« Le monde est un endroit merveilleux, qui vaut la peine qu’on se batte pour lui. Je suis d’accord avec la seconde partie de cette phrase »

Oui, certes, le monde est merveilleux, et quelque part, c’est une chance incroyable d’être en vie et de pouvoir le parcourir. Mais le monde tel que nous l’avons toujours connu est aussi un champ de bataille où la violence, la corruption, la souffrance et la mort règnent en maîtres. Un univers sans pitié où la raison du plus fort est toujours la meilleure, ou les injustices s’accumulent comme des gouttes de pluie sur une tombe à la Toussaint, où le veau d’or s’empare des médias, des corporations, des multinationales et des gouvernements corrompus.

En gros, c’est un bourbier dont on essaie de s’extirper jour après jour, pour tenter de survivre. Enfin nous…la plupart d’entre eux serais-je tenté de dire. Les plus démunis, les plus faibles, les plus influençables…Auront-il la chance un beau jour d’avoir une vie normale sans shooter dans les poubelles ou tendre la main pour obtenir de quoi bouffer ?

Bullshit man…Tout ça ressemble à un roman mal écrit, peuplé de personnages sans substance, et truffé de plans bon marché histoire de tirer des larmes aux bienpensants qui dorment quand même sur leurs deux oreilles.

Alors, ce monde a besoin d’une bande son à la hauteur des ignominies de l’injustice. Un truc bien costaud, bien bourrin, qui décrit à merveille le sort de ceux coincés dans le labyrinthe. Et quel meilleur chaos que celui d’un énorme Death à tendance Grind qui ne génère aucune illusion, mais reste d’un réalisme outrancier parfaitement idoine et concret ?

Un Death à tendance Grind comme celui que les LOOKING FOR AN ANSWER proposent depuis une bonne grosse quinzaine d’années sans se poser de questions inutiles, et avançant coûte que coûte, de plus en plus vite et de plus en plus fort.

Les LOOKING FOR AN ANSWER, depuis 1999, ne cherchent justement pas de réponse qu’ils ne possèdent déjà. Formé autour de Felix, guitariste, le projet s’est ensuite étoffé au point de devenir quintette aujourd’hui, histoire de profiter d’une formation à l’efficacité optimale.

Outre Felix, on retrouve donc en 2017 Ramon à la basse, Makoko à la seconde guitare, Moya à la batterie, et le petit nouveau Santi (DEADMASK, DOSSIER NEGRO, et ex-NASHGUL) au chant, depuis 2014, en remplacement du grogneur en chef Inaki, parti en 2012 voir si le Metal extrême ne l’était pas plus ailleurs, ou l’herbe est encore moins verte.   

Avec un line-up enfin un minimum stable, LOOKING FOR AN ANSWER a enfin pu sortir un album complet, après avoir rodé la formation il y a trois ans par un EP, Kraken qui annonçait le monochrome à venir. Car on ne peut pas dire que les madrilènes soient les plus productifs dans leur créneau. Dix-huit ans d’existence et seulement quatre LP, plus quelques splits en compagnie des RATOS DE PORAO, AGATHOCLES et autres CRIPPLE BASTARDS, c’est quand même assez chiche, surtout pour une formation aussi absolue qui verse dans le Grind le plus velu, traité façon Death très charnu. Mais qu’importe la quantité du moment que la qualité soit au rendez-vous. Et comme d’habitude, peut-être même encore plus et plus, Dios Carne écrase tout sur son passage, les illusions, les fantasmes, les espoirs, pour nous rappeler que notre monde est justement à l’image de leur musique, dénué de toute forme d’empathie et de miséricorde.

Alors, les cinq maniaques ont repris les mêmes recettes qu’avant. Une rythmique en coup de tonnerre, des guitares qui lacèrent, et un chant qui vocifère, avec une tendance à chercher un peu dans les recoins de quoi accommoder leur bruit, histoire d’offrir un peu de neuf sans occulter ou ranger le vieux.

