Iron Will of Power

Urn

20/09/2019

Season Of Mist Underground Activists

Le Blackened Thrash, c’est un peu comme le Punk à l’époque, ou le Crust un peu plus tard. Dans les fondements, c’est une musique simple à jouer dans sa forme la plus primaire, mais qui demande beaucoup d’intelligence pour peu qu’on souhaite la rendre intéressante. N’importe quel groupe peut sortir un album de Thrash à relents Black avec quelques notions des deux genres, mais parvenir à les unir pour vraiment faire partie de la famille n’est pas chose facile. L’underground regorge de ces formations insipides nous inondant de splits, de démos, de EP, le plus souvent cautionnés en tape par d’obscurs labels préférant la quantité à la qualité, mais le fan lui sait faire la différence entre une bouse habillée comme un LP, et un véritable LP qui sent la bouse. Parce que quelque part, un bon album du cru doit empester les tripes, celles qui servent à proposer des plans moins faisandés que la moyenne. Et des tripes, les finlandais d’URN en ont, depuis le début de leur carrière, et il semblerait qu’ils aient appris à les contracter pour leur donner encore plus de puissance. En effet, ce cinquième album de la horde de Tampere est certainement le travail le plus achevé de leur carrière, depuis l’introductif 666 Megatons, au titre qui en disait long sur la naïveté des intentions. Et si The Burning, publié en 2017 est toujours dans les mémoires, il va falloir le mettre de côté pour apprécier cet Iron Will of Power, qui sous couvert d’un titre en lieu commun, nous dévoile le visage moins grimaçant d’un groupe qui tend vers la professionnalisation et la perfection dans la débauche.

Pourtant, pas grand-chose n’a changé. Les vestes à patches sont toujours à, flanquées de cartouchières, les mines sont toujours patibulaires,  et les sobriquets d’actualité. Ainsi, Sulphur (basse/chant), Axeleratörr (guitare) et Gravementor (batterie) n’ont pas troqué leur bestialité pour une légitimité de surface, et assument toujours leurs tendances depuis maintenant plus de vingt-cinq ans, en faisant l’un des plus anciens représentants du genre. Ce qu’on reprochait au groupe jusqu’à présent, c’était cette complaisance apparente qui les faisait se satisfaire de thématiques un peu faciles. La facilité a désormais été rangée dans le placard du passé, tout comme les mélodies un peu Folk du précédent album. Aujourd’hui, le trio se présente sous un jour imperfectible, un mastodonte du ring qui utilise toutes les armes et clés à sa portée pour proposer une musique vraiment efficace et entêtante, et plus simplement bestiale et débauchée. Les harmonies, moins Viking du pauvre mais toujours liées à l’héritage de BATHORY, le chant rauque mais contrôlé, et surtout, les motifs qui s’incrustent dans les neurones et les affaiblissent (« Spears of Light », de loin le meilleur morceau jamais composé par le trio) rendent ce cinquième album terriblement compétitif, et surtout, bien plus intéressant que la moyenne de la production actuelle. Les influences/corrélations avec DESTROYER 666 ou AURA NOIR sont toujours plus ou moins pertinentes, mais l’attitude Punk, sans disparaître, s’est atténuée pour offrir un peu plus que deux ou trois cris gutturaux sur fond d’instrumental bâclé. D’ailleurs, même les soli ont été travaillés pour atteindre un niveau plus qu’honorable, ce qui en dit long sur le désir de légitimité du combo.

Différence notable avec les pollueurs bruitistes, la durée et la progression des morceaux offerts. On sent que malgré les gimmicks et le look un peu téléphonés, les URN ne se voient pas comme de simples amuseurs de galerie encombrés de trophées en mousse, mais bien comme des musiciens aux aspirations pleines. Et en effet, les compositions sont riches, évolutives, évidemment brutales, mais pas gratuitement. Ce nouveau traitement des mélodies permet d’atteindre un niveau assez conséquent, ce que démontre avec véhémence « Downfall of Idols » en entame de LP. Des blasts certes toujours présents, mais une volonté de développer des riffs plus épais, plus concentriques, et assez proches des racines du BM des années 90. Soulignons d’ailleurs le travail remarquable d’Axeleratörr qui s’est vraiment creusé la tête pour sortir de sa guitare autre chose que de simples figures imposées, et qui multiplie les arrangements d’arrière-plan, tout en imposant une grandeur lorsque les graves s’incrustent. Loin d’un décalque de SODOM arrangé à la sauce old-school, Iron Will of Power est aussi puissant qu’il n’est intelligent, et s’il subsiste encore des traces d’ancienneté et d’immédiateté, on comprend que les titres les plus impulsifs ne sont plus de simples prétextes cathartiques à un déferlement de trivialité (« Malignant Strange Vision »). Osant même jouer la carte de l’accroche gluante, les finlandais ont peaufiné leur optique, et profitent d’une créativité renouvelée pour taquiner le Heavy Metal le plus classique, dénaturé d’un vice Thrash assumé (« Funeral Oath »). De véritables intros, des démonstrations de grandiloquence (« Prayers »), et surtout beaucoup de pertinence dans les ambiances (« Demonlord »), pour un LP qui servira à n’en point manquer de référence à l’avenir.

On se laisse donc entraîner sur la piste d’un hommage à la scène Thrash allemande des années 90, qui s’autorise des incartades arythmiques alléchantes (« Hunted »), mais qui n’a pas oublié qu’une bonne chanson c’est d’abord une bonne idée, un scénario vraiment écrit, et non pas une simple improvisation sur des thèmes trop classiques. Les mélodies, omniprésentes, n’enterrent pas la violence sous une chape de niaiserie harmonique, mais au contraire l’amplifient, aboutissant à une sorte de Blackened Thrash lyrique, mais pas lénifiant pour autant. « Will to Triumph » en épilogue, nous replonge dans la conquête du Walhalla par Quorthon, multiplie les cassures, bombe le torse d’une rythmique épaisse, et accumule les bonnes idées (quelques tierces, des chœurs noyés dans le mix, un crescendo emphatique qui s’écrase sur un déchaînement de brutalité), pour permettre à ce cinquième tome de se hisser au rang des meilleures réalisations du trio, si ce n’est la meilleure. La simplicité n’empêche pas l’ambition, les ambitions n’empêchent pas la pertinence, et l’un dans l’autre, après vingt-cinq ans passés au service d’une cause, les URN ont fini par servir la leur. De faire oublier que le Blackened Thrash reste la plupart du temps un simple crachat à la face du bon goût, et peut se prévaloir de qualités artistiques nobles, mais pas élitistes pour autant.             

 

Titres de l’album :

                       1. Downfall of Idols

                       2. Malignant Strange Vision

                       3. Funeral Oath

                       4. Prayers

                       5. Gates to Hyboria

                       6. Demonlord

                       7. Spears of Light

                       8. Hunted

                       9. Will to Triumph

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/12/2019 à 17:36
82 %    355

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
28/12/2019, 13:08:10
Excellent album ! Parfait dans le style !
Merci pour la chro.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57