Deamon's Child

Deamon's Child

18/04/2014

Zygmatron Music

Je suis tombé sur ce magnifique album tout à fait par hasard, croyant à une réédition du fait de sa présence sur un certain site…Il est possible qu’une nouvelle version existe, via un autre label, mais comme je n’ai aucune confirmation…Mais bref, 2017 ou 2014, peu importe, seul compte son contenu, qui séduira à n’en point douter les amateurs d’un Rock très abrasif et inventif, dans la droite lignée d’une certaine scène Stoner/Sludge/Hardcore des 90’s/2000’s, ainsi que les passionnés de musique débridée et inventive qui exploite à fond toutes ses possibilités rythmiques.

Pour autant, il n’est pas question d’avant-garde ou d’expérimental, mais plutôt de liberté de création qui s’exprime autour d’une structure réduite en format trio, et qui nous agite l’esprit de ses références multiples, mais aussi de son audace créative qui nous emporte dans un tourbillon de riffs gras, de chant léger et de plans qui se mêlent avec une élasticité menaçant de vous péter à la gueule à tout instant…

Alors, si d’aventure, un affranchissement certain des conventions vous sied, ainsi qu’une folie instrumentale débridée mais parfaitement cohérente, jetez-vous donc sur ce debut LP des allemands de DEAMON’S CHILD, qui vous emportera très loin dans un tourbillon de groove bruitiste ayant gardé prise avec la mélodie, certes bien tassée…

Publié en 2014, Deamon’s Child se cache sous une pochette étrange mais sublime de beauté graphique, nous offrant un décorum de rêve/cauchemar. Jeune fille aux yeux vides, singe à casque à pointe, dauphin, fées, animaux morts et couleurs vibrantes, tout un barnum pour situer une musique pas vraiment onirique, mais susceptible de troubler vos nuits de sa complexité et de ses tassements rythmiques, dans une veine qui n’est pas sans évoquer les MELVINS, en version plus légère et subliminale, ou le Stoner des QOTSA, revu et corrigé d’une Allemagne qui n’en est plus à une démarcation près.

Les DEAMON’S CHILD sont donc trois (Ana Muhi – basse et chant, Sven Missulis – guitare et Tim Mohr – batterie), se sont formés aux alentours de 2013, et comptent déjà deux albums et un live à leur actif. Leur vision d’un Rock tirant sur un Punk pas très léché est parfaitement séduisante, et se concentre sur une osmose tangible entre trois instrumentistes qui ont privilégié l’esprit d’équipe à la performance personnelle, quoique chacun dans son domaine soit une référence. Il est tout à fait logique à l’écoute de ces huit morceaux de penser à une ébauche larvée du Rock minimaliste et puissant des RAMONES ou de MOTORHEAD, revue et corrigé d’un Punk allemand très resserré, et amplifié de l’électricité de Seattle ou du Michigan.

Les noms de ZEUS et de DAISY CHAINSAW (sans leur délire barré et leurs massacres en règle de l’harmonie) peuvent aussi être cités, tout comme celui d’HELMET ou des SMASHING PUMPKINS, mais pour être vraiment honnête, leur identité est tellement affirmée que ces diverses influences ne peuvent être considérées que comme des balises destinées à aiguiller le chaland perdu dans les rayons.  

La méthode est simple et d’usage, beaucoup d’exercices rythmiques très compressés, un maximum de riffs tendus à la distorsion abrasive et légèrement rouillée, un batteur qui ne peut se fixer sur une jauge fiable, et une chanteuse qui répand ses rares effluves vocales d’une voix enfantine un peu glauque sur les bords, dans un style Katie Jane Garfield revue et corrigée Lewis Carroll pour adolescents perturbés.

On pense aussi à un brouillon des divers projets annexes de notre cher Jack White, les RACONTEURS par exemple, pour cette crudité de ton qui met en avant une attaque franche et des guitares affamées (« Affchen Fahrt Fahrrad », le genre de truc en entame qui te fait dodeliner de la tête même levé à 6 A.M).

C’est un peu à la rigueur une vision très particulière du Heavy Metal massif et un peu gauche des origines revu au travers du prisme Hardcore/Punk Allemand, même si la dextérité et la folie de frappe de Tim Mohr nous aiguille vers des horizons beaucoup moins primitifs de Core dissonant et libre à la NOMEANSNO (« Delfine »). L’homme maltraite ses fûts mais caresse le groove et impose sa patte, se calant sur les divers changements de rythme en les imposant avec fermeté, et se sentant pousser des ailes en survolant ses toms d’une valse des baguettes qui laisse admiratif.

Binaire donc, pas mais que, bizarre mais tout aussi étrangement accrocheur (« Alles Bio, Immer Bio », qu’on mémorise sans peine à cause de son riff à la Lemmy & co. doublé d’un chant très fluet), un peu comme si les arty rigoristes de PRONG se livraient à une bataille rangée de points de vue avec le groove gluant des frères Wright.

On verse même parfois dans l’atmosphérique tout sauf contemplatif (« Mine Leer » et son riff PANTERA fatigué montant le long de l’échine dorsale, mais aussi sa double grosse caisse tranquille), qui d’ailleurs trouve écho d’un morceau à l’autre (« Lutscher », et ses cris primaux d’une enfant paniquée dans le noir), mais qui nous permet d’enrouler notre réalité autour de fils de rêve d’un univers bizarre ou la linéarité n’est pas de mise. Le trio bénéficie en outre d’un son tout à fait adapté à son monde un peu tordu mais attirant, un son qui laisse les instruments s’épanouir au sein de compositions qui n’hésitent pas à se concentrer sur l’essentiel, mais aussi à digresser pour atteindre un nouveau septième ciel, un peu assombri quand même (« Geier Zwei », instru Ambient un peu Post sur les bords, mais bien perturbant au milieu)

Le voyage se termine dans des brumes un peu opaques, en déclaration d’amour à l’antique déesse « Venus », qui elle aussi bénéficie de soins très particuliers. Progression à la MELVINS sous acide KYUSS, avec arrangements sous-jacents qui dominent une ambiance un peu sourde permettant à un riff épais de s’imposer comme aux grandes heures du basique à la « Louie, Louie », conclusion faussement épique mais vraiment épidermique d’un premier album qui imposera le nom de DEAMON’S CHILD dans l’underground.

Cet underground qui va se repaître de ces sonorités primales et de ces excroissances rythmiques incongrues, qui une fois superposées donneront lieu à une union étrange, consommée lors d’une nuit pas vraiment reposante ni romantique.

Une nuit chantée dans un allemand guttural par des conteurs venus de WHITEBUZZ et des THE PSYCHEDELIC AVENGERS, qui une fois regroupés, vous font regretter une enfance passée à regarder sous le lit pour vérifier que le monstre y est bien tapi.


Titres de l'album:

  1. Ison
  2. Affchen fahrt Fahrrad
  3. Delfine
  4. Alles Bio, Immer Bio
  5. Mine Leer
  6. Lutscher
  7. Geier Zwei
  8. Venus

Site officiel


par mortne2001 le 17/08/2017 à 14:30
78 %    498

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chemikill

le solo...

20/01/2021, 12:55

KaneIsBack

Pas mal, pas mal. En tous cas un peu plus varié que le tout-venant de la production Brutal Death. Maintenant, de là à retenir le nom du groupe, il y a un pas

20/01/2021, 10:34

Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03