Nouveau supergroupe signé sur Indie Recordings, AZUSA est un projet cosmopolite regroupant en son sein d'ex-membres d'EXTOL, de DILLINGER ESCAPE PLAN, et laissant le micro à la pas si fragile que ça Eleni Zafiriadou...D'ordinaire plus nuancée dans son groupe officiel SEA+AIR, Eleni n'en a pas moins un solide background lui permettant de rivaliser d'intensité avec les instrumentistes extrêmes qu'elle a fréquentés pour ce projet, et après écoute d'un album aussi violent que fertile, il me fallait absolument recueillir ses confessions pour tenter de percer le mystère AZUSA...


Metalnews.fr: Bonjour Eleni, je te laisse te présenter et nous parler de ton parcours artistique passé, présent et futur...

Eleni: Bonjour, je m’appelle Eleni et je fais partie de plusieurs groupes et projets. Je suis tombée dans la musique quand j’étais ado. J’allais souvent aux concerts parce que j’adorais danser pendant le show, et mes « performances » ne sont pas passées inaperçues. Les gens n’arrêtaient pas de me demander si je faisais partie d’un groupe ou si je voulais rejoindre le leur…C’est de cette façon que j’ai rencontré Daniel, mon acolyte de SEA+AIR, qui m’a demandé si je pouvais chanter. Je lui ai répondu que non. Mais j’ai dit que j’éta    is capable de crier. Ce qui était assez culotté puisque je ne savais pas de quoi j’étais capable…Et comme je ne savais jouer d’aucun instrument, le Punk me paraissait un exutoire très valable. JUMBO JET, mon premier groupe est né comme ça. Un groupe de Rock Noisy basé en Allemagne avec des musiciens italiens, hongrois et grecs…

Petit à petit, j’ai appris à jouer de plusieurs instruments en autodidacte, de façon très dilettante. J’ai rejoint d’autres groupes comme musicienne live, et en 2010, Daniel et moi avons créé SEA+AIR, un duo Pop se faisant passer pour un quatuor…Nous avons aussi composé des bandes-originales pour quelques films et documentaires, et entre temps, nous avons collaboré avec des troupes de danse et des productions théâtrales. L’année dernière, j’ai rejoint le projet solo de Gordon Raphael, son groupe Rock psychédélique dans lequel j’officie à la guitare et aux synthés.

Oh, et j’ai presque oublié AZUSA, mon nouveau bébé Thrash !

Metalnews.fr: C’est assez surprenant de te retrouver au sein d’AZUSA…Peux-tu nous en dire plus sur la genèse du projet? Comment t’y es-tu intégrée et pourquoi?

Eleni: Christer et David, qui ont joué dans EXTOL ensemble ne s’étaient pas vus depuis longtemps quand ils se sont croisé à un concert de BENEA REACH (l’ancien groupe de Christer). Cette nuit-là, Christer a eu l’inspiration, et s’est mis à composer. Six mois plus tard, ils jammaient ensemble et le projet AZUSA a commencé à prendre forme. Les mecs d’EXTOL étaient de grands fans de DILLINGER ESCAPE PLAN. Et quand David a appris que Liam était lui aussi un grand fan d’EXTOL, une idée de collaboration a commencé à germer. AZUSA semblait le bon projet, et ils en ont parlé à Liam qui a aussitôt accepté.

Quand David m’a contacté au printemps 2016, toute la musique était déjà composée. Mais il n’avait aucune idée de la façon d’agencer les voix. Mais il était clair qu’il me faudrait hurler…C’est pour cette raison que David a pensé à moi. Il m’avait vu en concert avec JUMBO JET au début des années 2000. Il m’a envoyé des démos, et les mecs ont été assez cools pour me laisser faire ce que je voulais avec, et devenir un peu dingue. J’ai rejoint le projet parce que j’avais foi en leurs morceaux.

Après avoir été constamment en tournée avec SEA+AIR, j’ai profité d’un break pour m’enfermer dans le confort d’un petit studio, pour me transcender et explorer quelques territoires inconnus…

Metalnews.fr: Pas trop dur de devenir une chanteuse de Metal ? Ton groupe officiel est quand même éloigné de ce Hardcore assez puissant, t’es-tu entrainée pour y arriver ? Et finalement, tu es contente du résultat ?

