pour tout exercice de mimétisme, il y a ceux qui sont naturellement doués, ceux qui n’y comprennent rien, et ceux qui se donnent beaucoup de mal pour sonner comme, et qui finissent par sonner comme, le talent de l’originalité en moins. On en revient toujours à cette sempiternelle problématique, à savoir que la qualité d’une reproduction ne fera pas oublier qu’elle n’en est qu’une, aussi précise et pointilleuse soit-elle, et malgré la crédibilité de son appropriation. Alors, comment juger d’un tel travail, si ce n’est en occultant son aspect plagiaire un peu trop proéminent ? D’aucuns vous diront qu’il est impossible de mette de côté des emprunts un peu trop flagrants, alors que les autres vous affirmeront qu’il est tout à fait possible de craquer pour un album qui s’évertue à reproduire avec trente ans de retard les plans peaufinés de ses aînés…Et le cas se présente aujourd’hui sous la forme du troisième LP des londoniens de MONUMENT, qui n’y sont encore une fois pas allé avec le dos du médiator…

MONUMENT, c’est un peu le pinacle de la franchise un peu trop facile. En avouant leur amour pour une musique qui a dû bercer leur jeunesse, les musiciens se cachent derrière le paravent de l’honnêteté, oubliant en route qu’une passion aussi sincère soit-elle peine toujours à justifier d’une repompe totale. Alors, certes, leurs influences sont clairement affichées sur leurs pages officielles, mais cela suffit-il pour pardonner un pillage en règle des étagères de l’histoire ? A-t-on vraiment besoin d’un nouveau MAIDEN ou d’un succédané de JUDAS, d’autant plus que les deux combos sont toujours en activité ? Les anglais ne semblent pas se poser la question, et continuent de se faire plaisir en nous faisant plaisir, puisqu’il faut bien reconnaitre que l’entreprise d’appropriation n’est pas dénuée de qualités. Ils préviennent, c’est un fait, et nomment sur leur Facebook quelques illustres modèles, dont les deux précités, accompagnés d’une liste comprenant BLACK SABBATH, DEEP PURPLE, DIO, WHITESNAKE, SAXON, WISHBONE ASH, THIN LIZZY, RAINBOW, LED ZEPPELIN, soit la quintessence du Hard Rock anglais d’un époque glorieuse. Mais de là à transformer ce Hellhound en mash-up géant piquant à droite et à gauche de quoi alimenter ses théories, il y a un pas que le quintette (Peter Ellis - chant, Lewis Stephens & Dan Baune - guitares, Daniel Bate - basse, et Giovanni Durst - batterie) n’a pas hésité une fois de plus à franchir, prenant le risque de se voir qualifier de tribute-band à échelle maximale, étiquette Ô combien difficile à assumer, d’autant plus qu’en sus de la vague vintage, ces mêmes groupes de reprises ont tendance à proliférer. Et si le petit jeu du « quel plan subtilisé à qui ? » est amusant cinq minutes, et si certains fans acharnés se demandent depuis l’orée des nineties à quoi aurait pu ressembler le successeur de Fear Of The Dark si Bruce Dickinson n’avait pas quitté le navire, le côté ludique de l’entreprise est vite éclipsé par une lassitude ambiante face à ce jeu de dupes.

A vrai dire, même le LIZZY BORDEN de la grande époque n’aurait pas pu faire face à de telles critiques de copie intégrale. Eux avaient le mérite d’emballer la science progressive exacte et anglaise de MAIDEN dans un joli paquet cadeau d’agressivité à l’américaine, excuse que les MONUMENT n’ont même pas en tant que londoniens pur souche. Et nous étions en droit de nous attendre à autre chose de la part de trois ex-WHITE WIZZARD qu’une simple copie carbone des œuvres de la Vierge de Fer, petit exercice qui semble les satisfaire au plus haut point. C’est tellement flagrant qu’on a le réflexe assez logique de jeter un coup d’œil au lecteur pour voir s’il ne s’est pas bloqué sur la position « aléatoire », allant piocher dans le répertoire de Steve Harris and Co de quoi nous faire passer une bonne et classique matinée. Et nous atteignons parfois des sommets dans le concours de sosie officiel, lorsque des morceaux comme « Hellhound » (un inédit planqué des tiroirs de Fear Of The Dark), ou « The Chalice » (un leftover de No Prayer For The Dying, mais de qualité supérieure aux originaux, c’est un comble) nous chatouillent les tympans, au même titre que « Wheels Of Steel » qui se permet le double luxe d’emprunter aux SAXON l’un de leurs tubes pour le replacer dans un contexte Brave New World. Et lorsque les pauvres MAIDEN ne sont pas dépouillés au-delà du raisonnable, les MONUMENT trouvent le moyen de nettoyer les coffres des pirates de RUNNING WILD (« William Kidd », jetez un coup d’œil à la pochette du single pour en avoir le cœur net), ou de braquer les casquettes et les chaines de Rob Halford pour les refourguer au Dickinson de « Déjà-Vu » (« Death Avenue »). Alors, je vous vois venir, vous allez me dire que tant que tout cela est bien fait, il n’y a pas grand-chose à en redire. Et je vous répondrai qu’entre l’adoubement volontaire et le passage de grade forcé, il y a une énorme nuance que les principaux intéressés pourraient pointer du poing. Pas certain que les victimes se sentent vraiment flattées d’une telle entreprise de répliques plus vraies que nature, et pas certain non plus que la qualité des morceaux fasse oublier les citations un peu trop fidèlement reproduites.

Alors oui, les londoniens terminent leur effort par une poignée de reprises qui en disent long sur leurs obsessions, mais lorsque les dites reprises ont du mal à se distancier du répertoire « original », nous sommes en droit de nous poser les bonnes questions. C’est ainsi que le « Déjà-Vu », de MAIDEN s’intègre parfaitement à l’ensemble, puisqu’il ressemble comme deux gouttes de sang à « Death Avenue », et que seul le « Long Live Rock N’Roll » des RAINBOW apporte un peu de fraîcheur à l’ensemble, ce qui n’est jamais bon signe. Car lorsque des reprises constituent le seul point fort d’un album qui se contente le reste du temps de recycler des plans déjà connus de tous, c’est que l’écueil de la copie parfaite n’a pu, ou n’a su être évité. Et si les groupes old-school les plus intelligents parviennent parfois à nous faire croire que, alors qu’ils font, MONUMENT avec Hellhound ne fait pas, tout en essayant de nous le faire croire. Dommage, parce que les musiciens sont tout à fait capable de produire quelque chose de bien plus personnel, mais ils préfèrent céder à la facilité plutôt que d’innover. Alors, faire du neuf avec du vieux, pourquoi pas, mais reproduire le vieux pour en faire exactement la même chose, autant flâner sous la tour Eiffel pour acheter de vieux souvenirs typiques parisiens made in China.                          

                     

Titres de l’album:

                      1. William Kidd

                      2. The Chalice

                      3. Death Avenue

                      4. Nightrider

                      5. Hellhound

                      6. Wheels of Steel

                      7. The End

                      8. Attila

                      9. Straight Through the Heart

                     10. Creatures of the Night

                     11. Long Live Rock ‘n’ Roll (Rainbow Cover)

                     12. Deja vu (Iron Maiden Cover)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/06/2018 à 17:55
40 %    160

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!