Difficile de considérer les groupes extrêmes japonais avec des oreilles occidentales sans avoir les tympans interloqués. Et si les fans de J-Metal sont depuis longtemps habitués à ces sonorités mélangeant mélodies traditionnelles et rythmiques de l’ouest, les néophytes ont beaucoup plus de mal avec cette théâtralité nationale qui parfois, semble un peu surjouée, mais qui finalement, est profondément ancrée dans la tradition japonaise de lyrisme exacerbé. Ainsi, les LEOPARDEATH font partie de cette nouvelle scène Death japonaise, qui dans le fond se sert des principes séculaires du mouvement scandinave, y incluant des pistes vocales découlant librement de la mouvance J-Pop des années 80, lorsque le pays commençait à comprendre les rouages du star-system, quelques années avant d’ériger de jeunes femmes au rang d’idols, les couvrant de cadeaux et autres attentions particulières. Mais sans vouloir jouer les historiens musicaux de fortune, autant avouer que je suis rodé depuis longtemps à l’exercice de l’analyse exotique, et que ce premier véritable album des originaires de Sapporo ne m’a guère surpris de son contenu, assez fidèle aux préceptes appliqués au pays du soleil levant. Fondé en 2008, ce collectif bigarré aux couleurs chamarrées est assez représentatif de l’école japonaise de la violence. Monté par deux camarades de classe (Masahiro - guitare et Masayoshi - guitare/chant), le combo a d’abord taillé ses canines sur scène, avant de devoir jeter l’éponge pour cause de désaffection de ses membres. Ce n’est qu’en 2015 qu’il reprit ses activités, avec l’adjonction au chant de la jolie Purple, puis d’Arata à la basse quelques temps plus tard. Un premier EP vit donc le jour pour célébrer cette remise sur les rails, Re :Boot en 2015, qui sonna le signal du (re)départ, avant que le groupe, tradition oblige, ne cède à la mode locale de la vidéo live pour présenter son look et sa nouvelle formation. Et c’est donc quatre ans plus tard que le quintet (avec Hayato à la batterie) entérine enfin son retour avec un premier longue-durée, ce Setsugetsufuuka dont je serais bien incapable de vous traduire le titre.

Comme pour bon nombre de groupes japonais, le look compte donc autant que la musique, mais cette musique, loin d’être désagréable, reste assez formelle dans le fond, avec toujours en exergue ce mélange de Death moderne et éminemment rythmique, et ces envolées vocales féminines assez Alt Rock, ce qui aboutit à un cocktail assez séduisant, quoique fort peu novateur. L’équation pourrait être simple d’un point de vue réducteur, et l’analyse du patronyme des japonais pourrait nous donner une sorte de raccourci entre les DEF LEPPARD et DEATH, et si cette analogie reste assez incongrue, elle n’en garde pas moins un fond de sens, puisque les onze pistes proposées se veulent aussi puissantes que mélodiques, un peu comme si les scènes J-Metal et J-Death s’unissaient dans un même élan de créativité. LEOPARDEATH ne cherche donc pas l’originalité à tout prix, mais plutôt l’efficacité, et pour banaliser le propos, nous pourrions voir en Setsugetsufuuka un subtil mélange de SOILWORK, AT THE GATES, THEATRE OF TRAGEDY et le mouvement agressif national de l’est, ce que ces rythmiques omniprésentes et furieuses confirment de leur régularité. La méthode est d’usage, couplets sur fond de riffs velus mais millimétrés, et refrains qui explosent au son des arabesques d’une chanteuse aux aspirations lyriques, sans tomber dans le piège du Symphonico-Death qui aurait pu se montrer rébarbatif. Mais si sur quelques morceaux, l’approche se veut efficace, elle finit par lasser de sa prévisibilité, puisque parvenu à mi-album, on a déjà la sensation de connaître la fin, les titres s’enchaînant en respectant exactement le même cheminement et les mêmes principes de construction. Certes, c’est terriblement bien joué, très professionnel, mais il manque ce petit grain de folie que certains groupes nationaux parviennent à injecter à leur musique, et la désagréable sensation d’écouter une version personnelle de Slaughter of the Soul repris à leur compte par des musiciens japonais s’incruste dans les neurones, ce qui a le don de gâcher le plaisir et d’occulter les qualités intrinsèques du groupe. Pas encore au point de croire à une Tarja d’Osaka venue tester sa voix sur les côtes suédoises, mais pas loin, bien que le timbre de la poupée Purple sache rester raisonnable.

Ce qui compte le plus dans ce style, c’est la démesure et les excès en tout genre, et c’est justement ce qui fait défaut à Setsugetsufuuka, trop raisonnable dans le fond pour vraiment stimuler l’imagination. Les chansons sont bien foutues, certaines se laissent écouter avec plaisir, déclenchant même parfois un début de headbanging (spécialement lorsque l’ambiance se tamise pour devenir plus Heavy, sur l’efficace « Diva of Moon », pouvant même suggérer une union entre NIGHTWISH et IN FLAMES), mais malheureusement, l’uniformité nuit à l’efficacité, sauf lorsque le groupe sort enfin de ses gonds pour accélérer les débats et verser dans l’ultraviolence matinée d’innocence juvénile vocale à la limite de l’hystérie (« Koubou No Kanata », suffisamment emballé pour être apprécié, avec enfin un agacement vocal féminin qui nous éloigne des considérations d’opéra pour ados énamourés). Niveau riffs, nous restons à la surface de la création, avec toujours ces saccades obligatoires, cette précision à la demi-croche près, et la rythmique, propulsive mais désespérément traditionnelle ne fait qu’appuyer le côté générique de cette sortie, qui semble toutefois à mi-parcours comprendre que la brutalité ne fait pas tout, et que la modulation est aussi une composante essentielle. C’est à ce moment-là que nous avons droit à des choses moins prévisibles, comme cette jolie ballade « Oborozuki », qui allège un peu la pression et ose des mélodies moins faciles et une construction subtilement évanescente. La voix de Purple, alors moins engoncée dans les travers mélodiques habituels s’envole, comme la guitare qui nous sert un solo convaincant, alors que ses arpèges discrets permettent à la basse de se faire une jolie place.

Mais la fin de l’album semble faire fi de cet aparté délicat pour appuyer encore plus sur la véhémence, sortant la batterie de blasts pour paraître encore plus méchant (« Darkness and Respond », convenu mais persuasif, avec enfin un relâchement qui fait plaisir), avant de terminer sa course comme il l’avait commencée. La dualité de voix féminine/masculine fait le job, mais pas plus, les growls étant encore un peu timides, les riffs restant interchangeables, le bilan atteint la moyenne au regard de la qualité générale et du professionnalisme, mais la déception reste de taille, car on sent le groupe capable d’aller beaucoup plus loin et de transcender ces figures encore un peu trop imposées. Il est assez rare de dire à un groupe japonais qu’il n’en fait pas assez, mais Setsugetsufuuka est décidément trop raisonnable pour persuader, mais trop carré pour être rejeté.        

   

Titres de l’album :

                           1. 舞風

                           2. 花嵐

                           3. Beacon of Counterattack

                           4. 憧憬転生

                           5. 催涙雨

                           6. Diva of moon

                           7. 光芒の奏多

                           8. 朧月

                           9. 浅春の候

                           10. Darkness and Respond

                           11. 黙示録

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/01/2020 à 14:49
70 %    29

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.