Haunt of the Rawhead

Injector

18/12/2020

Art Gates Records

Troisième album pour les espagnols d’INJECTOR, LE groupe qui monte aux pochettes toujours impeccables. Et deux ans après le massif Stone Prevails qui nous assommait de son heure de jeu, les originaires de Carthagène s’en reviennent avec une attaque encore plus puissante, car plus concise. Conscients que douze morceaux pour soixante minutes de musique était peut-être une combinaison un peu roborative, le quatuor a donc condensé son propos, et l’a synthétisé pour atteindre les trois-quarts d’heure mythiques, cette norme que les eighties ont imposée. Et la coïncidence est décidément trop belle, puisque Haunt of the Rawhead est sans doute ce que le groupe a pondu de plus caractéristique de l’âge d’or du Thrash, sans renoncer à ses prétentions artistiques et techniques. Et ce qui permet aux ibères de se différencier de la concurrence est justement cette association entre puissance brute et délicatesse instrumentale, jonglant entre les approches pour soigner des compositions qui ne perdent rien en impact. Loin donc de la redite pénible des adorateurs du veau d’or BIG4, les membres d’INJECTOR associent une foi Heavy Metal indéfectible à une fascination  pour l’agression américaine de la période 86/89, ce qui nous donne un résultat approchant la perfection, et au moins assez solide pour renvoyer les potes dans les cordes de la norme agaçante.

D’ailleurs, le groupe ne tarde pas à affermir ses positions, en lâchant en entame le diabolique « March to Kill », que l’OVERKILL le plus en forme aurait adoré interpréter. Et c’est avec un gigantesque pavé de cinq minutes sur la tronche que nous sommes accueillis dans les couloirs de ce troisième album, un album qui dès ses premières secondes parvient à unir la passion Rock n’Roll de MOTORHEAD et la jonction groove de PANTERA. A la limite d’un Heavy Thrash jouant avec les frontières, ce premier morceau est de ceux qui vous prennent à la gorge immédiatement, nous faisant penser à une version turbocompressée de METAL CHURCH, ou à un HEATHEN des derniers temps, en version beaucoup plus inspirée.

Enregistré, mixé et masterisé aux studios SUP, Haunt of the Rawhead est donc un gigantesque jeu de cache-cache dans une forêt quelconque, sorte de Predator musical qui nous laisse nous faire traquer par une bestiole Thrash aux muscles bandés et à la silhouette inquiétante, et une fois encore, les quatre soldats métalliques (Dani MVN - guitare/chant, Danny B - guitare, Mafy - basse/chant et Anibal - batterie) ont suivi leur entraînement à la lettre pour nous offrir la couverture dont nous avions besoin. Et alors que la production sature de plus en plus d’être polluée par des sous-produits confondant respect et plagiat pur et simple, INJECTOR propose sa propre version de la nostalgie, en l’agrémentant d’une approche plus contemporaine que ses adversaires. Avec un axe basse/batterie gonflé aux stéroïdes, deux guitares qui ne riffent pas dans le vide, une utilisation pertinente des chœurs, des breaks nombreux et judicieux, et des interventions en solo fluides, ce troisième chapitre de la saga se montre non seulement persuasif, mais aussi séduisant. Sans jouer le jeu Techno-Thrash un peu dangereux, les quatre compères n’hésitent pas à agrémenter leurs agressions de petites astuces instrumentales (sifflantes, polyrythmie, lignes de chant en contretemps), sans négliger le facteur le plus important : le riff. Et cet album en est truffé, spécialement lorsque les compositions prennent leur temps pour distiller leur propos.

Ainsi, alors que l’aplatissant « Unborn Legions » continue le travail de sape et impose un break totalement foudroyant, « Into The Black » commence déjà à emprunter des chemins de traverse, avec sa basse à la Dave Ellefson en intro, et son ambiance lourde et oppressante. Avec une utilisation fort pertinente d’arpèges en son clair soutenus par une batterie énorme et aux fills prolixes, le groupe joue le contraste et vient provoquer TESTAMENT sur son propre terrain, renvoyant le dernier album des américains dans les bacs à solde. Mais il faut attendre la mi-album pour savourer le premier morceau réellement épique, « Rhythm Of War », qui dès ses premières secondes laisse la basse purement Heavy rouler sur le côté pour laisser les guitares égrener des licks traditionnels, mais envoutants. Belle césure à l’hémistiche que nous proposent les espagnols, qui se montrent vraiment convaincants en terrain lourd, dès lors qu’ils acceptent le legs bluesy d’un PANTERA en pleine possession de ses moyens. On pense même aux magiques EXHORDER dans ces moments-là, et surtout, à la première division de la nouvelle école Thrash européenne, un peu plus audacieuse que la moyenne. Avec un chanteur au timbre assuré qui n’hésite pas à grogner lorsqu’il le faut, et une réelle complémentarité des deux guitares, Haunt of the Rawhead propose un équilibre très stable entre hier et aujourd’hui, multiplie les allusions aux meilleurs instrumentistes des eighties/nineties (MEKONG DELTA et BELIEVER sont cités indirectement sur « Arcane Soul » qui change de rythme comme de t-shirt) sans jamais perdre de vue son but, à savoir de nous faire virevolter la tignasse.

Et entre ces longs pamphlets démonstratifs mais puissants, nous avons aussi droit à des charges plus virulentes, dont « Feed The Monster » est un parfait exemple. Emprunte SLAYER pour pas chassé ASSASSIN, le combo est fatal, et « Interstellar Minds » pousse encore le bouchon avec ses trois minutes pour offrir aux plus velus leur dose de grisant. Ne reste plus au final « Boundbreaker » qu’à écraser ce qui reste de doutes, et de poser les jalons d’une rythmique à la DESTRUCTION pour annihiler toute résistance.

Ce troisième album est donc le plus solide que les INJECTOR ont pu nous offrir, et sans conteste, le dernier grand jet de cette sombre année 2020 qui n’aura pas été avare en sorties violentes. De quoi rivaliser avec les cadors de l’année, WARFECT, THRASHWALL et GAMA BOMB, sans jouer à leur propre jeu. Et selon moi, le véritable Big4 de ces douze derniers mois.             

                                                                                                                                             

Titres de l’album:

01. March To Kill

02. Unborn Legions

03. Into The Black

04. Dreadnought Race

05. Rhythm Of War

06. Arcane Soul

07. Feed The Monster

08. Interstellar Minds

09. Boundbreaker


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/12/2020 à 18:02
90 %    326

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53