Eleni: J’ai appris à crier dans JUMBO JET avant de savoir chanter avec SEA+AIR. Donc il s’agissait plus d’un processus de régression que d’un apprentissage, revenir à mes racines. Je suis autodidacte et mon approche intuitive du chant hurlé m’a toujours empêché de me faire du mal. La technique, je m’en fous, ce qui m’importe, c’est l’expression. Je suis très satisfaite du résultat, il y a une vraie énergie brute dans le chant grave. 

Metalnews.fr: Quels sont les sujets principaux des textes ? Y’a-t-il un concept ou ne sont-ce que des chansons aux sujets divers que tu souhaitais aborder ?

Eleni: Heavy Yoke traite du subconscient, des expériences humaines et de la fine frontière séparant le rêve de la réalité.

Metalnews.fr: AZUSA est une réunion de noms connus de la scène Metal. N’était-ce pas un peu dur de se faire une place parmi eux? Comment étaient les relations dans le groupe ? As-tu des anecdotes à nous livrer ?

Eleni: Je n’ai pas pu apprendre à les connaître dans ce contexte. Il s’agissait plus de trouver une osmose entre nous, ce qu’on pouvait proposer en tant que groupe, constitué d’individus se connaissant à peine. Christer et David se connaissent depuis longtemps, ils sont très liés, ils ont commencé la musique ensemble, ils ont la même culture. Naturellement, ils constituaient déjà une équipe, et comme Liam venait d’un univers très similaire, il a vite été à l’aise. De plus, il fait partie de cette caste très rare de musiciens qui ont un don pour les rapports sociaux. C’est aussi un raconteur hors-pair. Ses histoires de tournées m’ont fait hurler de rire et pleurer en même temps.

Mais j’ai passé le plus clair de mon temps en studio avec David. Au bout d’un moment, tu fais confiance à l’autre, et tu parviens à créer une atmosphère propice à la création…

Metalnews.fr: Christer & David se connaissent donc depuis des années, comme tu l’as dit. Liam a joué de la basse au sein de DILLINGER sur un paquet d’albums et de tournées…Tu fais partie de SEA+AIR depuis longtemps toi aussi. Comment était-ce de confronter ces différentes personnalités et univers musicaux ? As-tu essayé et réussi  à insuffler une partie de toi dans la musique ?

Eleni: J’ai beaucoup voyagé et rencontré un tas de personnes différentes dans le monde, alors j’étais très excitée de travailler avec eux. Pour créer quelque chose d’aussi dingue qu’AZUSA, le plus important, c’est la communication. Rejoindre ce groupe était la meilleure façon d’envoyer valser les limites. Dans JUMBO JET, nous avions déjà cette dualité chant clair/chant saturé, mais avec SEA+AIR, je me suis plus concentrée sur mon chant, sur l’expérimentation des extrêmes et sur l’androgynie vocale. Dans AZUSA, cette « schizophrénie vocale » s’est vite manifestée, et différentes voix se sont manifestées. Après, c’est au public de décider si oui ou non, j’ai atteint mon but.

Metalnews.fr: Il y a de plus en plus de groupes menés par des chanteuses sur la scène Metal ces dernières dix/quinze années. Vois-tu ça comme une évolution positive en considérant le peu de présence des femmes dans le Rock dans les années 80 ? Est-ce plus facile d’être une femme dans le business de nos jours ?

Eleni: Je ne me suis jamais sentie exclue dans ma carrière musicale. Mais j’ai toujours eu l’habitude de travailler avec des hommes depuis le début, je pense donc que les choses sont différentes quand tu bosses seule dans ton coin.

Je ne suis peut-être pas la bonne personne à qui poser la question, prenant en compte le fait que je suis une étrangère dans le monde du Metal. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais je pense que nous arriverons à la parité/équité, pas seulement dans la musique, mais dans le monde du travail en général. Je me sens plutôt optimiste quand je parle avec de jeunes garçons. Ils ont une conscience de la situation qui faisait cruellement défaut à la génération précédente.  

Metalnews.fr: Y aura-t-il une tournée pour promouvoir l’album ? En tête d’affiche ou en première partie ? 

Eleni: Bien sûr. Nous attendons juste la bonne opportunité.

Metalnews.fr: Parle-nous de l’avenir du groupe. Etait-ce juste un coup ou doit-on s’attendre à une suite ?

Eleni: Vu le temps et les efforts consentis pour cet album, je ne pense pas qu’il ne puisse s’agir que d’un simple coup. D’ailleurs, la moitié d’un deuxième album est déjà enregistré.

Metalnews.fr: Qui a réalisé les vidéos pour  “Interstellar Islands” & “Heavy Yoke” ? Etes-vous satisfaits du résultat ? Et pensez-vous que l’image d’un groupe soit aussi importante que sa musique ?

Eleni: Troll Toftenes. Il est bluffant parce qu’il a filmé, dirigé et monté les vidéos seul. L’image peut appuyer certains aspects de la musique, ou faire passer une ambiance, une atmosphère, donc elle est importante, oui. De plus, certaines personnes écoutent plus avec leurs yeux qu’avec leurs oreilles…De fait, les clips nous aident à toucher ce public « d’auditeurs visuels ». 

Metalnews.fr: L’industrie de la musique a beaucoup changé depuis le début des années 2000. Les ventes ne cessent de chuter, le format CD est quasiment mort, et on retrouve des vinyles dans les bacs. Quel est le futur de la musique dans ce marasme ambiant ? Le DIY est-il la seule solution ? Quel est ton avis sur la question ?

Eleni: J’espère que nous traversons juste une phase (ce qui veut dire que le pire peut encore arriver…), et que très bientôt, les gens en auront assez de « consommer » de la musique. Peut-être que la tendance va s’inverser, et que l’on aura de nouveau envie d’écouter un disque en entier, et de supporter le travail artistique d’un groupe, et son œuvre en entier…

Metalnews.fr: Quel regard portes-tu sur la presse underground actuelle, spécialement les webzines ? Penses-tu qu’ils ont toujours une fonction ? 

Eleni: Pour être honnête, je ne suis pas une experte en la matière. J’ai arrêté de lire des magazines musicaux dans ma vingtaine, et je préfère de loin écouter que de lire.

Metalnews.fr: Cites-moi cinq artistes, albums, chansons qui t’ont vraiment marqué et explique-nous pourquoi.

Eleni:

Renate KNAUP-KRÖTENSCHWANZ:

J’aime sa versatilité en tant que chanteur, et sa contribution à AMON DÜÜL II.

Arvo PÄRT:

Un compositeur qui me touche à un niveau spirituel très profond.

Kate BUSH:

Etonnant ce qu’elle a pu produire à un si jeune âge. Tellement talentueuse à de nombreux niveaux, et un modèle pour moi. Dès le départ, elle s’est assurée d’un contrôle total sur sa musique et son image. Une fille de 19 ans capable de lâcher « Wuthering Heights » comme premier single contre l’avis de sa maison de disque mérite un respect total selon moi.

PREFAB SPROUT:

L’exemple parfait de Pop intelligente. Je suis vraiment fan des textes de Paddy Mc Aloon. Son auto-ironie est très rafraichissante.   

BLONDE REDHEAD:

Misery Is a Butterfly fut d’une grande inspiration. Les mélodies inspirées de Bach et cette voix unique ont eu un grand impact sur moi. Un de mes trios favoris, encore aujourd’hui.

Metalnews.fr: Quelques mots pour vos fans et les lecteurs de Metalnews ? Tente de les convaincre d’acheter votre album par tous les moyens possibles ! 

Eleni: Si vous voulez stimuler votre système limbique, alors cet album est parfait. Des extrêmes imprévisibles et un carnaval de contrastes sur toute sa durée !

=============================== ENGLISH VERSION ===================================

Metalnews.fr: Hi Eleni, how are you? Feel free to introduce yourself personally in your own words, and tell us more about your artistic past and present.

