Merci de bien lire LO ! et non LOL. Ici, il n’y a rien de cocasse, ni de drôle, et encore moins un quelconque rapport avec des locutions/acronymes/onomatopées pour jeunesse dépravée incapable de réfléchir par elle-même. Juste du son, énorme, des chansons, énormes, une attitude, énorme et un Crossover monstrueux. Et à l’écoute de ce Vestigial, on se demande encore pourquoi et comment ces australiens ne sont pas devenu la référence qu’ils se doivent d’être. Peut-être parce que LO !, c’est justement le chien dans le proverbial jeu de quilles, celui qui renverse tout sur un strike de fou, ou qui balance nonchalamment la boule dans la gouttière par inattention. On le sait, du moins ceux qui les connaissent bien, la stabilité et la cohésion totale n’ont jamais été leur fort. Et ce, par leur choix de juxtaposer des styles antagonistes au sein d’un même creuset d’inspiration, mélangeant allègrement les passages Post vraiment mélancoliques et les attaques bourrues qui vous laissent pantois, la gueule en vrac, et le nez bien aplati. Jusque-là, leur albums étaient bons, très bons mêmes, mais on les sentait capable d’accoucher d’un magnum opus sans vraiment avoir à forcer leur talent, juste en dosant un peu mieux les ingrédients. Et comme le troisième album est toujours cette foutue étape difficile à négocier (un peu comme les sept ans de mariage, quoique ces quatre-là soient ensemble depuis plus de dix ans), on commençait à se demander s’ils allaient sombrer, juste surnager, ou enfin attraper la bouée pour s’accrocher à un destin beaucoup plus favorable.

Et après écoute attentive des quarante-deux minutes de Vestigial, nous pouvons enfin l’affirmer haut et fort, les LO ! sont en passe de devenir le monstre qu’ils auraient toujours dû être. Grâce à ? Des compositions solides, et un style qui s’affirme, trouvant enfin l’équilibre nécessaire à sa suspension dans les arcanes d’un underground qui a du mal à supporter l’approximation.

Non que leurs deux albums précédents furent des échecs, puisqu’ils explosaient d’un succès d’estime tout à fait mérité. Mais lorsqu’on est persuadé d’avoir affaire à un groupe majeur susceptible de rejoindre ses propres influences au panthéon de la légende, on se sent un peu frustré de devoir recenser de petites fautes de frappe, qui à un certain degré de professionnalisme n’ont plus lieu d’être. Et avec cette nouvelle livraison, on note une syntaxe musicale parfaitement gérée, une grammaire Core subtilement corrigée, et un langage Post Hardcore/Sludge parfaitement manipulé. En gros, un sans-faute qui va faire voir des étoiles et trente-six chandelles à tous ceux qui pensaient que CULT LEADER, NAILS, GAZA, PRIMITIVE MAN ou NEUROSIS étaient un peu seuls sur leur île de désespoir et de rage. Le bruit, la fureur évidemment, mais aussi la sensibilité, l’avenir vu à travers le prisme d’un Post Metal diaboliquement intelligent et pertinent, et surtout, des chansons, des putain de chansons. Un voyage initiatique dans le monde merveilleux de la puissance énervée et de la décence réservée. On trouve toujours sur ce Vestigial ce qui a fait l’unicité de Carl Whitbread, Adrian Shapiro, Adrian Griffin et

Sam Dillon, cette ambivalence d’opinion qui fait évoluer en parallèle et en continuité des atmosphères délicates et des passages en rage qui éclate, mais cette fois-ci, aucune faute de goût à déplorer, comme si le groupe avait bien compris ce qu’on attendait de lui.

Le résultat ? L’album de l’année, dans un créneau difficile à situer de Post à peu près n’importe quoi, de Hardcore métallique hargneux, de Sludge boueux et de Crust teigneux, pour une outrance qui ne cède jamais la haine à la lucidité, et qui nous agresse, dans le bon sens.

Mais qui aime encore être bousculé de nos jours ?

Les vrais, qui ne se contentent jamais du minimum imposé.

