Célébrons le retour d’un des trios finlandais les plus allumés de l’histoire, et acclamons les pantoufles au pied la venue au monde du premier LP des NAPALM TED, trois faux-frères mais vrais bruitistes aussi barges qu’ils ne sont bruyants. J’avais déjà en son temps souligné l’importance de leur second EP Into a Black Ooze, publié en 2016, mais j’aurais aussi pu accentuer le fait que leurs deux productions de 2017 étaient brillantes et performantes (Fleshbox, Coffin Liquor). C’est donc avec une joie teintée de folie douce que j’aborde le cas de leur premier longue-durée, qui en ces termes, n’exagère pas les choses non plus. Vingt-deux minutes pour un LP, c’est quand même pas le tonneau à boire, même si la musique des olibrius est si extrême qu’elle ne tolère que très rarement les dépassements. Mais autant dire qu’ils sont restés raisonnables sans l’être, puisque neuf morceaux seulement jonchent le sol crado de cette tape distribuée par tous les revendeurs assez inconscients pour la mettre en avant sur leur page officielle. Une belle cassette tirée à soixante-dix exemplaires, au noir et blanc qui peine à cacher la schizophrénie dont sont atteints ses membres, et qui continuent d’ailleurs leur chemin de campagne, en slalomant entre les meules de foin Grind, pour mieux se planquer dans l’étable Death. Du Death Grind, pas très original vous dites-vous ? Détrompez-vous, parce qu’avec ces marsouins-là, rien n’est vraiment banal ni linéaire dans la vie, et surtout la leur.

Alors, est-ce que les trois de la portée (musicale et humaine) ont changé ? Nommément, non, puisqu’on retrouve toujours aux postes-clé Gravy Ted (guitare/growls), Han Ted (batterie/hurlements) et Ted Nugget (basse), qui n’ont pas changé leur carabine à plomb d’épaule. Toujours ce même joyeux crossover entre Death paillard et Grind foutoir, pour plus de vingt minutes de plaisir auditif en forme de lavement des tympans à la gnole. Si les pérégrinations de MACABRE vous ont toujours amusé au plus haut point, et si un mélange entre CARCASS (celui des débuts, un peu Gore), NAPALM DEATH (celui des débuts, un peu beaucoup Grind), ACID BATH (celui des deux seuls albums, frappé) et CARNIVAL IN COAL (celui…enfin bref) vous enchante à rendre votre petit déjeuner sur la queue du chien, alors Mouthful est vraiment fait pour vous. Du Death/Grind d’enfants mal élevés, qu’on laisse jouer sur le parquet avec des os de poulet, et qui voient très tôt la vie comme un gigantesque terrain de jeu où tout est permis. Alors, on commence à apprendre à manier les instruments entre deux coups de pelle au facteur, et on apprend les rudiments, pour tirer de ces satanés engins des sons qui restent encore à portée des humains. Mais l’humour restant la carte maîtresse de ce genre de réalisation, autant comprendre la langue pour mieux en saisir les tenants et aboutissants, même si musicalement les pièces individuelles tiennent debout…comme elles peuvent.

La plupart du temps d’ailleurs, elles tiennent debout parce qu’elles sont petites et girondes, ce qui leur permet d’adopter le mouvement du culbuto. On penche en avant, on penche en arrière, on se secoue très vite et on fait sa prière. C’est ainsi qu’il faut aborder la bonne moitié de l’album, qui de la track 1 à la track 8 ne décolle que très rarement des deux minutes, pour à peine friser les trois. Mais c’est ludique, jouissif, et surtout, bien joué puisqu’on ne tombe jamais dans la gaudriole d’un fun Metal un peu trop porté sur la picole. Mais de toute façon, vous comprendrez l’essentiel dès « Need For Spread », qui de son jeu de mot et de son riff de taureau constitue la meilleure entrée en matière que les NAPALM TED pouvaient nous offrir. Le tout dégénère très vite en jogging de l’enfer à essayer d’échapper au maître de maison et sa chevrotine, et qui tire aussi vite qu’il ne dégaine les riffs Death sur fond de vocalises graves comme l’huile des frites. Les échanges vocaux entre Gravy Ted et Han Ted sont d’une efficacité incroyable et la rythmique reste très performante, entre concassages de double et embardées simples, pour garantir une variété d’écoute brutale, mais viscérale.

De là, on connaît le principe, et il est appliqué avec toujours plus de professionnalisme amateur. C’est souvent décoiffant, parfois bien Crust dans les dents (« A Shitty Dealer », avec une voix pareille, le coq n’a plus qu’à rester couché le matin), parfois agrémenté de samples et d’intro décadentes (« Permanent Horror », feeling Punk pour riffs qui sentent bon l’école anglaise de Birmingham), de temps à autres chaotique et en équilibre (« Lethal Laughter », le genre de truc qui secoue le tracteur, avec soubresauts de rires complètement incongrus en passant les gros pneus sur une poule), mais ça sait aussi se faire plus introspectif, et un poil plus long, histoire de bien terminer la blague. Ainsi, la conclusion « Decoration Of Doom » et ses plus de cinq minutes surprend de son ambiance poisseuse et de son final à la OLD bien space, assez ambitieux dans les faits, mais pas encore assez sérieux nous faire oublier une galéjade de la trempe de « March of The Ducks », qui s’époumone dans le poulailler pour faire valser les canards à la volée. Tout ceci est donc éminemment festif, décoratif (le format tape est assez génial), mais surtout, explosif, et en tant que premier longue-durée, Mouthful tient largement la route, assez en tout cas pour regagner la ferme sans finir dans le fossé. Une sorte de parallèle entre la beauté de l’instant et la laideur du moment, et une façon aussi de contourner les codes de bienséance qui affirment qu’on ne peut pas parler la bouche pleine. Ici, non seulement on parle, mais on hurle aussi. Et on en met partout, évidemment.

 

Titres de l'album :

                      1.Need for Spread     

                      2.A Shitty Dealer       

                      3.Permanent Horror   

                      4.A Saviour    

                      5.Lethal Laughter      

                      6.March of the Ducks

                      7.The Way     

                      8.Eaten by Pigs          

                      9.Decoration of Doom

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/09/2018 à 17:57
80 %    255

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !