The Child and the Bitch

Snovonne

17/04/2017

Rogue Records America

Chroniquer « à l’aveugle » présente des avantages comme des inconvénients. On prend le risque la plupart du temps de tomber sur des albums sans intérêt, en en accumulant un certain nombre pour être certain de trouver matière à digresser, mais les scories s’accumulent sur le disque dur comme autant de couches de poussière sur les étagères de l’illusion.

Voilà pour les inconvénients, qui tiennent plus de l’ordre du désagrément qu’autre chose, quoi que parfois, on se perd dans le labyrinthe de l’inconséquence au point de piocher la sortie la moins insipide pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent.

L’avantage, est que de temps à autres, on tombe sur des artistes sortis de nulle part (pour soi évidemment, mais connus par des milliers d’autres) qui possèdent une identité affirmée et un univers décalé, et que leur découverte se transforme en épiphanie musicale qui vous conforte dans votre rôle (assez usurpé il faut l’avoué) de « découvreur de talent ».

C’est ce qui m’est arrivé ce matin lorsque j’ai tendu l’oreille sur un album résolument à part, après avoir perdu de précieuses minutes à survoler des sorties toutes plus anonymes les unes que les autres. C’est ainsi que j’ai percé à jour (ou en partie), le mystère enveloppant SNOVONNE, artiste plurielle et terriblement autobiographique, qui puise dans son propre vécu de quoi alimenter son décorum artistique.

Et dire que ce dernier est baroque, décalé, fantaisiste et « spectaculaire », dans le sens le plus littéral du terme est un doux euphémisme qui rend The Child and the Bitch encore plus envoutant.

SNOVONNE est une auteure/compositrice/interprète née en Slovaquie, vivant aux Etats-Unis, qui a démarré sa carrière en 2004, et qui depuis a parcouru le monde et sorti trois longue durée (It’s Sno, Baby - Not Sugar en 2010, The Nightmare Bride en 2012, et donc ce The Child and the Bitch cette année).

Si elle se plaît à décrire son art musical comme un mélange d’humeurs de riffs Heavy et de mélodies fragiles, qu’elle affirme que chaque note et chaque mot employés viennent du plus profond d’elle-même, il est indéniable que son univers artistique lui est définitivement personnel, même s’il partage des points communs avec d’autres ensembles, certes peut-être moins originaux et « exhibitionnistes » (dans le sens émotionnel et non littéral du terme).

Ce que les journalistes et autres critiques aux raccourcis faciles aiment à décrire comme du Dark Cabaret, n’est rien d’autre qu’une forme très aboutie de Metal moderne, qui en effet emprunte au Théâtre et au cabaret quelques réflexes et inflexions, rappelant parfois les pièces conséquentes ou non de NOTRE DAME, de MARILYN MANSON, mais aussi de DIABLO SWING ORCHESTRA, et pourquoi pas, en étendant le spectre hors de notre petit monde, de Kate Bush, Tori Amos, ainsi que Charlotte Martin et autres Annette Peacock, dans un registre pourtant moins équilibriste et plus image d’Épinal.

Ceux qui connaissent déjà SNOVONNE ne seront pas surpris outre mesure par le contenu de ce si craint troisième album. La continuité, si j’en juge par le peu que j’ai entendu de ses efforts précédents est assurée, même si l’artiste est cette fois allée chercher au plus profond d’elle-même la matière indispensable à la composition d’un album qu’on pourrait qualifier de concept.

Elle le décrit d’ailleurs en ces termes :

«The Child and the Bitch (Chronicles 1984-2014) est un album que j’ai toujours voulu faire. Bien que toutes mes créations soient personnelles et authentiques, ce disque repose sur des éléments autobiographiques. C’est le résultat de vingt années passées à écrire de la musique et à voyager ou le vent m’entraîne. Son thème est la relation entre l’âme d’enfant et le cerveau d’adulte, et le besoin de garder un équilibre entre les deux. »

 

Ce disque se veut donc un bilan d’une vie pourtant presque juste commencée, et qui oscille entre des souvenirs d’enfance enfouis dans l’inconscient, et le ressenti d’une adulte qui doit affronter l’existence avec les armes que son expérience lui a données.

