Repartons en Norvège, non pour y découvrir la nouvelle sensation extrême à la mode, mais pour y faire la connaissance d’un groupe plus consensuel, qui a semble-t-il trouvé la recette idéale pour réconcilier les nineties et le nouveau siècle. Peu d’informations au sujet de ce groupe qui se fait plutôt discret sur la toile, tout au plus une location géographique (Askøy, Bergen), et un line-up (Christian Lerø - chant/guitare, Cata Babut - guitare, Lasse Ove Steine - basse et Iben Christopher Espeseth Hanøy - batterie). Déjà responsables d’un Beyond Limits que la presse underground avait applaudi des deux mains, le quatuor remet le couvert avec ce Conquer The Silence qui en effet ne lui laisse que peu de place pour imposer des guitares puissantes et mélodiques, une rythmique ample et des lignes de chant viriles. Archétype du groupe assez difficile à situer, SILVER END se placerait donc en convergence d’un Metal alternatif hérité des difficiles années 90 et d’un Metal plus moderne aux sonorités nordiques, respectant là le cahier des charges d’un disque aussi à l’aise dans son époque que conscient de son héritage. Structurant leurs compositions comme autant de hit singles potentiels, les norvégiens ne se posent aucunement la question de l’originalité, préférant résoudre l’équation de l’efficacité, qu’ils débarrassent de toutes ses inconnues pour imposer des refrains fédérateurs et des couplets fiévreux, le tout prenant des allures de Pop habilement déguisée en Hard Rock par une accumulation de figures de style et une production over the top qui offre de la profondeur à chaque intervenant. Comme vous l’aurez compris, les SILVER END souhaitent marquer les esprits de leurs capacités à séduire plus que par leur potentiel à surprendre, mais c’est avec délectation que nous avalons ces onze compositions qui sont autant d’hymnes à l’hédonisme contemporain.

Se déclarant proches de références aussi disparates que BREAKING BENJAMIN, METALLICA, LIVE, SAVING ABEL, DIO, HELLOWEEN ou PAPA ROACH, les SILVER END ressembleraient dans les faits à un subtil mélange de ces derniers et du METALLICA de Load et Reload, sans pour autant copier l’un ou l’autre sans vergogne. Mais il est certain que la génération MTV Post-Grunge les a beaucoup inspirés, et spécialement cette scène menée par les PAPA ROACH, CREED, et surtout LINKIN PARK, dont ils empruntent une bonne partie du vocable, sans les tics synthétiques insupportables et immédiatement datés. Comme je le soulignais, outre les qualités intrinsèques des morceaux proposés, c’est la perfection de la production qui saute aux oreilles, avec ces guitares tranchantes mais pas forcément dangereuses, ces lignes de chant qui semblent s’envoler avec l’air du temps, et ces quelques arrangements de claviers qui offrent un contrepoint assez intéressant à la tension d’ensemble. Rien de foncièrement original dans les faits, mais une transposition des standards nordiques dans une culture US qui n’en finit pas d’influencer les jeunes générations, pour un LP qui s’il paraît imperfectible dans le fond reste factuel dans la forme, parfois presque proche d’un EVANESCENCE en moins adolescent. Le point de mire étant sans conteste le single avant-coureur « Heart Of A Champion », qui sous couvert d’un Metal alternatif ose des inserts Pop franchement accrocheurs, le tout dynamisé d’un chant un peu sous-mixé et noyé dans la bande instrumentale, bardé d’écho, mais qui agrippe l’oreille jusqu’à ce que le solo homérique termine le boulot. Il n’est pas incongru de voir en ce quatuor une sorte de délocalisation du DEF LEPPARD le moins attaché à ses racines en terre norvégienne, même si le spectre d’un STRATOVARIUS moins emphatique que d’ordinaire peut aussi effleurer la mémoire (« Conquer the Silence »). En gros comme en détail, un soin particulier apporté aux harmonies, qui combinées à la puissance globale ne peinent pas à convaincre, comme un best-of des réflexes de ces vingt dernières années remis au goût du jour.

Et il y a quelque chose de noble dans cette attitude consistant à piocher dans le passé de quoi construire son présent. En essayant de se restreindre au format Pop de trois minutes et quelques, Conquer The Silence ne parle pas pour ne rien dire, et ose des choses plus modulées, lors d’une intro ou d’un break bien placés, et « Never Back Down » d’adopter le dramatisme de l’entrée dans le nouveau siècle pour lui injecter un peu d’émotion (« Never Back Down »). Le genre de choses qu’on a déjà entendu à de nombreuses reprises, mais qui trouve ici un éclairage nouveau, sinon révolutionnaire, parfois plus agressif que la moyenne, hautement syncopé, et chargé de stries de guitares qui trouent le ciel de leur soli incendiaires (« Aim to Please »). D’ailleurs, ce titre a tout d’un aveu de complaisance de la part du groupe, qui fait effectivement tout ce qu’il peut pour séduire le plus grand nombre, sans tomber dans la faute de goût d’un art un peu trop consensuel pour ne pas être putassier. Et les morceaux s’enchaînent sans le moindre temps mort, variant le rythme pour avancer plus ou moins vite, prenant parfois des pauses salvatrices histoire de laisser les gammes respirer un peu et notre cœur ralentir quelque peu. Pas forcément les moments les plus inspirés, mais qui ont le mérite de laisser l’air entrer dans une pièce moite de passion (« Cornerstones »). Avec à intervalles réguliers des accès de fièvre qui permettent de s’éloigner un peu de ces critères un peu trop radiophoniques (« Lighten Up »), ou des prises de risques qui flottent sur une mer d’ambivalence (« The Fallen King », LINKIN PARK qui visite les côtes norvégiennes en écrivant une carte postale).

Le problème étant qu’il est ardu d’écrire sur une musique qui ne cherche pas midi à quatorze heures, et qui se contente souvent d’appliquer la même recette en variant légèrement les arguments. Mais lorsque la sensibilité s’incarne d’une façon un peu moins prévisible, on se laisse prendre au jeu (« Fly Away », l’un des meilleurs morceaux de l’album), spécialement lorsque les enchaînements ne sont plus aussi logiques qu’au départ (« Conspiracy »). Alors, l’un dans l’autre, pas grand-chose de spécial à attendre d’un album qui ne veut pas sortir des sentiers battus, mais plutôt y proposer une ballade intelligemment préparée, à base de couches de chant puissantes et racées, de guitares aux partitions travaillées, et de variété nuancée. Une musique qui prend certainement toute son ampleur en live, mais qui réserve quand même quelques plaisirs en studio (« Only a Human », prévisible, mais charmant), et qui permet de voir la Norvège sous un autre jour, plus abordable et qui a de faux airs de carte postale pour attirer les touristes en musique. Ceci dit sans aucune condescendance.

    

Titres de l'album :

                           01. Let's Go

                           02. Conquer the Silence

                           03. Never Back Down

                           04. Aim to Please

                           05. Cornerstones

                           06. Heart of a Champion

                           07. Lighten Up

                           08. The Fallen King

                           09. Fly Away

                           10. Conspiracy

                           11. Dwells in Me

                           12. Only a Human

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/04/2019 à 16:23
78 %    227

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.