Difficile de considérer les groupes extrêmes japonais avec des oreilles occidentales sans avoir les tympans interloqués. Et si les fans de J-Metal sont depuis longtemps habitués à ces sonorités mélangeant mélodies traditionnelles et rythmiques de l’ouest, les néophytes ont beaucoup plus de mal avec cette théâtralité nationale qui parfois, semble un peu surjouée, mais qui finalement, est profondément ancrée dans la tradition japonaise de lyrisme exacerbé. Ainsi, les LEOPARDEATH font partie de cette nouvelle scène Death japonaise, qui dans le fond se sert des principes séculaires du mouvement scandinave, y incluant des pistes vocales découlant librement de la mouvance J-Pop des années 80, lorsque le pays commençait à comprendre les rouages du star-system, quelques années avant d’ériger de jeunes femmes au rang d’idols, les couvrant de cadeaux et autres attentions particulières. Mais sans vouloir jouer les historiens musicaux de fortune, autant avouer que je suis rodé depuis longtemps à l’exercice de l’analyse exotique, et que ce premier véritable album des originaires de Sapporo ne m’a guère surpris de son contenu, assez fidèle aux préceptes appliqués au pays du soleil levant. Fondé en 2008, ce collectif bigarré aux couleurs chamarrées est assez représentatif de l’école japonaise de la violence. Monté par deux camarades de classe (Masahiro - guitare et Masayoshi - guitare/chant), le combo a d’abord taillé ses canines sur scène, avant de devoir jeter l’éponge pour cause de désaffection de ses membres. Ce n’est qu’en 2015 qu’il reprit ses activités, avec l’adjonction au chant de la jolie Purple, puis d’Arata à la basse quelques temps plus tard. Un premier EP vit donc le jour pour célébrer cette remise sur les rails, Re :Boot en 2015, qui sonna le signal du (re)départ, avant que le groupe, tradition oblige, ne cède à la mode locale de la vidéo live pour présenter son look et sa nouvelle formation. Et c’est donc quatre ans plus tard que le quintet (avec Hayato à la batterie) entérine enfin son retour avec un premier longue-durée, ce Setsugetsufuuka dont je serais bien incapable de vous traduire le titre.

Comme pour bon nombre de groupes japonais, le look compte donc autant que la musique, mais cette musique, loin d’être désagréable, reste assez formelle dans le fond, avec toujours en exergue ce mélange de Death moderne et éminemment rythmique, et ces envolées vocales féminines assez Alt Rock, ce qui aboutit à un cocktail assez séduisant, quoique fort peu novateur. L’équation pourrait être simple d’un point de vue réducteur, et l’analyse du patronyme des japonais pourrait nous donner une sorte de raccourci entre les DEF LEPPARD et DEATH, et si cette analogie reste assez incongrue, elle n’en garde pas moins un fond de sens, puisque les onze pistes proposées se veulent aussi puissantes que mélodiques, un peu comme si les scènes J-Metal et J-Death s’unissaient dans un même élan de créativité. LEOPARDEATH ne cherche donc pas l’originalité à tout prix, mais plutôt l’efficacité, et pour banaliser le propos, nous pourrions voir en Setsugetsufuuka un subtil mélange de SOILWORK, AT THE GATES, THEATRE OF TRAGEDY et le mouvement agressif national de l’est, ce que ces rythmiques omniprésentes et furieuses confirment de leur régularité. La méthode est d’usage, couplets sur fond de riffs velus mais millimétrés, et refrains qui explosent au son des arabesques d’une chanteuse aux aspirations lyriques, sans tomber dans le piège du Symphonico-Death qui aurait pu se montrer rébarbatif. Mais si sur quelques morceaux, l’approche se veut efficace, elle finit par lasser de sa prévisibilité, puisque parvenu à mi-album, on a déjà la sensation de connaître la fin, les titres s’enchaînant en respectant exactement le même cheminement et les mêmes principes de construction. Certes, c’est terriblement bien joué, très professionnel, mais il manque ce petit grain de folie que certains groupes nationaux parviennent à injecter à leur musique, et la désagréable sensation d’écouter une version personnelle de Slaughter of the Soul repris à leur compte par des musiciens japonais s’incruste dans les neurones, ce qui a le don de gâcher le plaisir et d’occulter les qualités intrinsèques du groupe. Pas encore au point de croire à une Tarja d’Osaka venue tester sa voix sur les côtes suédoises, mais pas loin, bien que le timbre de la poupée Purple sache rester raisonnable.

Ce qui compte le plus dans ce style, c’est la démesure et les excès en tout genre, et c’est justement ce qui fait défaut à Setsugetsufuuka, trop raisonnable dans le fond pour vraiment stimuler l’imagination. Les chansons sont bien foutues, certaines se laissent écouter avec plaisir, déclenchant même parfois un début de headbanging (spécialement lorsque l’ambiance se tamise pour devenir plus Heavy, sur l’efficace « Diva of Moon », pouvant même suggérer une union entre NIGHTWISH et IN FLAMES), mais malheureusement, l’uniformité nuit à l’efficacité, sauf lorsque le groupe sort enfin de ses gonds pour accélérer les débats et verser dans l’ultraviolence matinée d’innocence juvénile vocale à la limite de l’hystérie (« Koubou No Kanata », suffisamment emballé pour être apprécié, avec enfin un agacement vocal féminin qui nous éloigne des considérations d’opéra pour ados énamourés). Niveau riffs, nous restons à la surface de la création, avec toujours ces saccades obligatoires, cette précision à la demi-croche près, et la rythmique, propulsive mais désespérément traditionnelle ne fait qu’appuyer le côté générique de cette sortie, qui semble toutefois à mi-parcours comprendre que la brutalité ne fait pas tout, et que la modulation est aussi une composante essentielle. C’est à ce moment-là que nous avons droit à des choses moins prévisibles, comme cette jolie ballade « Oborozuki », qui allège un peu la pression et ose des mélodies moins faciles et une construction subtilement évanescente. La voix de Purple, alors moins engoncée dans les travers mélodiques habituels s’envole, comme la guitare qui nous sert un solo convaincant, alors que ses arpèges discrets permettent à la basse de se faire une jolie place.

Mais la fin de l’album semble faire fi de cet aparté délicat pour appuyer encore plus sur la véhémence, sortant la batterie de blasts pour paraître encore plus méchant (« Darkness and Respond », convenu mais persuasif, avec enfin un relâchement qui fait plaisir), avant de terminer sa course comme il l’avait commencée. La dualité de voix féminine/masculine fait le job, mais pas plus, les growls étant encore un peu timides, les riffs restant interchangeables, le bilan atteint la moyenne au regard de la qualité générale et du professionnalisme, mais la déception reste de taille, car on sent le groupe capable d’aller beaucoup plus loin et de transcender ces figures encore un peu trop imposées. Il est assez rare de dire à un groupe japonais qu’il n’en fait pas assez, mais Setsugetsufuuka est décidément trop raisonnable pour persuader, mais trop carré pour être rejeté.        

   

Titres de l’album :

                           1. 舞風

                           2. 花嵐

                           3. Beacon of Counterattack

                           4. 憧憬転生

                           5. 催涙雨

                           6. Diva of moon

                           7. 光芒の奏多

                           8. 朧月

                           9. 浅春の候

                           10. Darkness and Respond

                           11. 黙示録

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/01/2020 à 14:49
70 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)