En résulte donc une musique à l’ambivalence claire et prononcée, qui tergiverse entre mélodies délicates d’une boite à musique de la mémoire, et agression contemporaine évacuée à grands coups de rythmiques synthétiques martiales et parfois dansantes, mais qui pourtant sait rester dans la nuance d’une personnalité qui ne se dégagera jamais de ses rêves et illusions de petite fille.

Un disque donc très étrange, très impudique et pourtant plein de pudeur, et qui ose naviguer de style en style sans paraître disparate ou assemblé façon créature de Frankenstein Néo Metal assoiffée d’effets faciles et de riffs déjà préchauffés.

L’enfant, et la salope. Titre bizarre qui semble suggérer une dualité de personnalités à la limite de la schizophrénie, ou une simple évolution d’une artiste qui pourtant n’a jamais fait la moindre concession à son art. Ces deux aspects se manifestent tout au long de l’album, trouvant parfois un point de convergence assez troublant, notamment dans le premier et éponyme morceau, qui se perd dans un phrasé hip-hop dérivant opératique, et dans des arrangements de fête foraine de l’étrange. On pense à une Tairrie B perdue dans les attractions gothiques imaginées et construites par un Rob Zombie en association avec les Snowy Shaw et Vampirella, mais à vrai dire, seul l’impact compte, et celui-ci est irréfutable, et vous enveloppe dans une couche de brume qui vous indique le chemin à suivre.

Et ce chemin est parsemé d’embûches, d’anecdotes intimes racontées sous le ton de la grandiloquence ou du minimalisme affectif (d’un côté « Bullshit », très jump et finalement abordable de son refrain fédérateur, de l’autre « Sally » et son ambiance feutrée et presque sarcastique), d’épisodes émotifs sincères et touchants (« Anatomy » et ses chœurs enfantins émanant d’une même psyché, soudain perturbés par une guitare sombre annonçant l’orage de l’âge adulte), d’histoires narrées sur une mélodie chaloupée Jazzy virant Rock de cabaret tempéré (« All My Ghosts », cadavres dans le placard qu’on ne cherche surtout pas à enterrer sous le lit), et de prises de conscience d’une innocence perdue le long des couloirs urbains d’une vieillesse qu’il faut bien accepter (« Filth », un peu MANSON, un peu MY RUIN, un peu louche, un peu lubrique), pour en arriver à une inéluctable conclusion, toujours aussi ambivalente et inclassable en termes de genre (« My Poison’s Made For Me », épilogue presque évident, qui synthétise tous les chapitres)…

On ressort de ce troisième album avec beaucoup de questions, mais aussi quelques certitudes. Le concernant, on peut affirmer que The Child and the Bitch semble être l’album le plus abouti d’une artiste inclassable, et que le Rock libre a encore de très beaux jours devant lui. Si la production n’évite pas l’écueil du synthétisme un peu excessif sur quelques parties orchestrales un peu faibles, elle permet d’offrir à ce disque un écrin presque mystique, comme le secret professionnel d’un thérapeute ne faisant que constater l’évolution naturelle d’un être humain qui prend conscience de son destin.

Musicalement, l’aventure est aussi riche qu’elle peut l’être, et offre une belle palette de nuances, dérivant le long d’un Metal moderne et théâtral, ou d’une musique sans étiquette qui puise dans les émotions ses couleurs sombres ou pastel.

Mais en l’état, The Child and the Bitch est une des introspections les plus intéressantes et honnêtes que le Metal a pu nous offrir depuis fort longtemps.


Titres de l'album:

  1. The Child and the Bitch
  2. Bullshit
  3. Home
  4. Sally
  5. Anatomy
  6. Breakdown
  7. Best Days
  8. All My Ghosts
  9. Filth
  10. My Poison's Made for Me
  11. Home (orchestral version)

Site officiel


par mortne2001 le 12/06/2017 à 14:47
85 %    497

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50

Humungus

Futur achat !

02/12/2020, 08:46

RBD

Peut-être que les temps de jeu respectifs équilibreront cette hiérarchie étonnante suggérée par l'affiche, ça s'est vu par le passé. C'est dur à admettre mais pour la génération plus jeune moins(...)

02/12/2020, 00:17