Célébrons le retour d’un des trios finlandais les plus allumés de l’histoire, et acclamons les pantoufles au pied la venue au monde du premier LP des NAPALM TED, trois faux-frères mais vrais bruitistes aussi barges qu’ils ne sont bruyants. J’avais déjà en son temps souligné l’importance de leur second EP Into a Black Ooze, publié en 2016, mais j’aurais aussi pu accentuer le fait que leurs deux productions de 2017 étaient brillantes et performantes (Fleshbox, Coffin Liquor). C’est donc avec une joie teintée de folie douce que j’aborde le cas de leur premier longue-durée, qui en ces termes, n’exagère pas les choses non plus. Vingt-deux minutes pour un LP, c’est quand même pas le tonneau à boire, même si la musique des olibrius est si extrême qu’elle ne tolère que très rarement les dépassements. Mais autant dire qu’ils sont restés raisonnables sans l’être, puisque neuf morceaux seulement jonchent le sol crado de cette tape distribuée par tous les revendeurs assez inconscients pour la mettre en avant sur leur page officielle. Une belle cassette tirée à soixante-dix exemplaires, au noir et blanc qui peine à cacher la schizophrénie dont sont atteints ses membres, et qui continuent d’ailleurs leur chemin de campagne, en slalomant entre les meules de foin Grind, pour mieux se planquer dans l’étable Death. Du Death Grind, pas très original vous dites-vous ? Détrompez-vous, parce qu’avec ces marsouins-là, rien n’est vraiment banal ni linéaire dans la vie, et surtout la leur.

Alors, est-ce que les trois de la portée (musicale et humaine) ont changé ? Nommément, non, puisqu’on retrouve toujours aux postes-clé Gravy Ted (guitare/growls), Han Ted (batterie/hurlements) et Ted Nugget (basse), qui n’ont pas changé leur carabine à plomb d’épaule. Toujours ce même joyeux crossover entre Death paillard et Grind foutoir, pour plus de vingt minutes de plaisir auditif en forme de lavement des tympans à la gnole. Si les pérégrinations de MACABRE vous ont toujours amusé au plus haut point, et si un mélange entre CARCASS (celui des débuts, un peu Gore), NAPALM DEATH (celui des débuts, un peu beaucoup Grind), ACID BATH (celui des deux seuls albums, frappé) et CARNIVAL IN COAL (celui…enfin bref) vous enchante à rendre votre petit déjeuner sur la queue du chien, alors Mouthful est vraiment fait pour vous. Du Death/Grind d’enfants mal élevés, qu’on laisse jouer sur le parquet avec des os de poulet, et qui voient très tôt la vie comme un gigantesque terrain de jeu où tout est permis. Alors, on commence à apprendre à manier les instruments entre deux coups de pelle au facteur, et on apprend les rudiments, pour tirer de ces satanés engins des sons qui restent encore à portée des humains. Mais l’humour restant la carte maîtresse de ce genre de réalisation, autant comprendre la langue pour mieux en saisir les tenants et aboutissants, même si musicalement les pièces individuelles tiennent debout…comme elles peuvent.

La plupart du temps d’ailleurs, elles tiennent debout parce qu’elles sont petites et girondes, ce qui leur permet d’adopter le mouvement du culbuto. On penche en avant, on penche en arrière, on se secoue très vite et on fait sa prière. C’est ainsi qu’il faut aborder la bonne moitié de l’album, qui de la track 1 à la track 8 ne décolle que très rarement des deux minutes, pour à peine friser les trois. Mais c’est ludique, jouissif, et surtout, bien joué puisqu’on ne tombe jamais dans la gaudriole d’un fun Metal un peu trop porté sur la picole. Mais de toute façon, vous comprendrez l’essentiel dès « Need For Spread », qui de son jeu de mot et de son riff de taureau constitue la meilleure entrée en matière que les NAPALM TED pouvaient nous offrir. Le tout dégénère très vite en jogging de l’enfer à essayer d’échapper au maître de maison et sa chevrotine, et qui tire aussi vite qu’il ne dégaine les riffs Death sur fond de vocalises graves comme l’huile des frites. Les échanges vocaux entre Gravy Ted et Han Ted sont d’une efficacité incroyable et la rythmique reste très performante, entre concassages de double et embardées simples, pour garantir une variété d’écoute brutale, mais viscérale.

De là, on connaît le principe, et il est appliqué avec toujours plus de professionnalisme amateur. C’est souvent décoiffant, parfois bien Crust dans les dents (« A Shitty Dealer », avec une voix pareille, le coq n’a plus qu’à rester couché le matin), parfois agrémenté de samples et d’intro décadentes (« Permanent Horror », feeling Punk pour riffs qui sentent bon l’école anglaise de Birmingham), de temps à autres chaotique et en équilibre (« Lethal Laughter », le genre de truc qui secoue le tracteur, avec soubresauts de rires complètement incongrus en passant les gros pneus sur une poule), mais ça sait aussi se faire plus introspectif, et un poil plus long, histoire de bien terminer la blague. Ainsi, la conclusion « Decoration Of Doom » et ses plus de cinq minutes surprend de son ambiance poisseuse et de son final à la OLD bien space, assez ambitieux dans les faits, mais pas encore assez sérieux nous faire oublier une galéjade de la trempe de « March of The Ducks », qui s’époumone dans le poulailler pour faire valser les canards à la volée. Tout ceci est donc éminemment festif, décoratif (le format tape est assez génial), mais surtout, explosif, et en tant que premier longue-durée, Mouthful tient largement la route, assez en tout cas pour regagner la ferme sans finir dans le fossé. Une sorte de parallèle entre la beauté de l’instant et la laideur du moment, et une façon aussi de contourner les codes de bienséance qui affirment qu’on ne peut pas parler la bouche pleine. Ici, non seulement on parle, mais on hurle aussi. Et on en met partout, évidemment.

 

Titres de l'album :

                      1.Need for Spread     

                      2.A Shitty Dealer       

                      3.Permanent Horror   

                      4.A Saviour    

                      5.Lethal Laughter      

                      6.March of the Ducks

                      7.The Way     

                      8.Eaten by Pigs          

                      9.Decoration of Doom

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/09/2018 à 17:57
80 %    307

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tempête

Pyro[Cb]

Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent projet ! Brut et brutal sans parler de l'artwork qui illustre parfatement le coté tumultueux et profond de la musique, tel un orage qui vous surprendrait coincé entre deux barres rocheuses.


Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !