What Will Be Lost

Throwing Bricks

15/05/2020

Tartarus Records

Formé en 2011, le collectif hollandais de THROWING BRICKS explique sa diversité en des mots choisis :

« Nous avons vieilli, nous avons commencé à nous intéresser à des genres différents, et à jouer des chansons plus lentes avec beaucoup plus de punch. Nous n’avions pas l’intention de faire évoluer notre son de cette façon, mais il a changé en adéquation avec nos goûts musicaux qui s’élargissaient »

Il s’est écoulé du temps entre la formation du groupe et la sortie de ce premier LP sur le label national Tartarus Records. Neuf années consacrées au modelage d’une approche, à la sculpture d’une philosophie qui trouve aujourd’hui son apogée dans ces huit titres versatiles, mais qui partagent un point commun : leur noirceur. Pourtant, la maison de disques nous avertit, tout n’est pas question ici de violence et de fureur, mais aussi de ressenti et d’émotion. Et aussi brutale et sans concessions soit la musique présentée sur What Will Be Lost, on ne peut le nier : le tout est terriblement humain dans sa déconstruction. Avec un tel nom et un intitulé d’album aussi clair, il était évident que nous espérions quelque chose de viscéralement violent, de désespérément nihiliste. C’est évidemment le cas, mais il reste des traces d’humanité en filigrane, un peu comme si la douleur s’était cristallisée sur un espoir infime, presque grotesque dans son optimisme déplacé. Ainsi, le quintet d’Utrecht se présente comme une convergence des voies, un croisement des chemins. Aussi BM qu’il n’est Hardcore, aussi Sludge qu’il n’est Post, THROWING BRICKS est symptomatique de cette approche moderne de la musique qui consiste à faire tomber les barrières pour ne pas se retrouver bloqué derrière elles. Ainsi, Jesse Stey (guitare), Jordi van Putten (basse), Bart van der Blom (batterie), Marius Prins (guitare/chœurs) et Niels Koster (chant), évoluent au gré de leur inspiration pour proposer des morceaux simples d’aspect, mais complexes dans leur fond de pensée. En écoutant leur chaos agencé, on pense aux PRIMITIVE MAN, à NAILS, à OATHBREAKER, CULT OF LUNA ou NEUROSIS, ISIS et les MELVINS, mais aussi à la scène BM underground américaine, qui repousse sans cesse les limites du supportable. Et ainsi, en fin de compte, le bilan est lourd, mais ardu à définir avec acuité. Tout ce qu’on sait, c’est que cette musique est cathartique, douloureuse, mais effective dans les faits, car indiscernable et indéfinissable. Et dans la normalité ambiante, cette excentricité fait du bien.

Je ne cacherai pas que ce premier album est assourdissant et terriblement bruyant. Il est aussi oppressant, fuyant, brumeux, et parfaitement assorti à cette actualité désespérante qui envahit les écrans. On pourrait d’ailleurs penser le collectif américain dans le fond, ou allemand dans le traitement, mais l’origine hollandaise renvoie aux exactions des pionniers, les PESTILENCE, DEAD HEAD, GOD DETHRONED, TEXTURES, et quelques autres qui ont incarné l’arrière-garde nationale à une époque où tous les regards étaient tournés ailleurs. Concrètement, qu’attendre d’un album qui a pris tant de temps à s’imposer, et qui se présente aujourd’hui sous un jour de maturité incroyable pour une première œuvre ? Beaucoup de diversité, mais pas de disparités, de l’unité, des variations, des mélodies insérées dans un contexte de chaos absolu, des pauses Post qui sont tout sauf ornementales, et des riffs énormes, des coups de boutoir briseur de reins, des digressions qui nous emmène vers un ailleurs pas forcément meilleur, mais différent. Un parangon de lourdeur qui nous cueille à froid sur le glacial « What Will Be Lost, Won’t Happen Again », symptomatique de l’école Post-Hardcore US, avec toujours en exergue cette voix inhumaine qui semble jaillir des tréfonds de cauchemars historiques.  Impeccablement mixé, comme un bloc indissociable, What Will Be Lost évoque la perte, celle des repères, mais aussi celle des fixations sur un style unique, ici foulé du pied par une envie de concrétiser des désirs personnels multiples. Beaucoup de lancinances, des répétitions, et un Hardcore traité comme un BM de fond, dur et âpre, sourd et agressif, mais finalement toujours légèrement harmonique pour ne pas sombrer dans les travers du bruit à peine déguisé.

En deux morceaux seulement, les hollandais définissent leur large champ d’action, nous assomment d’une pesanteur extrême, l’air si rare qu’on en suffoque, et le pas processionnel qui permet de contempler le paysage désolé. « The Day He Die », aussi Sludge que Doom, nous marche sur les pieds et les illusions de ce son énorme, ne lâche jamais prise, mais termine sa longue évolution par un final digne de SHINING reprenant les COL, avec ces cris suraigus qui percent l’armure de l’âme. Mais THROWING BRICKS est tout sauf une simplicité de surface et une facilité d’analyse toute faite. Avec des intermèdes comme « Galling », le groupe ménage sa monture et propose un détournement Ambient et Post d’une grâce infinie, pause salvatrice dans un univers sclérosé. N’hésitant jamais à utiliser le feedback à des fins assourdissantes, ne tergiversant jamais au moment d’enterrer le chant dans le mix pour le rendre encore plus effrayant, le quintet insère le radicalisme d’un Sludge extrême dans un contexte Hardcore, sans évoquer la vague NOLA et ses facilités nostalgiques et bluesy. Ici, le bruit est bien blanc, parfois méchamment effrayant de pureté (« Ceremony », sorte de TERRA TENEBROSA encore plus lugubre), la démarche rappelle les labels de l’underground mondial (Consouling Sound, I, Voidhanger, Transcending Obscurity), et l’ensemble se pose en jonction de tout ce que le brutal international peut proposer de plus malsain et lucide à la fois.

On ne ressort pas forcément de cette écoute grandi ou rassuré, tant des titres glaçants comme « Patterns Rise » nous donnent la chair de poule et l’envie de nous terrer dans un espace safe et cloîtré. Volontiers lent par essence, clairement oppressant, What Will Be Lost sème la désolation, mais nous rend nos douleurs en cachant les pilules qu’on gobe comme des bonbons. Une prise en compte de l’échec permanent de l’humanité de dégager des voies d’espoir (« Constant Failure », constat rapide et bestial de notre incapacité à nous extirper de notre léthargie), mais surtout, et plus prosaïquement, un premier album qui refuse toute facilité d’une voie trop bien tracée. C’est assez difficile à encaisser, mais le constat est sans appel : THROWING BRICKS est le fruit d’une époque troublée, qui cherche de tous les côtés de quoi expliquer le malaise sans offrir de solution.

        

Titres de l’album :

                       01. What Will Be Lost, Won’t Happen Again

                       02. The Day He Die

                       03. Constant Failure

                       04. Ceremony

                       05. Patterns Rise

                       06. Glass Queen

                       07. Galling

                       08. Ready To Fall

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/11/2020 à 17:48
85 %    77

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16