Eleni: My name is Eleni and I’m involved in different bands and projects.

I stumbled into the world of playing music when I was a teenager. As a regular concert-goer I enjoyed dancing during the shows. My “performances” didn’t pass unnoticed. People kept asking me if I was in a band or if I wanted to join their band. That’s how I met Daniel, my SEA+AIR partner. He asked me whether I could sing. I couldn’t. But I claimed that I could scream. Which was a wild guess. I didn’t know what I was capable of. And since I couldn’t play any instrument punk was the perfect door opener. Jumbo Jet, my first band, was born. A Germany-based noise rock outfit with people from Italy, Hungary and Greece.

Little by little I started to play other instruments in a self-taught, dilettante manner. I joined other projects as a live musician. In 2010 Daniel and I started SEA+AIR, a pop duo trying to sound like a whole band by playing up to 4 instruments at the same time. We also composed soundtracks for a couple of movies and documentaries. In between there were collaborations with a dance company and theater productions. Last year I joined Gordon Raphael’s solo project. Playing the guitar and synthesizers in his psychedelic rock band.

Oh yeah. I almost forgot AZUSA, my new Thrash Metal baby.

Metalnews.fr: It’s pretty amazing to find you in the line-up of AZUSA…Can you tell us more about the genesis of the project? How did you join it and why?

Eleni: Christer and David, who had played in Extol together, hadn’t seen each other for a long time when they met at a Benea Reach show (Christer’s former band). That night Christer was inspired to write music again. Half a year later they started jamming and Azusa took shape. Extol were huge TDEP fans. And when David found out that Liam was into Extol he started thinking about a collaboration. With Azusa he had the right project and knocked on Liam’s door which he opened right away.

When David contacted me in the spring of 2016 the music for Azusa was already composed. But there was no clear vision on where the vocals should go. It was clear though that I would scream.

That’s why David got in touch with me in the first place. He had seen me performing and screaming in Jumbo Jet in the early zeros. He sent me some demos and the guys were cool enough to just let me go nuts on their recordings. I joined Azusa because I was convinced of the songs I had heard. After being constantly on tour with S+A and during a tour break this was the perfect opportunity to barricade myself in my tiny recording bunker, turn my inner flashlight on and explore some uncharted territory.

Metalnews.fr: Wasn’t it too hard to fit into the shoes of an extreme Metal vocalist? Your own band is miles away from this powerful Hardcore stuff, did you get a special training to sing those songs? How did you find the result?

Eleni: Screaming came before singing. Jumbo Jet before SEA+AIR. So it was more like going back in time and rediscovering my roots. I‘m an autodidact and my rather intuitive screaming approach always saved me from hurting myself. I never cared about techniques. What I care for is expression. I‘m content with the result. There is a raw energy in the unclean vocals. 

Metalnews.fr: What is the main lyrical focus on the album? Is there a concept behind it or just different topics you’d wanted to deal with?

Eleni: Heavy Yoke deals with the subconscious mind, basic human experiences and the fine line between dream and reality. 

Metalnews.fr: AZUSA is the gathering of several known names of the Metal scene. Wasn’t it a bit hard to get some space between those famous musicians? How good were the relations inside the band? Do you have some fun facts to tell us about the making of the album?

Eleni: I didn’t get to know the guys in that context. It was more about finding out if we could develop a good chemistry among ourselves. What can we pull of together as a group of people who barely know each other. Christer and David go way back. They‘re even related to each other. Started playing music together, shared the same background. So naturally they were already a team. And Liam, coming from a similar musical cosmos, fitted in right away. Besides he‘s one of those rare musicians with highly developed social skills. Also one of the best story-tellers. His tour stories made me cry and laugh at the same time.

Most of the time I spent in the studio with David. After a while you learn to trust each other and create an atmosphere where ideas start to flow. 

Metalnews.fr: Christer & David had been playing along together for long years…Liam played bass for DILLINGER on many albums and tours…You’d been playing music in SEA + AIR for a while now…How was it to confront those different personalities and musical universes? Did you try and succeed in putting a personal touch in the songs?

Eleni: I’m used to travel a lot and meet different people from all over the world, so I was excited to meet the guys. To create something crazy as AZUSA the essential thing is communication.

Joining Azusa was the perfect opportunity to pull out all the stops. In Jumbo Jet we already had that “bipolar” element of clean/non clean vocals. With S+A I focused more on my singing, experimenting with extremes and developing my androgynous voice. In AZUSA all of a sudden there was this “multiple personality“ and different voices forged ahead. It‘s up to the listener to decide if I succeeded.

Metalnews.fr: There have been more and more female fronted bands in the Metal scene those last ten/fifteen years. Do you think it’s a progress considering the few female musicians active in the 80’s? Is it easier now to be a woman in the music industry?

Eleni: I never felt excluded in my musical career. But that’s just because I was used to work with boys from the very beginning. For sure it’s different when you’re on your own as a female artist.

Maybe I‘m the wrong person to ask. Considering that I‘m a complete alien in the Metal scene. I guess there‘s still a long way to go until there will be equality, not only in the music industry but in all kinds of jobs. But I‘m optimistic whenever I talk with younger men. There is a self-evident awareness that some men of the older generation are lacking of. 

Metalnews.fr: Will there be a tour to support this album? Some headlining? Supporting? 

Eleni: Definitely. Waiting for the right opportunity.

Metalnews.fr: Tell us about the future of the band...Is it just a one shot or a long-term project?

Eleni: With the time and effort everybody has invested so far this doesn’t feel like a short-term project. Besides the second album is recorded halfway through.

Metalnews.fr: What about the videos made to illustrate the songs “Interstellar Islands” & “Heavy Yoke”, who directed it, and are you satisfied with the result? Do you think the image of the band is as important at its music?

Eleni: Troll Toftenes. He was pretty amazing because he filmed, directed and cut the videos all by himself. The image can emphasize certain aspects of the music or transport a certain mood/vibe, yes. A lot of people listen rather with their eyes than their ears. So music videos help to reach the visual listener. 

Metalnews.fr: The music industry has changed a lot since the early 00's. Sales are constantly slumping, the CD is almost dead, and vinyl seems to hit the spot once again. What's the future of a band in this whole mess? Is the DIY business the only solution? What's your position over all this facts?

Eleni: I hope we‘re just going through a phase (that might get even worse) and that sooner or later people will get fed up by music bingeing. The trend might go back to listening to a whole album again and to appreciate and support an artist‘s development and complete works.

Metalnews.fr: What's your look upon the underground press nowadays, especially the webzines. Do you think they're still reliable? Is the faith still alive?

Eleni: To be honest, I‘m not an expert on that matter. I stopped reading about music in my early twenties, preferred just to listen to it. 

Metalnews.fr: Please name five bands/artists/albums/songs that changed your life, and try to explain why... 

Eleni:

Renate KNAUP-KRÖTENSCHWANZ:

I love her versatileness as a singer and her contribution in AMON DÜÜL II.

Arvo PÄRT:

A composer whose music touches me on a very deep, spiritual level.

Kate BUSH:

Amazed by what she pulled off at a very young age. Incredibly talented in so many ways and also a role model. From the very beginning she made sure to control her music and image. A 19 year old girl who enforced that Wuthering Heights dropped as her first single even though the label had other plans. I just have total respect for that.

PREFAB SPROUT:

The perfect example for smart pop music. 

I‘m a huge fan of Paddy Mc Aloon‘s lyrics. Refreshingly self-ironic.

BLONDE REDHEAD:

Misery Is a Butterfly was a great inspiration. The bachesque melodies and the unique vocals had a great impact on me. Still one of my favorite trios.

Metalnews.fr: Some words you'd like to say to your fans and the readers of Metalnews.fr? And try to convince them to buy your album by any means possible! 

Eleni: If you want a reward for your limbic system this album might be the right choice for you. Unpredictability, extremes and a carnival of contrasts all the way.


Site officiel

Facebook officiel

Chronique Heavy Yoke

par mortne2001 le 11/11/2018 à 15:52
   441

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.