Beaucoup l’ont noté, le jeu d’Adrian Griffin a énormément progressé. L’homme connaît maintenant son kit par cœur, et le manie avec bonheur, éclatant ses toms, malmenant sa caisse claire, et caressant en fracassant ses cymbales pour un festival rythmique permettant toutes les audaces de riffs et de cassures. Rarement percussionniste n’aura autant guidé la musique, contredisant de fait ce cher Ian Paice, pourtant pas le dernier à donner de bons conseils, qui affirmait il y a trente ans qu’un batteur ne construit pas la musique. Vestigial prouve le contraire, même si l’on sait que les compositions ne sont pas parties d’un plan rythmique, mais bien d’un riff, ou d’une idée de lyrics. Néanmoins, et malgré un niveau global montant, c’est vraiment Adrian qu’on remarque avant tout, aussi à l’aise dans les blasts, la furie Crust, que dans les silences Post et l’introspection harmonique, qui viennent tempérer la violence générale sans pourtant la calmer. Ici, on ne calme pas la violence, on la laisse expirer de bronches encombrées, qui toussent leur véhémence sans aucune manière. Alors les références…toujours les mêmes.

Les segments les plus contemplatifs rappellent le meilleur de CULT OF LUNA (le moins complaisant et le plus efficient), les bourrasques Crust et Core l’absence de tempérance des NAILS ou CULT LEADER, les coulées de boue émotionnelles le NEUROSIS le plus en phase avec son moi suprême, et le tout assemblé, loin d’être une sale créature non viable faite de membres décharnés, prend des airs d’exhortation suprême, qui vous indique la seule voie à suivre.

Le ressentiment qu’on laisse ressurgir à n’importe quel moment, pour enfin, guérir. Ou presque.

Ce troisième album ne fait pourtant que reprendre les débats là où The Tongueless les avait laissés, en seulement quelques titres qui trouvent enfin une extension pleine et captivante. On retrouve cette lourdeur oppressante, condensée en quelques pas lents qui avancent péniblement accompagnés de stridences et de brisures de rythme (« The Worms Lament »), cette dégénérescence Crust/Grind, capable de ridiculiser ENTOMBED et NAILS en une poignée de secondes (« As Fools Rippen »), cette approche maladive à la ACID BATH d’un Metal à tendance Hardcore compact et aussi poisseux qu’un marais encombré de cadavres flottant (« Glutton »), et évidemment, ces intermèdes planants, largement au-dessus d’un ciel soudainement trop gris pour en supporter la vision (« Bombardier »).

Et quoi d’autre ?

Tellement de choses…le Post Hardcore déchiré d’une méchanceté Sludgecore/Death pour mieux crucifier la douceur sur l’autel de la bestialité (« A Tiger Moths Shadow », presque mécanique dans sa progression), des thérapies tribales hurlées d’une voix si caverneuse que Platon en perdrait ses allégories (« Judas Steer »), et finalement, la quintessence, une certaine quintessence…

Oui, je le dis, et je n’ai pas honte. J’ai toujours eu confiance en LO ! et le présent me prouve à quel point j’ai eu raison. Car Vestigial est plus qu’un album. Plus qu’un troisième album. C’est un manifeste de violence, de crudité, d’intelligence, qui renvoie tout le monde dans les cordes de l’exigence. Et il va en falloir pour le surpasser. Il faudrait presque que toutes les influences citées dans ces lignes travaillent en commun pour y arriver. C’est vous dire le niveau d’un disque qui a enfin compris que la perfection se trouvait souvent dans la liberté de ton.


Titres de l'album:

  1. Hall of Extinct Mammals
  2. As Fools Rippen
  3. Glutton
  4. Locust Christ
  5. Butcher Birds
  6. Bombardier
  7. A Tiger Moths Shadow
  8. Judas Steer
  9. Bestial Beginnings
  10. The Worms Lament
  11. Gods Of Ruin

Site officiel


par mortne2001 le 25/10/2017 à 14:53
95 %    298

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
26/10/2017 à 14:57:59
Ben perso, je trouve que le groupe se normalise en occultant la part Sludge de leur musique, c'est un excellent album mais j'ai préféré leur deuxième album ! Ceci dit pour les amateurs de Post Hardcore, LO! fait partie des locomotives sur lesquelles il faut se pencher !

Ajouter un commentaire


Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Hate Force

Hate Force

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !


Excellent morceau en effet ! Je ne connais pas bien ce groupe du tout, va falloir y remédier. Et en effet Ledney, ça a l'air d'être un personnage !