On retrouve donc ce son si énorme, ce groove unique, et ces passages qui vous laminent les oreilles à grands coups de riffs assassins, cette basse grave et distordue, ces accélérations de blasts impromptues, et cette énergie à décorner le diable qui vous attend pourtant à chaque coin de rue.

    

D’aucuns me diront que la recette est simple et appliquée depuis des lustres par une horde de barbares sans cesse grandissante, mais encore faut-il l’appliquer avec intelligence et une foi sans bornes. Ce qui est évidemment le cas de nos LOOKING FOR AN ANSWER, qui avec Dios Carne nous offrent leur album le plus implacable, mais aussi le plus puissant et le plus sombre, sans perdre de vue ces petits gimmicks accrocheurs qui sont en fait leur trademark. Loin d’un Death à tendance Gore stérile avant même d’avoir copulé avec le cadavre encore frais, les madrilènes osent la combinaison fatale des influences, alors même qu’ils en sont devenus une eux-mêmes avec le temps, et piochent dans la besace des INFEST, de PHOBIA, de LOCK UP, WORMROT, ASSÜCK et autres MARUTA, en associant le Death le plus gras et le Grind le plus fat.

Le tout est palpable dès le morceau d’intro, qui en ose une justement aussi lourde que le poids d’un globe sur les épaules du pauvre Atlas, avant de partir en vrille Grind sans nous laisser le temps de suffoquer correctement. « Deflagracion », ou comment débuter un album du bon coup de pelle, et de placer une inspiration sous les auspices musicaux les plus cruels qui soient.

Blasts en chien de fusil qui parfois s’autorisent des dérives en mid tempo histoire de panser les plaies saignantes de nos oreilles, mid tempo qui profite d’un thème vraiment gluant pour nous empêtrer dans ses filets, avant de repartir de plus belle sur un Crust incendiaire.

Pas vraiment de surprises sur ce quatrième LP, si ce n’est un morceau un peu plus conséquent que les autres. Au milieu de saillies éphémères et brûlantes, git le cadavre d’un Doom processionnel hyper lourd et étouffant, en l’incarnation « Muerte Lenta » qui a décidément tout fait pour coller à la thématique de son titre, et qui se permet même, sans exagérer les choses, quelques allusions aux ENCOFFINATION, sans se départir de l’écho de cette production décidément gigantesque, qui nous broie sous la pression de graves profonds et de médiums poison.

C’est lourd, très lourd, concentré, douloureux, et prouve que décidément les espagnols n’ont que de mauvaises intentions à notre égard, qui se manifestent via des compositions de plus en plus maîtrisées.

Le reste ?

Le reste est bref comme des éclairs de Death/Grind dans une nuit trop noire, de « Sol Negro » à « Demiurgo » qui recyclent les idées du NAPALM du maxi Mentally Murdered, en passant par le très Crust « Invierno Eterno » qui cavale à fond sur nos pieds endoloris et meurtris. Les mecs savent toujours manier leur instrument pour les domestiquer extrême sans leur faire perdre leur mordant, et plaquent des motifs qu’on retient post-mortem, comme de bons légistes du riff Rock n’Gore.

Il est donc possible, tout à fait possible même, que ce Dios Carne soit le meilleur album des LOOKING FOR AN ANSWER. Plus puissant, plus bondissant, plus terrassant, plus…tout, ici et maintenant. Un énorme Death à tendance Grind, ou l’inverse, qui prouve que le genre à encore de belles explosions de tripes devant lui, et qu’il reste le style le plus idoine pour décrire un monde qui part en vrille, et que personne ne semble motivé à sauver du désastre.

Place tes billes l’ami, mais place les bien. Tu ne sais pas de quoi sera fait demain.


Titres de l'album:

  1. Deflagración
  2. La Carne del Leviatán
  3. Sol Negro
  4. Utopía de Sangre
  5. Apoteosis
  6. Redención
  7. Invierno Eterno
  8. Rito De Autofagia
  9. Autofagia
  10. Némesis
  11. Demiurgo
  12. Mártir Matarife
  13. Muerte Lenta
  14. Liberación

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/05/2017 à 17:53
85 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.