Tchornobog

Tchornobog

28/07/2017

I, Voidhanger Records

Je vous le disais, je vous le répète, et je vous l’assène, oui, le Black est sans doute la forme la plus riche et aboutie du spectre de l’extrême. Pour peu que ses pratiquants tolèrent le métissage si honni aux origines du style, celui-ci peut alors proposer des extensions de plus en plus intéressantes. L’argument mérite d’être rappelé de façon générique, mais se veut plus pertinent lorsqu’il est spécifique, ce qui est évidemment le cas aujourd’hui. Pour l’illustrer, j’aborderai donc un cas concret, et assez fascinant dans les faits. Le cas TCHORNOBOG est relativement fascinant, comme la plupart des sorties proposées par le label I, Voidhanger, puisqu’il se veut point de convergence entre trois sous-genres différents, complémentaires, mais souvent opposés et traités avec discernement et en vase clos.

Si le Death et le Black s’accordent très bien de leurs convergences, et si le Death et le Doom ont souvent fricoté ensemble au point de mettre au monde une quantité effarante d’enfants illégitimes, le BM, le Death et le Funeral Doom ont rarement partagé la scène à parts égales, ce qui rend ce premier album fondamentalement passionnant, bien que très difficile d’approche.

Il aura nécessité une gestation assez longue, puisque ses origines remontent à la fondation du concept il y a huit ans, et aura été enregistré en 2015, pour une sortie en été 2017, ce qui indique que le compositeur principal (et unique d’ailleurs) aura soigné les moindres détails de son grand-œuvre.

Unique compositeur, et musicien presque solitaire aussi. Car derrière le paravent nominal de TCHORNOBOG se cache en fait l’ukrainien Markov Sokola, qui avec Tchornobog nous propose un nouveau voyage aux confins de son imagination. Déjà responsable des projets AUREOLE et SLOW, Markov s’est une fois de plus laissé embringuer dans les dédales de sa psyché, pour nous offrir une aventure unique, se découpant en quatre longs segments, dont la durée pourra rebuter les plus modérés d’entre vous.

Avec un chapitre de douze minutes comme entrée la plus brève, ce premier album ne ménage pas vraiment nos nerfs, et les met d’ailleurs à rude épreuve dès son entame qui se permet une digression de plus de vingt minutes. Dès lors, deux options s’offrent à votre sens de la déduction. Soit une très longue et inamovible litanie va déchirer vos entrailles sans vous offrir la moindre variation, soit la multiplication des idées justifie ces extensions exagérées. Une petite indication avant de vous laisser plonger dans les eaux perturbées de l’inspiration de Markov, la réponse se situe plus ou moins à équidistance de ces deux destinations.

Loin d’être un monolithe pénible et écrasant, Tchornobog propose suffisamment d’idées, de riffs, et de changements de rythme pour maintenir votre attention, même si certains thèmes sont étirés pour ne pas avoir à se renouveler trop souvent. Et de fait, TCHORNOBOG navigue donc entre un BM sourd, diffus et relativement violent, un Death sombre et rauque, et un Doom tirant sur le Funeral, sans trop appuyer sur l’emphase et la redite pachydermique. En somme, le meilleur des trois mondes pour un univers très décalé, mais surtout ténébreux, oppressant, faisant la part noire aux incantations sentencieuses et aux intonations graves en écho.

« Le but de ce projet est de concevoir le corps comme une créature empathique, pour pouvoir comprendre à la fois le moi profond, mais aussi trouver un sens au monde qui nous entoure. Le Tchornobog est une entité, monumentale de mon désir personnel de combattre mes démons intérieurs qui prennent forme à travers elle. Je pense que tout le monde lutte contre son propre Tchornobog à sa façon. Voici donc la mienne ».

C’est donc ainsi que l’auteur/compositeur/interprète exorcise ses démons en musique, et qu’il traite de sujets qui le touchent, comme la religion, les déséquilibres mentaux, mais aussi les hallucinations auditives. Enregistré, mixé et masterisé au studio Emissary de Reykjavik en Islande par Stephen Lockhart, avec la participation rythmique de Magnús Skúlason derrière le kit (SVARTIDAUÐI), TCHORNOBOG est un gigantesque puzzle sonore qui pourrait tout aussi bien incarner la vie dans sa complétude la plus totale, comme le cauchemar d’un homme confronté à sa propre nature.

Une métonymie/allégorie en quelque sorte, qui s’articule musicalement autour d’une poignée d’inspirations fluctuantes, qui permettent à Sokola de rebondir sur des humeurs opposées/associées sans sauter du coq à l’âne. On retrouve donc de superbes parties instrumentales hypnotiques, à la limite du Post Metal et du Post Black (« Non-Existence's Warmth », qui juxtapose en toute schizophrénie des mélodies d’arpèges pures à des grognements d’arrière-plan assez effrayants), mais surtout, une exploration de la violence assez exhaustive, qui utilise tous les moyens mis à sa disposition par le Death, le BM et le Doom pour parvenir à ses fins.

Et une fois n’est pas coutume, le long morceau d’entame « The Vomiting Tchornobog » est loin de synthétiser toute l’affaire du haut de son tiers d’heure, puisque chaque entrée à sa propre raison d’être, et diffère de la précédente, tant au niveau du fond que de la forme.

Si « Hallucinatory Black Breath Of Possession » ose une crudité s’incarnant dans un nœud de blasts qui vous enserre la gorge, et qu’il ne respecte que peu de temps morts en se repliant sur la position fœtale d’un Black Metal froid et caverneux, « Here, At The Disposition Of Time » joue au contraire en clôture la carte de la pluralité Death/Doom/Black en incendie terminal.

On pourrait même parler de crossover d’avant-garde tant les genres sont abordés avec une patte très personnelle, tant dans la production que l’interprétation. On trouve des traces diffuses d’INCANTATION, d’EMPEROR, de NEUROSIS, d’ISIS, ou de DEATHSPELL OMEGA, mais surtout beaucoup de choses plus personnelles, comme le démontre sans attendre « The Vomiting Tchornobog ».

Il est donc facile de comprendre dès le départ que l’entreprise se voulait à la base novatrice, sans pour autant savoir où souhaite nous emmener l’artiste qui cache bien son jeu. Mais il reste crédible dans tous les secteurs, de l’instrumental à la composition, et ose lâcher quelques pavés dans la mare pour faire avancer les choses. De fait, son album est une pure réussite, qui ne montre aucune faiblesse ni ne tolère de baisse de régime. Entre deux accélérations progressives, un ralentissement suffocant, et des déviances harmoniques malsaines, Tchornobog dépeint un monde intérieur qui pourrait être votre, pour peu que vous combattiez aussi votre propre monstre. Mais n’est-ce pas ce que nous faisons tous ?

Alors non, cet album n’est pas uniquement Black. Loin de là. Je préfère le concevoir comme un disque de Metal très extrême, qui refuse les barrières et clivages, et qui puise à l’essence du mal son énergie du désespoir. Et plus qu’un simple LP, c’est un combat. Une lutte contre le statisme, et contre l’inéluctabilité de la nature humaine.

Et plus simplement, une réussite artistique aussi tétanisante que libératrice.


Titres de l'album:

  1. The Vomiting Tchornobog (Slithering Gods Of Cognitive Dissonance)
  2. Hallucinatory Black Breath Of Possession (Mountain-Eye Amalgamation)
  3. Non-Existence's Warmth (Infinite Natality Psychosis)
  4. Here, At The Disposition Of Time (Inverting A Solar Giant)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/07/2017 à 18:01
88 %    726

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34