Un jour ancien, dans un passé révoqué, un ami de lycée me sortit tout de go :

NAPALM DEATH, c’est chouette. 

Il faut dire que le pauvre avait un patch VIXEN cousu sur sa braguette pour que l’esprit de Janet Gardner puisse être le plus proche de son chibre possible. Sur le coup, cette annonce lénifiante de méconnaissance et de naïveté m’avait laissé pantois, et légèrement dubitatif sur le réel investissement Grind du pote en question, mais à postériori, et des années dans la gueule, je me sens frappé au coin du bon sens par tant de lucidité. Car si l’individu en question avait abusé d’une maladroite métonymie pour exprimer son élan, il convenait de prendre cette accroche dans le bon sens. Car par « NAPALM DEATH », il entendait « Grind » dans son ensemble, et illustrait une catégorie par l’un de ses rares représentants, et ne pointait donc pas du doigt le représentant en question (quoique NAPALM DEATH finalement, c’est vrai que c’est…bref.), et avait donc complètement raison. Car le Grind, oui c’est chouette. Mais c’est chouette quand c’est joué par de vrais et bons musiciens, et surtout des passionnés, et non pas des branleurs fouteurs de merde qui sont incapables de jouer juste et de frapper fort sans faire un maximum de boucan. Et autant dire que le genre est encombré d’incapables qui confondent vitesse et précipitation, et borborygmes et flots de gerbe. Et la traque d’un véritable album de Grind devient donc une quête presque vaine, puisque entre les débordements Gore et les agressions inaudibles, on passe de Charybde en Scylla, et on finit les esgourdes pleines de merde et la mine dépitée. Mais rassurez-vous, avec les marsouins du jour, ce genre de déconvenue ne risque pas de vous arriver, puisque sans se prendre au sérieux, ces cousins-là savent manier le blast et le riff éclair à consommer de suite.

Formé d’anciens membres de KARVACUL, LOVGUN, MICHEL ANOIA, MENTAL HYGIENE, WHORESNATION et NELSON MONTFORT ORCHESTRA, HØRDÜR, outre son patronyme plein de poésie nous propose donc son premier (pas si) longue-durée (que ça) via ce mystérieux Húbris, à la pochette faite main dans le style primesautier des premiers CARCASS, les tumeurs et autres déformations en moins. Car ici, point de Gore à l’horizon, mais bien du Grind fait maison, analogique comme une console Stoner récupérée dans un vieux dépôt meubles, et viscéral comme un paquet de tripes qui vibrent à l’unisson d’un bon calembour au marmiton. Et les calembours, croyez-moi, les HØRDÜR en connaissent un rayon, et pour s’en rendre compte, il suffit de recenser tous les jeux de mots que leurs titres cachent (pas très bien d’ailleurs), sauf que la pantalonnade de fin de banquet n’est pas leur seule obsession. Non, la principale, c’est le boucan qu’ils font, avec ces vingt morceaux mis en boîte par Giles Davenport de façon nocturne au Mikrokosm studio, mixés et masterisés par Le Commissaire (Maigret ou Moulin, je vous laisse choisir bande de malins), et qui résument trois décennies d’agencement bordélique à l’anglaise, le tout trempé dans une sauce de pus bien ricaine et transposée dans un vocable frenchy, à savoir une accumulation de plans, une dualité vocale à rendre les ANAL CUNT fous de jalousie, et affichant une efficacité à transformer les DISCORDANCE AXIS en rois du Blues en boyaux de saucisses. D’humeur badine, le trio (Ben - guitare/chant, Ugo - batterie et Chris - chant) affiche donc ses prétentions comme un étendard, et nous sert la soupe bien chaude, avec un maximum de croutons, et quelques ongles de pied qui traînent. Et si les réfractaires au genre le seront toujours, les fanatiques n’en démordront pas, et sauront reconnaître les leurs dans cet étalage de heurts, de contradictions rythmiques, et de tambouille à base de Fastcore, de Thrashcore, de Powerviolence, de Grind et de Funcore, pour un résultat qui éclabousse les murs de sa maturité infantile et qui nous enivre de son charme viril.

De là, inutile de tourner en rond et de chercher des réponses à nos questions. Le tout est Grind comme une démo des ELECTRO HIPPIES, bourrin comme un pet des ASSUCK, et sec comme la bite des mecs de GETS WORSE. Et si ces olibrius ont accompagné les UHL sur scène, et sans Hank s’il vous plaît, dites-vous qu’il n’y a pas de hasard, et qu’en plus du son, ces mecs ont l’attitude. Celle qui consiste à envoyer la sauce intelligemment en agençant les plans, et sans considérer le tout comme un foutoir dans lequel on range ses chaussettes sales sans les trier. Les riffs sont efficaces et frappent fort, la section rythmique est inventive et volubile, et les cris de belette/ours brun sont partagés avec beaucoup de flair, ce qui permet aux morceaux de dégager une sorte d’hystérie collective contagieuse, qui vous prend dès « Dixcrix » et ne vous lâche qu’à l’occasion de « Veau d'Or Dur ». Avec un peu de pratique et une connaissance encyclopédique du style on parvient à différencier les segments sans trop de peine, mais pas suffisamment pour en mettre un en avant, quoiqu’on remarque évidemment les plus cocasses de la trempe de « Speed Herman (No Speed, No Herman) » (qui fait la nique au « Mange ta soupe, Herman » des Charlots niveau calembour foireux), « Église Cathodique » et son riff presque Death dans le fond et giron dans les formes, « Justice des Fossés » parce que c’est le plus long (quatre-vingt-dix secondes) et le plus lourd du lot (mais pas longtemps), « Skidüu Giluú » parce que c’est le plus court (quarante-trois secondes) et l’un des plus fous, et « Shit de Tension », parce que l’intitulé n’est pas bidon. Sinon, rien à signaler sur le front, nos héros du jour sont compétents, et peuvent être contents d’avoir accompli leur mission. A noter que ce premier LP se voit distribué par une petite douzaine de labels dont je n’ai pas pris la peine de dresser la liste ici, me contentant de choisir celui qui m’a le plus séduit.

Alors oui, le Grind, c’est chouette. Il était pas si bête ce crétin finalement.      

 

Titres de l’album :

                         1.Dixcrix

                         2.La Cité des Truites

                         3.La Veille des Vierges

                         4.Les Pérédis

                         5.Église Cathodique

                         6.Skidüu Giluú

                         7.Famine Nombreuse

                         8.Speed Herman (No Speed, No Herman)

                         9.Peinard et Mouillé

                        10.Face à la Merde

                        11.Justice des Fossés

                        12.Renard des Surfaces

                        13.Soleil Mort

                        14.Civières

                        15.100 Permis (Manu Manoeuvre)

                        16.Sobre et Minable

                        17.My Mate is a Club Mate

                        18.Shit de tension

                        19.Sale Ambiance

                        20.Veau d'Or Dur

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/12/2018 à 17:59
80 %    296

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes