Mazette, matez-moi cette pochette !!! Je peux, sans prendre le risque de passer pour un abruti, la nommer pochette sexy de l’année, en reluquant cette magnifique pin-up aux courbes affriolantes qui semble vouloir nous inviter à une drôle de séance, à base de daïquiris et d’instincts assouvis…Malheureusement pour nous elle cache aussi une tragédie, puisque ce groupe visiblement n’est plus, n’ayant pas survécu au décès de son chanteur. Et à l’écoute de ce premier LP aux entournures bien gonflées, j’avoue que c’est fort dommage, parce que ces canadiens avaient la rage, mais aussi un sens certain de la mélodie, qu’ils exploitaient tout au long de compositions explosives, teintées d’un Hardcore incisif. So, rest in peace Chad Smith, toi l’homonyme d’un batteur fameux, qui semblait vivre jusqu’au fond des yeux, et t’investir dans ta musique sans penser aux lendemains pluvieux. Ce qui doit l’être actuellement, c’est le regard de tous ceux qui t’ont connu, et surtout celui de tes frères d’armes de BROTHERS IN ARMS, avec lesquels tu jouais un Core incendiaire, de ceux qui donnent envie de s’ouvrir une bière et pogoter fier. Alors, pour célébrer ta mémoire, quel plus bel hommage que de parler de ta musique, aussi exubérante qu’elle n’était tonitruante, et faisant référence aux plus grandes influences du genre, celles que tu nommais sur la page Facebook du groupe. Au choix, PROPAGANDHI, SNFU, MINOR THREAT, BLACK FLAG, THE BRUISERS, en gros la quintessence d’un Punk organisé, mélodisé, et apte à séduire les plus exigeants des maniaques du décibel mal peigné.

Les BROTHERS IN ARMS avaient donc mis toutes les chances de leur côté. Outre donc cette fameuse cover à faire fondre le plus endurci des cartoon lovers, les canadiens (Chad Smith – chant, Michael Slade – guitare/chœurs, Adrian Marsden – basse/chœurs et Jason Sokulski – batterie/chœurs) savaient utiliser des rythmiques enlevées pour soutenir des riffs déchainés, agrémentant cette folie ambiante de chœurs l’étant tout autant, pour une symphonie de violence toute en bonhommie, évoquant l’écurie Epitaph tout autant que le NYHC, dans un même élan de brutalité sympathique et enlevée. En distillant une bonne poignée de morceaux bien brutaux, mais mâtinés d’un esprit frondeur et joueur (notamment dans ces interludes made in Looney Tunes), le quatuor de Vancouver réussissait à réconcilier le Hardcore le plus ludique et celui plus lunatique, tentant même le coup de l’hymne fatal et paillard via « Burger With No Bun », aussi empreint de la culture straight des MINOR THREAT que du populisme des NO FX. En gros, de la bonne humeur, du positivisme, mais aussi une culture étendue leur permettant de rester crédible même dans les instants les plus délire. Mais n’est-ce pas comme ça que nous aimons notre Hardcore, lorsqu’il sait s’attacher à des riffs de la mort, très Metal, comme celui vital de « Revenge », aussi entrainant et contaminant qu’un mosh-pit local envahi de créatures animales gesticulant dans tous les sens et remuant les bras en urgence. Beaucoup de fun donc, pour une affaire traitée avec le plus grand des sérieux, et qui démontrent que des musiciens talentueux peuvent à peu près tout se permettre pour peu que leur inspiration se démène.

Ici donc, pas de référence aux DIRE STRAITS et leur album réclamant son MTV, mais plutôt une gigantesque party, démarrant sous les auspices très speed de « Bottle It Up », aussi débordant de testostérone qu’il ne laisse s’exprimer une basse brillante qui sonne, et des chœurs collégiaux qui tonnent. Une valse dans l’univers si fermé du Hardcore de tradition, qui de temps à autres sait s’adapter à des volontés d’ouverture harmonisée, et qui nous séduit de ses coups de boutoirs bien appuyés, sans oublier de nous rassasier de refrains à reprendre main dans la main. Une certaine idée de la violence virile en amitié, de celle qui unit des frères de sang et de rang, qui une fois ensemble parviennent à transcender le classicisme d’un style pour le rendre encore plus pertinent. Certes, parfois le ton s’emballe, lorsque les fuck de « Sluts » résonnent dans la pièce pour remplir l’espace vide de stupre, mais ces gus-là sont si convaincants qu’on se laisse prendre au jeu, en hurlant des « and we fuck » jusqu’à ce que les voisins appellent les gendarmes de bon matin. Pas grande chose de notable à souligner, puisque tout est parfait, et joué avec les tripes et le sourire, et « Substance Abuse » de réconcilier la Pop des 60’s et le Core des 80’s, avec ses chœurs angéliques et sa harangue vocale atomique, pour un tube en puissance à ridiculiser les GREEN DAY, YOUTH OF TODAY et autres chantres d’un Core adapté aux turpitudes d’un marché toujours en quête de reconnaissance commerciale plus ou moins avouée. Chacun s’emparera de son morceau préféré, mais le marché est vaste, et laisse le choix entre les « Porno Mags », et l’« Anarchy », cette même anarchie qui rendait les MADBALL si sûrs de leur fait, et dont on retrouve ici la véhémence la plus insolente, toujours articulée autour de ces enchevêtrements de backing vocals décidément très bien gérés.

Mais les BROTHERS IN ARMS c’est ça, et j’utilise le présent à dessein tant leur musique est vivante et semble défier la mort à chaque instant. On y sent la motivation d’une jeunesse qui n’a rien à perdre et qui se lance à corps et cœur perdus dans sa passion, sans se soucier du lendemain. Alors, on fait gicler les graves via quatre cordes bien lourdes, on fait briller les médiums via une six-cordes pas si polie qu’elle n’en a l’air, et on enrobe le tout dans un bon paquet de couches de voix qui sonnent comme les haut-parleurs de la contestation, mais aussi de la fête qui ne se pose pas de question (« The Plague »). Mené à un rythme d’enfer, ce Nostalgia Porn est une véritable branlette sonore, qui célèbre l’onanisme de circonstance, et qui finit par gicler à la face de la société via un Speed affolé (« Little Green Men »). Le périple se termine par un hommage à peine déguisé, « Chad Smith », sorte de stand-up sur fond de Jazz bien smooth, qui achève l’album sur une note étrange, en demi-teinte, comme si la vie finalement, finissait toujours par reprendre ce qu’elle a donné.

Mais en tout cas, et en tant que dernier salut, Nostalgia Porn est une énorme fête du Hardcore velu, mélodique mais chenu, qu’on écoute les dents bien voyantes et le geste euphorique. Une musique qui respire la vie par tous les breaks, et qui laisse un sentiment de plénitude et d’adolescence retrouvée. Pas difficile non plus de s’imaginer la partager avec cette splendide pin-up affichée, qui outre nous aguicher, nous donne la banane…de bon matin. Mais quoi de plus normal…


Titres de l'album:

  1. Relax
  2. Bottle It Up
  3. Sluts
  4. Substance Abuse
  5. Porno Mags
  6. Intermission
  7. Burger With No Bun
  8. Revenge
  9. Anarchy
  10. The Plague
  11. Little Green Men
  12. Chad Smith

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/12/2017 à 17:56
75 %    279

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)